Les vins du mois de janvier 2022

pierre_radmacher Par Le 21/02/2022 0

Dans Vins du mois

Alsace Clos du Val d’Eléon 2017
Domaine Kreydenweiss à Andlau

Img 5171

Robe : jaune clair avec des reflets argentés.
Nez : racé et minéral, notes de miel de sapin, d’orange confite et de pierre chaude sur un fond légèrement fumé.
Bouche : attaque vive et droite, jus assez dense équilibré par une acidité large et une présence saline intense, finale sapide et minérale avec un léger grain tannique.
Cette cuvée réalisée à partir d’un assemblage à parts égales de pinot gris et de rieslings nés sur un terroir de schistes gris et bleus, nous régale par sa belle complexité aromatique et sa présence en bouche déjà bien marquée par une profonde minéralité.
C’est un grand vin de garde et de gastronomie qui se goûte déjà remarquablement bien après 3 années de garde.


Pfalz-Riesling Grosse Lage Forster Ungerheuer 2015
Weingut Von Bassermann-Jordan à Deidesheim

Img 5182

Robe : jaune franc avec des éclats or blanc
Nez : ouvert et très expressif, notes de citron confit et de pomelo sur un fond d’épices douces et de pierre chaude.
Bouche : attaque cinglante avec une ligne acide tranchante qui structure une jus fruité assez dense et stimulé par un léger perlant, finale fraîche et salivante avec une belle persistance citronnée et minérale.
Issue d’un terroir volcanique (basalte, grès et calcaire) uniquement dédié au riesling, cette très belle cuvée du Palatinat, nous rappelle une fois de plus que cette région viticole allemande est en mesure de produire de très grands rieslings : il y a de la pureté, de la tension et de la minéralité…tout ce qu’il faut pour combler un amateur de riesling !


Mâcon-Chardonnay Les Crays 2019
Bret Brothers à Vinzelles

Img 5168

Robe : jaune moyen, très lumineux
Nez : mûr et flatteur, arômes d’ananas frais, de gingembre et de résine sur un fond crayeux sensible.
Bouche : attaque souple et suave, jus très gourmand équilibré par une acidité large et une puissante salinité, finale acidulée et bien digeste avec de beaux amers minéraux.
Avec son aromatique épanouie et son jus fruité parfaitement équilibré, cette très belle cuvée de mâcon vinifiée par les brothers de Vinzelles, nous propose une version très aboutie d’un chardonnay du mâconnais. MIAM !


Pouilly Fuissé En Carementrant 2006
Bret Brothers à Vinzelles

Img 5145

Robe : jaune d’or avec une belle brillance
Nez : ouvert et flatteur, arômes d’agrumes mûrs, de gingembre, de vanille et de pierre à fusil sur un fond fumé/épicé délicat.
Bouche : attaque bien franche, matière très consistante avec une texture épaisse, presque huileuse mais l’équilibre reste digeste grâce à une acidité mûre et large qui tient l’ensemble tout en donnant du peps à la finale.
Cette cuvée de Pouilly Fuissé arrivée sur son plateau de maturité optimale, s’est livré à la dégustation avec une spontanéité gourmande tout à fait réjouissante : c’est un vin plein de complexité et d’harmonie qui nous prouve que les grands chardonnays du mâconnais savent vieillir avec bonheur mais aussi que le talent des frangins Bret était déjà évident en 2006. MIAM!


IGP Pays d’Hérault-Mont Baudile Les Intillères blanc 2019
Domaine Supply-Royer à Arboras

271952309 357183522518704 6432223880589715307 n

Robe : jaune clair avec des reflets argentés
Nez : intense et complexe, notes balsamiques assez marquées à l’ouverture (résine, cire) puis développement aromatique très complexe sur les agrumes mûrs, les épices douces et le miel.
Bouche : attaque très suave, jus fruité riche et concentrée mais équilibre parfaitement digeste, finale intense avec un long sillage épicé/vanillé et de beaux amers salivants.
La jeune vigne des Intillères continue de faire des merveilles en nous régalant avec  cet assemblage de chenins et de bourboulencs d’une plénitude étonnante : c’est un vin avec de la complexité aromatique, du volume, du gras et une parfaite sapidité…un grand vin qui mérite d’ores et déjà sa place parmi l’élite des blancs du Languedoc


Ladoix 1° Cru Le Bois Roussot 2016
Domaine Cornu à Magny-lès-Villers

Img 5172

Robe : rubis clair avec une fine frange rosée.
Nez : complexe et racé avec de belles notes de fruits rouges acidulés (griotte, airelle) sur un fond minéral bien marqué (terre humide et mine de crayon)
Bouche : silhouette très élégante, structure longiligne assise sur une base acide mûre mais solide, tanins très soyeux, finale tonique avec une présence minérale légèrement grenue et bien salivante.
Si ce joli premier cru de Ladoix n’est pas arrivé à échapper à cette austérité qu’on retrouve souvent sur des vins de 2016, il a remarquablement tenu sa place face à un bœuf bourguignon longuement mijoté pour réaliser un accord gastronomique régional parfaitement réussi.

Dsc 702Pas ou peu de sorties en janvier mais on peu quand même assister à de beaux spectacles : coucher de soleil sur les brasseries de Schiltigheim.

 

 

Ajouter un commentaire

Anti-spam