Ballade en côte roannaise : le domaine de la Rochette à Villemontais

Depuis la fin des années 90, j’ai pas mal roulé ma bosse dans différents secteurs viticoles et visité nombres domaines. Je connais bien les côtes du Rhône, le beaujolais, la Bourgogne, le Languedoc et surtout le Roussillon, le centre Loire, l’Alsace, un peu la Provence, quasi peu le Bordelais et pas du tout la Savoie, le Jura et une bonne partie de la Loire dont la côte Roannaise. J’avoue que j’avais même du mal à le situer sur une carte ! Il faut dire que je ne suis pas aidé car quasi inconnu au bataillon dans des ouvrages rangés dans ma bibliothèque comme l’atlas mondial des vins de Robinson, absent du pourtant livre de référence « terroirs et vins de France » de Charles Pomerol, absent du Larousse des vins, et présent depuis peu et noyé dans la rubrique Loire de la revue des vins de France. Pourtant ce vignoble historique (8/9ème siècle) n’a rien d’anecdotique, étalé sur une vingtaine de kilomètres de coteaux sur le levant situés entre 350 et 600m d’altitude environ. C’est à peu près 200 Ha de vignes essentiellement plantées du cépage rouge unique qu’est le Gamay St Romain complété d’un tout petit peu de Chardonnay et de pinot gris pour le vin blanc. L’AOC Côte Roannaise a été reconnue comme telle en 1994 pour le seul cépage gamay. Le sol est granitique avec quelques variantes de ce minéral selon les endroits. L’AOC compte une cinquantaine de vignerons indépendants. J’ai sélectionné, en compagnie de mon cousin Pierre Rivière, 3 domaines. Un, le domaine des Pothiers, dont nous avions bu les vins à différentes reprises, un autre, le domaine Serol, que nous voulions découvrir au vu des commentaires positifs qui nous revenaient, et le dernier vanté pour un vin par la RVF dans son dernier spécial millésime 2015, le domaine de Rochette.

Je vous propose donc un petit tour en cette contrée visitée par un joli jour de juillet. En voiture !

 

Domaine de la Rochette à Villemontais


Notre périple se termine par le domaine de la Rochette, un domaine familial très ancien dans l’appellation et tenu par la famille Néron. 14 Ha de vignes plantées là encore essentiellement du cépage Gamay St Romain et d’un peu de Chardonnay et Pinot gris. Là encore, le domaine évolue vers un retour à des pratiques culturales plus propres et est en conversion bio. Nous avons été reçus par Pascal Néron dans le cadre traditionnel de leur cave. Une gamme encore une fois assez étendue avec pas mal de cuvées.

Rochette2

Chardonnay  Vin de pays d’Urfé 2015 : un vin élevé en demi-muids  avec une mise malo non faite. Assez gras, une belle couleur dorée, servi un peu froid, je n’ai pas pu déceler une grande expression aromatique, beaucoup de rondeurs avec un petit ressort acide qui lui donne de l’énergie. Très agréable même si il retombe un peu vite.
Un vin plaisir à tout petit prix !

Pinot Gris Chazelle 2015 : une nouvelle cuvée issue d’une parcelle qui a priori est la plus haute du secteur, sur un coteau sud, dans les bois à 600m d’altitude. Là encore un élevage en demi muids qui donne un vin assez gras, à l’aromatique discrète, assez étiré, avec un fond minéral sur la finale mais sans affirmer une identité particulière.
« Pourquoi du pinot gris ? » « Parce que c’est le cépage qui a priori s’acclimatait le mieux à cet endroit » Dont acte mais je n’ai pas été transporté par l’essai. A suivre…

Bératard AOC Côte Roannaise 2015 : une parcelle orientée à l’Est, sur la partie basse du coteau au sol sableux. Un gamay croquant, sur les fruits rouges, souple avec une pointe acide qui lui donne du peps
Un vrai vin de casse croûte plaisir à petit prix !

La Rochette AOC Côte Roannaise 2014 : élevé en cuve inox, le vin se montre assez fin, de demi-corps en bouche et n’a pas la rondeur des 2015. Il est néanmoins très agréable avec ce côté petits fruits rouges acidulés
J’aimerais bien goûter le millésime 2015 sur cette cuvée

Vieilles vignes du Château AOC Côte Roannaise 2015 : un élevage en foudre ancien avec une partie en vendange entière. Ce sont vraiment des vieilles vignes âgées de 60 à 90 ans ! Il exhale de délicieuses notes de framboise fraîche avec de légères senteurs florales qui lui donne de l’élégance. Encore un peu comprimé, il se délie à l’aération pour donner un ensemble cohérent et savoureux
C’est ma cuvée coup de cœur avec je pense un potentiel d’évolution intéressant sur les 2/3 années à venir !

La Combe AOC Côte Roannaise 2015 : cette cuvée est éraflée entièrement issue d’une vigne assez pentue. Le vin a été élevé en fût de chêne, il est assez dense, un peu confituré avec des tanins encore très présents.
Une cuvée qui devra être gardée encore pour exprimer son potentiel

Rimoz AOC Côte Roannaise 2014 : une cuvée spéciale, égrappée à 100% puis placé en demi-muids de 600l avec une macération de 1 mois environ, un pigeage régulier et une presse lente, légère. Le vin est délicat, floral, manquant un peu de fond à mon sens ce qui me fait regretter de ne pas avoir goûté le 2015.
Un joli vin très accessible pour être bu maintenant

1000 bulles : le rosé de gamay que j’aurai pris à l’aveugle pour un Cerdon. Très bonbon avec pas mal de sucre, il devra être servi très frais pour l’apprécier.
La petite gourmandise de fin de dégustation !

Rochette3

 Très heureux d’avoir visité ce domaine historique. Une gamme de vins très cohérente, des prix sages. Si Rimoz est la cuvée phare du domaine, pour ma part j’ai beaucoup aimé les vieilles vignes qui me semble être expressive de ce que j’ai ressenti de cette dégustation de côtes Roannaises. Confirmation que 2015 est un millésime plus solaire avec une nette différence à la dégustation sur les vins. Mais c’est très intéressant de goûter un millésime plus froid, avec plus d’acidité pour se donner une idée plus précise de la production du domaine.

Rochette1

Conclusion de cette journée découverte
J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir la côte Roannaise. Une expression de Gamay différente du Beaujolais, des vins qui sur le millésime 2015 sont assez charnus, juteux, sur les fruits rouges, le poivre et pour certains, notamment ceux vinifiés en vendange entière, des notes florales. J’ai assez peu ressenti le trait minéral, granitique,  qui pourrait être un marqueur de cette appellation. Ces trois domaines méritent d’être visités, l’accueil a été très agréable pour chacun d’entre eux. A signaler que les prix sont sages eu égard à la qualité des vins. Les gammes de vins sont très étendues, est-ce un bien ou pas, je ne connais pas l’appellation et son terroir pour répondre à cette question. En tout cas, ces trois domaines sont dans une démarche bio, ce qui veut tout dire et rien dire, mais j’ai ressenti dans la plupart des vins goûtés, beaucoup de franchise et de naturel. Le réchauffement climatique est peut être une aubaine pour cette région qui risque de sortir de plus en plus de millésime à l’image de 2015. En tout cas, pour ceux qui ne connaissent pas, je vous invite vivement à vous balader en Côte Roannaise !

 

Cyril Amelin - Juillet 2016

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau