Domaine Roland Schmitt à Bergbieten - 2013

DEGUSTATIONS PRINTANIERES EN ALSACE


Avec notre séjour estival à Grospierres qui approche, la nécessité d’une petite tournée dans le vignoble alsacien se faisait de plus en plus pressante, histoire de constituer mon petit stock de bouteilles à livrer ou à déguster en terre ardéchoise.
Après un printemps très hivernal, l’Alsace connaît un premier épisode caniculaire en cette mi-juin…37° à l’ombre, c’est beaucoup trop pour moi, heureusement que notre Route des Vins, qui fête son soixantième anniversaire cette année, nous offre une série d’adresses vigneronnes où le vin est bon et la cave bien fraîche.
Comme le conseille le Ministère de la Santé « En cas de chaleur excessive, les personnes âgées doivent penser à se rafraîchir et à s’hydrater ».
Il n’y a donc pas de temps à perdre…Hoppla, c’est parti !

Domaine Roland Schmitt à Bergbieten

88136665-o.jpgEn arrivant à Bergbieten par la route de Balbronn.


Privé de pique-nique au domaine Schmitt, pour avoir trop tardé à réserver mes places, je n’avais pas encore pu déguster leur gamme actuelle…grave lacune que j’allais m’empresser de combler aujourd’hui en faisant ma seconde halte de la journée à Bergbieten !

Malgré la chaleur étouffante, Julien travaille à la vigne car comme le dit la patronne : « avec un sol gorgé d’eau et cette chaleur qui perdure la vigne est belle mais elle demande un suivi permanent ».

88136690-o.jpgIl n’y a pas que la vigne qui se porte bien à Bergbieten…

Anne-Marie Schmitt qui assisté son fils durant une bonne partie de l’après-midi, avoue ne pas être mécontente d’avoir été obligée de le laisser seul dans ses vignes pour m’accueillir…et c’est dans la fraîcheur du caveau de dégustation du domaine que nous faisons un petit tour d’horizon des cuvées proposées au tarif actuellement :

Sylvaner Grand A du Petit Léon 2012 : le nez est très suave sur le raisin frais, les fruits blancs et les fleurs (sureau et fleur de vigne), la bouche est ample avec une acidité souple qui donne un équilibre très gourmand à l’ensemble, la finale très sapide commence a exprimer une belle minéralité.

88137844-o.jpg
Un petit peu moins exubérant que le 2009 mais plus tendre que le 2010, ce grand A se distingue par son aromatique particulièrement élégante et par sa présence en bouche qui porte la marque d’un très grand terroir. MIAM !

Pinot Blanc 2012 : le nez est plus discret et un peu plus simple avec sa palette finement florale, la bouche révèle un fruité mûr, une stature assez longiligne et une finale agréable même si elle manque un peu de vivacité.
Avec son caractère bonhomme et consensuel ce pinot blanc constitue un choix prioritaire pour qui cherche un vin d’été bien fait, désaltérant et convivial…le vin de copains par excellence !

Riesling Glintzberg 2012 : le nez est subtil mais très distingué sur un registre floral, la bouche est élégante avec une acidité fine et mûre mais qui soutien l’ensemble avec beaucoup d’harmonie et une finale qui laisse apparaître une belle salinité.
Ce coteau situé à l’ouest de l’Altenberg de Bergbieten, génère des cuvées qui montrent de plus en plus une vraie identité : peut-être moins complexes que ceux nés sur le Grand Cru, les vins du Glintzberg sont faciles et séduisants tout en étant assis sur une solide trame minérale.

Riesling Thalberg 2012 : le nez est suave et très raffiné avec de très belles notes de rose sauvage, la présence en bouche est superbe avec une matière assez généreuse tendue par une acidité longue et une puissante salinité.

88137895-o.jpgMalgré sa mise récente cette cuvée montre un profil très racé qui porte déjà la marque de ce terroir contigu à l’Altenberg…j’ai l’impression que ce Thalberg est en train de s’imposer comme l’autre grand riesling du domaine. MIAM !

Muscat Glintzberg 2012 : le nez est exubérant mais très fin avec une palette florale assez complexe (fleurs blanches, sureau), la bouche révèles quelques rondeurs mais reste légère et gourmande grâce à une acidité souple mais présente.
Avec une partie des raisins vendangée en légère surmaturité ce muscat croquant, guilleret et séducteur interprète ce cépage comme j’aime. MIAM !

Riesling G.C. Altenberg de Bergbieten 2010 : le nez est fin et complexe avec des notes de fruits blancs, d’agrumes frais et d’anis derrière lesquelles pointent déjà de belles nuances minérales, la bouche est ample, structurée et bien droite, la finale bien saline laisse persister une délicate sensation tannique.


88137912-o.jpgAprès un 2009 très épanoui, voilà une version plus classique de l’interprétation de ce terroir argilo-marneux riche en gypse : vertical, précis, complexe et marqué par une puissante empreinte saline…un grand riesling dans un très grand millésime.
A mettre en cave d’urgence…

Gewurztraminer Glintzberg 2012 : le nez est ouvert et complexe sur les fleurs blanches, les épices et les herbes aromatiques (coriandre, basilic), en bouche la matière est assez généreuse mais l’équilibre reste sec et digeste, la finale laisse persister de belles notes poivrées sur un fond légèrement salin.

88137955-o.jpgTrès abordable dans sa prime jeunesse mais structuré par une charpente minérale de grande classe, ce gewurztraminer est la troisième belle cuvée que les Schmitt réalisent sur le coteau du Glinzberg…un terroir noble et polyvalent !

Pinot Gris G.C. Altenberg de Bergbieten 2012 : le nez est assez réservé avec une palette aromatique très « blanche » (fruits et fleurs), en bouche, après une attaque douce et suave, la matière se déploie ample et concentrée mais l’équilibre reste étonnamment sec, la finale est longue et très harmonieuse.
Remarquable de puissance mais avec une structure bien tendue ce pinot gris exprime le millésime d’une façon assez particulière : ceux qui s’attendront à de la douceur en seront pour leurs frais, cet Altenberg est sans concession.
Grand vin en devenir !

Gewurztraminer G.C. Altenberg de Bergbieten 2011 : le nez est délicat et raffiné avec des arômes de fleurs sauvages (aubépine, mauve, violette), la bouche est soyeuse avec une silhouette élégante malgré une matière assez généreuse, l’Altenberg se montre timidement en finales avec une belle salinité naissante.
Le quatrième cépage travaillé par les Schmitt sur le Grand Cru tient facilement son rang : avec sa complexité aromatique naissante et son profil minéral qui se dessine peu à peu…aucun doute n’est permis !


88137969-o.jpgLes pentes douces de l’Altenberg dans la lumière du soir

Pinot Noir 2012 : le nez est ouvert et facile sur les fruits rouges frais, la bouche est légère et agréable avec une texture bien glissante et une très fine trame tannique qui soutient la finale.
Juteux, fruité, léger mais avec de la tenue ce pinot noir séduit par sa franchise et sa gourmandise…indispensable pour régaler une tablée d’amis ou pour arroser dignement un barbecue estival.

Comme chaque année, le domaine Schmitt a élaboré une gamme de vins sans fausse note : la grande majorité de leurs cuvées sont produites sur le Grand Cru Altenberg ou sur des coteaux voisins bien identifiés et hautement qualitatifs.
A la vigne comme en cave Julien travaille avec calme et méticulosité pour concevoir des vins qui expriment de la plus belle façon qui soit la nature saline des terroirs marno-calcaires autour de Bergbieten.
Après avoir obtenu le label BIO pour sa viticulture en 2010, Julien Schmitt a vu ses cuvées 2012 estampillées « vin biologique », concrétisation légitime d’une démarche éco-responsable que ce jeune vigneron privilégie depuis de longues années, sans pour autant tomber dans certaines postures extrêmes qui peuvent mettre en péril cette constance qualitative qui caractérise ses vins.
Bravo !


88138114-o.jpgDécouverte du nouveau label sur les contre-étiquettes des bouteilles du millésime 2012.

Sur 2012 le Glintzberg a produit des cuvées expressives et concentrées, très hautes en couleurs et le Thalberg a généré un riesling profond et salin, digne de figurer à côté des meilleurs…
L’Altenberg confirme son statut de terroir serein et régulier qui a « amorti » les excès de trois millésimes pourtant fort différents (10, 11 et 12) en livrant des matières équilibrées tout en imprégnant les structures d’une minéralité presque transcendantale.

Merci à Anne-Marie Schmitt pour son accueil et bonne chance aux deux frères pour ce nouveau millésime.


Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau