Les vins du mois d'avril 2015

Pouilly Vinzelles Les Quarts 2005 – J.G. et J.P. Bret à Vinzelles

Cimg5633

Robe : jaune clair, lumineux, reflets argentés.
Nez : complexe et évolutif, notes de mousse et de craie à l’ouverture, palette qui s’épanouit par la suite, agrumes frais (mandarine, citron) et herbes aromatiques (verveine, mélisse…).
Bouche : attaque vive, matière élégante mais solidement tendue, expression aromatique citronnée et pierreuse, finale salivante, finement tannique, sillage minéral et délicatement mentholé.
Alerté par les commentaires d’un dégustateur chevronné qui venait d’ouvrir une bouteille de Quarts 2005 avec un souci d’oxydation, je me suis précipité dans ma cave pour vérifier mon stock. Il ne me restait plus qu’une bouteille que j’ai ouverte dans la foulée : une cuvée magnifique, lumineuse…surement l’un des meilleurs vins des Brothers que j’ai pu boire jusqu’à aujourd’hui. MIAM !!!


Gewurztraminer G.C. Froehn 2011 – Becker à Zellenberg

Robe : jaune clair, lumineux, reflets dorés.
Nez : mûr et raffiné avec une palette très complexe qui évolue sur un registre exotique (banane, ananas, litchi) avec quelques notes d’épices douces (girofle, poivre blanc) et une minéralité déjà bien sensible.
Bouche : attaque suave, matière sphérique, expression aromatique puissante, finale très sapide, salinité très marquée, sillage très long sur les épices.
Cette bouteille offerte par le CIVA nous propose une version classique mais terriblement bien balancée d’un gewurztraminer né sur un beau terroir. Son expression aromatique a résonné en parfaite harmonie avec un wok de poitrine de porc aux légumes bien épicé mais sa belle présence saline lui a permis de s’accorder également avec des asperges blanches…j’en fus le premier étonné mais on ne soupçonne pas l’étendue du potentiel gastronomique d’un grand gewurztraminer.


Côtes de Provence rosé Grande Cuvée Esprit de Corps 2014 – Cave de Puyloubier

Dsc 2079

Robe : rose clair, lumineux avec des reflets argentés.
Nez : ouvert et séduisant, notes de melon, de fraise, de bonbon anglais, fine touche florale.
Bouche : attaque souple, matière gourmande, assez douce, finale courte mais nette et tonique.
Offert par mon petit X-men en stage de formation humaine à la Légion Etrangère, ce vin m’a séduit par la qualité de son expression aromatique et la suavité de sa matière.
D’accord, je ne suis pas forcément objectif dans ce commentaire (d’ailleurs, je ne le suis jamais…) mais il n’en reste pas moins que ce joli rosé m’a fait passer un bon moment de plaisir.


Nuits Saint Georges Les Charmottes 2010 – Domaine Chicotot à Nuits

Robe : rubis moyen, limpide et brillant, fine frange rose.
Nez : discret et raffiné, palette très fraîche sur le cassis, la mûre avec une très fine touche torréfiée.
Bouche : balance parfaite avec un équilibre très droit et une matière dont la présence reste très sensuelle, grain tannique souple et soyeux, finale nette et fraîche avec un sillage délicat sur les fruits noirs et le bâton de réglisse.
Un peu sévères dans leur prime jeunesse les crus 2010 de la Côte de Nuits commencent à s’ouvrir en offrant au dégustateur un récital aromatique d’une grande finesse et un jus parfaitement équilibré. Cette cuvée Les Charmottes, issue d’une parcelle près de Vosne Romanée, est conçue pour s’ouvrir un peu plus tôt que les grandes cuvées de Nuits produites par la famille Chicotot…ceci dit, si on veut lui laisser encore un peu de temps, pas de problème car elle ne semble pas prête à décliner de sitôt. MIAM !

Dsc 0184
Lorsqu’on s’éloigne un peu de la route du vin on peut également se régaler avec des points de vue magiques : matin d’avril au sommet du Neuntelstein avec vue sur les Vosges, la plaine du Rhin, la Forêt Noire et les Alpes bernoises.


Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau