Portes Ouvertes au domaine Barmes-Buecher à Wettolsheim - 2013

barmes-buecher-0125.jpg

Située à Wettolsheim, un village aux portes de Colmar, la maison Barmès-Buecher organise une journée portes ouvertes au domaine…quel meilleur moyen pour oublier l’ambiance un peu tristounette de ce dimanche de mars avec cet hiver alsacien qui s’éternise !

barmes-buecher-0124.jpgWettolsheim au pied du coteau du Hengst…et en plus il y a un peu de soleil !

Sous les voûtes du superbe chai que François Barmès a fait édifier en 2000, Geneviève la patronne, sa fille Sophie et son fils Maxime, secondés par quelques amis reçoivent leur clientèle particulière pour leur faire goûter une très belle sélection de bouteilles.

barmes-buecher-0127.jpgLa cave vue du haut de l’escalier.

La cave est organisée en 5 tables thématiques illustrées par quelques pépites produites au domaine durant ces dernières années : la première table est consacrée au pinot gris, la deuxième au riesling GC Hengst, la troisième au gewurztraminer GC Steingrubler, la quatrième au gewurztraminer GC Pfersigberg et la dernière aux cuvées moelleuses…et pour ceux qui n’auront pas trouvé leur bonheur sous terre, il y a la possibilité de remonter en surface dans le caveau de dégustation pour découvrir les autres références proposées sur le tarif actuel du domaine.
J’ai connu pire programme pour un dimanche après-midi d’hiver !

barmes-buecher-0129.jpgLa cinquième table et le petit coin restauration sur la droite…tout ce qu’il faut pour se régaler !

Table 1 :
Pinot gris Herrenweg 2005 : le nez est flatteur et très mûr avec des notes de miel, de sucre d’orge sur un fruité délicat, la bouche est ample et généreuse avec une aromatique dominée par le raisin sec, la finale est franche et nette mais la longueur reste assez modeste.
Pinot gris Pfleck 2005 : le nez est beaucoup plus réservé, une touche de fruits jaunes mûrs complétés par quelques nuances plus pierreuses, la bouche est élégante et bien droite avec une fine minéralité qui pose son empreinte sur la finale.
Sur ces deux pinots gris arrivés à pleine maturité le terroir ressort avec beaucoup de force : composé essentiellement de graves dans le cône de déjection de la Fecht, le Herrenweg a engendré un vin très charmeur par sa richesse et son opulence, alors que le coteau limono-calcaire du Pfleck a fait passer l’expression variétale du cépage au second plan en imprimant une belle marque minérale au vin.
En tous cas, voilà deux cuvées qui exposent clairement l’esprit des vins de la maison Barmès-Buecher : des matières gourmandes, des équilibres bien digestes et des expressions authentiques des différents terroirs.

Table 2 :
Riesling Grand Cru Hengst 2007 : le nez est vif et précis sur le citron confit, l’ananas frais sur un fond minéral très noble, la bouche est généreuse, bien fruitée avec une trame acide tendre mais bien présente, la finale est tenue par une belle minéralité et un retour acidulé bien frais.
Riesling Grand Cru Hengst 2008 : l’aromatique est vive et « claquante » sur le pamplemousse et les zestes d’agrumes, en bouche l’attaque est vive avec une acidité bien large, une trame minérale crayeuse, très tactile et une grande longueur aromatique.
Riesling Grand Cru Hengst 2009 : le nez est encore très réservé avec une palette discrète sur le citron frais et les herbes aromatiques, la bouche est très ample et charnue avec un équilibre sec et une finale de haute tenue où on décèle une petite touche épicée.

barmes-buecher-0137.jpgJe ne connais le Hengst qu’à travers la dégustation de quelques rieslings du domaine Josmeyer mais j’ai comme l’impression que ce terroir marno-calcaire exprime assez puissamment l’influence du millésime sur la personnalité des vins : acidité noble et tendue pour le vin de 2008 et générosité pour les deux autres, avec un côté encore un peu jeune pour le 2009 et une patine plus raffinée pour le 2007. En tous cas, comme pour les pinots gris de la première table, ces 3 vins laissent une belle sensation d’équilibre et de finesse…de la belle ouvrage, bravo !

barmes-buecher-0135.jpgLe coteau du Hengst au sortir de l’hiver

Table 3 :
Gewurztraminer Grand Cru Steingrubler 2004 : le nez est élégant et flatteur sur la rose et la guimauve, la bouche est svelte et aérienne avec une finale bien longue à qui une petite amertume apporte un côté sapide et digeste.
Gewurztraminer Grand Cru Steingrubler 2005 : le nez riche et complexe révèle un fruité bien mûr et quelques notes épicées, en bouche, la matière est opulente, avec un joli volume et une finale longue, finement poivrée avec une pointe acidulée très agréable.
Gewurztraminer Grand Cru Steingrubler 2006 : le nez est complexe sur les fruits blancs presque confits et de délicates notes florales, la bouche est avenante mais manque de corps et de structure, la finale révèle un côté sous bois assez disgracieux.
Le terroir complexe du Steingrubler (marno-calcaire sur arène granitique) a généré 3 gewurztraminer fortement typés : le 2004 étonnant de pureté est une friandise de très grande classe, le 2005 semble arrivé à sa pleine maturité et nous régale avec sa matière gourmande, sapide et son aromatique très épanouie, le 2006 se trouve un cran en dessous des deux autres avec une présence un peu vacillante en bouche et une finale où on détecte la marque d’un millésime difficile

Comme j’ai l’intention de déguster quelques cuvées en surface et que le temps commence à manquer, je me vois dans l’obligation d’écouter mon passage en cave en choisissant de goûter un seul vin sur les deux tables restantes.

Table 4 :
Gewurztraminer Grand Cru Pfersigberg 2005 : le nez est délicat et complexe avec des arômes de fleurs et de miel, la bouche possède un volume conséquent avec une rondeur fort agréable et une finale élégante où pointent de fines notes minérales.
A l’instar du Steingrubler, ce Pfersigberg 2005 semble avoir atteint son pic de forme avec une matière très épanouie et belle trame minérale qui soutient l’ensemble. Mature sans aucun doute, mais encore très loin du déclin…Belle bouteille !

Table 5 :
Gewurztraminer Wintzenheim-Cuvée Maxime 2006 : le nez est assez discret mais d’une belle complexité avec des notes de fruits exotiques bien mûrs et de délicates évocations d’épices douces, la bouche possède une rondeur avenante mais reste légère et digeste grâce à une profonde salinité qui tient longuement la finale.

barmes-buecher-0139.jpgIssu d’une vigne se trouvant sur un coteau tout près de la maison Barmès-Buecher ce gewurztraminer récolté avec une maturité proche d’une SGN allie richesse et structure saline dans un équilibre très digeste…MIAM !

barmes-buecher-0133.jpgLa parcelle de gewurztraminer où est née la cuvée Maxime, juste derrière le domaine mais déjà sur le ban viticole de Wintzenheim

Avant de remonter vers le caveau, je m’octroie un petit arrêt au coin restauration pour me refaire le palais avec un morceau de pain de campagne et quelques fines tranches de Serrano…il n’y a pas à dire, nos hôtes vignerons ont pensé à tout !

Sur le tarif actuel du domaine qui comporte une bonne vingtaine de références, il n’y a pas mal de cuvées qui attisent ma curiosité mais avec l’heure de mon retour obligé vers Strasbourg qui approche, je me vois contraint de limiter ma dégustation complémentaire à 3 vins :

Pinot Noir Réserve 2011 : le nez est flatteur avec un registre très expressif sur la cerise bigarreau et le noyau, la bouche est d’une rondeur agréable soutenue par une jolie structure, la finale nette et précise laisse persister une rémanence fruitée très gourmande.
Pinot Noir Vieilles Vignes 2008 : la robe est rouge clair avec un léger trouble mais le nez est pur, raffiné et très complexe (fruits rouges bien mûrs, noyau de cerise, épices douces…), la bouche est ample, volumineuse et bien concentrée avec une trame tannique souple et une finale fraîche, délicatement acidulée et longuement aromatique.

barmes-buecher-0132.jpgVoilà deux pinots noirs de très belle facture qui ne m’ont fait rapidement oublier que j’ai été contraint d’écourter ma dégustation en cave. Gorgé de fruit et caressant en bouche le Réserve 2011 est une friandise dotée d’un pouvoir de séduction immédiat.
La cuvée Vieilles Vignes porte indiscutablement la marque d’un très grand vin rouge : récoltée sur le coteau du Hengst et vinifiée à la bourguignonne (fermentation et élevage 24 mois en barriques) elle nous transporte immédiatement vers les crus de la Côte de Nuits…MIAM !
A quand le classement du Pinot Noir Hengst en Grand Cru ?

Muscat Ottonel 2011 : le nez est délicat avec de belles notes de raisin frais et de fleurs (sureau, rose), malgré un équilibre bien sec, la bouche reste douce et suave et laisse s’épanouir les arômes fruités et floraux repérés à l’olfaction, la finale est agréable, assez longue et très sapide.

barmes-buecher-0136-1.jpgJ’aime beaucoup le style très direct et l’authenticité de l’expression de ce muscat 100% ottonel, frais, léger et aromatique…classique mais parfaitement réussi. MIAM !

Pour conclure :

- Durant un bon quart de siècle, à force de travail et d’exigence, François Barmès a fait évoluer son exploitation viticole, pour la hisser au rang des domaines qui comptent dans le vignoble alsacien.
Après le décès accidentel de François Barmès en 2011, c’est son épouse et les deux enfants du couple qui assument la gestion du domaine en travaillant dur pour perpétuer la tradition d’excellence des vins estampillés Barmès-Buecher.

- Lors de cette journée « Portes Ouvertes » j’ai beaucoup apprécié le sens de l’organisation et la qualité de l’accueil de cette famille vigneronne et, bien évidemment, j’ai été conquis par la belle tenue des différents vins dégustés.
En biodynamie sur l’ensemble du domaine (16 hectares) depuis 1998, le domaine Barmès-Buecher produit des vins expressifs et purs qui laissent parler leur terroir et leur millésime avec beaucoup de sincérité : les 3 riesling Hengst et les 3 gewurztraminer Steingrubler illustrent bien cette philosophie.

- Parmi les vins marquants je citerai les Hengst 2007 et 2008, le premier pour son expression pleine et gourmande et le second pour la beauté de sa trame minérale, sans oublier la rencontre avec le pinot noir 2008…un très grand vin rouge, tout simplement !

barmes-buecher-0128.jpg
- Mille mercis pour ce beau moment vinique et bonne chance pour les futurs millésimes…que suivrai bien sûr avec le plus grand intérêt.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau