Visite au domaine Albert Boxler à Niedermorschwihr

TOURNEE D’ETE EN ALSACE : DAMBACH ET NIEDERMORSCHWIHR

J’étais en train de reprendre mes notes à propos de ma dernière visite au domaine Emile Beyer avec la ferme intention de terminer mon article avant de partir en vacances, lorsque l’ami François m’appelle pour me proposer une nouvelle petite escapade dans le vignoble alsacien en compagnie de l’ex-sommelier de L’Astrande, un célèbre 3 étoiles parisien.
Bien évidemment j’ai accepté et c’est ainsi que nous avons eu le plaisir de passer une très belle journée en compagnie d’Alexandre, œnophile curieux et cultivé, installé depuis peu au Japon avec son épouse.
Comme l’emploi du temps de notre invité était particulièrement contraint nous avons organisé un parcours réduit en ciblant les crus granitiques de Dambach et de Niedermorschwihr : la première halte sera destinée à prendre contact avec un vigneron susceptible de travailler à l’export avec le Japon et la seconde sera consacrée aux deux vignerons emblématiques du Sommerberg.
Hoppla c’est reparti !

1 44
Le village de Niedermorschwihr vu du coteau du Sommerberg…je ne m’en lasse pas !

 

Domaine Albert Boxler à Niedermorschwihr

6 44

Après un très bon repas de midi à Ingersheim, chez Jean-Philippe Gugenbuhl – pour changer – nous nous retrouvons dans la cour du domaine Boxler où nous assistons en direct au traitement à l’hélicoptère des vignes du Sommerberg…impressionnant !

7 43
L’entrée du domaine situé au pied de l’amphi ouest du Sommerberg

8 40
L’hélicoptère au travail dans le Sommerberg.
9 40
…avec un pilote qui réalise de vraies acrobaties aériennes.

Revenant d’une tournée d’inspection dans ses parcelles de vignes Jean Boxler semble préoccupé : « Je suis dans les vignes de 5 heures du matin jusqu’au soir pour surveiller l’évolution des maladies. Le mildiou a bien attaqué de nombreuses parcelles et j’ai commencé à voir apparaître de l’oïdium à certains endroits. Ce qui me fait rager c’est que l’autorisation de traiter le Sommerberg à l’hélicoptère est venue bien trop tard…aujourd’hui on court après ce temps perdu ! ».
« C’est le pire millésime que j’ai connu jusqu’ici…en 20 ans c’est la première fois que je vois du mildiou dans le Sommerberg ».
Malgré les stress, le vigneron nous accordera une bonne heure de son temps pour nous présenter une grande partie de la gamme de vins du domaine.

10 38
Petit intermède au calme dans la « Stube » du domaine Boxler

Pinot Blanc 2014 : expression aromatique classique, toute en finesse et en délicatesse, belle présence en bouche avec un joli gras et une finale sapide.
Pinot Blanc B 2014 : nez racé, notes de fruits blancs, touche pierreuse manifeste, matière dense, belle salinité, amers minéraux en finale.

11 40

La cuvée traditionnelle de pinot blanc magnifie le cépage avec une vraie gourmandise alors que la cuvée « B » née sur les granits du Brand nous fait entrer dans le monde des vins de terroir. Ces deux pinots blancs parfaitement travaillés nous donnent une furieuse envie de découvrir la suit de la gamme. MIAM !

Riesling Grand Cru Sommerberg-Jeunes Vignes 2014 : palette aromatique nette mais assez discrète, acidité vive et immédiate en bouche, équilibre sec, sensations tanniques délicates, finale tendue avec de belles notes de citron frais.

12 37

La série de rieslings du Sommerberg s’ouvre avec cette cuvée de jeunes vignes encore un peu sur la retenue au plan aromatique mais déjà bien marqués par le terroir dans sa structure acide et minérale.

Riesling Grand Cru Sommerberg 2014 : nez frais mais très discret, acidité immédiate et vibrante, grande profondeur et présence tannique assez intense, finale très saline.
(2 parcelles situées à mi-coteau)
Riesling Grand Cru Sommerberg-E 2014 : nez assez ouvert sur les agrumes, ample et dense en bouche, acidité qui étire et affine la finale, sillage aromatique sur le citron et le caillou, amers minéraux très salivants.
(parcelle sur le lieu-dit Eckberg, situé dans le haut de l’amphi 3 du Sommerberg)
Riesling Grand Cru Sommerberg-D 2014 : nez expressif, palette exotique très séduisante, matière généreuse et concentrée, notes d’ananas frais bien gourmandes, finale fraîche, retour aromatique sur le citron et les fruits exotiques.
(parcelle sur le lieu-dit Dudenstein, situé dans l’amphi 1 du Sommerberg)
Avec leurs personnalités déjà bien dessinées ces 3 rieslings du Sommerberg affirment leur style et leur classe avec une précocité étonnante : les matières sont charnues et très bien organisées et les trames minérales sont déjà incroyablement pénétrantes…aucun doute possible ce sont de très grands vins !

Lorsqu’on a dégusté des cuvées aux identités si bien marquées, on comprend tout à fait pourquoi Jean Boxler a décidé de les vinifier séparément et de leur attribuer leur propre étiquette…et pour la petite histoire il nous apprend que son père faisait déjà pareil mais sans pour autant préciser la différence sur les étiquettes « mais il connaissait le goût des ses clients et s’arrangeait toujours pour leur proposer la cuvée de Sommerberg qu’ils avaient l’habitude d’apprécier ».

Riesling G.C. Brand 2014 : fruité mûr, beaux arômes d’ananas avec une fine touche anisée, sec et droit en bouche, développement aromatique sur les fruits exotiques avec une fine touche d’aspérule odorante, légère tannicité et amers minéraux en finale.
Riesling G.C. Brand-K 2014 : nez discret, palette fine et complexe, matière équilibrée, pleine et concentrée, texture lisse et finale tonique sur le citron frais.
Nés sur le coteau du Brand, ces 2 rieslings brillent par leur finesse aromatique et leur gourmandise en bouche même si la cuvée K issue de la vieille vigne du lieu-dit Kirchberg (plantée en 1946) demandera encore quelques années de garde pour se révéler pleinement.

13 37
La quintette magique du domaine Boxler.

Pinot Gris G.C. Sommerberg-W 2013 : nez réservé, finesse et complexité, ample et généreux en bouche, finale plus tonique et délicatement épicée.

14 31

Cette cuvée originaire d’une parcelle située dans l’amphi 4 du Sommerberg, sur le lieu-dit « Wibthal » dégage déjà une belle impression d’élégance et de plénitude mais je pense qu’il faudra encore quelques années de patience pour arriver à sentir toute l’étendue de son talent. Grand vin !

16 31
Le Wibthal dans le Sommerberg

Gewurztraminer G.C. Brand 2014 : olfaction suave et distinguée, matière bien riche, moelleux confortable en milieu de bouche, présence saline qui se manifeste progressivement, finale sapide et délicatement épicée.
Malgré un millésime très compliqué pour ce cépage, le gewurztraminer Grand Cru du domaine Boxler nous séduit par sa pureté et son élégance.
J’imagine le travail qu’il a fallu abattre à chaque étape de l’élaboration de ce vin...chapeau !

Pinot Gris G.C. Sommerberg SGN 2008 : nez vif et fringant, arômes de tarte au citron, matière opulente, presque massive mais acidité solidement tendue qui dynamise l’équilibre, notes de fruits jaunes bien mûrs, finale longue, fraiche et légèrement tannique..

15 30

L’apothéose de cette belle dégustation sera réalisée par cette grande cuvée de grains nobles qui commence sa phase de maturité optimale mais qu’on sent partie pour faire la nique au temps qui passe. MIAM !


Comme tout oenophile féru de vin d’Alsace, je ne rate jamais une occasion de déguster un vin signé Boxler et pourtant je n’ai eu l’occasion de visiter ce domaine qu’une seule fois durant ma longue carrière de picoleur…et c’était en 1995, donc bien avant la naissance des espaces virtuels consacrés au vin.
Autant dire que j’ai accepté avec beaucoup d’enthousiasme de suivre François et Alexandre et de m’arrêter avec eux pour cette étape à Niedermorschwihr.

Malgré le stress engendré par l’intensité inédite de la pression des maladies dans les vignes (surtout du mildiou), Jean Boxler nous a reçus avec beaucoup de sympathie pour nous faire découvrir une belle série de vins.

J’ai pu vérifier une fois encore que la réputation des cuvées de ce domaine n’était vraiment pas usurpée : dès le premier pinot blanc on sent une précision millimétrée des équilibres et une pureté absolue des expressions aromatiques…, bref, une exigence qualitative sans concession. Bravo !

La série de rieslings du Sommerberg nous propose des vins qui impressionnent par leur densité et par la force de leur caractère et les deux rieslings du Brand nous emmènent dans un univers de plaisir et de volupté.
Mais les autres cépages ne semblent pas en reste car les deux pinots gris et le gewurztraminer servis par Jean Boxler en fin de dégustation m’ont tout à fait convaincu.

Bien évidemment, le prix de certaines bouteilles de Grand Cru qui subissent une pression toujours croissante de la demande, peut faire réfléchir l’amateur – les grandes cuvées frisent les 50 euros chez les cavistes – mais la gamme du domaine est vaste et propose un large choix de vins plus accessibles mais travaillés avec la même exigence...à encaver sans hésiter !

Merci à Jean Boxler pour son accueil.

Commentaires (2)

1. pierre_radmacher (site web) 29/08/2017

Bonjour,
Si vous voulez rendre visite à A. Boxler, il faut prendre contact directement avec le domaine.

2. BIASOLI 29/08/2017

Bonjour,
Nous sommes un club de Toulouse Auto-Légend et organisons une sortie voitures sportives anciennes en Alsace du 7 au 14 octobre 2017. (seront hébergés à Colmar)
Nous souhaiterions visiter votre caveau et déguster vos vins pour un groupe de 30 personnes si possible le matin.
merci de nous confirmer si cela est possible
Cordialement
Gilbert Biasoli Organisateur
0682231367 gilbertbiasoli@wanadoo.fr

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau