Les vins du mois d'octobre 2014

Pinot Gris Grand Cru Sommerberg-Les Terrasses 2006 – Domaine de l’Oriel à Niedermorschwihr

Dsc 1760

Robe : jaune franc avec des reflets fluo.
Nez : riche et expressif, notes d’abricot mûr et d’orange confite sur un fond discrètement fumé.
Bouche : matière épaisse, très généreuse avec une texture veloutée et une trame acide et minérale qui ne se devine plus qu’elle ne se perçoit mais qui donne à l’ensemble un équilibre irréprochable en laissant la bouche légère et disponible en finale.
Dans le quatrième amphithéâtre du Sommerberg (le plus près de la montagne vosgienne), ces rangs de vignes plantés en terrasses pour domestiquer une pente abrupte, Claude Weinzorn produit chaque année un pinot gris intense et volumineux dont la classe se révèle après quelques années de garde comme le montre ce 2006 parfaitement en place après 8 ans de garde. Grand vin !


Côtes du Jura A la Percenette 2008 – Domaine Pigner à Montaigu

Dsc 1765

Robe : jaune clair avec des reflets argentés.
Nez : intense, ouvert et bien mûr, palette complexe sur la mandarine, le miel, les fleurs blanches avec une petite nuance de pierre à feu.
Bouche : acidité assez tranchante à l’attaque mais la structure s’élargit et s’assouplit progressivement, matière juteuse et fruitée, belle finale longue et aromatique qui développe des notes d’agrumes, un boisé subtil et quelques beaux amers minéraux.
Cette cuvée de chardonnay ouillé affirme un style personnel très original à mi-chemin entre le Jura et la Bourgogne...un vrai régal et une réussite majeur pour ces vignerons de Montaigu qui travaillent en biodynamie. Bravo !


Chablis 1°Cru Monts de Milieu 2011 – Domaine de la Meulière à Fleys

Dsc 1863

Robe : jaune clair, beaucoup d’éclat, frange aux reflets métalliques.
Nez : discret sur un registre franc et très minéral, notes de silex, de craie et touche fumée.
Bouche : attaque en douceur, milieu de bouche bien concentré avec une structure qui s’élargit, finale splendide très typée Chablis, longue, tendue et agrémentée de notes de sous-bois, d’iode et de fumée.
Riche concentré et structuré par une minéralité noble et racée, ce premier cru de la rive droite du Serin se montre déjà très mature tout en révélant une belle réserve pour tenir face au temps. MIAM !


Morgon Réserve 2009 – Domaine J.M. Burgaud à Morgon

Dsc 1860

Robe : rubis sombre, texture dense et épaisse.
Nez : discret, finement fruité sur un fond minéral très présent (terre glaise, silex).
Bouche : matière ample et charnue, juteux et très concentré, acidité mûre et puissante qui étire la structure dans tous les sens, finale fraîche et fruitée tenue par des tanins très fins.
Puissant tant dans sa matière que dans sa charpente ce Morgon nous rappelle que Jean-Marc Burgaud réalise chaque année des cuvées de très belle facture en prouvant que le vignoble beaujolais est à même de produire de grands vins.
Ma réserve en cave commence à diminuer de façon inquiétante…je crois qu’il va falloir refaire un tour du côté de la colline du Py dans les prochains mois…


Morey Saint Denis Le Village 2010 – Domaine Murat à Concoeur

Dsc 1766

Robe : rubis clair, limpide, brillant mais teinte peu soutenue.
Nez : discret et raffiné, notes de cerise acidulée et présence minérale sensible (graphite, fumé léger).
Bouche : matière carrée mais d’un abord très sociable, palette aromatique qui s’épanouit avec un caractère proche de celui ressenti au nez (fruits rouge et minéralité), acidité droite mais sans aspérité, tannins très souples, finale longue mais légèrement marquée par l’alcool.
Un peu austère dans sa prime jeunesse (mais déjà prometteur…) ce Morey commence à s’ouvrir et se livre après deux années en cave…bu surement un peu trop jeune – car le potentiel est évident – mais déjà tout à fait à mon goût.
Pourquoi attendre…MIAM !

Dsc 1831
L’été indien, fin novembre 2014 dans les vignes de Fleurie



Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau