Les vins du mois de septembre 2015

Meursault 2003 – Pierre Bourrée à Gevrey Chambertin

Dsc 0227

Robe : jaune franc, belle brillance, reflets dorés.
Nez : charmeur et riche, beurre frais, noisette, pêche bien mûre, légère touche vanillée.
Bouche : attaque très douce, matière assez épaisse tenue par une acidité large, finale légère très agréable.
Découvert dans la réserve de mon papa, ce Meursault – qu’il gardait surement pour une occasion spéciale – m’a agréablement surpris par son côté facile d’accès et sa parfaite gourmandise.
Certes, on est loin des expressions ciselées qu’on rencontre sur des vins de mon domaine de prédilection (Buisson-Charles bien évidemment !) mais j’avoue avoir siroté ce joli blanc bourguignon avec grand plaisir…tout en pensant à quelqu’un qui me manque douloureusement !


Coteaux du Layon Clos des Bois S.G.N. 1993 – Domaine Jo Pithon à Saint Lambert du Lattay

Cimg6165

Robe : topaze foncé, bel éclat et reflets vieil or.
Nez : complexe et évolutif, agrumes confits, pain d’épice et touche de volatile.
Bouche : attaque douce et caressante, matière épaisse, un peu huileuse, acidité puissante qui étire la structure en largeur, notes de raisin confit et d’épices douces, finale tonique avec un retour aromatique très long.
Avec sa fraîcheur en bouche que l’état de sa robe ne pouvait laisser deviner et son exubérance aromatique assez rare, cette bouteille piquée dans la réserve de mon X-man, m’a fait passer un très bon moment.
C’est un vin à siroter juste comme ça, parce qu’il vous emmène dans un univers de la fantaisie et de douceur où le dégustateur chevronné comme l’amateur débutant trouvera son bonheur. MIAM


Riesling Clos Mathis 2012 – Domaine A. Ostertag à Epfig

Dsc 2755

Robe : jaune clair, très lumineux.
Nez : un peu réservé mais impressionnant de pureté et de précision, notes de citron verte, de verveine, évocations minérales (pierre chaude, sable chaud).
Bouche : attaque douce, chair gourmande mais structure verticale très allongée, acidité fine et traçante filant droit au fond de la gorge, amers délicats en finale et long retour aromatique sur les agrumes mûrs.
Situé sur un coteau de granit et de gneiss granitique près de Ribeauvillé, le Clos Mathis permet à André Ostertag d’apporter une touche supplémentaire à la palette de terroirs qu’il exploite avec une maestria incontestable.
Ciselé avec une précision absolue, ce riesling déjà parfaitement en place est un véritable régal…à tel point qu’on peut oublier que c’est aussi – et peut-être avant tout – un vin de temps qui possède un potentiel impressionnant. MIAM !


Pinot Noir 2014 – Domaine Rietsch à Mittelbergheim

Dsc 0229

Robe : rubis très clair, frange orangée et légère turbidité.
Nez : franc et très engageant, belles notes de fruits rouges, légère touche végétale.
Bouche : matière juteuse, tanins lisses, arômes de framboise bien mûre, équilibre frais et léger, finale sapide, bien glissante.
Déniché par hasard chez Jean Walch à Strasbourg, le « kilo de Rietsch », que j’ai raté depuis plusieurs millésimes (stock très vite épuisé), est toujours aussi juteux et gourmand. Voilà une petite friandise sans chichis qu’on sirote l’esprit léger...c’est simple et très bon !


Côtes du Roussillon Villages Roboul 2010 – Domaine Danjou-Banessy à Espira de l’Agly

Dsc 2736

Robe : rouge profond, presque noir avec des reflets purpurins.
Nez : palette chaude et sudiste mais relativement discrète, notes de fruits noirs bien mûrs, de laurier, de baie de genièvre, pointe de graphite…en tous cas, jolie complexité !
Bouche : matière épaisse, chair voluptueuse, trame tannique serrée mais avec un grain très lisse, expression aromatique qui s’épanouit, finale longue et sapide.

Découvert en 2013, ce domaine propose une belle gamme de vins du Roussillon avec un niveau de qualité irréprochable sur chaque cuvée.
Réalisé avec des jeunes vignes de grenache et mourvèdre du domaine, Roboul est un vin qui allie puissance et sapidité, charme et profondeur pour nous offrir un récital gustatif de toute beauté. MIAM !!!


Nuits Saint Georges Les Plantes au Baron 2011 – Domaine Chicotot à Nuits

Cimg6167

Robe : rubis assez sombre, belle densité.
Nez : expression aromatique complexe mais sur un registre plutôt viril, notes de mûre, de sous-bois et de réglisse, nuances minérales en filigrane (terre humide, argile).
Bouche : matière assez corsée, corpulence respectable, ligne acide fine mais bien tendue, trame tannique élégante, finale précise et bien équilibrée.
Après une première bouteille dégustée il y a quelques mois et que je n’ai pas eu envie de commenter, la seconde rencontre avec cette cuvée de Nuits fut nettement plus réussie, mais il ne faut jamais oublier que le terroir des Plantes au Baron engendre des vins droits et corsés avec un fort caractère minéral qui demandent certains égards pour se livrer au consommateur. A bon entendeur…

28 17
La cave du domaine Chicotot...bientôt un CR sur les 2014

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau