Les vins du mois d'avril 2014


Muscat G.C. Spiegel 2007 – Domaine Dirler-Cadé à Bergholtz

Robe : jaune clair avec des reflets argentés.
Nez : intense et charmeur, on y découvre des arômes de raisin bien mûr sur un fond floral très complexe.
Bouche : attaque très douce, matière suave avec une texture assez grasse, finale rafraîchie par une fine acidité et un sillage mentholé de longueur appréciable.
En règle générale j’aime bien les muscats simples et aromatiques qu’on boit avec gourmandise sans forcément s’interroger sur leur terroir d’origine mais cette cuvée que Jean-Pierre Dirler m’avait conseillée lors de ma visite au sujet du G.C. Kessler m’a très favorablement impressionné.
Avec un surcroît de complexité dans l’aromatique et dans la structure on sent que le terroir du Spiegel a sublimé le cépage sans lui voler sa personnalité. Beau vin !


Saint Véran En Combe 2010 – Bret Brothers à Vinzelles

Cimg5104

Robe : jaune clair avec des bords clairs et des éclats métalliques.
Nez : franc et racé il s’ouvre sur des notes minérales assez dominatrices (silex, craie) avant de délivrer de beaux arômes de citron vert et de fougère.
Bouche : matière charnue et tonique avec un beau gras, une minéralité très tactile et une acidité vive, profonde mais bien mûre, finale tendue avec des notes de pomelo très persistantes.
Voilà peut-être le vin le plus minéral qu’il m’ait été donné de déguster dans la gamme des Brothers jusqu’ici, mais cette buvabilité qui me séduit à chaque fois que je goûte un vin de ce domaine est toujours là…il y a de la gourmandise mais aussi de la profondeur et du terroir. Très belle cuvée !


Riesling Herrenreben 2008 – Domaine Schoenheitz à Wihr au Val

Robe : jaune clair avec des reflets vert pâle.
Nez : ouvert et complexe sur le citron mûr, la mandarine, les herbes aromatiques et une touche pierreuse.
Bouche : ample et gras avec une matière assez généreuse et une acidité vibrante et invasive, finale de longueur moyenne mais dotée d’une puissante salinité.
Comme j’avais goûté récemment un Linsenberg du même millésime qui m’avait un peu déboussolé (surement un problème de bouchage…) j’ai voulu mes rassurer en ouvrant ce Herrenreben 2008…et grand bien m’en a pris car ce riesling de granit est vraiment impeccable !
Complexité aromatique, équilibre tonique et minéralité affirmée…tout ce que j’aime !


Fleurie Vieilles Vignes 2009 – Domaine de la Grand’Cour à Fleurie

Cimg5103

Robe : rubis profond avec des bords très compacts.
Nez : flatteur et épanoui avec des notes de griotte bien mûre et de noyau de cerise.
Bouche : volumineux et voluptueux, matière juteuse, concentrée et très fruitée, finale fraîche et finement minérale.
Pur, juteux et riche mais très digeste en finale…Jean-Louis Dutraive a su harmoniser la richesse apportée par le millésime autour d’une belle structure issue du terroir de Fleurie. Y a pas à dire, 2009 a vu naître de grands beaujolais !

1z
Lever du soleil en Camargue photographié lors de mon périple sudiste 2014.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.