Dégustation club AOC - Vins blancs argentins

 

Après une séance de reprise en comité restreint (5 personnes… !) où il a été question de souvenirs de vacances, notre club reprend son fonctionnement habituel avec une séance à deux thèmes et nous invite à découvrir :

- une série française de 8 vins rouges de Cornas.
- une série « exotique » de 8 blancs argentins

Les Cornas ont été collectés par Cyril lors de son long périple estival dans les vignobles français.
Initialement prévue pour être servie avec les rouges lors de notre
séance chez Jean-Daniel Hering, la série de blancs argentins composée par Stefan a attendu son heure dans la réserve A.O.C.

Les Cornas ont été débouchés, goûtés et carafés 4 heures avant la session et servis 2 par 2 à l’aveugle.

Les vins blancs ont été débouchés (ou plutôt décapsulés) juste avant la dégustation et servis 2 par 2 à l’aveugle.

Hoppla, c’est parti !


Verres Spiegelau Authentis 01

Soirée Club AOC du 2 octobre 2015 à La Wantzenau


Thème 2
Des blancs argentins au sommet : géographiquement c’est sûr, gustativement un peu moins…


Premium Viognier 2014 – Bodega Calden – Mendoza : nez étonnamment réservé, notes de pêche jaune, touche de volatile, acidité très incisive, léger perlant, matière fine, limite fluette, amertume prononcée en finale.

Dsc 2741

Latitud 34 Sauvignon 2014 – Bodega Carelli – Mendoza : nez agréable mais très monolithique, ça sauvignonne très fort avec des notes de groseilles blanches très intenses, matière légère, équilibre frais et tendu, finale nette mais bien courte.

Dsc 2743

Avec un viognier sans grande consistance et presque muet au nez et un sauvignon assez « punchy » mais à la limite de la caricature quant à son expression aromatique, on ne peut pas dire que cette série venue du bout du monde commence sous les meilleurs auspices…allez, on passe à la suite !


Laborum Torrontés 2013 – Bodega El Porvenir – Vallée de Cafayatte : nez intense et très flatteur, palette complexe, notes exotiques et florales sur un support délicatement citronné, attaque vive et puissant développement aromatique en bouche, acidité droite et traçante, finale sur le pomelo, quelques beaux amers.

Dsc 2737

Finca La Linda Torrontés 2013 – Bodega Luigi Bosca – Vallée de Cafayatte : expression aromatique plus discrète mais agréable, bouche ample, un joli gras, finale sapide avec des amers qui font saliver.

Dsc 2744

Réalisées à partir du cépage emblématique et récoltés à des altitudes qui défient l’entendement (plus de 1700 mètres…avec des parcelles à 2000 pour le premier !), ces deux cuvées nous font entrer de plain pied dans l’univers des blancs argentins.
Laborum s’exprime de façon presque provocante au nez mais file vraiment droit en bouche alors que La Linda qui se montre bien plus discret à l’olfaction révèle une matière large et généreuse en bouche.
Deux vins surprenants mais plaisants...ça va mieux !


Alamos Torrontés 2012 – Catena Zapata – Mendoza : nez raffiné avec une palette florale très délicate, silhouette élégante en bouche, équilibre vif, structure bien droite, finale aérienne avec des amers nobles.

Dsc 2739

Latitud 34 Torrontés 2012 – Bodega Carelli – Mendoza : notes de miel, touche nettement oxydative, fluet, plat et court en bouche.

Dsc 2738

A côté de l’une des seules bouteilles bouchées au liège, qui semble bien mal en point après seulement 2 années de garde, le Torrontés de Catena Zapata nous offre un joli récital aromatique tout en nous régalant par une matière gourmande et bien équilibrée en bouche. MIAM !


Torrontés 2014 – Bodega Colomé – Vallée de Calchaqui-Salta : nez floral, élégant et délicat, bouche généreuse, beaucoup de gras, finale intense avec des amers qui ne suffisent pourtant pas à éluder une petite impression de lourdeur.

Dsc 2740

Torrontés de Cafayatte 2013 – Michel Torino – Vallée de Calchaqui-Salta : expression olfactive complexe et raffinée, notes de fleurs blanches et de miel, beau développement aromatique en bouche, matière puissante, silhouette bien dodue, finale un peu pesante.

Dsc 2745

Voilà deux cuvées charnues et plantureuses pour amateurs de sensations fortes…personnellement je ne suis pas client mais je comprends mieux comment ces vins ont gagné leur place sur le marché mondial.
Faciles d’accès et bien roulés…qui dit mieux !


Pour conclure :

Je dois reconnaître que grâce au club A.O.C., j’ai pu élargir ma culture vinique en côtoyant des amateurs plus ouverts que moi aux vins du monde.
En effet, François et Stefan (et quelques autres) nous emmènent régulièrement hors des frontières hexagonales pour nous présenter des vins venus d’ailleurs…parfois de très loin comme cela a été le cas ce soir.
Quelquefois, la découverte de certains crus « exotiques » me bouscule un peu dans mes repères et mes convictions mais ce soir je n’ai pas été convaincu par ces vins qui m’ont semblé manquer cruellement de personnalité.

Certes les lieux de naissance de ces vins blancs peuvent impressionner – entre 1500 et 2000 mètres d’altitude, ce n’est pas courant quand même ! – et leurs prix attractifs induisent sûrement une certaine indulgence mais il n’en reste pas moins que ces Torrontés argentins m’ont vraiment laissé sur ma faim.
On cherche du terroir, de l’authenticité et de la profondeur et on trouve surtout de la technique, de la superficialité et un peu de flagornerie.
Ces vins sont faits pour aguicher mais peu d’entre eux disposent de réels atouts pour séduire un amateur un peu exigeant : ils éblouissent au premier contact et le premier verre glisse assez facilement, mais en fait on n’a pas vraiment envie d’en reprendre un deuxième...

La belle quille de la série fut le Torrontés 2012 de Catena Zapata, bien équilibré et intéressant sur le plan de son expression aromatique…mais je ne traverserai pas l’Atlantique pour en acheter une bouteille !

Merci à Stefan pour son travail que j’apprécie toujours autant…malgré tout !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.