Domaine du Vissoux - Pierre-Marie Chermette

Le beaujolais est un coin de France que j’aime beaucoup même si ces derniers temps j’y suis peu allé… J’ai déjà eu l’occasion de le dire, c’est un des premiers vins que j’ai bu avec plaisir et j’aime l’expression du gamay quand on est sur le registre du fruit juteux ou de la fleur et encore plus quand un trait minéral vient souligner le tout comme certains vins de Morgon ou côte de Brouilly. Je bois ces vins essentiellement avant 5 ans d’âge car hormis de très rares exceptions, je n’apprécie pas leur phase tertiaire. Très curieusement, je ne suis jamais allé au domaine Chermette mais un jour de beaujolais nouveau il y a quelques années, j’avais pris beaucoup de plaisir avec la cuvée les griottes. J’ai pu depuis acquérir quelques bouteilles et l’arrivée du beaujolais nouveau 2016 m’a incité à ouvrir quelques quilles pour faire un petit tour au pays de Chermette.

 

Beaujolais nouveau Les Griottes 2016 : un vin nouveau comme je l’aime, çà pète le fruit, c’est gouleyant, festif avec un verre qui en appelle un autre.
Si beaucoup de beaujolais nouveaux étaient dans cette veine, je crois le 3ème jeudi de novembre serait plus à la fête !

Beaujolais nouveau Vieilles Vignes 2016 : un vin de couleur assez soutenue, avec de la mâche, de la rondeur, plein.
Pour le coup nous sommes aux antipodes du vin nouveau et c’en est même étonnant car je laisserai bien vieillir ce vin 2/3 ans…

Img 5316


Moulin à vent Les Trois Roches 2013 : un assemblage de 3 parcelles, Rochegrès, Roche noire et la Rochelle sur des vignes d’une trentaine d’années. Passé un léger fumé, le vin s’exprime sur le fruit à noyau, la cerise. On sent vraiment un socle minéral sur ce vin qui prend de l’ampleur à l’aération en développant un côté floral. Il me manque juste un peu de longueur mais c’est très bien
On vante souvent Moulin à vent comme LE crû du beaujolais. J’ai plus de plaisir souvent sur Morgon, côte de Brouilly ou Fleurie mais je dois dire que le sillage minéral de ce vin m’a bluffé.

Img 5417


Fleurie Garants 2013 : là encore un 1er nez un peu fumé qui se dissipe bien vite pour laisser place à des senteurs alliant fruité et floral le tout avec beaucoup d’élégance. On retrouve tout cela en bouche avec un vin bien en place qui se démarque par des tanins très fins tout en ayant pas mal de persistance.
Je suis très amateur de Fleurie et celui-ci intègre mon échelle de référence dans ce crû.

Fleurie Garants 2015 : on sent tout de suite un millésime plus solaire, sur les fruits noirs avec de la rondeur et plus de puissance mais, à mon sens, moins bien équilibré pour l’instant avec une petite remontée alcooleuse en finale.
Il faudra attendre un peu et regoûter mais je prends plus de plaisir sur 2013 pour l’instant.

Img 5356

Voilà un petit panel de bouteilles qui permet une 1ère approche des vins de ce domaine. Le crédo est de faire des vins le plus naturellement possible. J’ai eu ce ressenti sur ces vins avec une expression franche qui semblait traduire au mieux le terroir dont ils sont issus. Ce sont en tout cas des expressions de gamay en Beaujolais que j’aime beaucoup et que je vais continuer à suivre…


Cyril Amelin - Novemnbre 2016

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau