Vendanges au domaine Emile Beyer : les rieslings du Clos Lucas

Lors de ma visite estivale au domaine Beyer, j’avais promis à Christian de revenir chez eux en automne pour passer une journée avec leur équipe de vendangeurs. Après quelques tentatives infructueuses, nous avons réussi à faire concorder nos emplois du temps respectifs pour réaliser ce projet : j’ai une demi-journée de libre, la météo est au beau fixe et les Beyer ont prévu de vendanger les rieslings du Clos Lucas…voilà des conditions parfaites pour voir si je sais encore manier le sécateur !
Hoppla, c’est parti !

Img 0041
Quand on habite Strasbourg, Il faut se lever très tôt pour pouvoir assister au spectacle du soleil qui se lève sur le vignoble d’Eguisheim…mais ça vaut le coup !

Les vendangeurs se retrouvent devant la nouvelle cave du domaine pour un départ à 7H45 en direction du Sundel, le coteau calcaire du Pfersigberg où Christian Beyer a crée le Clos Lucas.

Img 0040
Rassemblement des vendangeurs devant la cave Beyer.

Img 0042
En route vers les premiers rangs du Clos Lucas…

Img 0046
Les binômes sont répartis dans les rangs…

Img 0044
…et les sécateurs entrent en action.

Img 0048
Variantes de positions plus ou moins ergonomiques…à chaque vendangeur son style personnel.

Les rangs du Clos Lucas ne sont pas trop pentus - même si certains secteurs présentent une déclivité proche de 35% - mais la récolte des raisins n’est pas si aisée que ça : les grappes sont rares et souvent bien cachées dans le bas du pied. Mon rythme de cueillette est bien inférieur à celui du groupe et mon seau ne se remplit vraiment pas vite…heureusement que le boss est parti en cave pour préparer le pressoir !

Img 0052
Arrivée en haut du rang l’équipe se réorganise pour la descente.

Christian Beyer situe le rendement optimal de sa vigne de rieslings du Clos Lucas à 35 hl/ha « on montera peut-être à 40 dans des années favorables mais pour 2016, il faudra que nous nous contentions de 25 hl/ha »…la faute au mildiou qui a attaqué pas mal de grappes : les baies touchées sont complètement séchées mais elles ne vont absolument pas affecter la qualité des jus.
Les baies saines sont suaves avec un goût très prononcé et relevé par une présence acide qui stimule les papilles. Le pépin croque sous la dent et ne laisse aucune sensation astringente en bouche….ça promet !

Img 0043
Une grappe un peu mangée par le mildiou tombée sur le sol calcaire du Clos Lucas

Img 0047
Les bottiches se remplissent doucement…

Img 0054
…et a 1O heures, pause-café dans les vignes…

Img 0055
…avec en point de mire les ranges de vigne du Clos qui attendent les vendangeurs.

Img 0057
La reprise se déroule sur les terrasses du Clos Lucas…une cueillette plus confortable !

Img 0059
Les rangs de la terrasse sont vendangés…allez on retourne dans la pente !

Img 0061
Les vendangeurs dans partie est du Clos…il reste encore du travail pour toute la journée !

Img 0060 Img 0058
Magnifiques grappes de rieslings du Clos Lucas : petits grains et grappes aérées…les fruits d’une sélection massale exigeante et la promesse d’un grand vin !
Img 0066

Img 0064
Convoyage des bottiches vers la cave.

Img 0067
Les grappes remplissent le pressoir sous l’œil attentif de Sidonie, étudiante en B.T.S. viti-oeno en stage au domaine Beyer.

Img 0075
Le jus des rieslings 2016 commence à couler…

Img 0073
Christian à la mesure…verdict : 12°8 potentiels.

Img 0072
Dégustation en super-primeur du riesling 2016 du domaine Beyer.

Le jus confirme les bonnes impressions ressenties lorsque j’ai croqué quelques baies dans les vignes : fruit éclatant, juste maturité et acidité noble qui vient titiller les côtés de la langue.
Initialement prévu pour entrer dans la cuvée de riesling générique du domaine – jeunesse des vignes oblige – le jus du Clos Lucas 2016 sera surement promu pour faire son entrée dans la gamme « Hostellerie »« on mettra peut-être même quelques litres dans la cuvée Grand Cru ».

La qualité du terroir du Clos Lucas n’a pas eu besoin de beaucoup de temps pour s’affirmer ...mais c’est vrai que pour « les âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années ».
A midi, nous rejoignons l’équipe des vendangeurs dans les vignes et nous partageons un déjeuner convivial avec au menu un succulent bœuf bourguignon et des desserts confectionnés par une vendangeuse experte en pâtisserie…aujourd’hui c’était tarte aux pommes et tartelettes Linzer, un vrai délice !
Pour arroser tout ça Christian nous a proposé quelques bouteilles prélevées dans sa cave…notamment un Tokay-Pinot Gris 1989 du domaine, étonnant de jeunesse.

Img 0078
Déjeuner au pied du Clos Lucas.

Après une bonne tasse de café, tout le monde est prêt à repartir dans les rangs de vignes et moi je retourne en direction de Strasbourg (contraint par des obligations familiales) un peu déçu d’être obligé de laisser tomber cette joyeuse équipe mais avec le sentiment d’avoir vécu une expérience qui va me faire aimer encore plus les vins de ce domaine.


Avec ce soleil éclatant, cette ambiance conviviale et ce couple de vignerons heureux d’accueillir un vieil ivrogne qui s’essaie à l’art de la vendange, cette journée dans le vignoble d’Eguisheim ne pouvait être qu’une belle réussite…merci à Valérie et Christian de l’avoir rendue possible.

J’ai été content de pouvoir actionner le sécateur dans cette magnifique parcelle dont je suis l’évolution depuis quelques années.et qui est en passe de gagner sa place parmi les Clos prestigieux du vignoble alsacien.
Au vu de la qualité des raisins produits par cette jeune vigne en 2016, on ne peut être qu’optimiste quant à l’avenir des vins qui y naîtront dans les années à venir…j’ai vraiment hâte de goûter !!!

Img 0062
L’entrée du Clos Lucas en automne 2016

Si vous voulez avoir un autre point de vue sur cette journée je vous invite à lire l’excellent article de l’ami Eric.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau