Dégustation de pinots gris alsaciens 2010 chez Stéphane

Dans la ligne des dégustations thématiques organisées par de généreux amis oenophiles, Stéphane a décidé de nous inviter à passer un samedi après-midi en compagnie d’une sélection de grands pinots gris 2010.
8 picoleurs avertis, 13 quilles provenant des plus beaux domaines alsaciens et quelques flacons de rouge pour la soif…voilà un week-end qui commence bien !

Les vins sont organisés en 3 séries définies en fonction de la nature de leur terroir.
Les bouteilles sont servies une par une à l’aveugle.

Verres Spiegelau Authentis 01


Série 1 : terroirs cristallins de la montagne vosgienne :

Pinot Gris Hinterbourg 2010 – Domaine Klee à Katzenthal : nez mûr, notes de miel et de pêche ay sirop, matière riche, acidité fine et longue mais structure un peu dissociée.
Un pinot gris charmeur et facile d’accès qui souffre d’un manque de cohérence.
Avis mitigé !


Pinot Gris Le Fromenteau 2010 – Domaine Josmeyer à Wintzenheim : expression aromatique déviante (liège léger et oxydation, matière déstructurée en bouche.
Un pinot gris anormalement fatigué, probablement affecté par un problème de bouchage.
Dommage !


Pinot Gris Holder 2010 – Domaine Schoenheitz à Wihr au Val : nez discret, palette bien complexe, matière longiligne tenue par une acidité véloce et traçante.
Un pinot gris qui nous offre une très belle version de ce cépage sur granit et un prétendant sérieux pour le titre de meilleur rapport Q/P de la série.
Exemplaire !


Pinot Gris 2010 – Domaine Boxler à Niedermorschwihr : expression généreuse, palette sur les agrumes bien mûrs, présence intense en bouche, jus dense et arête très solide.
Un pinot gris générique qui révèle une personnalité vraiment bien identifiée et qui pourrait tenir tête à bien des cuvées classées.
Remarquable entrée de gamme du domaine Boxler !


Pinot Gris Grand Cru Hengst 2010 – Domaine Josmeyer à Wintzenheim : nez discret et tonique, citron mûr, bonbon acidulé, fine touche fumée, acidité droite, matière concentrée, bel équilibre sec, sillage minéral intense (pierre à feu, fumée).
Un pinot gris racé et minéral chez qui on sent vraiment la marque d’un grand terroir.
On change de catégorie…MIAM !


Pinot Gris Grand Cru Sommerberg- W 2010 – Domaine Boxler à Niedermorschwihr : nez épanoui et loquace, registre pâtissier très gourmand (tarte au citron), attaque souple et suave en bouche, montée en puissance progressive, finale fraîche et salivante, sillage long, notes de pierre chaude et de craie.
Un pinot gris généreux, expressif et débordant d’énergie.
Petit festival sensoriel pour terminer la série granitique. MIAM !

Img 0654

 

Série 2 : terroirs volcaniques :

Pinot Gris Grand Cru Rangen-Clos Saint Urbain 2010 – Domaine Zind-Humbrecht à Turkheim : nez complexe et raffiné, notes florales et légèrement fumées, rond et massif en bouche, structure acide/saline très impressive, finale pleine et persistante, sillage minéral avec des amers nobles.
Un pinot gris concentré et puissant qui exprime à merveille l’énergie incandescente du Rangen.
Un monument qui tient parfaitement son rang !

Pinot Gris Grand Cru Rangen-Clos Saint Théobald 2010 – Domaine Schoffit à Colmar : expression aromatique très élégante, notes de citron frais sur un fond discrètement fumé/tourbé, belle plénitude en bouche, texture épaisse, acidité structurante et fine trame tannique, finale longue et intense.
Un pinot gris moins spectaculaire que le précédent mais remarquable de classe te de finesse.
Convaincant…une fois de plus. MIAM !

Img 0660

 

Série 3 : terroirs à base calcaire des collines sous-vosgiennes :

Pinot Gris Hohrain 2010 – Domaine Emile Beyer à Eguisheim : nez opulent, miel de sapin et fruits jaunes mûrs, silhouette oblongue, équilibre abouti, très harmonieux, finale nette et bien sapide.
Un pinot gris complexe et raffiné qui nous ramène vers un univers esthétique plus serein et plus classique.
Après l’excentricité des Rangen…un calme et une sérénité bienvenus !


Pinot Gris Grand Cru Steinert 2010 – Domaine Rieflé à Pfaffenheim : nez flatteur avec une expression fruitée bien mûre et des notes d’épices douces, matière concentrée, minéralité intense, équilibre digeste très élégant, finale salivante.
Un pinot gris brillant et racé qui se livre avec une spontanéité réjouissante.
Très belle quille tout simplement. MIAM !


Pinot Gris Grand Cru Kirchberg de Barr 2010 – Domaine Rieffel à Mittelbergheim : nez fin et discret, notes de sucre d’orge et de fruits compotés, équilibre rond en bouche, acidité souple, peu de relief en finale.
Un pinot gris très classique et un peu impersonnel, où je ne retrouve ni la patte de ce vigneron dont j’apprécie le travail, ni la marque de ce grand terroir de Barr.
Là encore je pense que la bouteille n’était pas top…hélas !


Pinot Gris Brandhurst de Bergheim 2010 – Domaine Rolly-Gassmann à Rorschwihr : fruité épanoui et épices douce au nez, riche et moelleux en bouche, finale épicée mais un peu lourde et chaleureuse.
Un pinot gris que j’avais très bien goûté au domaine l’an passé mais qui me semble aujourd’hui dans une phase de repli.
A attendre encore quelques années…


Pinot Gris Grand Cru Hengst 2010 – Domaine Albert Mann à Wettolsheim : nez complexe et avenant, notes de pêche blanche et de fleurs printanières, matière longiligne et bien souple, balance parfatement équilibrée entre générosité et digestibilité, finale longue et sapide.
Un pinot gris exceptionnel qui assure avec brio son rôle de bouquet final.
Rencontre magique entre un grand vigneron et un grand terroir. MIAM !

Img 0658

 

Pour conclure :

C’est avec le millésime 2010 et un Altenberg de Bergbieten du domaine Schmitt – dont je n’ai hélas plus trouvé d’exemplaire à faire déguster – que j’ai recommencé à goûter et à apprécier les pinots gris alsaciens.
A l’heure où il ne me reste pratiquement plus aucune bouteille de pinot gris de ce millésime dans ma cave, j’ai été ravi d’être convié pour cette séance de dégustation imaginée et préparée par Stéphane : quand ce grand amateur de vin d’Alsace ouvre les portes de sa cave l’exceptionnel est toujours au rendez-vous !

Cette belle sélection de flacons signés par de grands noms du vignoble alsacien nous a permis de vérifier que ce cépage pouvait engendrer de très grands vins avec des expressions minérales bien marquées et des équilibres riches mais digestes.

Parmi ces 13 bouteilles, 10 m’ont semblées vraiment convaincantes mais je vais quand même mettre en avant quelques vins qui m’ont particulièrement marqué cet après-midi : dans la belle série granitique, je citerai l’impressionnant Sommerberg W de Boxler, sur le Rangen je suis à nouveau tombé sous le charme du Clos Saint Théobald et sur les terroirs à base calcaire c’est le Hengst du domaine Mann qui a dominé les débats.
Lorsqu’on considère le rapport prix/plaisir, je pense que la médaille d’or peut-être partagée par la cuvée Holder du domaine Schoenheitz (actuellement à 16 euros sur leur boutique en ligne) et par le Steinert du domaine Rieflé (actuellement à 17,50 euros sur leur boutique en ligne)…deux vins à encaver d’urgence !

Img 0651
Quelques belles quilles de rouge qui ont accompagné notre déjeuner.

Mille mercis à Stéphane de nous avoir permis de vivre ces beaux moments de convivialité bachique.

 

NB : pour d'autes commentaires je vous invite à consulter le blog de Stéphane.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.