Les vins du mois de mai 2016

Côtes du Rhône Les Arbousiers 2013
Domaine de la Reméjeanne à Cadignac

Cimg6453

Robe : jaune clair, frange vert-pâle, reflets métalliques.
Nez : vif et stimulant, très belle palette florale relevée par des notes de citron vert.
Bouche : attaque nette et pointue, acidité très tonique, silhouette élancée et finale salivante rehaussée par quelques amers nobles.
Cet assemblage de cépages sudistes (viognier, roussanne, clairette, marsanne et bourboulenc) séduit par la beauté très classieuse de son expression aromatique et étonne par sa tension en bouche qui fait plus penser à l’Alsace qu’à la vallée du Rhône…il faut croire que le vigneron ne s’appelle pas Klein pour rien !!!


Meursault Les Tessons 2009
Domaine Buisson-Charles à Meursault

Dsc 3426

Robe : jaune clair, lumineux avec des reflets or vert.
Nez : complexe et profond, notes d’agrumes frais à l’ouverture, évolution vers une palette de plus en plus raffinée, chair de fruits blancs, mélisse sur un fond minéral d’’une grande pureté qui évoque l’eau de roche.
Bouche : attaque très suave puis montée en puissance progressive, la matière prend du volume, la charpente acide se tend pour réaliser un équilibre parfait, finale sapide avec une salinité presque tactile et des amers nobles, retour aromatique très long.
Quand on a la chance de déguster un « Tessons » de Buisson-Charles dans la plénitude de ses moyens on est sûr de vivre une expérience gustative magique.
Débouchée pour penser un peu à mes amis bourguignons durement touchés par les terribles gelées de mai, cette bouteille m’a fait vivre un réel moment de grâce. MIAM !


VDP d’OC Grand Vin 2012
Domaine La Madura à Saint Chinian

Dsc 3541

Robe : jaune clair, dense mais très brillante.
Nez : riche et envoûtant, palette complexe sur le citron confit et l’ananas frais, notes très suaves de fleurs blanches sur un fond minéral très racé.
Bouche : attaque tout en douceur, matière ample et bien mûre avec un gras très charmeur, acidité fine mais très bien en place qui équilibre la structure et tonifie une finale digeste et longuement aromatique.
Réalisée à partir de sauvignons récoltés sur des terroirs argilo-calcaires et travaillés « à la bourguignonne » en pièces de 1 ou 2 vins, cette cuvée donne une interprétation pleine de volupté et de raffinement de ce cépage.
Il ya de la suavité, de la densité et de la profondeur dans ce jus...pas de doute, l’édition 2012 du Grand Vin de la Madura est vraiment remarquable. MIAM !


Pinot Gris Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2010
Domaine Schmitt à Bergbieten

Cimg6468

Robe : jaune clair, assez épais, reflets argentés.
Nez : délicat et très complexe, évoluant constamment, notes florales à l’ouverture, puis fruits jaunes et fumé discret, minéralité qui s’affirme progressivement.
Bouche : matière ample et juteuse, belle puissance, acidité très pointue qui construit un équilibre dynamique, finale longue et saline.
Arrivé dans sa phase de pleine maturité, ce pinot gris qui allie force et élégance, fruit et minéralité est un vrai bonheur, même pour celui qui ne jure que par le riesling sur ce Grand Cru.
Voilà la bouteille qui a réussi à me réconcilier avec les pinots gris alsaciens…et ce n’était pas une mince affaire à priori !


Riesling Ostenberg V.T. 2007
Domaine Schmitt à Bergbieten

Cimg6497

Robe : jaune intense et lumineux.
Nez : complexe, invasif et envoûtant, notes d’abricot mûr, d’orange confite, touche fumée et fond minéral (pierre chaude, terpènes).
Bouche : matière riche et solidement tramée, structure arrondie, acidité posée en largeur, présence saline sensible qui donne un grain tannique à la texture, finale fraîche et nerveuse, belle persistance aromatique.
Déjà fort bien équilibré à sa sortie, ce riesling V.T. qui a gagné en profondeur et en distinction après quelques années en cave nous rappelle que les 2007 alsaciens sont vraiment au sommet de leur forme en ce moment.
Hélas, cette référence va disparaître de la carte du domaine Schmitt car la parcelle a été replantée récemment avec du pinot noir mais connaissant la qualité du travail de ces vignerons je suis sûr que la naissance d’une belle cuvée rouge va nous consoler très rapidement…Chiche !


Côtes de Provence Nowat 2010
Dupéré-Barrera à Carnoules

Dsc 3540

Robe : dense et profonde, fine frange grenat.
Nez : typé cabernet mûr à l’ouverture avec une palette sur le poivron rouge et les fruits noirs (mûre, myrtille), notes plus méridionales par la suite, épices douces et fumé léger.
Bouche : matière puissante, équilibre tonique avec des tannins souples mais structurants, finale sapide et appétante, longue persistance fruitée et épicée.
Réalisé à partir de l’assemblage de cabernet sauvignon, de mourvèdre, de cinsaut et de syrah, ce vin original a été vinifié et embouteillé à l’ancienne, sans utilisation d’électricité. Conformément à ce que j’avais ressenti lors de la première dégustation de ce vin l’expression aromatique est restée assez « bordelaise » mais l’élevage s’est parfaitement fondu après quelques années en cave.
Le vin est en place, il y a de la gourmandise et de la classe…c’est un grand vin méditerranéen tout simplement !

Avril 16 12
Les enrochements du Clos Lucas à Eguisheim au printemps 2016

 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.