Actualités

  • Pourquoi je ne bois que du bon vin !!!

    Dsc 2901

    Ce petit texte publié il y a quelques années sur l'un de mes anciens blogs est toujours encore d'actualité et traduit plus que jamais le sens de mes publications sur ce site :

    " Lors d’un petit retour en arrière sur mes notes de l’année écoulée, j’ai pris conscience que, d’après le contenu de mes commentaires, j’étais un dégustateur qui ne buvait que de très bons vins : conséquence d’une propension au dithyrambe gratuit, liée à mon grand âge…éventuellement, chance éhontée dans le choix de mes bouteilles…peut-être !
    Ces hypothèses si peu flatteuses à mon égard ont surement leur part de vérité (hélas…), néanmoins je vais quand même essayer de vous livrer quelques explications plus personnelles sur la manière dont je conçois ma pratique d’œnophile et de bloggeur vinique.

    En premier lieu, je voudrais préciser que je ne rédige pas de compte-rendu sur tous les vins que je goûte : ma vitesse d’écriture étant inversement proportionnelle à la vitesse à laquelle je vide ma cave, le rapport exhaustif de mes aventures viniques monopoliserait l’intégralité du temps libre que m’octroie l’Education Nationale.
    Je suis donc obligé de sélectionner les bouteilles qui feront l’objet de mes élucubrations.
    Pour ce faire, j’utilise un critère très simple : si je n’aime pas un vin, je m’interdis d’écrire une ligne à son sujet. Cela va de soi pour certains, vraiment mauvais, qui ne méritent pas qu’on en parle (mais à vrai dire, j’en croise très peu…) mais cela s’applique aussi à d’autres, bien plus nombreux, qui sont certainement bien faits mais qui auront été desservis par un contexte, une ambiance et se présenteront à moi sans charme et parfois même sans intérêt. Dans ces conditions, je ne vois pas comment, avec ma seule légitimité de critique amateur autoproclamé, je pourrais, d’un coup de plume, torpiller le produit du travail d’un vigneron sans avoir essayé de comprendre sa conception du vin.
    Le vin n’est pas une boisson comme une autre (pour ceux qui en doutent, allez faire un tour chez Jean-Robert Pitte), c’est un objet de culture dont la pleine jouissance demande parfois certaines connaissances. Pour moi, la démarche d’œnophile est une démarche d’apprentissage permanent, dans les livres, les clubs de dégustation, certains sites internet, mais surtout sur le terrain avec les vignerons.
    Lorsque je suis en face d’une bouteille qui me laisse perplexe, je me demande toujours si je suis assez informé pour l’apprécier pleinement… en général, l’envie d’écrire des sentences définitives sur sa qualité me passe très vite.

    En second lieu, je doute que le seul fait de publier des articles sur un site me confère le statut de dégustateur…
    D’ailleurs, lorsque j’entends parler de la vie de ces stakhanovistes du crachoir, je suis très heureux de me retrouver à ma place et de profiter de leurs travaux de défrichage pour choisir sereinement les vins que je vais goûter ou les vignerons que je vais rencontrer.
    Je me souviens de ces temps anciens, où je partais à la découverte d’un vignoble sans guide et où je me retrouvais dans des caves choisies au hasard de la route. Je dégustais des vins qui, l’ambiance aidant (je ne crachais pas à l’époque), me semblaient remarquables mais qui, une fois de retour au bercail, se montraient beaucoup moins à leur avantage…
    Dieu merci, ce genre de mésaventure est devenu beaucoup plus rare à l’heure actuelle !

    Les dégustateurs goûtent évaluent et hiérarchisent, c’est leur travail qui permet à l’amateur de se retrouver dans le dédale de l’offre vinique actuelle.
    Moi je parle de vins, de vignerons, de régions qui me plaisent, c’est ma manière de prolonger les émotions liées à ces rencontres et de pérenniser quelques beaux souvenirs…

    Plaisir de goûter, plaisir d’écrire et plaisir de pouvoir partager ces émotions avec vous…
    3 raisons de ne boire que du bon vin. "

    Es gilt !!!

  • Honnèteté...

    Dsc 0232
    Entrée d'un bar à bière de Ribeauvillé : il était près de midi et les portes étaient encore closes...je crois qu'on a raté une belle soirée la veille !

  • Bonne année

    Bonne et heureuse année à tous ceux qui viennent me rendre visite sur cet espace virtuel dédié au bien-vivre.
    Que 2016 vous réserve plein de belles surprises gourmandes.

    Dsc 2901
    Cuvée millésimée 2006 de la Veuve Fourny : un blanc de blanc sec, nerveux et vineux
    Yquem 1994 : une complexité aromatique rare et la magie d'un équilibre incomparable
    Côte Rôtie 2009 : suavité et concentration sur une assise minérale puissante

     

  • Joyeux Noël

    La traditionnelle fête de Noël de notre club AOC s'est déroulée ce vendredi dans notre repaire de La Wantzenau. Mis à part l'ami Cyril, notre grand sommelier retenu par des obligations professionnelles, tous les membres AOC ont participé à cette soirée gourmande et conviviale.

    Dsc 0228
    La sélection de bouteilles apportées par les invités avait fait une large place à la Bourgogne

    Dsc 2889
    Les couleurs de notre région ont été défendues par un joli crémant.
     

       Cimg6266
    Le saumon fumé et le magret fumé préparés par Jamie...simplement parfaits
    Cimg6267

    Le foie gras cuisiné de main de maître par Martial et le plateau de fromages signé René Tourrette ont été attaqués par les affamés avant que je n'ai eu le temps de les prendre en photo.

    Le final sucré composé de cake, éclairs et mousses au chocolat nous a permis de tester des accords en douceur avec un Montbazillac et un vieux Sauternes

    Cimg6268
    Un coin de table après la bataille...

    Joyeuses fêtes de fin d'année à tous.

  • 4 perles du domaine de l'Oriel à Niedermorschwihr

    Invité par Claude Weinzorn pour déguster et commenter les vins du domaine de l'Oriel qu'il va proposer à la vente sur le net (tagawine.fr), j''ai pu goûter 4 cuvées très différentes mais bien représentatives de la richesse et de la qualité de la gamme proposée par ce vigneron de Niedermorschwihr.

    Es gilt !!!

    AOC Alsace – Pinot blanc 2014

    Robe : jaune très pâle, belle brillance.
    Nez : discret mais très pur avec des notes de fougère, de citronnelle sur un fond délicatement minéral
    Bouche : fraîcheur vivifiante, équilibre très sec, joli sillage aromatique sur le pamplemousse, finale sapide.

    Cépages : 60% pinot blanc – 40% pinot auxerrois

    Issu de vignes plantées sur les coteaux granitiques autour de Niedermorschwihr et d’une parcelle plus argileuse située au bas du village, ce pinot blanc étonne par sa complexité aromatique et sa présence en bouche pleine d’énergie.

    Dsc 2880

    Accords mets/vins : apéritif, charcuteries, crudités, choucroute, fruits de mer…c’est un vin polyvalent très facile à placer à table.

     

    AOC Alsace Grand Cru – Riesling Sommerberg « Le Z » 2012

    Robe : jaune pâle avec des reflets argentés.
    Nez : intense et direct avec une palette aromatique sur les agrumes frais et la pierre à fusil.
    Bouche : attaque souple, matière concentrée équilibrée par une ligne acide mûre et bien droite, finale longue et saline.

    Cépage : 100% riesling

    Né sur une parcelle granitique rocailleuse et très pentue située dans la partie haute du 4° amphithéâtre du Sommerberg, ce grand riesling séduit par son équilibre parfait entre un jus fruité très dense et une minéralité intense.

    Dsc 2878

    Accords mets/vins : apéritif, choucroute, poissons, crustacés…c’est un grand vin sec avec un vrai potentiel gastronomique.

     

    AOC Alsace Grand Cru – Pinot Gris Sommerberg « Les Terrasses » 2011

    Robe : jaune clair avec des reflets dorés.
    Nez : délicat et raffiné avec des notes de fruits blancs (coing frais) et une légère touche fumée.
    Bouche : matière ample et très concentrée, texture caressante, acidité droite et traçante qui répond à la richesse de la matière, très longue persistance aromatique en finale.

    Cépage : 100% pinot gris

    Comme son nom le laisse deviner cette cuvée exceptionnelle de pinot gris est plantée sur une parcelle granitique en terrasses située sur les pentes du 4° amphithéâtre du Sommerberg, juste sous les rangs de vigne du « Z ». C’est un vin d’une force peu commune avec un caractère bien trempé.

    Dsc 2881

    Accords mets/vins : foie gras d’oie, plats exotiques peu épicés, tartes aux fruits (mirabelle, abricot)…ce vin plein d’énergie mérite des plats expressifs et raffinés.

     

    AOC Alsace – Riesling « S » Vendanges Tardives 2011

    Robe : jaune intense avec beaucoup d’éclat.
    Nez : flatteur et très complexe avec un registre qui s’ouvre sur des notes d’agrumes bien mûrs complétés par des nuances d’herbes aromatique (verveine) sur un fond minéral bien marqué.
    Bouche : matière généreuse équilibrée par une acidité souple mais structurante, silhouette longiligne très élégante, finale fraîche et sapide.

    Cépage : 100% riesling

    Issue de parcelles situées dans le 3° amphithéâtre du Sommerberg, cette cuvée rare de riesling flatte nos papilles en conjuguant avec bonheur richesse et buvabilité.

    Dsc 2883

    Accords mets/vins : apéritif, foie gras d’oie, desserts aux fruits…ce vin racé et légèrement moelleux pourra aussi inspirer des gastronomes en lui proposant des associations moins classiques dans le registre aigre-doux par exemple

  • Un dimanche au musée avec l'Université des Grands Vins

    Dans le cadre des Journées Nationales de la Gastronomie, l’U.G.V. a organisé une session spéciale au musée Würth à Erstein avec au programme une séquence d’initiation à la dégustation géosensorielle et une visite guidée de l’exposition BOTERO.

    Le groupe est rapidement pris en main par Jean-Michel Deiss, qui commence par expliquer le concept de dégustation géosensorielle en s’appuyant sur la référence historique du « gourmet », une sorte de « courtier-jaugeur » habilité à valider la qualité d’un vin dès le moyen-âge. Ces experts d’antan avaient comme référence principale – voire unique – la tenue d’un vin en bouche.

    Cimg6185
    Leçon d’histoire avec Jean-Michel Deiss

    La dégustation géo-sensorielle se pratique dans des verres noirs – idéalement, dans la pénombre d’une cave – utilisés pour ne pas conditionner le dégustateur dans son approche du vin « par exemple, quand on voit que le vin est blanc, on ne cherche pas forcément la présence de tannins »...et pourtant il peut y en avoir !
    Autre particularité de cette forme de dégustation, elle relègue au second plan l’analyse des arômes, pourtant très en vogue dans les sphères œnophiles d’aujourd’hui : « il faut se recentrer sur le goût et la texture du vin ». Un retour vers l’essentiel qui va éviter bien des débats spécieux : « Dans une assemblée de dégustateurs, parler d’arômes c’est risquer la guerre civile alors que parler du goût fera naître une communauté ».

    Nous allons vérifier tout ça grâce à quelques aliments préparés pour l’occasion.

    Cimg6183
    Les éléments pour les travaux pratiques…

    Vin 1 : olfaction ouverte, claire mais simple, matière en bouche froide, verticale et très mince, aucune persistance.
    Vin 2 : olfaction retenue, sombre et très complexe, matière en bouche plutôt chaude, belle épaisseur, structure ample et large, grande longueur finale.

    Cimg6186     Dsc 2721
    La doublette dégustée dans les verres noirs

    Dirigée par Jean-Michel Deiss, cette dégustation géo-sensorielle a montré une grande convergence dans l’identification des sensations en aboutissant à une belle unanimité pour identifier le grand vin.
    Ceci dit, avec un sinistre sauvignon vendu à vil prix dans un supermarché quelconque placé en face du grandissime riesling Hengst 2010 de Josmeyer (
    déjà dégusté il y a quelques jours avec l’U.G.V.), la démonstration était facile !

    La dégustation de pain, de lard et de fromage a également mis en parallèle des aliments authentiques – le pain au blé truffier et la ventrèche de Patrick Duler par exemple – et des productions industrielles pour nous permettre de prendre conscience du monde qui sépare la production des chantres de la malbouffe et celle des défenseurs du goût et de la tradition…un verdict sans appel, à nous de réagir !

    Pour terminer, nous partons vers les salles d’exposition du musée Würth où nous attendent les silhouettes plantureuses de Botero…en cette fin de matinée cette petite promenade apéritive et culturelle tombe à pic !

    Cimg6181
    La première salle de l’exposition Botéro.

  • Programme AOC 2015-2016

     

    Voici les thèmes qui seront abordés lors de la saison 2015-2016 du club AOC :

    Octobre       Blancs argentins    Cornas       
    Novembre    Blancs du Rheingau    Primitivo/Zinfandel       
    Décembre   Soirée festive avec le saumon fumé de Jamie et des fromages       
    Janvier        Rieslings de grès    Vins de l’Etna       
    Février        Chassagne/ Saint Aubin    Vins du Priorat       
    Mars            Bellet-Cassis-Palette    Vins de Roumanie       
    Avril            Sauvignons de Loire : tout sauf du Sancerre !    Clos de Vougeot       
    Mai              Verticale de sylvaner Zotzenberg    Gaillac-Fronton       
    Juin             Les blancs ouillés du Jura    Vins de Bandol       
    Juillet          Soirée festive et barbecue…    

    Si vous êtes intéressés pour participer à l'une ou l'autre soirée, vous pouvez me contacter.

     

  • Promenade à Puligny - août 2015

    Le domaine François Carillon est en pleine effervescence : un chantier à terminer (espace de réception de vendange et espace de pressurage) et des vendanges à préparer. Dans ces conditions je suis le premier conscient que ma visite au domaine tombe un peu mal cette année.
    Qu'à cela ne tienne, ce sera la première fois en un quart de siècle que je prendrai mes bouteilles signées Carillon sans passer par la cave ou le cuvier pour déguster quelques cuvées en compagnie du vigneron !

    Par contre, je vais profiter de ce beau soleil matinal pour faire une petite ballade dans des vignes dont les noms ne manqueront pas de faire frétiller les papilles de tout amateur de grands blancs bourguignons...

    16 21
    28 août 2015...ça vendange à Puligny !

    17 22
    Et un 1° Cru pour commencer !

    18 22
    J'en ai encore quelques bouteilles en cave...signées Louis Carillon et fils

    19 22
    Criots...

    22 20
    Chevalier...

    20 21
    "The" Montrachet ...

    21 20
    ...et les fruits du seigneur de la côte de Beaune.



    Fin de l'histoire : de retour en Alsace, la première bouteille que j'ai débouchée fut un Aligoté 2013 de François Carillon...histoire de me faire ma petite idée sur les vins de ce millésime produits par ce domaine.
    Je reste toujours convaincu que la dégustation d'une cuvée d'entrée de gamme révèle beaucoup de choses sur la qualité du travail d'un vigneron...une théorie que que ma longue expérience de picoleur n'a jamais fait mentir jusqu'ici.

    Cimg6166
    L'Aligoté de François Carillon : fin et précis, dans un style bourguignon absolument impeccable...ça donne envie de goûter le reste !