Journée "Portes Ouvertes" au domaine Barmès Buecher - Edition 2017

Dsc 0441

Après avoir raté l’édition 2016 de cette journée « Portes Ouvertes », c’est avec un réel plaisir que j’ai repris la route des vins en direction de Wettolsheim pour découvrir les dernières cuvées du domaine Barmès-Buecher.

Dsc 0438
Le coteau du Hengst au printemps 2017.

Le temps est au beau fixe et je suis certain que l’équipe du domaine aura préparé, comme chaque année, quelques belles surprises pour nous régaler.
Voilà un dimanche printanier qui s’annonce bien…hoppla, c’est parti !

Dsc 0439
Wettolsheim dans son océan de vignes…et les 3 châteaux d’Eguisheim au loin.

Après une courte promenade matinale dans les vignes au dessus de Wettolsheim, je me rends dans la grande cour du domaine Barmès-Buecher où je suis accueilli par la patronne qui me présente le programme des festivités tout en me versant un verre de Muscat Ottonel 2015.

Dsc 0459
La patronne accueille ses clients…

Dsc 0442
…avec un verre de muscat ottonel 2015

Avec son fruité éclatant, ses notes florales très raffinées et son équilibre en bouche précis et fin, ce muscat possède juste assez de sucres résiduels pour appuyer sa gourmandise et sa consistance en bouche.
C’est un vin épanoui et aromatique avec une matière glissante et une finale appétante…bref un muscat comme j’aime !


Après cette petite friandise qui nous a mis dans les meilleures dispositions possibles pour enchaîner les différents ateliers de dégustation du jour, je m’arrête au « Bar à sushis » de Sophie.
Au programme 3 vins :
Riesling Clos Sand 2014 : nez pur et zesté, longiligne et très droit en bouche, finale très sapide avec des amers salivants et un beau sillage sur me pamplemousse
(terroir de sables granitiques)
Riesling Grand Cru Hengst 2013 : nez moins expressif avec de fines notes d’herbes aromatiques, matière ample et consistante, structure solide avec une petite présence tannique en finale.
(terroir marno-calcaire)
Pinot Gris Rosenberg 2014 : palette discrète mais très séduisante, notes de froment avec une fine touche d’élevage, matière ample, équilibre sec mais gras sensible, petit grip tannique en finale.
(terroir argilo-calcaro-gréseux)

Dsc 0443

Ces trois vins bien secs et tramés par de belles salinités sont certes encore un peu jeunes pour donner toute la mesure de leur talent mais leurs potentiels respectifs sont évidents.
Malgré un peu de retenue sur le plan aromatique, le Clos Sand 2014 semble être bien en place alors que le Hengst 2013, sombre et puissant, aura besoin de quelques années supplémentaires pour s’harmoniser.
Avec le pinot gris élevé en demi-muids, on change un peu d’univers : la belle arête acide enrobée par un très beau gras et la fine touche boisée me font un peu penser à un cru bourguignon…et j’aime ça !

Hélas je ne suis vraiment pas un grand amateur de sushis et je n’ai donc pas essayé de voir comment ces trois vins aux personnalités fort différentes allaient réagir face aux saveurs très particulières de ces bouchées.
Ceci dit, avec les tanins et les amers minéraux qu’on percevait très nettement à la dégustation, l’association avec des chairs de poisson crues ne pouvait que réussir.

Dsc 0458
Sophie au bar à sushis…

Dsc 0444
…et les fameuses bouchées élaborées par la maison Shoon de Strasbourg.


La suite de ce parcours gourmand se déroule « sous terre » dans la grande cave du domaine avec un atelier vin et charcuterie, un atelier vin et fromage et un atelier vin et chocolat…allez on plonge !

Dsc 0447
Descente vers les ateliers en cave.

Dsc 0455
Maxime qui anime l’atelier « vins et charcuteries »

Dsc 0448
De la charcuterie…et de la vraie, proposée par l’épicerie fine Sézanne de Colmar


L’atelier « Charcuteries et vins » nous propose de goûter 3 vins avec 3 charcuteries différentes :

Riesling Grand Cru Steingrubler 2011 : nez complexe et bien mûr, palette exotique (carambole, ananas, citron vert), structure large, matière opulente avec un joli gras, finale digeste rehaussée par des amers nobles.
(terroir argilo-marno-calcaire avec des arènes granitiques)
Avec la suavité de son aromatique et la douceur de sa texture, ce riesling n’a eu aucune difficulté à dialoguer avec le salchichon de Pages Vic, un saucisson ibère aux saveurs délicates.
Un accord parfait sur le thème de la finesse.

Riesling Grand Cru Hengst 2011 : nez assez discret, notes d’agrumes mûrs, matière dense avec une acidité fine mais structurante, finale très saline, sillage fruité, épicé et minéral.
(terroir marno-calcaire)
Le riesling du Hengst se présente avec une expression olfactive plutôt riche mais commence à révéler sa structure caractéristique alliant puissance et générosité.
Il fallait bien ça pour répondre à un saucisson corse fermier au goût très relevé ?
Un accord haut en couleur qui montre la force de ce grand terroir alsacien.

Gewurztraminer Rosenberg 2012 : nez délicat, palette florale très élégante, matière juteuse, structure souple et texture bien glissante, finale fraîche et sapide.
(terroir argilo-calcaro-gréseux)
Ce gewurztraminer tout en finesse et en distinction a réussi à créer une relation assez surprenante mais très convaincante avec ce très grand jambon espagnol, un Mangalica afiné 32 mois.
Un accord de très grande classe !

Dsc 0450
Des accords vins d’Alsace et charcuterie qui n’ont pas fini de nous étonner !


L’atelier suivant nous invite à déguster « 2 grands fromages et 2 grands vins » :

Gewurztraminer Grand Cru Steingrubler 2011 : nez franc et tonique, palette exotique complexe, matière riche et concentrée en bouche, liqueur fruitée très gourmande, longue persistance aromatique en finale.
(terroir argilo-marno-calcaire avec des arènes granitiques)
Avec son équilibre de V.T. (91,1g SR et 4,6g AT) ce premier gewurztraminer est une friandise absolue qui se livre avec une spontanéité réjouissante…à tel point que je n’aurais jamais pensé à le servir avec un quelconque aliment.
Mais je dois bien avouer que j’ai été bien inspiré de tenter l’expérience proposée aujourd’hui au domaine Barmes-Buecher : ce vin a réalisé un accord un peu inattendu mais d’une parfaite cohérence avec l’exceptionnel Comté 30 mois de la maison Antony.
Eh oui, il n’y a pas que le Château-Châlon qui accompagne harmonieusement ce fromage jurassien !

Gewurztraminer Grand Cru Hengst-Cuvée François 2011 : nez complexe et raffiné, palette florale avec de fines notes d’épices douces, équilibre liquoreux en bouche, matière dense et charnue, très belle expression minérale en finale.
(terroir marno-calcaire)
Le second gewurztraminer qui est une SGN non revendiquée (112,2g SR et 5,2 AT) montre un caractère exubérant et épanoui mais reste très digeste en bouche.
Face à une Fourme d’Ambert à parfaite maturité, ce vin a pris du volume tout en intensifiant son expression aromatique.
Un accord entre une pâte persillée et un liquoreux, classique mais parfaitement réussi…à faire et à refaire !

Dsc 0452
Les deux couples vin/fromage…des mariages d’amour !


La dernière étape avant la remontée vers la lumière du jour nous présente un accord souvent compliqué entre « Vin et chocolat » :

Gewurztraminer Grand Cru Hengst SGN 2007 : nez intense, notes d’agrumes confits et d’épices, fine touche vanillée, matière puissante, équilibre opulent, finale longuement aromatique, belle sapidité.
(terroir marno-calcaire)
Ce gewurztraminer plein d’énergie et d’une jeunesse insolente n’a eu aucun mal à tenir tête à un chocolat 73% cacao proposé par la maison Grimmer, artisan-chocolatier à Wintzenheim, et a vu sa palette épicée rehaussée par les arômes chocolatés.
Un accord inattendu qui prouve une fois encore que les grands gewurztraminers alsaciens disposent de ressources gastronomiques encore insoupçonnées.


L’ultime étape de mon parcours se déroule dans le caveau des Barmès-Buecher pour une petite dégustation verticale des « Grands vins rouges » du domaine.

Dsc 0460
Le caveau du domaine avec une présentation originale de la gamme Barmès-Buecher…

Dsc 0461
…et le bar où les visiteurs sont invités à déguster les pinots noirs du domaine.

Pinot Noir Réserve 2015 : fruité éclatant au nez (framboise fraîche, cerise bigarreau…), matière juteuse, équilibre frais, grain tannique caressant, finale longue et gourmande.
Pinot Noir Vieilles Vignes 2014 : nez plus discret, belle complexité, matière charnue assez volumineuse, tannins veloutés, finale étirée, fraîche et salivante.
(terroir marno-calcaire)
Pinot Noir Vieilles Vignes 2013 : nez presque mutique où on devine quelques nuances fruitées et épicées, matière dense, tannins matures et présence saline qui stimule les papilles, finale persistante et particulièrement sapide.
(terroir marno-calcaire)
Pinot Noir Vieilles Vignes 2012 : nez qui commence à s’ouvrir, palette raffinée, fruité mûr, notes de torréfaction et fine touche fumée, matière pleine, riche et concentrée, équilibre précis, finale longue et tonique.
(terroir marno-calcaire)
Ce quatuor nous a fait découvrir les différentes facettes du talent des pinots noirs élaborés au domaine Barmès-Buecher.
Le premier nous régale par la pureté de sa présence fruitée et nous rappelle une fois encore que 2015 est un millésime où l’amateur de beaux vins rouges trouvera surement son bonheur en Alsace.
Les 3 cuvées « Vieilles Vignes » nées sur le coteau classé du Hengst révèlent des personnalités racées et complexes dignes des plus beaux vins de la Côte de Nuits : même si le 2013 aura encore besoin d’un peu de temps pour harmoniser ses éléments constitutifs et révéler son expression aromatique, le 2014 et le 2012 sont déjà très bien en place avec un équilibre et une plénitude qui frisent la perfection.
Voilà une triplette qui apporte une preuve supplémentaire que ce cépage rouge a vraiment sa place sur ce Grand Cru.

Dsc 0463
Carré magique en rouge.

 

Pour conclure :

Si je compte bien, 2017 marque ma quatrième visite printanière chez ces vignerons de Wettolsheim et c’est toujours avec le même plaisir que je profite de cette journée dédiée au vin et à la bonne chère.
Cette année, la famille Barmès-Buecher a choisi de nous sensibiliser au potentiel gastronomique de quelques-unes de leurs cuvées en nous invitant à déguster des associations mets/vins parfois inattendues mais toujours très réussies avec comme point culminant le mariage royal entre la Fourme d’Ambert et le gewurztraminer Cuvée François 2011.

Comme chaque année, j’ai été séduit par la gamme Barmès-Buecher qui nous propose une série de vins de fruits purs et sociables et un large chois de cuvées parcellaires qui portent avec beaucoup de classe les empreintes minérales de leur terroir d’origine. MIAM !!!

Dans ce récital vinique sans fausse je décernerai mes coups de cœur du jour à 2 vins :
- le Muscat Ottonel 2015, exubérant à souhait et d’une irrésistible suavité en bouche…une bouteille idéale pour célébrer l’arrivée du printemps
- le Pinot Noir Vieilles Vignes 2012, un grand vin rouge tout en élégance avec un équilibre idéal, un élevage dosé avec une grande justesse et une présence minérale naissante qui témoigne de la noblesse de son terroir d’origine.

- Mille mercis à toute l’équipe du domaine Barmès-Buecher pour ces beaux moments de plaisirs gourmands…et à l’année prochaine, j’espère !

Dsc 0440
Le domaine Barmès-Buecher en mars 2017

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.