Dégustation club AOC - Vins blancs d'Italie

La session de février du club AOC nous invite une fois encore mettre le cap au sud pour faire deux haltes sur les coteaux ensoleillés des vignobles italiens et dans quelques villages autour du massif des Dentelles de Montmirail.
Nous goûterons donc :

- quelques vins blancs italiens originaux
- des rouges et des blancs nés autour des Dentelles.

C’est Cyril qui a profité d’un séjour au pied du Ventoux pour collecter les flacons rhodaniens et, comme d’habitude, c’est notre duo international François/Stefan qui a composé la série de vins italiens.

Les blancs ont été débouchés au moment du service et goûtés étiquettes découvertes.
Les rouges ont été débouchés deux heures avant leur dégustation et servis 2 par 2 à l’aveugle.

Verres Spiegelau Authentis 01


Soirée Club AOC du 3 février 2017 à La Wantzenau


En guise de mise en bouche :

Chardonnay 2014 – False Bay Vineyards à Cape Town : nez marqué par la réduction, notes fumées, puis fruité léger après aération, arômes de melon, bouche un peu brouillonne, acidité vive mais inconstante, rondeur en milieu de bouche et amertume finale.

Dsc 0357

Acheté par curiosité dans une grande surface, ce chardonnay sud-africain est un vin simple et plutôt facile d’accès qui ne résiste pourtant pas à une analyse organoleptique un peu approfondie : on identifie très rapidement de nombreuses lacunes dans sa structure et son expression.
Pour le prix (6,50 euros) on trouve quand même beaucoup mieux en Alsace !!!


 

Thème 1
Quelques blancs pour voyager en Italie.


Franciacorta Nature 2012 – Barone Pizzini à Provaglio d’Iseo : nez frais, notes de pomme golden, matière étirée et tendue par une acidité conséquente, bulle fine mais peu persistante, finale un poil austère.
(70% chardonnay + 30% pinot noir)

Dsc 0359

Avec sa méthode d’élaboration et son encépagement très champenois, cette cuvée effervescente faiblement dosée (moins de 2 g/l) sera plus à son aise pendant un repas que dans un contexte festif.
C’est une bulle plus gastronomique que gourmande qui ne pourra pourtant pas rivaliser avec un beau crémant alsacien…qui a dit que j’étais chauvin !!!


Derthona 2013 – Vigneti Massa à Monleale : nez qui s’ouvre sur des notes de levure (un peu mousse de bière) avant de développer une palette délicatement fruitée, net, droit et très élancé en bouche, légère présence tannique en finale, persistance aromatique assez modeste.
(100% timorasso)

Dsc 0361

Walter Massa est le vigneron qui a œuvré pour la sauvegarde et la reconnaissance de ce cépage autochtone du Piémont et cette cuvée nous emmène assez loin de nos références habituelles mais je reste quand même sur une impression plutôt mitigée…un vin intéressant, sans plus !


DOC Etna Bianco Salisire 2011 – S.C. Vivera à Linguaglossa : olfaction mûre et assez raffinée, miel et noisette grillée, touche de menthe verte, bouche ample, caractère grillé/rôti très présent, finale bien saline, amers délicats et sillage légèrement mentholé.
(100% carricante)

Dsc 0365

DOC Etna Alta Mora 2013 – Alta Mora à Castiglione di Sicilia : nez vif et frais, quelques nuances fermentaires, matière allongée tenue par une acidité très droite, salinité intense mais finale très austère.
(100% caricante)

Dsc 0360

Ces deux vins nés sur les sols volcaniques de l’Etna et issus d’un cépage sicilien autochtone, révèlent des personnalités sans concession : ce sont des blancs salins et texturés qu’on peut admirer mais qui ne se livrent pas facilement lorsqu’on les déguste. Trop sévères pour moi…je passe mon tour !


Villa Bucci Riserva 2013 – Azienda Agricole Bucci à Ostra Vetere : nez discret, notes de fruits à chair blanche, légère touche grillée, matière svelte et élégante en bouche, équilibre frais, finale longue et digeste.
(100% verdicchio)

Dsc 0363

DOC Dei Castelli di Jesi Villa Bucci Classico 2014 – Azienda Agricole Bucci à Ostra Vetere : nez qui rappelle le vin précédent mais expression plus intense et un peu plus mûre, matière ample, gras sensible, ligne acidulée très rafraichissante, minéralité salivante en finale.
(100% verdicchio)

Dsc 0364

Provenant d’un domaine réputé du vignoble des Marches cette jolie doublette nous ramène vers des équilibres et des expressions un peu plus habituelles, même si là aussi nous avons affaire à des cuvées réalisées à partir d’un cépage autochtone : le Riserva 2013 est bien en place et se déguste avec beaucoup de plaisir mais à mon avis c’est la cuvée Classico 2014 qui dispose du plus beau potentiel.


La Vila-Friulano 2013 – Lis Neris à Sanlorenzo Isontino : olfaction vive et fraîche, notes qui rappelle le sauvignon (groseille à maquereaux, buis), touche muscatée, acidité vive et large enrobée par une matière assez généreuse, finale longue et très digeste.
(100% friulano)

Dsc 0362

Nous terminons notre voyage transalpin dans la région du Frioul avec ce très beau vin né sur un terroir calcaire et issu d’un cépage autochtone…encore un !
L’aromatique rappelle le sauvignon de Loire, l’équilibre en bouche nous emmène quand même un peu plus vers le sud mais la qualité de la finale (équilibre et longueur) porte clairement la marque du grand vin MIAM !


Pour conclure :

A défaut de séduire et de convaincre totalement les dégustateurs de ce soir, ces vins blancs italiens nous ont étonné par leur originalité. Cette sélection de 7 bouteilles a été composée par François avec comme objectif avoué de nous faire sortir des sentiers battus en nous faisant découvrir quelques cépages autochtones dont nous ignorions l’existence jusqu’à aujourd’hui…et il faut bien reconnaître que l’amateur de sensations nouvelles trouve une offre vinique très conséquente dans le vignoble italien.

Ceci étant dit, j’avoue que je reste toujours aussi hermétique aux charmes de ces vins transalpins…même si je goûte plus facilement les blancs que les rouges.
La série de ce soir nous présentait des bouteilles vendues entre 15 et 20 euros qui se sont laissées boire sans déplaisir mais il faut bien reconnaître qu’aucune d’entre-elles n’a soulevé une vague d’enthousiasme.
Certes les deux vins de Bucci sont vraiment réussis et La Vila 2013 est une vraie belle quille mais aucun de ces vins ne remet en question ma vénération pour les grands blancs français…navré d’être aussi chauvin !!!

- Mille mercis à François et Stefan de continuer à élargir nos horizons viniques.

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau