Les vins du mois de février 2022

pierre_radmacher Par Le 16/03/2022 2

Dans Vins du mois

Sylvaner L’Indigène 2018
Domaine Bohn à Reichsfeld

F1

Robe : ambre clair avec une légère turbidité
Nez : ouvert et complexe, notes de pomme au four, de miel et d’herbes aromatiques sur un fond balsamique très élégant.
Bouche : jus consistant et solidement charpenté par une maille acide/tannique mûre mais bien serrée, finale très saline avec un beau sillage aromatique épicé et minéral.
Issus d’une vieille vigne de sylvaners (70 ans) cette cuvée a été vinifiée à l’ancienne avec une macération de 4 semaines sur grappes entières avant pressurage.
C’est un vin orange qui se goûte déjà avec beaucoup de plaisir mais qui se plaira fort bien à table en compagnie d’une spécialité alsacienne ou avec un plat à base de poisson fumé.


Riesling Grand Cru Pfersigberg-Ortel 2014
Domaine P. Ginglinger à Eguisheim

F2

Robe : jaune profond, très brillant.
Nez : discret et racé avec de belles notes d’agrumes frais (citron, pomelo) sur un fond crayeux bien marqué.
Bouche : assez opulente avec une chair bien dodue appuyée sur une acidité très large et relevée par une puissante salinité, équilibre sec, finale pointue et très salivante.
Vinifié comme toujours avec une grande précision par l’ami Michel, ce riesling marqué par une empreinte minérale très profonde, nous livre une interprétation sans concession de ce grand terroir Eguisheim.
C’est un vin à l’esthétique monacale inspirée par la nature calcaire du sol mais après plus de 7 années de garde, sa pureté aromatique et son élégance nous régalent.


Riesling Grand Cru Kastelberg 2017
Domaine Kreydenweiss à Andlau

F3

Robe : jaune clair avec des éclats argentés.
Nez : racé et très complexe avec des notes de résine, de vanille et de gingembre sur un fond fumé et minéral (pierre à fusil)
Bouche : attaque vive avec une acidité assez mordante, jus dense et grenu, finale longue marquée par une intense salinité.
Ce riesling qui a vraiment pris son temps pour finir ses sucres et qui a été mis sur le marché plus de 4 ans après sa naissance, est un vin puissant et concentré qui se goûte déjà remarquablement bien dès maintenant…mais il ne faut pas oublier que comme tout grand Kastelberg, ce vin aura pris une autre dimension après quelques années en cave.


Riesling Cuvée Saint Hubert V.T. 2010
Domaine Metz à Blienschwiller

F4

Robe : jaune profond, très lumineux
Nez : intense et complexe, notes d’agrumes confits, de raisin de Corinthe, de céréales grillées et d’épices douces.
Bouche : attaque assez vive avec une acidité immédiate qui se place et soutient fermement un jus fruité bien concentré, équilibre très fringant, finale tonique et très sapide avec un long sillage sur l’orange amère et les épices
Après plus de 10 années de garde, ce riesling V.T. nous a offert un magnifique récital aromatique et gustatif après une journée de ski en Autriche.
Mes deux garçons qui ne boivent quasiment jamais de vin ont vraiment apprécié cette cuvée remarquable de gourmandise et de buvabilité…tout n’est pas perdu !


Bourgogne Chardonnay 2018
Domaine F. Carillon à Puligny-Montrachet

F5

Robe : jaune très clair avec des éclats argentés
Nez : complexe et raffiné, notes de fleurs blanches, d’amande fraîche te brioche au beurre.
Bouche : attaque souple et suave mais très vite on sent une présence acide/saline très large qui structure le milieu de bouche et tend un jus fruité bien dense, finale longue et digeste avec des amers nobles et de belles rémanences sur le pamplemousse et la résine.
Réalisée par un assemblage des meilleurs fûts de la cuvée de bourgogne chardonnay, cette cuvée a été élevée durant 12 mois en fûts (avec 10% de bois neuf) puis 6 mois en foudre.
Après quelques années en cave, ce vin respire la plénitude et la classe tout en se laissant approcher avec une grande facilité…bref, c’est très bon !


Meursault Les Tessons 2012
Domaine Buisson-Charles à Meursault

F6

Robe : jaune franc, très lumineux
Nez : très fin et très complexe avec de belles notes de fleurs blanches, d’anis et de noisette sur un fond pierreux bien marqué.
Bouche : pleine et juteuse, construite autour d’une structure acide mûre et large, texture caressante avec un gras très élégant, finale bien salivante avec une longue persistance aromatique sur le pamplemousse et la pierre.
Les Tessons a toujours été l’une de mes cuvées préférées du domaine Buisson-Charles et ce n’est pas cette nouvelle rencontre avec ce vin entré dans sa phase de pleine maturité qui va remettre en cause cette dilection : c’est un vin sublime qui se donne avec une belle générosité tout en développant ce caractère racé et raffiné qu’on ne trouve que chez les plus grands meursaults. MIAM !

5 9 2Après 4 années de pause on reprend nos bonnes habitudes avec un séjour familial dans la vallée du Stubaï.

 

Commentaires

  • Christian Bétourné

    1 Christian Bétourné Le 16/03/2022

    Bonjour Pierre,
    Tu es toujours allocataire chez Patrick Essa ?
    Si oui, ces prix ont bondi ou pas?
    pierre_radmacher

    pierre_radmacher Le 18/03/2022

    Je t'envoie le tarif en MP.

Ajouter un commentaire

Anti-spam