Le salon des Vins de la région de Molsheim - Edition 2017

1 60

Comme l’année passée le salon des vins d’Alsace de la région de Molsheim se tient dans le grand salon de l'Hôtel de la Monnaie et nous invite à venir goûter les vins d’une vingtaine de vignerons qui travaillent les différents terroirs entre Cleebourg et Molsheim.
Ce salon nous donne également l’occasion de participer à une conférence-dégustation autour du pinot noir.
Hoppla, c’est parti !


Je débute ma visite par conférence animée par François Goepp, le jeune sommelier-conseil qui a déjà œuvré en 2016, assisté de deux vignerons de la jeune garde de Marlenheim : Jérémie Fritsch et Clément Fend.

Dsc 0807
Tout le monde est en place…
Dsc 0810   Dsc 0812
…Jérémie Fritsch et Serge Fend sont prêts…

Dsc 0809
…et François Goepp ouvre la séance.

Pour cette séance de dégustation, le sommelier et les deux vignerons nous proposent de goûter 6 pinots noirs alsaciens dont la plupart (5 sur 6) ont été élaborés par les domaines Fritsch et Fend.

Dsc 0814
Les deux jeunes vignerons au service.

Pinot Noir Cuvée Tradition 2015 – Domaine Fritsch : fruité intense, belles notes de griotte, structure élégante en bouche, matière gourmande, tanins souples et acidité bien en place, finale fraîche et sapide
(terroir : calcaire sur le Steinklotz – élevage : cuve)
Accord conseillé : viande rouge grillée, salade aux gésiers et aux magrets

Pinot Noir Confrérie des quatre bans 2012 – Cave de Cleebourg : robe déjà un peu tuilée, nez discret avec une palette fruitée plus évoluée où on décèle également quelques nuances d’humus et de sous-bois, bouche assez suave mais manquant un peu de consistance, finale assez fatiguée, notes de pruneau et de terre humide.
(terroir : argilo-marneux et marno-gréseux – élevage : cuve)
Accord conseillé : viande en sauce, champignons

Pinot Noir Rouge Clément 2013 – Domaine Fend : expression olfactive encore timide, notes fruitées discrètes, attaque très vive en bouche, matière bien concentrée tendue par acidité incisive qui donne du relief à la trame tannique, finale un peu austère.
(terroir : argilo-calcaires sur le Steinklotz)
Accord conseillé : viande rouge avec jus corsé, fromages de caractère comme le saint-nectaire ou l’ossau-iraty

Pinot Noir STZ 2015 – Domaine Fritsch : nez ouvert et intense, notes de fruits noirs et d’épices, matière sphérique, jus très dense, acidité mûre mais structurante, finale salivante avec une belle présence saline.
(terroir : calcaires sur le lieu-dit Kreutzacker dans le secteur ouest du Steinklotz – élevage : 10 mois en foudre)
Accord conseillé : magret de canard aux griottes

Pinot Noir Barriques 1999 – Domaine Fritsch : palette olfactive très évoluée, notes de cuir et de terre humide, matière un peu décharnée mais expression aromatique raffinée en milieu de bouche, finale serrée et très austère.
(terroir : calcaire sur le Steinklotz – élevage : barriques)
Accord conseillé : gibier, sauce forestière

Pinot Noir 100% Barrique 2013 – Domaine Fend : nez discret mais très séduisant, notes de fruits rouges bien mûrs sur un fond légèrement lacté (élevage), attaque souple, matière charnue volumineuse tendue par une acidité vive, finale fraîche et bien équilibrée, nuances grillées puis retour fruité/épicé de belle longueur.
(terroir : argilo-calcaire sur le Steinklotz – élevage : 18 mois en barrique de chêne des Vosges neuve)
Accord conseillé : plats de viande forts en goût, fromages de caractère comme le saint-nectaire ou l’ossau-iraty

Cette petite série de rouges alsaciens d’où ont émergé quelques belles bouteilles ont confirmé ce que je pense depuis quelques années au sujet du potentiel de ce cépage en Alsace : lorsqu’il est planté sur de grands terroirs et lorsque ses rendements sont maîtrisés, le pinot noir est capable d’engendrer de grands vins.
J’ai pu constater que le terroir calcaire du Steinklotz était particulièrement propice à la production de beaux vins rouges : coups de cœur pour la « Cuvée Tradition » 2015 du domaine Fritsch, un rouge juteux et gourmand qui se livre avec une spontanéité absolue et pour la cuvée « Barriques » du domaine Fend, un rouge classieux où l’élevage a réussi à adoucir la puissance de la matière pour donner une belle impression d’harmonie.
Entre ces deux belles bouteilles on trouve 2 vins qui auront encore besoin d’un peu de temps pour trouver leur équilibre – Clément 2013 et STZ 2015 – et deux vins qui montrent clairement leurs limites dans le temps : le rouge de Cleebourg trop fluet et le 99 de Fritsch asséché par le temps.

Dsc 0815
La série de rouges au complet.


Après la conférence, retour au premier étage de l’Hôtel de la Monnaie pour une petite dégustation complémentaire de crus de la Couronne d’Or.

Dsc 0818
Belle affluence dans la grande salle de l’Hôtel de la Monnaie.

Comme l’année passée le public nombreux se presse autour des stands de la vingtaine de domaines présents à l’occasion de cette 77° édition du salon des vins de Molsheim.
J’ai beaucoup de mal à trouver un passage entre les assoiffés du premier mai qui forme souvent une barrière hermétique devant chaque table et comme le temps commence manquer (le salon ferme à 18 heures) je choisis de limiter mes « arrêts au stand » en laissant de côté les domaines dont j’ai dégusté les pinots noirs lors de la conférence (Fritsch et Fend) ainsi que ceux que j’ai visité récemment (Schmitt et Bechtold). De cette petite tournée je retiendrai deux étapes marquantes : le domaine G. Neumeyer et le domaine F. Mochel


Domaine Gérard Neumeyer à Molsheim

Riesling Grand Cru Bruderthal 2015 : olfaction fruitée pure mais encore très discrète, matière pleine, équilibre très élégant, finale saline, beau sillage sur le fruit et la craie.
Pinot Gris Le Berger 2015 : aromatique mûre et épanouie, matière sphérique, équilibre fin et digeste, finale appétente relevée par une intense salinité.


Domaine Frédéric Mochel à Traenheim

Dsc 0821

Klevener 2016 : olfaction engageante, notes de froment et de bonbon acidulé, équilibre souple, belle gourmandise, finale glissante et appétante.
(vin encore en cours d’élevage, prélevé sur cuve pour le salon)
Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten-Cuvée Henriette 2016 : nez fringant mais palette déjà bien complexe, notes de groseille blanche, de citron et de sureau, matière riche tendue par une acidité large et bien mature, finale tonique avec des amers salivants et un sillage délicatement zesté.
(vin encore en cours d’élevage, prélevé sur cuve pour le salon)
Muscat 2016 : fruité intense et épanoui au nez, bouche ample avec un équilibre bien sec, finale un peu trop lourde à mon goût.
(vin encore en cours d’élevage, prélevé sur cuve pour le salon)
Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten-Cuvée Henriette 2014 : olfaction pure mais encore un peu retenue, bouche sphérique, matière puissante et volumineuse, mise en tension progressive par une arête acide très solide, finale salivante avec de beaux amers minéraux.
(14° – SR : 9g – AT : 10,2g)
Riesling Kaploen 2015 : aromatique très mûre, notes d’agrumes confits, matière riche et concentrée soutenue par une acidité vive et tranchante, finale digeste avec un sillage long sur le pamplemousse et les zestes d’agrumes.
Avec son équilibre légèrement moelleux cette cuvée a été jugée trop atypique pour revendiquer l’appellation Grand Cru.
« Kaploen » est le nom du lieu-dit de l’Altenberg de Bergbieten où est située la parcelle de rieslings du domaine Mochel

Dsc 0819
La cuvée « one shot » du domaine Mochel avec en primeur le nouveau design des futures étiquettes

Muscat Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2015 : nez élégant et expressif, palette complexe, notes de raisin frais et de fleurs avec une fine touche vanillée, matière opulente en bouche, présence saline bien marqué qui donne une belle sapidité à la finale.


Pour conclure :

Le salon des vins de Molsheim reste une manifestation intéressante pour qui veut connaître un peu mieux ce vignoble situé à une petite demi-heure de voiture de Strasbourg. On y trouve des terroirs hautement qualitatifs et une série de vignerons de grand talent qui travaillent dur pour les mettre en valeur.
La conférence du jour a mis en lumière le potentiel encore largement sous-exploité du pinot noir sur les grands terroirs calcaires de la Couronne d’Or, tout en révélant les limites actuelles de la production, notamment au niveau de la tenue des vins dans le temps…mais les jeunes vignerons comme Jérémie Fritsch et Clément Fend sont armés pour relever ce défi et mener le combat de l’excellence dans les années à venir.

Je n’ai pas pris beaucoup de notes dans le salon – manque de temps et paresse…c’est dur de travailler un 1° mai ! – mais j’ai été content de pouvoir regoûter quelques vins de l’ami Gérard (Neumeyer) et de Guillaume Mochel, deux domaines que je n’ai plus visité depuis un certain temps mais dont j’apprécie toujours autant les vins…je vais d’ailleurs compenser cette lacune très prochainement.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.