Dégustations impromptues dans la froidure alsacienne

Avec ce mois de janvier froid et gris qui se termine doucement, mon moral qui flanche un peu me fait penser qu’il est grand temps d’aller respirer un peu d’air frais dans mon vignoble préféré : direction Mittelbergheim (pour changer… !) pour une petite promenade hivernale dans le village avec quelques étapes dans des caveaux vignerons…il faut bien se réchauffer de temps en temps !

mittelbergheim-13-0019.jpgLe coteau du Moenchberg et Eichhoffen en janvier

La première halte se situe au domaine Rietsch, où j’ai fait une récente visite lors de la journée « Portes Ouvertes » sans avoir eu le temps de déguster les nouvelles cuvées. De plus, j’ai une commande ardéchoise à assurer sur le riesling Stein 2011 et le sylvaner Nature 2011 : la livraison n’est prévue qu’en avril mais certaines cuvées du domaine ne sont pas disponibles très longtemps…des mesures de prudence s’imposent !

mittelbergheim-13-0014.jpgLa maison Rietsch est en vue…vite au caveau pour se réchauffer un peu !

En l’absence de Jean-Pierre qui participe à une journée de formation professionnelle, c’est sa sœur Annelise qui m’accompagne au caveau de dégustation pour me faire déguster quelques références proposées sur la carte du moment :

Sylvaner Nature 2011 : le nez est assez discret mais révèle progressivement des arômes de fruits blancs bien mûrs complétés par de fines notes de tabac blond, la bouche est ample avec un joli gras et une structure acide qui ondule voluptueusement, la finale révèle une présence saline bien marquée et quelques amers nobles.
(13°2 – SR : 1,8 g/l – AT : 4,3 g/l)

mittelbergheim-13-0021.jpgSylvaner Vieilles Vignes 2011 : le nez bien complexe développe des arômes de fruits blancs et de foin coupé avec une légère patine oxydative, en bouche l’attaque est vive et pointue, la structure bien tendue équilibre une matière très gourmande, la finale minérale et finement tannique possède un caractère sapide bien agréable.
(13°4 – SR : 1,6 g/l – AT : 5,9 g/l)
Issue de plusieurs parcelles situées sur Mittelbergheim et sur Heiligenstein, la cuvée « Nature » travaillée sans aucun intrant a été élevée en cuves durant 9 mois sur lies totales. La cuvée « Vieilles Vignes » provient de vieilles parcelles situées à Mittelbergheim et a été élevée en foudres durant 9 mois sur lies totales.
Malgré une petite graisse passagère qui épaissit sa texture le premier sylvaner séduit par sa matière pure et détendue qui lui confère une exceptionnelle buvabilité. Le côté discrètement oxydatif du second me déroute un peu sur ce millésime mais il n’en reste pas moins que ce sylvaner est vraiment superbement constitué en bouche…mais j’avoue que pour la première fois j’ai une prédilection pour le version nature de ce cépage.

Riesling Stein 2011 : le nez est pur et précis sur les agrumes avec une discrète pointe épicée, la bouche est bien droite mais avec une silhouette très élégante et une finale longue et aromatique sur le pamplemousse et les épices douces.
(13°1 – SR : 0,9 g/l – AT : 6,4 g/l)Issu de ce beau coteau très calcaire, exposé au sud et situé au bas de la maison Rietsch, ce riesling a été élevé durant 9 mois en foudres et très légèrement sulfité à la mise (SO2 total : 11 mg/l).

mittelbergheim-13-0022.jpgCe vin que j’ai dégusté pour la première fois sur le millésime 2005 s’est fait une place de choix parmi les grandes cuvées de terroir du domaine en imposant son style très gourmand et son énergie débordante : un succès pleinement justifié…qu’on se le dise !

Pinot Gris 2011 : le nez est discrètement floral, la bouche possède une matière pure et assez généreuse mais l’équilibre reste parfaitement sec, la minéralité et un grain tannique léger confèrent un côté particulièrement sapide à la finale.
(12° - SR : 2,6 g/l – AT : 5,9 g/l)
Issu de la colline du Zotzenberg, ce pinot gris élevé en foudres durant 9 mois sur lies totales, est un très beau vin élégant et très droit qui prouve que ce cépage est capable de produire de grandes cuvées en Alsace pour peu qu’on le vinifie en sec. J’ai déjà dégusté quelques très belles cuvées sur le millésime précédent et ce 2011 se situe dans la même ligne…l’opération de réconciliation avec ce cépage continue !

mittelbergheim-13-0016.jpg
Ma seconde étape me conduit à quelques centaines de mètres plus loin (eh oui, il fait très froid !) au domaine Rieffel.

mittelbergheim-13-0015.jpgLa maison Rieffel…à quelques enjambées du domaine Rietsch.

En l’absence de Lucas, qui s’occupe de ses vignes, c’est Mme Rieffel qui assure la permanence au domaine et qui me reçoit dans le caveau de dégustation pour me présenter quelques cuvées de leur gamme actuelle :

Pinot blanc Gebreit 2011 : le nez est précis, vif et finement floral, en bouche l’équilibre est très sec mais l’ensemble reste d’un abord très agréable, la finale est franche avec quelques notes épicées et de fines évocations minérales.

mittelbergheim-13-0027.jpgIssu du secteur granitique qui se trouve derrière le sommet du Kastelberg, cet assemblage de pinot blanc et d’auxerrois a été élevé durant une dizaine de mois en barriques. C’est un vin sérieux avec une matière tendue qui a parfaitement digéré son élevage et qui possède un grand potentiel gastronomique. Belle surprise !

Sylvaner G.C. Zotzenberg 2011 : le nez s’ouvre sur quelques notes fumées mais très vite on découvre une belle palette de fruits blancs, de foin coupé et de fleurs, la bouche est dense, volumineuse et tenue par une acidité très tonique, la finale longue et très saline laisse un sillage aromatique floral particulièrement charmeur.

mittelbergheim-13-0024.jpgFace à une cuvée de cet acabit on ne peut que se féliciter de la persévérance des vignerons de Mittelbergheim qui ont permis au sylvaner de s’imposer dans l’appellation Zotzenberg. Pur, vif, ciselé et pourtant gourmand en diable…un régal !

Riesling G.C. Wiebelsberg 2009 : le nez est ouvert et séduisant avec de fines notes de fleurs printanières, de citron, d’écorces d’agrumes complétées par une petite touche résineuse, en bouche on perçoit une structure ovale avec une acidité très verticale enrobée d’une matière longiligne, la finale révèle une fine amertume et laisse persister longuement les arômes d’agrumes et d’herbes aromatiques (romarin)

mittelbergheim-13-0023.jpgIssu d’une parcelle d’un seul tenant située en plein cœur du Grand Cru, ce riesling nous offre une expression archétypique de la finesse incomparable de ce terroir gréseux. Antoine Kreydenweiss m’avait largement vanté la qualité de cette cuvée vinifiée par Lucas Rieffel, j’ai voulu vérifier et j’ai été pleinement conquis…c’est un très grand vin !

Pinot Noir Nature 2011 : le fruité croque littéralement dès le premier coup de nez, la cerise est présente, voire omniprésente, en bouche l’équilibre est vif, la matière charnue et la finale fraîche et sapide nous remet du fruit plein les papilles.

mittelbergheim-13-0025.jpgIssu de plusieurs parcelles située autour de Mittelbergheim ce pinot noir a été vinifié sans aucun intrant à partir de 50% de vendange entière et 50% de vendange égrappée. Pur, juteux et plein de fruit ce joli vin rouge séduit par son côté guilleret et son exceptionnelle buvabilité…MIAM !

Pour conclure :

- Je n’ai nullement l’habitude de passer chez des vignerons sans prendre rendez-vous avant, mais en cette après-midi hivernale, le côté impromptu de cette escapade m’a conduit à déroger à cette règle. C’est vrai qu’en Alsace ces impulsions œnophiles sont rendues possibles car la plupart des domaines disposent de caveaux de dégustation ouverts pratiquement toute l’année : ce n’est pas pour rien que de nombreuses exploitations alsaciennes réalisent plus de la moitié de leur chiffre avec leur clientèle particulière.

- Mes visites expresses chez ces deux vignerons de Mittelbergheim m’ont permis de déguster quelques vins très stylés avec des personnalités bien marquées : Jean-Pierre Rietsch et Lucas Rieffel travaillent dans un souci permanent de restituer le plus fidèlement possible l’expression du terroir dans leurs vins. Ceci dit, même si ces deux vignerons se connaissent bien et partagent largement des idées communes sur leur métier et la façon de concevoir des vins de qualité, leurs productions respectives gardent une vraie identité. Chez Lucas Rieffel, les vins se caractérisent par leurs expressions pures, ciselées et assez classiques alors que chez Jean-Pierre Rietsch la lecture du message vinique est parfois plus complexe mais tout aussi passionnante.
S’il fallait tracer un parallèle avec le monde de la poésie, le style du premier s’apparente à celui d’un Parnassien alors que celui du second ferait plutôt penser à Prévert à Desnos.
On peut choisir, ou décider comme moi de mettre les deux auteurs dans sa bibliothèque…ou dans sa cave.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.