Les vins du mois de février 2017

Pinot Gris Réserve Rolly-Gassmann 2007
Domaine Rolly-Gassmann à Rorschwihr

Img 0613

Robe : jaune franc, texture épaisse, reflets dorés
Nez : épanoui et flatteur, palette évolutive, notes d’ananas au sirop, pêche bien mûre, fines touches grillées/fumées.
Bouche : matière riche et concentrée, aromatique suave et complexe, acidité fine et tendue qui s’impose progressivement, petit grip tannique et amers salivants qui rendent la finale particulièrement digeste.
Avec son aromatique d’une exceptionnelle complexité, sa carnation riche et juteuse et sa belle trame acide/minérale, ce magnifique pinot gris nous prouve une fois encore qu’un vin très généreux peut se montrer parfaitement sapide pour peu qu’il soit issu d’un beau terroir et vinifié par un grand vigneron. MIAM !


Riesling G.C. Sommerberg-Cuvée Z 2013
Domaine de l’Oriel à Niedermorschwihr

Img 0631

Robe : jaune clair, brillante et limpide avec des reflets argentés
Nez : fin et complexe, notes d’agrumes frais, de citron vert, touches d’herbes aromatiques (basilic, fenouil) sur un fond pierreux.
Bouche : acidité fine, mûre et bien tendue qui se met en place dès l’attaque, matière fuselée avec un petit creux en milieu de bouche, joli rebond d’énergie à l’approche de la finale, sillage long sur l’amande grillée et la mandarine sur un fond minéral très racé.
Plantée par Claude Weinzorn dans la roche granitique en haut de l’amphi 4 du Sommerberg, la parcelle du Z a montré son potentiel dès le premier vin en 2008.
5 millésimes plus tard, le style à changé et l’expression minérale commence à se faire sentir de plus en plus tant au niveau de l’aromatique que de la structure.
Conséquence probable de la jeunesse de la vigne, le petit fléchissement ressenti en bouche ne met pas en cause la qualité de ce beau terroir : je suis certain que dans une dizaine d’années, le riesling Z sera la cuvée référence du domaine de l’Oriel.


Savigny les Beaune Vieilles Vignes 2010
Domaine Carré à Meloisey

Img 0596

Robe : rubis clair, bords dégradés avec des nuances orangées.
Nez : ouvert et raffiné, notes de petits fruits rouges, touche épicée délicate et discrètes nuances boisées/réglissées.
Bouche : matière équilibrée qui gagne progressivement en épaisseur dans le verre, développement aromatique sur la framboise écrasée, trame tannique veloutée, finale longue et tonique.
Tout en finesse et en élégance, ce vin tonique et gourmand semble avoir atteint son niveau de forme optimal tout en montrant une présence en bouche dont le haut niveau qualitatif nous permet d’envisager l’avenir avec sérénité : voilà une bouteille qu’on pourra déboucher avec confiance durant de longues années. MIAM !


D.O. Jerez Noe-Pedro Jimenez 30
Domaine Gonzalez Byass à Jerez de la Frontera

Dsc 0373

Robe : brun foncé, sombre, épaisse, légèrement trouble avec une frange topaze.
Nez : intense et incroyablement complexe, notes de café moulu, de chocolat noir, de massepain, de fruits secs (noix, noisette)...
Bouche : concentré et vineux avec une liqueur sucrée d’une force impressionnante, ligne acide vive et profonde, finale sapide, sillage aromatique d’une longueur inouïe.

Dsc 0372

Servi par Stéphane à l’issue de notre réunion AOC de février, ce vin hors normes nous a laissés bouche bée…
Cette cuvée de Jerez réalisée à partir de pedro ximénez élevés durant 30 ans en solera révèle une constitution tout à fait exceptionnelle (plus de 400 g/l de SR et une AT de 5,3 g/l)…je ne sais pas si c’est encore du vin mais ce dont je suis sûr c’est que c’est une bouteille qui marquera longtemps ma mémoire de dégustateur.

Img 0605
En février c’est Autriche, ski, spa, zweigelt et grüner veltliner!

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau