Portes Ouvertes 2016 au domaine Deiss à Bergheim

Si j’ai bien compté, 2016 marquera ma troisième participation à cette journée « Portes Ouvertes » organisée par l’un des domaines les plus prestigieux du vignoble alsacien et je me dis que j’ai bien de la chance d’habiter dans une région où les vignerons redoublent d’énergie et de créativité pour offrir à l’amateur de vin des occasions de parfaire sa culture vinique.

Dsc 3406

Dsc 3407

C’est le printemps, il fait très beau et en plus j’ai un chauffeur – en la personne du célèbre Stéphane Wasser – voilà une journée qui s’annonce plutôt bien.
Hoppla, c’est parti !

Le programme de la journée rodé depuis plusieurs années comporte plusieurs animations qui permettent aux visiteurs de découvrir le domaine Deiss autrement qu’à travers la dégustation des vins qui y sont produits.
Il y a notamment des visites guidées dans les vignes et dans les caves, des séances d’initiation à la dégustation géo-sensorielle et un atelier d’accords mets-vins.
Après deux visites largement commentées en 2013 et en 2014, je vais aller un peu plus vite cette année en focalisant ce petit compte-rendu sur quelques points qui m’ont particulièrement marqué cette année.


La dégustation des vins de cépage

Pinot d’Alsace 2014 : juteux et suave, notes de fruits jaunes et de brioche, richesse confortable en bouche, finale qui se tend et s’affine pour laisser une belle impression de finesse et de légèreté.
Muscat 2013 : aromatique raffinée, notes fruitées et fine touche mentholée, rondeur agréable en bouche, belle signature minérale en finale.
Riesling 2014 : nez fin et précis sur le citron mûr, silhouette élégante en bouche, finale pointue et très désaltérante, sillage sur les agrumes.

Dsc 3408

Pinot gris 2012 : aromatique délicate surles fruits à chair blanche, bouche concentrée avec un joli gras et équilibre plutôt sec, finale longue et sapide.
Gewurztraminer 2013 : nez expressif sur les agrumes mûrs et les fruits exotiques (ananas, litchi), opulent et gourmand en bouche, belle présence saline, finale discrètement poivrée.

Dsc 3409

Ces « concessions » faites aux cépages alsaciens par une maison qui défend la primauté des terroirs sont de véritables petites friandises qui se laissent déguster avec beaucoup de facilité et de plaisir aujourd’hui.
Et pourtant il y a déjà une vraie présence minérale qui sous-tend la structure et imprègne la personnalité de chacune de ces cuvées...voilà une très belle introduction qui nous ouvre les portes du monde des vins signés Deiss !


Les accords mets-vins

Roland Vonville, le chef du restaurant La Cour des Tanneurs à Obernai, a crée 3 bouchées originales pour donner la réplique à 3 crus du domaine Deiss.

Dsc 3425
Les 3 bouchées préparées par Roland Vonville

Duo 1
Effiloché de cabillaud en gelée, pomelo et gingembre avec un Rotenberg 2012

Dsc 3418

Dégusté seul, le Rotenberg est un vin brillant de rondeur et de complexité aromatique avec une finale salivante et épicée.
Face à une première bouchée aux saveurs très vives, la douceur du Rotenberg joue un rôle conciliateur en créant un équilibre très sensuel avant de trouver une belle harmonie gustative sur les agrumes en finale.

Duo 2
Maquereaux frais marinés au citron vert, lentilles et chorizo avec un Burg 2011

Dsc 3420 copie

Le Burg assez discret au nez montre une énergie incroyable en bouche avec un volume ample, une texture épaisse et une finale intense qui prolonge de belles notes épicées.
Le plat qui allie des saveurs puissantes avec beaucoup de classe constitue un vrai défi pour un vin…et pourtant avec ce Burg 2011 les goût se rencontrent sans laisser paraître de fausse note et en finale, il ne reste plus que les effluves fruités et épicés de ce vin qui réalise un véritable exploit.

Duo 3
Filet de bœuf façon Grawlax,tomates confites et sésame avec un Gruenspiel 2010

Dsc 3420

Après 6 années de vieillissement, le Gruenspiel 2010 nous séduit par sa plénitude avec des arômes de miel et d’agrumes confits, sa présence généreuse en bouche et sa finale fraîche et finement tannique.
Originale et parfaitement équilibrée en goût, la préparation de Roland Vinville prouve avec brio qu’un grand vin blanc peut être associé à de la viande rouge : l’accord est époustouflant de justesse avec un plat qui porte le vin pour le grandir encore un peu plus…Magique !


La séance de dégustation géo-sensorielle

J’avais déjà participé à une première séance d’initiation en 2014 mais je n’ai pas résisté au plaisir d’aller apprécier une fois encore les talents de pédagogue de Jean-Michel Deiss qui va nous faire découvrir une nouvelle approche du vin : un verre noir et un vocabulaire original pour décrire les sensations que produisent les vins en bouche.

Dsc 3410
Le maître et ses élèves dans la salle de classe installé dans le cuvier du domaine Deiss

Dans ce fameux verre noir qui nous prive de la vue mais aussi d’une grande partie de nos sensations olfactives – « C’est normal, quand on ne voit rien, on ne sent rien » – nous suivons les conseils de Jean-Michel Deiss pour repérer des couleurs, des formes, des textures...de 4 vins différents

Dsc 3413
L’outil indispensable pour la dégustation géo-sensorielle.

Dsc 3412
Jean-Michel Deiss, orateur passionné et passionnant…comme d’habitude !

Vin 1 : clair, fuselé et filant droit, toucher finement granuleux, c’est un Langenberg 2013.

Vin 2 : plus coloré que le précédent, évoque des tons ocre, large, volumineux et un peu collant, finale avec une trame tannique plus marquée, c’est un Schoffweg 2012.

Vin 3 : clair mais plutôt froid, acidité fine, structure verticale, toucher un peu rugueux, finale pierreuse, c’est un Engelgarten 2013.

Vin 4 : mûr et chaud, structure large, matière épaisse, finale intense et profonde, c’est un Gruenspiel 2010.

J’ai dégusté ces vins de façon classique avant la séance et j’ai pris quelques notes à ce moment…comparons :

Langenberg 2013 : légèrement fumé, droit, vertical, équilibre vif et léger, petite touche tannique en finale.
Schoffweg 2012 : ouvert, délicatement citronné, ample et gras en bouche, dense et légèrement tannique en finale.
Engelgarten 2013 : arômes très frais, concentré et ample en bouche, finale très saline.
Gruenspiel 2010 : aromatique expressive, miel et fruits mûrs, matière très riche, finale vive et longuement aromatique.

Dsc 3415

La dégustation géo-sensorielle d’un vin est une expérience toujours très intéressante qui nous oblige à recentrer nos grilles de lecture des vins davantage sur des sensations tactiles en bouche que sur des recherches d’expressions aromatiques.
J’avoue avoir rencontré encore quelques difficultésdans cet exercice surtout lorsqu’il a fallu interpréter les impressions laissées par ces vins pour y trouver les caractéristiques de leur terroirs.
Même si sa valeur pédagogique indéniable, cet exercice me laisse toujours un vrai sentiment de frustration : j’aime m’extatsier devant une belle robe et je suis toujours étonné de la complexité des arômes qui naissent dans des grands vins…pourquoi me priverais-je de ces plaisirs ?


Quelques vins de terroir pour finir en beauté

Dsc 3416
L’espace réservé aux vins de terroirs du domaine Deiss.

Alsace  2014 : nez fin et bien complexe, fruité mûr (abricot, ananas frais) et notes florales délicates, vertical et brillant en bouche, finale lisse et salivante.

Berckem 2014 : grande complexité, notes fruitées et touche fumée, bouche dense, matière ronde tenue par une acidité fine et tendue, finale citronnée et légèrement crayeuse.

Grasberg 2011 : aromatique expressive, palette florale et notes « pâtissières » (tarte à la mirabelle), structure ample, gras sensible, notes d’agrumes mûrs, finale lonfgue et intense.

Huebuhl 2009 : nez discret finement zesté, matière chaude et concentrée, équilibre très riche, acidité fine et profonde, finale très impressive.

Dsc 3422
Présentation des vins de terroir avec un descriptif très précis et un carottage des différents sols.

Mambourg  Grand Cru 2012 : aromatique délicate et complexe, silhouette longiligne, toucher gras et équilibre sec, finale intense avec une salinité très marquée.
Altenberg de Bergheim  Grand Cru 2011 : aromatique expressive, agrumes mûrs et épices, structure élégante, matière alliant puissance et suavité, finale très longue et profondément minérale.
Schoenenbourg  Grand Cru 2011 : olfaction complexe, notes de citron mûr et nuances végétales nobles, matière énergique, charpente acide et minérale solide, finale longue, nuances fumées et poivrées.

Le style des grands vins de terroir du domaine se caractérise par une synergie très dynamique entre une matière pure et généreuse et une structure profondément tramée par la minéralité de chaque terroir. Les premiers crus et les grands crus qui s’expriment souvent avec beaucoup de force et d’exubérance ne laissent personne indifférent.
Ce sont des bouteilles à mettre en cave pour de longues années et à déboucher religieusement en compagnie d’amateurs capables d’apprécier des breuvages d’exception.
Véritables traits d’union entre les vins de fruits et les vins de terroirs, les cuvées « Alsace » et « Berkem » sont deux belles clés qui vous ouvrent les portes de l’univers esthétique des vins signés Deiss.


Pour conclure :

- J’avoue, je suis toujours très enthousiaste, lorsqu’un grand domaine alsacien ouvre ses portes pour inviter les amateurs de vin à découvrir son travail et sa production.
A cette occasion, la famille Deiss et leurs collaborateurs n’ont vraiment pas économisé leurs efforts pour nous proposer une visite où se sont succédés des instants de gourmandise pure et des temps de formation durant lesquels ces vignerons passionnés nous ont fait partager leur conception du vin et leur amour des terroirs alsaciens.

(OK, je recycle de vieilles notes…mais je n’ai rien de mieux à dire aujourd’hui !)

- Mille mercis à tous ceux qui ont œuvré pour que cette journée soit une belle réussite.

Pour mémoire : les C.R. des éditions 2013 et 2014 sont consultables sur ce site.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.