Conférence au CFPPA de Rouffach : le terroir doit-il supplanter le cépage ou bien doit-il le sublimer ?

Dans le cadre des rendez-vous pro des vignerons organisés au Lycée Agricole de Rouffach, j’ai été invité à une conférence sur le thème de la relation cépage/terroir.
Après une après-midi passée à arpenter les coteaux du Frankstein à Dambach, j’ai donc décidé de finir ma journée sur les bancs de l’amphithéâtre du CFPPA pour écouter ce que Stéphanie Teuwen et de Patrick Baudouin pouvaient nous apprendre sur ce sujet.
Hoppla, c’est parti !

Img 0549
Les participants commencent à s’installer sur les bancs de l’amphithéâtre.

Img 0548
Stéphanie Teuwen met au point de ses notes avant son intervention.

Fondatrice de l’agence « Teuwen Communications » Stéphanie Teuwen est considérée comme l’ambassadrice des vins d’Alsace aux Etats Unis.
Patrick Baudouin est un vigneron ligérien au parcours atypique (études d’histoire, travail en usine puis libraire avant de se lancer dans la viticulture en 1990) qui est considéré à l’heure actuelle comme l’un des artisans de la renaissance des grands vins de chenin.

Img 0553
Yannick Mignot ; Patrick Baudouin et Stéphanie Teuwen


La place du terroir dans le marché du vin aux U.S par Stéphanie Teuwen

Quelques idées marquantes :
1. La production U.S. est considérable « tous les états produisent du vin » mais la réglementation en termes de qualité est plus souple qu’en France
2. On trouve des terroirs riches et multiples aux Etats Unis : « rien que dans la Napa Valley, les géologues ont identifié 33 sols différents avec une centaine de variations »
3. Les vins sont surtout identifiés par leur marque, puis par leur cépage et enfin par leur origine – leur A.V.A. : American Viticultural Area – et pour choisir son vin les consommateurs américains s’intéressent d’abord au prix, puis à la marque et au cépage…l’aire de production et le terroir arrivent bien après dans leurs critères de sélection.
4. Avec l’influence des sommeliers newyorkais et l’intérêt grandissant de la jeune génération de consommateurs pour les productions artisanales et authentiques, la notion de vin de terroir a de vraies perspectives d’avenir aux Etats Unis.


Patrick Baudouin, le chenin et les terroirs de la Loire

Quelques idées marquantes :
1. A quarante ans Patrick Baudouin a retrouvé « la voie du chenin » dans son domaine familial et a découvert « l’inouïe complexité des sols angevins ».
2. Refusant la chaptalisation – «  En 1994 j’ai décidé d’arrêter la betterave » – ses cuvées liquoreuses ont été exclues de l’appellation pour manque de typicité et vers la fin des années 90, Patrick Baudouin a commencé à réfléchir sur la façon de travailler le chenin pour « produire un vin sec sur un terroir à botrytis ».
Mission complexe sur ces vignes situées entres 2 cours d’eau dans un climat encore bien marqué par les influences océaniques – « ce fut un apprentissage progressif » – mais en 2001, Patrick Baudouin produit sa première cuvée Effusion.

Img 0560
Patrick Baudouin face à une carte géologique de l’Anjou.

3. La production de blanc sec est encore très marginale en Anjou « le rosé sucré (le cabernet d’Anjou) représente 50% de la production angevine, les blancs moelleux/liquoreux représentent 7%, les blancs secs 5% et pour le reste ce sont des vins effervescents »…pas facile d’imposer un chenin sec dans ces conditions !
4. Le chenin, où plutôt le « ch’nin » avec l’accent local, est un « cépage qui ne supporte pas de hauts rendements et qui n’a pas de caractère variétal fort ».
Le chenin est un cépage qui trouve son identité dans le terroir et le terroir est une notion que Patrick Baudouin défend depuis toujours « ce n’est pas parce qu’on ne peut pas expliquer le chemin entre un caillou et un verre de vin que ce chemin n’existe pas ».

Img 0562
Et si nous allions vérifier tout ça en buvant un verre !!!

AOC Anjou Effusion 2015 : nez flatteur, notes de fruits blancs et de miel de fleurs, silhouette longiligne en bouche, acidité très pointue et équilibre bien sec, salinité très marquée en finale, sillage frais et minéral.
(terroir : cendres volcaniques sédimentées)

Img 0570

AOC Savennières 2014 : nez suave et complexe, notes florales et belles nuances minérales, matière consistante, épaisse et texturée par une trame acide tannique bien définie
(terroir : schistes beiges de l’ère primaire)

Img 0567

Ces deux « ch’nins » très fortement imprégnés par l’expression minérale de leur terroir ont parfaitement illustré les propos de Patrick Baudouin.
J’ai été conquis par l’élégance, la finesse et les salinités remarquablement définies de ces vins à qui je ferais sans hésiter une belle place dans ma cave…il faut vraiment que j’aille faire un tour dans le vignoble angevin !

Img 0566
On parle bien mieux du terroir avec un verre à la main…non !

 
Commentaires (1)

1. LES CAVES (site web) 20/02/2017

Les vin d'Alsace on encore une belle marge de progression aux US mais y sont très appréciés

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau