Vins du mois de janvier 2014

Beaujolais Villages 2010 – Domaine des Marrans à Fleurie

Robe : rubis assez dense avec un bel éclat
Nez : charmeur et complexe il développe de beaux arômes de prune, de mûre, de noyau de cerise et de pivoine sur un fond finement réglissé.
Bouche : la chair est fine et gourmande, avec un volume est assez conséquent pour ce type de vin mais la finale reste très digeste.
Découvert lors de notre récent passage chez ces vignerons de Fleurie, ce beaujolais villages est une pure friandise.
Plaisir immédiat, plaisir facile mais plaisir total…MIAM !!!


Regnié Vallières 2011 – Domaine J.M. Burgaud à Villiè-Morgon

Cimg4927

Robe : rubis sombre avec une frange très compacte.
Nez : discret et très fin avec de beaux arômes floraux et fruités (prune, myrtille)
Bouche : présence très énergique en bouche avec une acidité tonique et des tanins soyeux qui constitue une ossature très solide pour une matière riche et juteuse…Quel bel équilibre !
Marqué par la générosité du millésime et surtout par la patte de Jean-Marc Burgaud, ce beau Régnié qui entre dans sa phase de pleine maturité nous régale par sa présence très sensuelle. MIAM !


Hautes Côtes de Nuits Le Clos Duc 2011 – Domaine H. Murat à Concoeur

Robe : rubis moyen mais texture bien épaisse.
Nez : nez agréable et joliment typé avec un fruité bien gaillard et des notes d’élevage déjà bien intégrées.
Bouche : après une attaque en douceur, la bouche révèle une matière assez dodue solidement tenue par une structure acide bien large et une trame tannique veloutée, la finale est brillante et longuement aromatique.
Entre la cuvée des « Herbues » toujours assez virile et la cuvée « Marius » concentrée et longuement élevée, ce « Clos Duc » se place dans le trio de Hautes Côtes de Nuits d’Hervé Murat comme le vin le plus facilement accessible dans sa jeunesse…une bouteille pleine de charme et de sensualité qu’on peut boire dès aujourd’hui MIAM !!!


Riesling Grand Cru Kirchberg de Barr 2010 – Domaine Hering à Barr

Robe : jaune clair, très lumineux.
Nez : très discret avec une palette racée alliant des notes de citron frais à une minéralité très pénétrante.
Bouche : l’attaque est vive et précise avec une acidité large et envahissante qui tient fermement une matière assez généreuse mais très carrée, la finale légèrement tannique revient sur une belle minéralité avec quelques beaux amers.
Ce riesling archétypique impressionne par la densité de sa matière (13°) et par la puissance de sa trame acide. La droiture presque monacale de ce Grand Cru le place spontanément dans la famille des grands vins de garde même si à l’heure actuelle il montre déjà un profil de grande classe et fait rêver à de belles associations gastronomiques.


Meursault 1° Cru Les Cras 2009 – Domaine Buisson-Charles à Meursault

Robe : jaune clair, avec des éclats dorés.
Nez : très discret à l’ouverture, il aura besoin de beaucoup de temps pour livrer une palette complexe sur le beurre frais, la chair de poire, de rose sauvage et un fond minéral (craie) qui se révèle timidement.
Bouche : l’acidité très verticale monte en puissance dès l’attaque pour tenir une matière charnue et bien grasse, riche et puissant le vin s’impose au palais et prolonge une finale longue et minérale relevée par de fins amers.
Timide au nez mais envahissant la bouche sans retenue ce Meursault affirme son statut de grand vin avec véhémence mais je pense qu’il a encore besoin d’un peu de repos en cave pour se patiner. Rendez-vous dans deux ans pour un plaisir encore plus grand !!!

Dsc 1076
Nothalten en janvier

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau