Ces DiVINes alsaciennes qui nous régalent...une fois de plus !


Comme elles nous l’avaient annoncé lors de leur conférence de presse, le 7 avril 2014, les DiVINes ont investi l’Hôtel Régent Petite France de Strasbourg pour organiser un petit festival des sens autour des vins d’Alsace.

Dsc 1261
L’entrée de l’hôtel Régent au centre du quartier de la Petite France

Pour organiser cette manifestation, les DiVINes ont mobilisé 37 domaines alsaciens et 3 représentantes emblématiques de la gastronomie régionale pour nous proposer la dégustation d’uns soixantaine de vins sur 8 ateliers thématiques originaux.

Dsc 1262
Verre et carnet de dégustation…la fête des sens peut commencer !

Hélas, dans cette ambiance dédiée à la convivialité et au plaisir des sens, je n’ai pas pu être beaucoup plus sérieux que lors de la première édition : après quelques mots gribouillés à propos des deux premiers ateliers (j’étais vraiment parti pour être sérieux… !), j’ai vite laissé tomber le stylo pour me laisser aller à une dégustation purement hédoniste.
Hoppla c’est parti !


Atelier 1 : le bar à crémants.

Dsc 1265

Pour bien commencer le circuit l’atelier dédié aux crémants d’Alsace nous propose une première étape désaltérante avec 9 cuvées qui déclinent les diverses expressions possibles des bulles alsaciennes : charme et fruit Comme le crémant B de Becker, vinosité et complexité comme le crémant Chardonnay de L. Hauller ou élégance comme le crémant Cuvée Nicole de Bott frères


Atelier 2 : le sylvaner dans tous ses états

Dsc 1267

Voilà un atelier qui me fait penser à l’aphorisme d’Albert Seltz qui dit : « il n’y a pas de grands et de petits cépages, il n’y a que des grands et des petits vignerons » et où les diVINes nous ont sélectionné une série de 7 sylvaners : frais et légers ils sont de remarquables vins de copains ou de soif comme le sylvaner Blienschwiller 2012 du domaine Kintz, plus complexes et plus denses ils parlent de leur terroir avec beaucoup d’intelligibilité comme le sylvaner Vieilles Vignes 2010 de Stentz-Buecher, récoltés en sur-maturité ils sont capables de révéler des équilibres très gourmands comme le sylvaner Clos Saint Landelin 2010 de Muré.


Atelier 3 : Accords gourmands avec Babette Lefebvre

Dsc 1268  Dsc 1269
Les DiVINes au service et Babette au travail…

4 bouchées élaborées par la seule femme étoilée d’Alsace nous ont permis de vérifier que nos vins blancs s’entendaient à merveille avec des plats aux senteurs extrême-orientales. Nous avons eu le plaisir de célébrer les mariages suivants :

- le riesling Clos Liebenberg 2012 du domaine V. Zusslin et le riesling 2012 de C. Riss avec un « Tartare de poissons, pommes Granny-Smith et fenouil, caviar de hareng, crème au wasabi »

- le sylvaner Heisse Wanne 2012 du domaine Dirler-Cadé et le riesling Ortel 2011 du domaine Stentz-Buecher avec une « Salade de lentilles vertesau vinaigre noir, crevettes, yaourt et épices tandori ».

- - le pinot gris Weingarten 2011 du domaine Bernhard&Reibel et la cuvée Engelgarten 2011 du domaine M. Deiss avec une « Purée de céleri rave, étuvée de shitakés à la coriandre, écume de thé fumé ».

- - le riesling G.C. Pfersigberg 2011 du domaine Zinck et le Muscat 2012 du domaine M. Griss avec une « Mousseline de patates douces, foie gras et 5 épices à la vapeur, éclats de noix de cajou caramélisés ».


Atelier 4 : memory terroirs

Dsc 1270

La dégustation comparative de vins issus de 3 terroirs à forte identité géologique a été pour moi l’un des exercices les plus intéressants de ce parcours sensoriel :

- l’élégance absolue des vins nés sur les grès du Kessler était parfaitement incarnée par le riesling G.C. 2011 et le gewurztraminer G.C.2009 du domaine Dirler.

- alliant à merveille richesse et sapidité le pinot gris G.C. 2010 du domaine J.C. Gueth et le gewurztraminer G.C. 2010 du domaine Zinck nous prouvent que les vins issus du terroir marno-calcaire du Goldert réussissent à exprimer de la générosité sans tomber dans l’excès de lourdeur.

- le terroir complexe du Furstentum (marno-calcaro-gréseux) est reconnu pour son aptitude à produire des vins expressifs et subtils à la fois ; le pinot gris G.C. 2011 du domaine Bernhard est un pur bonheur et le gewurztraminer G.C. 2007 du domaine Bott-Geyl est superbe dans sa phase de plénitude.


Atelier 5 : Accords gourmands avec Christine Quesnot

Dsc 1271

La longue table qui présentait une sélection fromages servis à un niveau d’affinage parfait par Christine Quesnot (fromagerie Saint Nicolas à Colmar) était prise d’assaut par les visiteurs curieux de tester les associations gustatives proposées : 7 fromages et 14 vins (2 par fromage), un exercice certes très intéressant mais qui demande une ambiance un peu plus sereine…j’ai goûté quelques fromages et quelques vins par gourmandise mais j’avoue ne pas avoir joué le jeu en essayant de comparer les sensations laissées par ces différents accords.
Quand j’en ai eu assez de me faire marcher sur les pieds, je suis passé à l’atelier suivant…il y a encore bien des choses à découvrir ce soir !


Atelier 6 : qui suis-je ?

Dsc 1272

Arrivé dans le second salon où 3 nouveaux ateliers sont installés je me livre au jeu de la dégustation à l’aveugle dans des verres noirs, une expérience qui me met une fois de plus face à l’indigence de ma culture vinique.
Malgré des années de travail acharné, verre en main, je reste toujours aussi nul dans cet exercice…d’accord, c’est désespérant mais il faut quand même dire que les DiVINes avaient constitué pour cette occasion une série particulièrement difficile avec 10 vins atypiques et très piégeux comme des Blancs de Noirs du domaine J.C. Gueth ou du domaine Bernhard&Reibel, la cuvée Audace 2011 du domaine Schoenheitz, la cuvée Tout NATUREllement 2012 du domaine Beck-Hartweg ou encore quelques vins d’âge vénérable comme le riesling G.C. Kanzlerberg 1985 de S. Spielmann ou le gewurztraminer Réserve Particulière du domaine Pfister.


Atelier 7 : to be sweet or not to be

Dsc 1276

Pour oublier l’humiliation subie à l’atelier précédent je me rends très vite à la table voisine où nous sommes invités à apprécier 6 cuvées qui nous donnent des interprétations bien particulières de la sucrosité dans les vins d’Alsace.

Je suis tombé sous le charme du riesling G.C. Hengst 2010 du domaine Barmes-Buecher, loin des canons habituels de puissance de ce Grand Cru mais séduisant par son irrésistible suavité. Le pinot gris .V.T. 2007 du domaine Sipp-Mack, nous a rappelé combien des vins riches mais bien nés pouvaient gagner en finesse avec l’âge…mais aussi que les grands Alsace de 2007 sont vraiment à point aujourd’hui !
Le riesling G.C. Brand V.T. 1997 du domaine Josmeyer a développé une palette aromatique de vin d’Alsace vieux (un peu « tisane ») que je n’apprécie plus trop en ce moment (mais mes voisins de table ont beaucoup aimé…comme quoi !), par contre la qualité de sa présence en bouche m’a vraiment bluffé…respect !


Atelier 8 : accords gourmands avec Chantal Rebert

Dsc 1277

Le dernier atelier que j’ai rejoint un peu trop tardivement pour pouvoir savourer toutes les spécialités préparées par cette pâtissière de renom mais j’ai quand même pu me faire plaisir avec deux accords magistraux :

- le macaron mandarine-baies roses et un gewurztraminer G.C. Sonnenglanz 2007 du domaine Bott-Geyl, un ton sur ton évident mais de grande classe.

- le mini éclair citron avec un riesling Silberberg SGN 2007 du domaine Pfister, une pâtisserie assez classique mais avec des saveurs dosées à la perfection et un grand vin mûr mais d’un raffinement extrême…un couple presque parfait !

Dsc 1273
La terrasse au bord de l’eau derrière l’hôtel permet aux visiteurs de récupérer entre deux ateliers…


Dsc 1275
…et aux organisatrices de s’accorder une petite pause « Carola » !

Pour conclure :

- Il est évident qu’un athée convaincu comme moi n’est pas prêt à reconnaître une « divine essence » (« diVINes et sens » !!!) à quiconque mais bon, je dois quand même avouer qu’une fois de plus ces déesses autoproclamées du vin d’Alsace ont crée un évènement qui m’a laissé entrevoir la possibilité d’un paradis sur terre…rien que ça !

- Après une première édition très réussie en 2012, les DiVINes ont gardé le même fonctionnement avec 8 ateliers thématiques autour des vins d’Alsace, mais l’ouverture d’un deuxième espace de dégustation a permis une bien meilleure répartition du flux des visiteurs et un réel gain de confort pour nous permettre de profiter pleinement de ce superbe parcours gustatif.

Dsc 1278
- Comme je l’ai déjà écrit en 2012 « DiVINes et sens » fut encore une occasion de plus offerte aux amateurs de vins d’Alsace de vivre un grand moment de plaisir et de culture vinique et gastronomique…encore une preuve supplémentaire que notre région est une terre bénie pour les œnophiles.
A bon entendeur…

- Mille mercis les filles pour ces instants...divins bien sûr !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau