Pèlerinage en Bourgogne 2014 - Domaine Rois Mages

Mon premier séjour bourguignon date du début des années 80 et mon premier compte-rendu spécial « Bourgogne » a été publié sur le net en 2006 (sur le forum « degustateurs.com »)…bon sang, j’ai l’impression que le temps passe de plus en plus vite !
Avec quelques désistements pour raisons professionnelles notre groupe de pèlerins ne comptera que 3 fidèles en 2014, puisque seuls Martial et son épouse ont réussi à se libérer pour venir célébrer Bacchus au pays de Saint Vincent en ma compagnie.
A force de venir frapper aux portes des mêmes vignerons, j’ai fini par comparer cette tournée à un pèlerinage…d’ailleurs, avec le programme de cette année qui ne propose qu’une seule visite inédite parmi les 7 étapes prévues, le terme n’a jamais été aussi approprié !
Dans la liste des « connus et reconnus » nous trouverons Rebourgeon-Mure, Chicotot, Buisson-Charles, Nicolas PerraultFrançois Carillon et Marchand Frères, dans le rôle de la « découverte de l’année » il y aura le Domaine des Rois Mages à Rully.
Hoppla c’est parti !

Dsc 1679Nuages bas et pluie fine sur le vignoble de Rully très vert en cette fin d’été…l’image d’une Bourgogne qui attend le soleil avec impatience pour sauver un nouveau millésime bien compliqué...allez, on y croit !


Jour 2 : domaine Rois Mages à Rully

25 15


Après une bonne nuit et un copieux petit déjeuner à « L’Ouillette » de Santenay, nous sommes à nouveau d’attaque pour notre seconde journée en terre bourguignonne qui commencera par une visite de bon matin (9H30 quand même !) à Rully, au domaine Rois Mages.
Comme Anne-Sophie Debavelaere participe depuis de longues années à des salons des vins organisés en Alsace (« Vignerons Indépendants » à Strasbourg ou Bollenberg), j’ai eu l’occasion de déguster les vins de ce domaine à plusieurs reprises mais je n’avais encore jamais visité le vignoble de Rully jusqu’ici…c’est chose faite maintenant !

C’est sous un ciel très bas et un fin crachin que nous arrivons au domaine Rois Mages où Anne-Sophie Debavelaere nous reçoit et nous propose une visite de ses grandes caves tout en nous racontant l’histoire de son exploitation viticole créée à Rully il y a près de 30 ans.
Etablie depuis l’année 2000 dans une grande cave autrefois utilisée pour produire des crémants bourguignons, cette vigneronne passionnée exploite une douzaine d’hectares de vignes entre Beaune, Bouzeron et Rully.

26 13
Une partie du cuvier…


27 13
…et les voûtes du chai d’une hauteur peu commune.

Edifiés à flanc de colline, ces grands bâtiments encore en cours d’aménagement présentent une remarquable inertie thermique – « même durant des étés chauds la température de cave reste constante » – et offrent la possibilité d’aménager des espaces de travail très fonctionnels.

Bon, il n’est que 10 heures 15 mais à force d’entendre parler de vin, la proposition d’Anne-Sophie Debavelare d’aller goûter quelques vins tombe à point nommé…je commençais à être en « hypovinie » !
C’est parti pour une série de 4 blancs et de 3 rouges :

Bouzeron Aligoté 2012 : nez tonique sur les agrumes frais et les zestes, attaque vive et citronnée en bouche, équilibre léger et finale sapide.
Provenant du terroir emblématique du cépage aligoté, ce vin blanc assez léger mais vraiment vivifiant possède une vraie identité…ça réveille les papilles !

Rully blanc Clos du Moulin à Vent 2012 : nez discret et charmeur avec des notes de pomelo rehaussées par une petite touche vanillée, bouche tonique avec une acidité bien droite et une finale plus douce qui livre de beaux arômes d’amande fraîche.
Issu d’une petite parcelle assez argileuse et très ventée, ce vin est encore un peu fermé mais présente un profil original vraiment intéressant…belle découverte !

Rully blanc Les Cailloux 2010 : nez complexe sur le citron, les fleurs blanches et une touche de pierre à feu, bouche étirée avec une acidité assez pointue et une finale qui prolonge de belles notes de zestes d’agrumes.

28 13

Issue d’une parcelle très pierreuse où la vigne est obligée de plonger ses racines très profondément pour survivre, cette cuvée que j’ai déjà goûtée sur plus sieurs millésimes se distingue par sa matière longiligne ciselée avec une grande précision.

Rully blanc 1° Cru Les Pierres 2012 : nez fin et élégant avec une palette complexe où se manifestent des arômes d’agrumes soutenus par quelques notes pierreuses, matière ample, toucher assez gras, belle tension acide qui file très droit vers une finale longue, minérale et délicatement zestée.

29 12

Le nom de ce premier cru est sans équivoque, c’est un terroir pauvre et caillouteux où la vigne souffre. Anne-Sophie Debavelaere y élabore cette cuvée qui a un véritable air de famille avec la précédente mais qui se distingue par une chair plus dense et une empreinte minérale plus marquée. MIAM !

Rully rouge Les Cailloux 2011 : nez frais et gourmand sur les fruits rouges et les baies de cassis, tonique et fruité en bouche, finale tendue.
Avec sa matière vive et croquante, cette première cuvée de rouge ne renie pas son air de famille avec le blanc éponyme. Belle énergie !

Rully rouge 1° Cru Les Pierres 2012 : nez discret avec un registre fruité très fin (framboise, mûre), bouche plus ample avec un grain tannique très soyeux, finale fraîche et longuement aromatique.
Plus complexe dans sa structure comme dans son expression aromatique ce très beau vin rouge affirme avec beaucoup d’aplomb son statut de 1° Cru de Rully. MIAM !

30 13
Vue du domaine Rois Mages sur le coteau de Rully où on trouve le 1° cru « Les Pierres ».

Beaune 1° Cru  Les Sceaux 2011 : nez très particulier où le fruit est caché derrière une palette qui évoque les sous bois (mousse, champignons, humus), matière dense solidement tenue par une trame tannique virile, finale vive et tendue.
Comme nous le confie Anne-Sophie Debavelaere, « le climat des Sceaux n’est peut-être pas le plus qualitatif de Beaune mais lorsque j’ai eu l’opportunité de vinifier un 1° Cru de cette appellation, je n’ai pas hésité ».
Je n’ai pas trop bien goûté cette cuvée aujourd’hui, mais j’ai eu l’occasion de rencontrer ce Beaune à plusieurs reprises et à chaque fois ce fut un vrai bonheur…il mérite complètement sa place d’invité de marque dans cette belle gamme de cuvées rullyotines.

L’unique étape nouvelle de notre pèlerinage bourguignon 2014 nous a emmenés à la rencontre d’une vigneronne courageuse et pleine d’énergie, qui s’est donné les moyens de réaliser son rêve en s’installant à Rully pour y faire son vin.
Le nom du domaine – un peu mystérieux, il faut le dire – fait référence au nom de jeune fille d’Anne-Sophie Debavelaere : Melchior, comme l’un des trois rois mages (celui originaire d’Asie).
« Avec mon nom marital difficilement prononçable, mes clients ont vite pris l’habitude de raccourcir le nom du domaine Anne-Sophie Debavelaere en domaine d’Anne-Sophie »
Cette marque de proximité avec la clientèle était plutôt « sympathique » mais comme cette vigneronne est la mère de 4 garçons, elle a pensé qu’il fallait vraiment rebaptiser son domaine pour lui donner une nouvelle identité…un peu moins féminine.
Et elle a eu bien raison car Félix, l’un de ses fils est venu travailler avec elle en 2011 : œnologue de formation, il s’occupe des vignes et du marché export…un renfort de choix, sans aucun doute !

Dsc 1700
Etiquette de Bouzeron 2006 avec l’ancien nom de domaine…


31 10
…et les Rois Mages présents sur les étiquettes actuelles.

Reconnus depuis longtemps en France et mis régulièrement à l’honneur par les guides viniques et par la presse spécialisée, les vins du domaine Rois Mages sont également présents sur les marchés européens, asiatiques et transatlantiques.
La dégustation des blancs a révélé des vins purs et stylés : vifs, fruités et soutenus par une minéralité bien particulière, ils sont mis en valeur par une gestion très intelligente des bois.
Les rouges sont conçus selon le même modèle : très francs avec des structures droites, des matières énergiques et un fruité bien croquant.

Sur cette gamme de très belle qualité, j’ai été particulièrement séduit par les cuvées 1°Cru Les Pierres 2012…et dans les deux couleurs : complets, complexes, accessibles et gourmands dans leur jeunesse mais dotés d’un réel potentiel de garde, ces vins proposés à moins de 15 euros sont de belles opportunités pour amateurs de bons rapports Q/P.

Merci à Anne-Sophie pour son accueil.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau