Week-end gourmand à Lembach


Direction l'Auberge du Cheval Blanc à Lembach pour un court séjour dans un lieu fort sympathique.

On commence par le menu dégustation dans le restaurant gastronomique qui ne possède qu'une seule étoile au Michelin. Disons le de suite, on se demande comment il ne pourrait pas obtenir la seconde autant par la qualité de l'accueil (même des jeunes enfants, ce qui est assez rare pour être signalé), que l'efficacité du service, la justesse des plats concoctés par Pascal Bastian et le cadre très agréable.

Le menu découverte est un menu surprise, donc pas moyen de savoir avant et de piocher dans la très belle carte des vins.
Après un verre de Muscat 2012 de chez Blanck – fort bien fait et qui se livre peu à peu en accompagnant comme il se doit les premières attentions de la maison – nous optons pour une formule 3 verres de vin. Le sommelier vient présenter chacun et faire part de sa passion. Il ne cesse de courir d'une table à l'autre en tentant de servir le vins au moment adéquat même s'il ne peut être partout à la fois.

Le premier servi est un Riesling Vieilles Vignes 2011 de Trimbach : nez discret, belle minéralité en bouche sur un corps moyen. Agréable certes, il résiste au tandori et remplit son rôle même s'il ne transcende pas les papilles.

Vient ensuite un beau vin blanc : Côtes de Thongue 2011 Cuvée Numéro 7 du Domaine de la Croix Belle aux notes vanillées, beurrées, de noisette sur une bonne longueur. Bien fait !

Puis vient un rouge : un Château Ricardelle – La Clape servi bien avant pour l'aérer mais à mon sens un tantinet trop chaud au final pour accompagner comme il se doit le canard de Challans.

Notons aussi la qualité du plateau de fromages avant de somptueux desserts. Je ne résiste pas à l'envie de les accompagner par un verre de Pinot gris VT 2008 de Paul Buecher, aux arômes de bearewecke qui clôt comme il se doit un très beau repas.

Et côté vins au final ? La formule 3 verres de vin est une alternative intéressante et économique pour accompagner la grande cuisine du chef. Elle permet de faire des découvertes et d'exercer nos papilles mais aussi notre esprit critique. On n'y sert pas les fleurons du vignoble mais on peut y découvrir quelques alternatives et cuvées intéressantes.

Après une nuit dans le cadre charmant de l'hôtel, nous avons pu profiter de la nouvelle véranda pour prendre un délicieux petit-déjeuner.

Le soir, nous filons plein d'entrain vers la winstub du Cheval Blanc, la Rösselstub au cadre typique et à la carte intéressante de prime abord. Après une chaude journée, la salle atteint allègrement les 26 degrés et la température ne cesse de monter. Ce qui n'est pas l'idéal pour déguster du vin.

On commence par un verre de Muscat de Cleebourg qui ouvre fort convenablement le débat. Je choisis ensuite de goûter les beignets de crevette minute sauce aux herbes thaïes puis la suggestion du jour : un risotto aux gambas.
Je me dis que je goûterai bien le gewurztraminer 2M de chez Neumeyer à Molsheim pour accompagner tout ça mais l'unique serveuse me le déconseille et m'oriente vers un Pinot Gris Réserve de chez Lorentz. Je tique intérieurement mais sachant le goût de ma compagne pour ce cépage et eu égard au sans faute du week-end j'obtempère. Le vin arrive servi dans un récipient en verre mais sans rien pour le tenir au frais !! On ne peut pas dire que ce vin m'enthousiasme, je le trouve même assez quelconque et pas vraiment adapté. Mais là où ça vire à la catastrophe, c'est que nous avons dû attendre plus d'une heure entre la fin de l'entrée et l'arrivée du plat … Inimaginable et désagréable. Sans parler du vin très vite imbuvable et qui n'aurait eu aucune chance face au risotto. On goûte le plat et là nouvelle déception. Des gambas aqueuses, sans grand goût et un plat qui ne nous émeut pas. Pour être honnête, le lendemain le Cheval Blanc fermait pour une semaine. Doit-on y trouver l'explication de ce fiasco ? Je vous passe le temps infini pour obtenir un unique dessert et les deux cafés et vous faire comprendre aisément que je déconseille très fortement de tenter l'aventure en ce lieu. Sans doute n'avons eu pas de chance mais eu égard au standing de la maison, cette soirée est vraiment décevante et nous ne renouvellerons pas l'expérience.

Mais ceci ne doit pas faire oublier la qualité de l'accueil (je redis que nous sommes sans doute mal tombés, tant le maître d'hôtel était surpris et navré) du Cheval Blanc où tout est fait pour vous faire partager un très grand moment de gastronomie et, au risque de nous répéter, le restaurant gastronomique y parvient sans faute.

Philippe Pister - juillet 2014

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau