Dégustation club AOC - Vins de Cornas

 

Après une séance de reprise en comité restreint (5 personnes… !) où il a été question de souvenirs de vacances, notre club reprend son fonctionnement habituel avec une séance à deux thèmes et nous invite à découvrir :

- une série française de 8 vins rouges de Cornas.
- une série « exotique » de 8 blancs argentins

Les Cornas ont été collectés par Cyril lors de son long périple estival dans les vignobles français.
Initialement prévue pour être servie avec les rouges lors de notre
séance chez Jean-Daniel Hering, la série de blancs argentins composée par Stefan a attendu son heure dans la réserve A.O.C.

Les Cornas ont été débouchés, goûtés et carafés 4 heures avant la session et servis 2 par 2 à l’aveugle.

Les vins blancs ont été débouchés (ou plutôt décapsulés) juste avant la dégustation et servis 2 par 2 à l’aveugle.

Hoppla, c’est parti !


Verres Spiegelau Authentis 01

Soirée Club AOC du 2 octobre 2015 à La Wantzenau


Thème 1
Petite grimpette sur les coteaux granitiques de Cornas


Cornas Prémices 2011 – Domaine Durand à Châteaubourg : nez séduisant, palette fruitée bien mûre (cerise noire, prune, noyau), matière à la fois souple et dense en bouche, ligne acide qui devient assez saillante en finale, belle fraîcheur.
Coteaux de l’Ardèche Jeux Interdits 2011 – Domaine Salel-Renaud à Faugères : notes d’élevage toujours trop présentes (beurré, lacté, vanillé) qui dominent une palette complexe, arômes fruités et floraux très intéressants, matière généreuse mais bien structurée, toucher velouté très sensuel, finale longue, sillage sur la cerise et la vanille.

Dsc 2751

Le Cornas « Prémices », issu de plusieurs parcelles granitiques de bas de coteau a été vinifié pour être apprécié sur le fruit et la fraîcheur (12 mois en barriques dont 20% neuves)…un vin accessible et gourmand qui ne manque pas de charme.
La syrah « pirate » née sur une parcelle schisteuse du plateau ardèchois a plutôt fait belle figure même si son expression aromatique était encore très marquée par un élevage ambitieux (1 barrique neuve + 1 barrique d’un vin)…cette cuvée rare (600 bouteilles en tout) est une petite « bombinette » que nous avons dégoupillée un peu trop tôt.


Cornas Granit 30 2011 – Domaine V. Paris à Cornas : nez profond alliant fruité mûr et minéralité (notes pierreuses), matière épanouie mais dégageant une belle impression de force, finale plus étirée avec un retour aromatique épicé.
Cornas Les Vires 2010 – Domaine Y. Cuilleron à Chavanay : nez fin et discret, notes de fruits noirs, d’épices (curcuma notamment) et quelques nuances végétales, matière élancée en bouche, beau grain tannique, finale un peu rustique mais joliment fruitée.

Dsc 2752

Né sur plusieurs parcelles granitiques situées en bas de coteau sur le lieu-dit « Mazards », la cuvée Granit 30 qui a été élevée durant un an en fûts usagés (de 2 vins au minimum), nous propose une version un peu plus sérieuse de Cornas tout en gardant un côté spontané et flatteur qui le rendent très accessible.
La cuvée de Cuilleron issue d’une très vieille parcelle (vignes de 1911) en terrasses (les « vires ») sur le lieu-dit « Les Côtes » a déçu l’assemblée : peu expansif, trop austère en bouche (malgré un élevage de 18 mois en barriques) et d’un prix plutôt élevé (45 euros)…un vin qui aurait peut-être mérité de vieillir encore mais quand même… !


Cornas Les Arènes 2012 – Domaine Chapoutier à Tain : notes de torréfaction à l’ouverture puis palette plus raffinée sur le bois de réglisse, la violette, nuances minérales (terre humide), matière élégante en bouche, concentration et tension se répondent de façon très équilibrée, mâche sensuelle, finale longue et tonique, sillage délicatement boisé.
Cornas Les Grands Mûriers 2008 – Domaine Ferraton à Tain : nez pur et discret, palette florale complexe, notes de baies de cassis, matière charnue et juteuse avec une belle ligne acide droite et solidement tendue, finale délicate avec un beau sillage sur les fruits noirs.

Dsc 2753

Les deux cuvées élaborées sous l’égide de la maison Chapoutier, élevées durant 15 mois en fûts de chêne, jouent la carte de la distinction et du raffinement : le 2012 est sûrement encore en train de se construire mais présente un profil déjà très classieux alors que le 2008, qui dégage une belle impression de sérénité et d’équilibré semble avoir atteint son plateau de maturité optimale. Jolie doublette !


Cornas Champelrose 2007 – Domaine Courbis à Châteaubourg : très belle expression olfactive, palette complexe, fruité mûr, minéralité perceptible et boisé bien intégré, matière concentrée, grande profondeur, finale tendue avec un sillage épicé très élégant.
Cornas Champelrose 2002 – Domaine Courbis à Châteaubourg : nez résolument tertiaire, palette assez animale, notes de bouillon Viandox avec une touche d’herbes aromatiques, bouche austère, matière carrée aux angles saillants, finale tendue et très sèche.

Dsc 2754

Elevée durant 16 mois en barriques (25% neuves, 20% d’un vin et 55% de deux vins), Champelrose est une cuvée parcellaire produite par une jeune vigne plantée sur le bas d’un coteau d’arènes granitiques. Face au superbe 2007 qui semble avoir atteint son optimum de maturité et qui a été plébiscité par le groupe, le cas du 2002 a été beaucoup plus discuté.
En ce qui me concerne, le verdict est sans appel : l’expression aromatique me semble trop évoluée et la bouche commence à se décharner…trop vieux !


Pour conclure :

- Cette petite série de crus d’une appellation qui s’est invitée pour la première fois au club A.O.C., nous a permis de découvrir des vins au caractère affirmé : nés sur ces coteaux arides et abrupts qui bordent la rive droite du Rhône au sud de Tain, ils possèdent des matières et des structures de solides gaillards aguerris par des conditions de vie difficiles.

- Ceci dit, contrairement à mes craintes – j’ai des souvenirs d’une dégustation « redoutable » chez A. Clape au début des années 80 – et malgré la jeunesse de certaines cuvées, n’y a pas eu de bouteille franchement rétive dans cette sélection. Même si on ne peut pas dégager d’idée générale après une modeste série de 8 bouteilles, j’ai bien l’impression que les vignerons de Cornas ont un peu changé leur façon de travailler pour pouvoir nous proposer des vins plus facilement accessibles, sans pour autant trahir leur terroir…je sens que cette appellation va très vite retrouver une place dans ma cave !

- Pour le coup de cœur de la série je mettrai sur la même marche deux vins très différents qui m’ont fait forte impression ce soir : tout d’abord Champelrose 2007 de Courbis qui force le respect par sa plénitude et sa classe, mais aussi la cuvée Prémices 2011 de Durand qui s’exprime avec cette énergie insouciante et virevoltante d’une jeunesse bien née et bien élevée.

- Merci à Cyril pour son travail et bravo pour cette première intervention réussie au club…mais bon nous n’attendions pas moins d’un sommelier réputé !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau