Soirée vins d'Alsace et musique jazz au domaine Lissner

1 54

Ce projet est né il y a quelques années lorsque Stefan le musicien amateur de vin – et membre émérite de notre club AOC – et Bruno Schloegel le vigneron amateur de musique ont imaginé une soirée où ils pourraient partager leurs passions communes.
Organisée dans le magnifique espace de dégustation édifié au dessus de la nouvelle cave du domaine, cette rencontre « Jazz et Vin » va nous permettre de déguster quelques crus alsaciens signés Lissner et quelques morceaux de jazz interprétés par le trio Triple 12.
« Goûtons le jazz et écoutons les vins » sera le mot d’ordre de la soirée
Hoppla c’est parti !

2 54
Les premiers convives du soir profitent du soleil couchant pour prendre l’apéritif sur la terrasse.

3 54
A l’intérieur tout est prêt pour la soirée…

4 52
…mais Stefan vérifie quand même qu’il y a bien toutes les touches sur le clavier du piano à queue !


Avant le concert, nous sommes invités à déguster quelques bouchées apéritives accompagnées par un quatuor de vins du domaine Lissner.

5 4   5 3
5 2   5 1

5 5
Les petites gourmandises apéritives…

6 3 1
…et leur accompagnement liquide

Les délicieuses bouchées apéritives sont accompagnées par 4 vins vinifiés « nature » qui m’ont fait une très belle impression générale.

Gewurztraminer Dyonisiuskapelle 2016 : robe rosée, expression fruitée originale mais agréable, matière gourmande en bouche, équilibre sec et désaltérant, finale sapide avec un petit grip tannique très vivifiant.

6 1 1

Travaillé comme un « vin orange » avec 4 semaines de macération en raisins entiers, ce gewurztraminer nous emmène très loin des standards alsaciens mais n’en reste pas moins un rosé original, désaltérant et facile d’accès.

Sylvaner Dyonisiuskapelle 2016 : nez très fin, notes d’herbe coupée et de foin frais, vif, droit et particulièrement salin en bouche, amers salivants en finale.
Récolté au bas du coteau de l’Altenberg, ce sylvaner très minéral nous prouve que ce cépage peut également être un vecteur intéressant pour révéler un terroir.

Pinot Noir Dyonisiuskapelle 2015 : olfaction épanouie avec un fruité très gourmand, jus profond et mûr en bouche, structure bien tenue et équilibre frais, sillage aromatique long.
Voilà encore un pinot noir particulièrement réussi qui nous rappelle que 2015 est un millésime béni pour ce cépage en Alsace. MIAM !

Muscat Grand Cru Altenberg de Wolxheim 2016 : nez très charmeur, palette florale complexe, matière dense et puissante en bouche, finale minérale avec une salinité vibrante.
Ce muscat qui exprime pleinement la richesse de l’expression aromatique du cépage tout en révélant une matière profonde et l’empreinte minérale d’un grand terroir est un pur bonheur. RE-MIAM !


Pour la suite de la soirée nous entrons vraiment dans le vif du sujet avec une introduction musicale par le trio Triple 12 : « Seven Steps to Heaven » de Victor Feldman et Miles Davis.
La suite du concert se fera en 3 parties comprenant 3 morceaux de jazz accompagnés de 3 vins.

8 51
Stefan nous présente la musique…

7 52
…et Bruno nous parle vins et terroirs…le concert-dégustation peut commencer !


Première partie : le jazz et les rieslings Rothstein :

2015 : miel et fleurs au nez, jus riche, acidité fine et longue, belle présence saline mais finale un peu rustique.
2012 : expression aromatique pure et très classique, notes terpéniques et finement zestées, vif et droit en bouche, texture assez épaisse, finale salivante et délicatement épicée.
2007 : olfaction assez proche du 2012 avec une touche de miel de sapin et quelques notes florales qui se révèlent après oxygénation, matière ample, finale longue mais avec une amertume qui lui donne un côté austère.

9 1 1

Comme le dit Bruno Schloegel « Le Rothstein est un terroir gréseux assez léger qui génère parfois des vins surprenants »…et cette série ne va pas démentir cette affirmation : si le 2015 n’a pas encore eu le temps de construire son harmonie malgré des éléments constitutifs sont vraiment prometteurs, le 2012 et le 2007 nous ont régalés par leur énergie et leur pureté. MIAM !


Deuxième partie : le jazz et les rieslings Wolxheim :

2015 : olfaction « nature » peu avenante, notes de pomme blette, d’herbe sèche et d’écorce pilée, bouche austère avec une acidité vibrillonnante, salinité intense et finale amère.
2012 : nez charmeur, notes de mandarine, de miel et de résine sur un fond floral qui se révèle progressivement après oxygénation, attaque vive avec une acidité vive et immédiate, matière charnue structurée en largeur, finale très sapide.
2007 : notes zestées et minérales au nez, matière plus étirée, squelette acide/minéral plus apparent, finale longue mais un peu austère, sillage sur le pamplemousse et la craie.

9 2 1

Ces trois rieslings sont nés sur un terroir très calcaire – « c’est un terroir très organique qui s’exprime toujours avec une certaine puissance » – s’expriment de façon très différente ce soir : le 2015, débouché un peu trop jeune, nous a exposé tous les défauts d’un vin « nature » et s’est révélé très difficile à goûter, en revanche le 2012 est magnifique d’équilibre et de buvabilité. Pour ce qui est du 2007, c’est un vin droit et sérieux qu’il faut déguster pour percevoir l’empreinte minérale laissée par un terroir calcaire.


Troisième partie : le jazz et les rieslings Altenberg de Wolxheim :

2015 : nez fin et précis, notes de citron et d’herbes aromatiques, matière concentrée tenue par une acidité vive et très tonique, finale salivante.
2012 : nez discret mais belle pureté aromatique, matière ample, équilibre droit et minéralité affirmée, salinité marquée en finale.
2005 : expression aromatique très fatiguée, touches oxydatives sensibles, matière légère et souple, plus beaucoup d’énergie…

10 1 1

Pour accompagner les derniers morceaux de jazz du programme, le domaine Lissner a choisi de nous servir 3 rieslings Grand Cru.
J’ai beaucoup aimé la version 2015 qui a révélé un très beau potentiel et j’ai été impressionné par la force minérale du 2012.
En ce qui concerne le riesling 2005, j’ai bien l’impression qu’il avait basculé dans l’autre monde   c’est dommage, mais quand même étonnant pour ce millésime !


Après quelques rappels et un « bœuf » avec le trio qui s’est transformé en quintette avec l’arrivée d’un jeune saxophoniste (le fiston de l’ami Guy) et d’un flutiste (Bruno Schloegel himself), les picoleurs ont également eu droit à un « extra » avec un riesling Altenberg de Wolxheim 2003 : expression aromatique mûre et complexe, notes d’agrumes confits rehaussées par de fines touches mentholées, matière ample et généreuse, équilibre doux et suave, finale fraîche et gourmande.

10 2 1

Né durant une année de canicule et vendangé le 4 octobre, ce riesling Grand Cru se tient encore parfaitement : un équilibre de V.T. et une buvabilité exemplaire…superbe bouteille !

 

Pour conclure :

Un groupe de jazz avec 3 musiciens virtuoses et une belle série de vins d’Alsace mise en scène par un vigneron passionné, voilà les principaux ingrédients qui ont permis la réussite de cette belle soirée au domaine Lissner…mille mercis à tous ceux qui ont œuvré pour nous offrir ces beaux moments de culture musico-vinique.

N’étant que très peu familiarisé avec ce style de musique, j’ai néanmoins beaucoup aimé la prestation de ce trio qui a interprété quelques standards du jazz signés Randy Aldcroft, Henry Mancini, Cole Porter…et Stefan Sirbu.

Après une surprenante série de jeunes vins vinifiés « nature » servis pour l’apéritif, nous avons pu goûter 3 triplettes de vins de terroir et autant de morceaux de musique interprétés par le trio « Triple 12 ».
Pour décrire mon ressenti après cette expérience je reprendrai simplement les mots de Bruno Schloegel :
« Il est rare d’être en position d’écoute pour goûter des vins, en recherche de sens tout en écoutant la liberté des rythmes et des sons ».

13 48
Le trio Triple 12 et Bruno Schloegel à la fin du concert

En ce qui concerne mes coups de cœurs viniques de la soirée, je citerai en premier lieu le muscat G.C. 2016, un grand vin de terroir qui sera surement une référence qualitative sur ce millésime.
Le pinot noir 2015, juteux, gourmand et parfaitement digeste mérite également une place sur mon podium personnel : c’est un très beau vin rouge comme on en fait de plus en plus en Alsace…amis bourguignons vous êtes prévenus !
Pour terminer je voudrais également relever la qualité exceptionnelle des rieslings 2012 qui ont dominé les débats sur les 3 terroirs ce soir.

12 46
Dernière photo avec Stefan et son batteur.

Espérons que cette soirée pleinement réussie marque le début d’une longue série de rencontres musico-viniques...

 

NB. Si vous voulez lire d'autres commentaires et voir de meilleures photos Je vous invite à rendre visite à Stéphane CLIC.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau