Ballade en côte roannaise : le domaine Sérol à Renaison

Depuis la fin des années 90, j’ai pas mal roulé ma bosse dans différents secteurs viticoles et visité nombres domaines. Je connais bien les côtes du Rhône, le beaujolais, la Bourgogne, le Languedoc et surtout le Roussillon, le centre Loire, l’Alsace, un peu la Provence, quasi peu le Bordelais et pas du tout la Savoie, le Jura et une bonne partie de la Loire dont la côte Roannaise. J’avoue que j’avais même du mal à le situer sur une carte ! Il faut dire que je ne suis pas aidé car quasi inconnu au bataillon dans des ouvrages rangés dans ma bibliothèque comme l’atlas mondial des vins de Robinson, absent du pourtant livre de référence « terroirs et vins de France » de Charles Pomerol, absent du Larousse des vins, et présent depuis peu et noyé dans la rubrique Loire de la revue des vins de France. Pourtant ce vignoble historique (8/9ème siècle) n’a rien d’anecdotique, étalé sur une vingtaine de kilomètres de coteaux sur le levant situés entre 350 et 600m d’altitude environ. C’est à peu près 200 Ha de vignes essentiellement plantées du cépage rouge unique qu’est le Gamay St Romain complété d’un tout petit peu de Chardonnay et de pinot gris pour le vin blanc. L’AOC Côte Roannaise a été reconnue comme telle en 1994 pour le seul cépage gamay. Le sol est granitique avec quelques variantes de ce minéral selon les endroits. L’AOC compte une cinquantaine de vignerons indépendants. J’ai sélectionné, en compagnie de mon cousin Pierre Rivière, 3 domaines. Un, le domaine des Pothiers, dont nous avions bu les vins à différentes reprises, un autre, le domaine Serol, que nous voulions découvrir au vu des commentaires positifs qui nous revenaient, et le dernier vanté pour un vin par la RVF dans son dernier spécial millésime 2015, le domaine de Rochette.

Je vous propose donc un petit tour en cette contrée visitée par un joli jour de juillet. En voiture !


Domaine Sérol à Renaison

Nous avons été très gentiment reçu par Carine Sérol dans ce caveau récent, moderne, avec une vue sur la plaine et, ce jour là, une très belle luminosité. Propriété familiale depuis 5 générations, c’est aujourd’hui Stéphane Sérol en compagnie donc de son adorable épouse Carine, qui préside aux destinées du domaine. 28 Ha essentiellement plantés de gamay St Romain, avec une culture qui s’oriente vers une agriculture biologique. Un terroir bien sûr de granit avec du Porphyre, sis entre 350m et 450m d’altitude. Une gamme de vin assez étendue avec beaucoup de références, nous en avons goûté quelques unes. Chargez les canons !...

Serol1 1    Serol3


De butte en blanc - VDP d’Urfé 2015
Bon…un ardéchois qui part à l’aventure dans le Noooord à qui on sert du viognier !...Ceci dit l’expérience est intéressante car le cépage a une expression bien différente de nos viogniers solaires sur argilo calcaires. Un vin au profil tendu, très fruit blanc, poire, emprunt de fraicheur, d’une structure assez droite. On sent une pointe d’élevage mais qui se dissipe à l’aération. J’aime bien cette finale sur de jolis amers.
Ho çà va !...j’ai bien le droit d’aimer un viognier du nord ! D’ailleurs j’ai pris un magnum, Na !

Les Originelles 2015 - AOC Côte Roannaise (élevé en cuve ciment).
Un vin frais sur les fruits rouges avec une pointe végétale qui marque un peu la bouche.
Une entrée de gamme bien faite qui introduit bien la gamme des rouges

Eclat de granite 2014 - AOC Côte Roannaise (élevé en cuve ciment)
Tout de suite expressif sur un panier de petits fruits rouges, des épices, une pointe de tabac avec une bouche plus pleine, plus de persistance.
Un  bon vin qui me semble être assez expressif de ce que peut donner l’appellation

Les Blondins 2015 - AOC Côte Roannaise (vignoble cultivé en collaboration entre Michel Troisgros et Stéphane Sérol).
 Je lui trouve un nez de vendange entière, entre fruité et végétal, un léger fumé, une pointe d’élevage, vient souligner le tout dans un ensemble cohérent et très agréable.
Une cuvée bien construite qui demande encore un peu de temps à mon sens pour se délier

Cuvée Troisgros 2015 - AOC Côte Roannaise (vieilles vignes entre 60 et 90ans - élevé en cuve ciment).
Une très belle expression de gamay sur la fraise, le roncier, le poivre. La matière est là, bâti sur une structure tannique imposante mais sans dureté aucune.
On est clairement sur un très bon vin qui demandera 2/3 ans encore pour être pleinement apprécié à sa juste valeur

Perdrizière 2014 - AOC Côte Roannaise (élevé en cuve tronçonniques en bois)
On change de registre, plus fruit noir, la mûre et toujours cette inclinaison vers les épices notamment le poivre. Le millésime est plus froid, l’élevage plus présent, mais le vin est plein dans un registre plus étiré que rond
Une belle bouteille ou l’on sent l’influence d’un beau terroir

Les Millerands 2014 - AOC Côte Roannaise (élevé en cuve ciment)
Comme son nom l’indique, c’est une sélection de raisins millerandés. Là encore, ce sont les fruits noirs qui dominent avec des notes de tabac et toujours et encore de poivre. C’est un très joli jus, bien respecté eu égard au millésime.
Cette cuvée est déjà bien en place et donne d’ores et déjà pas mal de plaisir

On sent clairement que le domaine a voulu monter en gamme pour devenir une véritable locomotive de l’appellation. Un outil de travail rénové, des locaux modernes, un partenariat de prestige avec la maison Troisgros, des plaquettes de publicité haut de gamme, un très beau site internet www.domaine-serol.com, un accueil de qualité. C’est un réel plaisir que de franchir la porte de ce domaine avec de plus, et surtout, une qualité de vin d’ensemble de haut niveau sans aucun laissé pour compte. Il m’a manqué simplement ce petit plus, ce petit grain de folie, qui m’incite parfois à ce commentaire de dégustation : « P….n c’est bon ! »…Mais surtout, ne boudons pas notre plaisir, voilà un domaine qui doit être découvert par tout bon amateur de vin qui se respecte !

Serol2   Serol4

 
Cyril Amelin - Juillet 2016

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau