Visites autour du Pic Saint Loup

Le Pic St Loup est un très bel endroit, un de ceux que je préfère dans mes ballades vinicoles. Pendant quelques années j’ai sillonné les routes en vélo quasi toutes les semaines, aujourd’hui j’y vais 2 à 3 fois par an encore notamment retrouver mon très cher père Nico qui organise de main de maître avec sa compagne Sylvie de très jolis moments de dégustation faits de partage et d’amitié.

Ce fut le cas récemment avec des visites de domaines dont je relate ci après quelques ressentis :

Domaine Mirabel à Brouzet les Quissac

Je ne connais les vins du domaine que depuis le millésime 2008. Depuis je suis un fidèle de ces vins d’une grande franchise. J’ai également le plaisir de croiser Vincent Feuillade régulièrement chez Nicolas et c’est un régal pour moi d’écouter ce garçon qui connaît la nature comme personne.
Le millésime 2013 est bien né avec de très jolis vins en élevage notamment un mourvèdre à se damner

Loriot 2013 : un blanc au nez puissant assemblage de mémoire de roussanne et de viognier. C’est très gourmand, un côté « too much » mais servi un peu frais l’été avec de belles tartines de tapenade, çà va le faire !

Le Dessert du Loup 2013 : un rosé très clair, bonbon, qui séduira les amateurs du genre que je ne suis pas.

Les Bancels 2012 : les rouges 2012 venaient tout juste d’être mis en bouteille, il convient donc de n’en tirer qu’un ressenti sans aucune conclusion. Ce Bancels était chahuté avec la sensation d’avoir tous les éléments un peu dissociés et une sensation de sécheresse en finale. A revoir…

Le Champ du Sorbier 2012 : c’est souvent la cuvée que je trouve la plus évidente à boire, c’est encore le cas avec un côté fruité chocolaté qui glisse tout seul . J’ai bu un 2010 récemment qui était fondu et gourmand en diable !

Les Eclats 2012 : un vin bâti sur la finesse, l’équilibre qui me rappelle le mourvèdre pur goûté en élevage l’année dernière.

On est clairement monté d’un cran par rapport à tous les vins du domaine que j’ai goûté jusqu’à présent même si encore une fois il faudra les revoir tous après quelques mois de bouteille pour mieux les appréhender.


Ermitage du Pic St Loup à St Mathieu de Tréviers

Paradoxalement, j’ai assez peu goûté les vins de ce domaine alors même que j’en entendais plutôt du bien. J’ai fait la connaissance de Pierre Ravaille avec lequel nous avons déjeuné à midi. Un passionné
Là encore les 2013 sont bien nés avec notamment des jus de syrah de toute beauté, juteuse, très agrumes,  et des blancs qui, goûtés les uns après les autres qui sont de très haut niveau.

St Agnès blanc 2012 : un blanc sudiste revendiqué qui garde une belle fraîcheur. Seule une amertume un peu prononcée en finale me gène.

Tour de Pierres 2012 : je n’ai pas retrouvé ce côté immédiat, juteux, joyeux des 2010/2011. Là le vin est plus en retenu, plus sombre. A revoir…

St Agnès rouge 2012 : un très beau vin, dense, profond. Une très belle quille d’ici ¾ ans.

Si Guilhem Gaucelm 2010 est là encore, un très beau vin, 2011 est tout simplement une bombe atomique. J’ai été scotché comme le 1er jour ou j’ai mis mon nez dans le clos des Papes 2005 qui venait de sortir. Un nez envoutant de framboise, de fleurs, de réglisse, tout est place dans un équilibre impérial. Grand vin tout simplement !


Domaine de Cazeneuve à Lauret

C’est le domaine que je connais depuis le plus longtemps mais bizarrement, que je ne goûte plus depuis un bon moment. Il faut dire qu’à une époque,  nous allions assez fréquemment à l’auberge des Cèdres en face, ce qui m’incitait à taster tous les ans.
C’était l’occasion ! Nous avons été très bien reçus par André Leenhart qui nous a fait goûter tant de bouteilles que je ne pourrai pas en faire un compte rendu détaillé :
2013, confirmation d’un beau millésime avec notamment une syrah sans soufre de toute beauté

Nous avons goûté pas mal de cuvées et toutes plus ou moins m’ont semblé comme très marquées par l’élevage, masquant par là même de joli jus notamment sur le carignan, le mourvèdre avec le sang du calvaire et le blanc des causses. Les vins gagnent certainement à être attendus, aérés mais à mon sens il faudrait revoir cet élevage en barrique afin de regagner une expression plus naturelle, plus immédiate.
Le soir la cuvée calcaires 2004 a fait notre bonheur avec une empreinte sudiste assumée, un beau fondu le tout bâti sur un bon équilibre.

Si vous voulez TOUT savoir sur les terroirs et les vins du Pic Saint Loup je vous invite à aller voir ce SITE.

Cyril Amelin - Avril 2014

Commentaires (1)

1. Nicolas Bon 18/04/2014

Beau résume de cette belle journée Cyril, merci à toi de ta compagnie et de partager ces beaux moment de vins... mais pas que ! ;-)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.