Les vins de Pâques

Pour ne pas faillir à une tradition familiale bien ancrée, nous avons ouvert pas mal de flacons pendants les fêtes de Pâques avec la famille et les amis qui viennent profiter des premiers rayons du soleil de printemps en Ardèche. Allez hop, On débouche…

Aveugle
On débouche...mais quoi ?

Les vins blancs :

Riesling 2012 Drei Exa de Paul Ginglinger : on sent tout de suite un vin à l’attaque vive, citron vert, très sec, avec une belle tension qui laisse une bouche propre.

Riesling 2012 Eichberg de Léon Beyer : une couleur plus soutenue, plus de gras, plus d’exotisme au nez comme en bouche et une certaine douceur.
Gourmand mais moins excitant pour les papilles.

Chablis 2012 La Sereine de La Chablisienne : un vin vif, désaltérant, d’une approche assez facile à boire bâti sur les agrumes et une pointe acide maitrisée.

VDP des côtes Catalanes 2010 Le Soula de Gérard Gauby : une belle couleur dorée, assez anisée, citron confit avec une pointe de thym que l’on retrouve dans la bouche assez grasse, sphérique qui manque un peu de ressort me semble t-il

Riesling 2014 Fronholz du domaine Ostertag : discret à l’ouverture, il va prendre de l’ampleur dans le verre oscillant entre citron et minéral, miel et salinité.
C’est un très joli vin


Les vins rouges :

Grange des Pères 2012 : très expressif à peine versé dans le verre (bouteille ouverte le midi pour le soir) C’est un festival du sud, herbes aromatique et olives noires, tapenade avec une note d’élevage perceptible. C’est très très gourmand au point même de lui trouver des tanins un peu sucrés en finale et non cette note de fraîcheur que je retrouve d’habitude.
Pas le millésime que je préfère.

Barbara d’Alba 2012 de Burlotto : j’avais adoré un Barolo 2009 de ce domaine mais je ne me suis pas régalé avec cette Barbera très végétale avec des touches de petits fruits rouges acidulés et de poivre.
Un vin qui finit court

Vins devoiles

VDP Languedoc Alicante Bouschet de Zélige Caravent : j’avais gardé cette bouteille pour la science et bien nous nous sommes régalés. C’est mûr, très parfumé, charnu, profond avec une pointe de fraicheur pour porter le tout.
Une vraie belle surprise que ce vin que j’avais goûté au domaine.

Côte de Provence 2006 Cuvée Clarendon du domaine Gavoty (en magnum) : un vin sombre, sur les fruits noirs, la myrtille, le cuir, les herbes de garrigue. Une bouche assez compacte, presque stricte, qui manque un peu de gras.

Moulis 2000 Château Maucaillou : on ressent un vin sur le déclin sentant encore le cèdre, le cassis mais avec un manque de chair, de dynamisme criant.

Pic St Loup 2010 Cuvée la Grenadière du Mas Bruguière : le vin qui a fait l’unanimité tant il était délicieux sur les fruits noirs un peu crémeux, un léger accent du sud, une fraicheur mentholée, des tanins polis, veloutés.
Cette cuvée est vraiment devenue une valeur sûre du Pic.

Châteauneuf du Pape 2010 du domaine Bois de Boursan : j’ai pris l’habitude de bien aérer les vins de ce domaine. On ressent un peu de volatile puis des herbes séchées, la cerise, le poivre, la muscade…c’est très épicé. L’alcool est présent mais bien intégré dans ce vin qui goûte jeune avec des tanins encore serrés.
On va se régaler dans 5/6 ans ! Le même vin bu sur le millésime 2007 commence à lui à être prêt à boire.

Côte de Provence 2011 Les Mûres Château de Roquefort : j’aime beaucoup ce vin bu à plusieurs reprises, mûr, fruits noirs, myrtille avec une jolie texture, douce, agréable.

VDP du mont de Baudile 2010 Le Mourvèdre des Crouzets de Supply Royer : un vin massif, épicé, chaleureux, avec encore des tanins serrés.
Il faudra un peu de temps mais le vin semble bien né.

Photo vins gg

Photo paques

Cyril Amelin - Avril 2016

 

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau