Dégustation club AOC - Blancs du Palatinat

Club A.O.C.
Crus de Pessac Léognan et blancs du Palatinat

Cimg5592
Réunion AOC avec 15 dégustateurs...la capacité d'accueil maximale est atteinte !

La session AOC du mois de mars 2015 nous propose une configuration devenue classique lors des sessions de notre club en alliant un thème français en rouge et un autre plus international en blanc…vive la diversité !

- Thème 1 : des vins rouges de Pessac Léognan
- Thème 2 : des vins blancs du Palatinat

La série bordelaise a été constituée par mes soins en piochant dans ma réserve personnelle et en sélectionnant quelques bouteilles dans les foires aux vins de l’automne 2014 et chez un caviste.
La série de vins allemands a été composée comme d’habitude par François notre spécialiste de l’ouverture internationale.

Les bouteilles de rouges ont été débouchées 6 heures avant dégustation et servies deux par deux à l’aveugle.
Les vins blancs ont été débouchés juste avant dégustation et servis deux par deux à l’aveugle.

Hoppla, c’est parti !


Verres Spiegelau Authentis 01


Soirée Club AOC du 13 mars 2015 à La Wantzenau


Thème 2 : des blancs du Palatinat…et si on partait vers le nord pour chercher des beaux vins blancs ?


Sauvignon blanc 2012 – Weingut Andres à Ruppertsberg : nez expressif et bien mûr, notes intenses de groseille blanche, bouche puissante, expression aromatique un peu envahissante, finale plus légère et délicatement acidulée.
(terroir : argilo-calcaire – viticulture BIO)
Sauvignon blanc 2013 – Weingut Knipser à Laumersheim : nez fin et complexe, notes végétales complexes (poivron, fougère, gentiane), florales (fleur de sureau) et minérales (craie), bouche bien balancée, équilibre frais, finale nette et sapide.
(terroir : calcaire et sables alluviaux rhénans – viticulture TRADI)

Cimg5595

Après les 2 crus bordelais moribonds qui ont terminé la série précédente, cette première doublette de vins blancs débordants d’énergie juvénile nous fait faire un grand écart gustatif. Il est vrai que le premier sauvignon laisse une petite impression de « too much » mais il montre sa générosité avec une telle spontanéité qu’on ne peut qu’être indulgent. Moins spectaculaire mais plus complexe et plus classieux, le sauvignon de Knipser très réussi nous fait entrer dans cette région viticole allemande en nous donnant une furieuse envie d’en savoir plus. MIAM !


Weisser Burgunder 2012 – Weingut Andres à Ruppertsberg : nez délicat et charmeur, notes de poire fraîche et de fleurs, gourmand et délicieusement acidulé en bouche, équilibre tonique, précision et finesse aromatique en finale.
(terroir : argilo-calcaire et sables – viticulture BIO)
Weisser Burgunder Birkweiler Muschelkalk 2012 – Dr. Wehrheim à Birkweiler : nez discret mais très complexe, notes de fruits à chair blanche, touche épicée et nuances minérales naissantes, bouche équilibrée mais nettement plus puissante que celle du vin précédent, finale longue et épicée (poivre blanc).
(terroir : calcaire coquillier – viticulture BIO)

Cimg5596

Issues de terroirs à dominante calcaire ces deux cuvées de pinot blanc sont d’une gourmandise vraiment irrésistible : les palettes bien fruitées s’expriment avec une grande netteté, les équilibres en bouche sont joliment balancés et les finales sont glissantes et digestes…un très joli couple que je mettrai dans ma cave sans hésiter.


Riesling Haardt 2013 – Müller-Catoir à Haardt : nez flatteur et bien complexe, notes d’ananas frais, de fougère et de mousse, silhouette très élancée en bouche, jus fruité bien gourmand, finale aérienne avec une fine touche minérale.
(terroir : grès – viticulture TRADI)
Riesling Rupertsberg 2013 – A. Christmann à Gimmeldingen : nez riche et bien mûr avec une palette exotique complexe, notes d’épices douces et de vanille, matière ample et charnue, finale qui s’étire et se tend progressivement, belle sensation de fraîcheur et salinité naissante.
(terroir : grès – viticulture BIODYNAMIE)

Cimg5597

Nés sur des terroirs de grès (Bundsandstein), ces rieslings séduisent sans retenue dès la première gorgée, mais comme j’ai tendance à me méfier un peu des vins très sensuels qui se livrent avec autant de facilité, j’ai essayé d’être très critique en cherchant quelque défaut ou quelque imperfection…mais j’ai fait chou blanc !
Voilà deux rieslings alliant gourmandise et profondeur que tous ceux qui comme moi vouent un culte à ce cépage devraient goûter un jour. A bon entendeur…


Riesling Vom Muschelkalk 2012 – Ökonomierat Rebholz à Siebeldingen : nez intense et expressif, notes exotiques et arômes de pêche bien mûre, attaque vive avec une acidité bien large, milieu de bouche très généreux, finale de longueur moyenne, soutenue par une belle présence d’amers fins.
(terroir : calcaire coquillier – viticulture BIO)
Riesling Wachenheimer Böhlig 2012 – Dr. Bürklin-Wolf à Wachenheim : nez qui s’ouvre sur un registre franchement terpénique (résine, cire) avant de développer une palette complexe avec un fruité mûr et des notes d’herbes aromatiques, matière ronde et volumineuse en bouche, fruit toujours bien expressif, finale longue, juteuse, minérale et finement épicée.
(terroir : calcaire coquillier – viticulture BIODYNAMIE)

Cimg5598

Avec cette nouvelle doublette de rieslings très belle facture nous retournons sur des sols calcaires et nous changeons de millésime pour passer de 2013 à 2012…mais nous restons toujours à un très haut niveau qualitatif.
Si la première cuvée présente une silhouette un peu trop plantureuse à mon goût, la seconde est absolument parfaite dans son expression et sa structure…c’est pour moi le meilleur vin de la série !


Riesling Rotliegendes 2009 – Dr. Wehrheim à Birkweiler  : nez complexe, plus affiné, palette alliant notes florales et arômes d’agrumes frais, bouche très gourmande, chair juteuse et acidité souple, finale sapide, salinité manifeste sillage délicatement zesté.
(terroir : schistes et grès – viticulture BIO)

Cimg5599

Au cas où nous aurions douté de la tenue des crus palatins face au temps, nous terminons cette série par une bouteille de 2009 pour voir comment ces cuvées si séduisantes dans leur prime jeunesse évoluaient avec l’âge.
Agé de cinq ans, ce riesling parfaitement en place qui commence à dessiner sa trame minérale garde cependant une réelle jeunesse dans son expression.
Déjà superbe aujourd’hui, il semble bien loin de son apogée…bien évidemment, le plus dur sera de ne pas céder trop vite à la tentation !!!


Pour conclure :

- Situé à une centaine de kilomètres au nord de la capitale alsacienne, le vignoble du Palatinat est implanté le long de la « Deutsche Weinstrasse » - la plus ancienne des routes du vin – sur les coteaux qui bordent la plaine du Rhin.
Depuis le milieu des années 90 la viticulture a profondément évolué et le niveau qualitatif des vins a progressé de façon impressionnante : les rendements ont fortement diminué ainsi que le taux de sucre résiduel dans le vin et de très nombreux domaines ont choisi de mettre en œuvre des pratiques culturales biologiques et biodynamiques.
Cette série de vins blancs qui a impressionné tout le monde par son homogénéité et son haut niveau de qualité a largement confirmé cette tendance et nous a donné vraiment envie de faire une petite escapade vers le nord pour aller visiter quelques domaines sur place…peut-être même encore cette année !

- Séduisants en diable, ces vins si faciles à aimer montrent cependant une vraie profondeur en révélant des textures minérales de toute beauté. Même un fervent défenseur du vin d’Alsace comme moi aura bien du mal à ne pas reconnaître la haute tenue de ces crus…« rieslingomane » patenté et plutôt chauvin, j'avoue que je n’ai absolument pas pu résister au charme de ces belles flûtes palatines. RE-MIAM général !!!

- S’il fallait choisir deux bouteilles pour garnir ma cave, j’opterai pour le Weisser Burgunder Birkweiler Muschekalk 2012, expression très aboutie de ce cépage généralement négligé en Alsace, et pour le Riesling Böhlig 2012, magistrale interprétation d’un grand riesling de terroir qui pourrait revendiquer une place parmi les plus beaux crus alsaciens.
« Comment ? Je l’ai dit ?...mais alors je ne l’ai pas dit fort ! ».

- Merci à François d’avoir une nouvelle fois élargi nos horizons viniques.


Csm ilbesheim weinberg 11 e38a231f65
 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau