Dégustation club AOC - Quelques sauvignons de Loire...mais pas de Sancerre !

Contrairement à nos habitudes cette session de reprise du club A.O.C. ouvre la nouvelle saison avec un programme qui nous met d’emblée dans la routine établie en nous invitant à découvrir 2 thèmes différents :

- les sauvignons de Loire sans les vins de Sancerre
- un retour en Corse avec les grands noms de l’appellation Ajaccio

La série de vins de Corse a été préparée par Martial qui a fait ses devoirs de vacances sur l’île de Beauté.
Les sauvignons ligériens ont été collectés par mes soins en partie avant les vacances, parce que ce thème était initialement prévu pour la saison précédente, et en partie lors de
ma virée estivale dans le vignoble du Cher.

Les blancs ont été débouchés avant la réunion et servis à l’aveugle par doublette (sauf le premier vin), les vins rouges corses ont été débouchés et laissés en bouteille ouverte 1 heure avant leur dégustation.

Verres Spiegelau Authentis 01


Soirée Club AOC du 2 septembre 2016 à La Wantzenau


En guise de mise en bouche :

VDP du Mont Baudile Le Bourboulenc de Nega Saumas 2014 – Domaine Supply-Royer à Arboras : nez riche et expressif, arômes de fruits jaunes bien mûrs, épices et vanille, boisé fin, ample, généreux et très gourmand en bouche, finale sapide avec une belle rémanence fruitée et épicée.

Cimg6708

Je ne pouvais pas imaginer ce retour de vacances sans proposer un vin de mes amis Eric et Marie-Ange et c’est tout naturellement que j’ai choisi la cuvée qui a vu naître ce domaine languedocien.
La matière riche et épanouie assume pleinement son côté méridional mais la vinification et l’élevage respirent la rigueur cistercienne que ce vigneron a acquise du côté de Meursault…quand le sud et le nord arrivent à s’accorder le résultat est parfois miraculeux. MIAM !

 

Thème 1
Le sauvignon a-t-il raison de faire des infidélités à Sancerre ?

 

Reuilly Les Lignis 2015 – Domaine Les Demoiselles Tatin à Brinay : nez fin et complexe, citron vert, pêche blanche et buis, touche amylique, matière légère, acidité vive et agile, finale fraîche avec quelques amers minéraux très agréables.

Dsc 4130

Des sauvignons plantés récemment (en 2004) sur les terrasses de sable et de graviers qui bordent l’Arnon, ont engendré un vin simple mais accessible et très séduisant où on sent déjà poindre une belle présence minérale.


Vin de France La Petite Perrière 2014 – Domaine Saget à Pouilly sur Loire : nez discret, notes de citronnelle et de groseille blanche, matière longiligne, acidité souple mais bien en place, amers salivants en finale.
Vin de France Chez Charles 2014 – Domaine Noëlla Morantin à Pouillé : nez peu agréable, notes de cornichon, petits pois frais, livèche…, bouche plus avenante, texture sensuelle, matière charnue équilibrée par une acidité assez tranchante, finale tendue, pointe de volatile et sillage « légumineux ».

Dsc 4129

Cette première doublette nous propose deux interprétations diamétralement opposées du sauvignon : élaboré dans un style sancerrois très classique, le vin du domaine Saget se tient plutôt bien mais manque un peu de fond alors que la cuvée de Noëlla Morantin nous offre une matière plus dense et plus vivante mais avec une expression aromatique résultant d’une vinification « nature » vraiment difficile à apprécier…pour moi c’est du gâchis, dommage !


Touraine L’Arpent des Vaudons 2013 – Domaine J.-F. Mérieau à Saint Julien de Chédon : notes de champignon blanc à l’ouverture, arômes floraux avec une touche de basilic après oxygénation, matière oblongue en bouche, acidité fine et bien intégrée, finale fraîche avec un retour aromatique sur le champignon.
Quincy Nouzats 2013 – Domaine Tatin à Brinay : nez agréable, fruité mûr, notes d’amande fraîche et touche grillée, matière souple mais sans structure, le vin s’écroule en bouche, finale inexistante.

Dsc 4131

Le sauvignon de Touraine né sur des sols argilo-calcaires, présente une silhouette longiligne et un équilibre tonique mais souffre d’une olfaction qui manque de pureté…pas mal, sans plus !
Issu d’un terroir de graves sableuses rouges profondes, vinifié et élevé en fûts, la cuvée du domaine Tatin a raté son entrée en scène ce soir. Pourtant j’ai goûté ce vin par deux fois en août (dont une fois au domaine) et j’ai débouché une bouteille le lendemain de la réunion pour vérifier…ces vins étaient riches, brillants et solidement structurés en bouche. Le flacon du soir était probablement défectueux…dommage !


Pouilly Fumé Les Terres Blanches 2013 – Domaine P. Jolivet à Sancerre : nez très agréable, subtil et complexe, fleurs et agrumes frais, structure élégante et racée en bouche, matière dense, acidité fine et longue, finale dynamique avec un sillage long sur le pamplemousse et la pierre à feu.
Menetou Salon Les Renardières 2012 – Domaine P. Gilbert à Menetou Salon : notes d’élevage assez présentes, croûte de pain grillé, caramel mais développement aromatique complexe et raffiné par la suite, notes de poire, de fleurs blanches et d’épices, matière généreuse en bouche, structure large, finale un peu lourde malgré de belles nuances minérales.

Dsc 4132

Issu d’une sélection parcellaire sur des terroirs argilo-calcaires situés sur le hameau de Bouchat (au nord-est du village de Pouilly sur Loire), le vin de Pascal Jolivet nous a conquis par sa finesse et son élégance…pour moi c’est la meilleure bouteille de la série !
Issu d’une vieille vigne travaillée en biodynamie, le Menetou-Salon Les Renardières est un vin ambitieux, mais pour l’heure je le trouve que son aromatique et sa structure sont encore trop marquées par l’élevage sous bois (fûts de 228, 400 et 500 litres).


Pour conclure :

- L’arc calcaire qui commence au niveau de la côte des Bar pour finir dans les vignobles du Cher en passant par Chablis et Sancerre, offre des terroirs propices au sauvignon qui se plaît particulièrement bien sur les sols sédimentaires qui bordent les rivières du Centre-Loire.
Ce cépage donne naissance à des vins vifs et nerveux avec des expressions aromatiques caractéristiques, parfois même caricaturales.
Cette série où nous avons volontairement évincé les vins Sancerre – qui ont eu droit à une session spéciale il y a quelques années – nous a permis de découvrir quelques îlots viticoles (Reuilly : 190 ha – Quincy : 230 ha – Menetou-Salon : 500 ha) où on produisait des sauvignons tout à fait respectables et dont les meilleurs pouvaient rivaliser avec les belles cuvées du sancerrois.

- Face a des attentes somme toutes mesurées, les vins de ce soir ne m’ont pas déçu – sauf la bouteille défectueuse de Quincy – mais hélas aucune cuvée ne m’a fait vibrer ce soir…ça arrive parfois !
En ce qui me concerne, le meilleur vin de cette petite sélection ligérienne fut sans conteste le Pouilly Fumé de Pascal Jolivet…mais avec son prix bien au dessus de la vingtaine d’euros (prix caviste), cette cuvée entre dans une catégorie où on trouve des appellations de blancs de très bon niveau…pas sûr qu’il arrive à s’imposer en terme de rapport Q/P !
D’ailleurs à ce sujet, il faut relever l’excellente prestation du Reuilly 2015 des Demoiselles Tatin : une jolie quille vendue 7,50 euros au domaine, qui nous a offert un moment de plaisir simple et gourmand.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.