Visite au domaine Stéphane Coquillette à Chouilly

Mon X-men, ayant terminé son passage de 2 ans sur le plateau de Saclay, il a eu besoin d’un petit coup de main et d’une voiture spacieuse pour libérer son « caser » de polytechnicien.
Comme tout bon père de famille, je n’ai pas hésité à voler à son secours…mais en tant que picoleur compulsif j’ai également profité de ce trajet pour planifier deux étapes dans le vignoble champenois : à l’aller ce sera le domaine Stéphane Coquillette à Chouilly et au retour le domaine Veuve Fourny à Vertus.
Hoppla, c’est parti !

 

Etape durant le voyage aller :
Epernay et le domaine Stéphane Coquillette à Chouilly


Pour me mettre dans l’ambiance champenoise, je commence par une promenade dans la ville d’Epernay et sa fameuse Avenue de Champagne avec ses magnifiques immeubles de style renaissance.
Il y a 35 maisons de champagne établies à Epernay (dont les 10 plus grandes du monde) et le sous sol calcaire de cette ville est creusé de plus de 100 kilomètres de galeries.
Hélas mon emploi du temps un peu serré ne me permet pas d’envisager une visite d’une de ces grandes caves mais ce n’est que partie remise…je reviendrai !

1 53
Le parc derrière l’Hôtel de Ville d’Epernay

2 53
L'église Notre Dame

3 53
La tour de la maison De Castellane…

4 51
Perrier- Jouet

5 49
Moët et Chandon
 

Après une longue promenade sur cette avenue classée au patrimoine de l’UNESCO, où j’ai pu admirer ces bâtiments un peu grandiloquents et leurs façades frappées de noms prestigieux, je suis reparti vers un environnement moins sophistiqué, en direction de Chouilly et de son vignoble

7 51
Les grandes maisons d’Epernay sont également présentes à Chouilly : ici une parcelle « Moët et Chandon »

9 48
En regardant d’un peu plus près on s’aperçoit que les sols de certaines parcelles portent encore les traces d’une viticulture peu vertueuse…hélas !!!

6 52
De nombreuses parcelles sont enherbées…

8 50
…mais il reste encore bien trop de sols « lunaires » dans ce vignoble.

10 47
Les coteaux de la côte des blancs sous le soleil de printemps.


La première visite champenoise de ma longue carrière de picoleur se fera à Chouilly au domaine Stéphane Coquillette, un nom qui m’a été soufflé par un vieil ami athlète dont la famille est originaire de cette région.

J’ai rencontré brièvement Stéphane Coquillette en février au Salon des Vignerons Indépendants de Strasbourg et j’ai tout de suite accroché avec le style de ses vins à la fois gourmands, vineux et tramés par de belles minéralités…il n’en fallait pas plus pour me décider à programmer cette étape vinique à Chouilly.

11 47

Je suis accueilli par le maître des lieux qui me propose une promenade dans ses vastes espaces professionnels pour raconter l’histoire de son domaine et me présenter in-situ sa façon de travailler.

12 45
La cour qui donne accès aux espaces professionnels du domaine

Fils d’un vigneron toujours en activité à l’heure actuelle, Stéphane Coquillette me raconte comment avec son épouse, ils ont décidé en 1978 de créer leur propre exploitation viticole « de toutes pièces, car nous n’avions ni cave ni vignes »
Peu à peu, au gré des rencontres, ils ont pu louer des parcelles à Chouilly et dans les villages environnants tout en investissant les locaux d’une ancienne cave coopérative pour se créer des espaces de travail parfaitement fonctionnels.

13 47
Le grand hangar où sont stationnés les véhicules pour travailler la vigne.

Les bâtiments et les pratiques du domaine sont labellisés H.V.E. Stéphane Coquillette a pris l’habitude d’évaluer l’impact écologique de ses activités et de toujours choisir les solutions les plus vertueuses.
Par exemple lors de vendanges tous les effluents sont récupérés, recyclés et rendus à la vigne.

Stéphane Coquillette exploite aujourd’hui 7 hectares de vignes et produit environ 60 000 bouteilles de champagne par an.

Pour élaborer un bon vin de Champagne, ce vigneron respecte scrupuleusement quelques principes simples mais dont la mise en œuvre demande un travail précis et rigoureux : « pour faire de bons champagnes il faut de très beaux raisins qu’on apporte rapidement au pressoir et qu’on presse très lentement ».

Pour pouvoir mettre en œuvre ces préceptes, Stéphane Coquillette apporte un soin tout particulier à la conduite de ses vignes : les sols sont travaillés (pas de désherbants), les engrais sont exclusivement organiques et les traitements sont limités au strict minimum en privilégiant les préparations biologiques « mais la champagne et son climat plus septentrional et bien plus humide que le climat alsacien, nous impose parfois d’avoir recours à des produits phytos non autorisés en viticulture biologique ».

Les vendanges sont manuelles et les raisins sont amenés au pressoir en cagettes. Pour réduire le plus possible le temps entre la récolte et le pressurage, le domaine Coquillette dispose de 4 pressoirs opérationnels : 2 pressoirs à membrane (un de 8 tonnes et un de 4 tonnes), 1 pressoir à maie oblique et 1 pressoir vertical.

14 41
Le grand pressoir pneumatique

15 38
Le pressoir à maie oblique

16 1 2   16 2 2
L’ancien pressoir vertical rénové…un petit bijou !

En ce qui concerne les différents processus d’élaboration d’un champagne, Stéphane Coquillette est convaincu qu’il faut être « intransigeant sur la propreté des lieux et des contenants »…et la suite de la visite va me faire découvrir des cuvages et des caves vraiment impeccables.

16 3 2
Le cuvage nickel…

16 4 1
…avec des cuves rutilantes et des tuyaux bien rangés

Dans les niveaux inférieurs se trouvent les caves d’élevage avec les bouteilles sur lattes, les stocks, les vins de réserve, le chai à barriques…

16 5 1
Les gyropalettes au travail

17 38
Une série de bouteilles de rosés en attente de dégorgement…

18 40
…avec un dépôt bien fixé au bout du goulot.

19 40
L’atelier de dégorgement « historique » dans un petit coin « musée » de la cave

20 37
Au deuxième sous-sol se trouvent le chai où les blancs issus de  pinot noir sont élevés durant 9 mois en barriques de la maison Damy…

21 33
…les vins des millésimes 2013, 2014 et 2015…

22 32
…en attendant les 2016 dont la place est déjà réservée.

L’opération de dégorgement est confiée à un prestataire : « c’est une opération technique qui nécessite un matériel perfectionné et j’ai la chance de travailler avec une maison sérieuse qui me donne entière satisfaction ».
Les bouteilles sont stockées dans un local climatisé puis sont habillées au domaine en fonction de la demande.

23 32
Le stock de bouteilles prêtes à être habillées

24 32
Bouchons « Diams » pour toutes les cuvées

25 30
La chaîne d’étiquetage et un petit coin-dégustation pour les visiteurs

Après cette visite complète et très instructive en compagnie d’un vigneron volubile et passionné par son travail, nous nous rendons dans le caveau de dégustation du domaine pour faire connaissance avec quelques cuvées produites par Stéphane Coquillette.

26 28
Le caveau de dégustation du domaine Coquillette…

27 27
…et le patron prêt à faire sauter quelques bouchons.


Champagne Carte d’Or : nez épanoui, palette fruitée et florale très avenante, matière très gourmande en bouche, mousse onctueuse, finale glissante et appétante.

28 25

Cet assemblage de pinot noir (2/3) et de chardonnay (1/3) très légèrement dosé (5 g/l) nous régale par son fruité mûr et charmeur.
Stéphane Coquillette qualifie cette cuvée de « vin de soif et de boit sans soif »…je ne peux pas dire mieux. MIAM !


Champagne Grand Cru Blanc de Blancs Cuvée Diane : nez très aérien, palette raffinée, expression florale bien complexe, silhouette élégante avec un équilibre frais, une mousse fine et sensuelle et une finale tonique qui laisse persister longuement de beaux arômes de citron mûr et de craie.

29 24

Issue à 100% de chardonnays récoltés sur les coteaux de Chouilly, cette cuvée qui respire la classe et la distinction se livre avec un peu moins de spontanéité mais reste parfaitement sociable tout en révélant un caractère plus affirmé et une minéralité plus intense.
On entre dans l’univers des champagnes de terroir…j’aime ça !


Champagne Grand Cru Blanc de Noirs Les Clés : nez pur et fruité, notes de groseille bien marquées, à la fois sensuel et vineux en bouche, bulle très fine, finale fraîche et sapide.

30 26

Des pinots noirs nés autour du village classé d’Ay sont à l’origine de ce champagne profond et racé qui fera merveille à table mais qu’on pourra également servir à tout moment de la journée…quand on est heureux, quand on est triste, quand on est seul, quand on a de la compagnie, quand on n’a pas faim ou quand on est affamé ou simplement quand on a soif (clin d’œil respectueux à Mme Lily Bollinger). MIAM !


Grâce à la gentillesse de Stéphane Coquillette qui a pris le temps de partager avec moi sa passion pour son métier et pour ses vins, cette première rencontre en terre champenoise fut une très belle expérience.
J’ai été impressionné par la trajectoire de ce couple de vignerons qui a choisi le risque et la liberté plutôt que la sécurité d’un héritage familial pour démarrer leur carrière de producteurs de champagnes et réussir à imposer leurs vins sur le marché national et international.
Stéphane Coquillette m’a proposé une visite complète de ses installations professionnelles pour me permettre de comprendre l’enchainement des processus nécessaires à l’élaboration d’une bouteille de champagne. Lors d’une longue promenade entre cuvages et caves, j’ai ressenti une grande cohérence entre les conceptions éco-responsables revendiquées par ces vignerons et les pratiques mises en œuvre au domaine…Chapeau !

Cités très régulièrement par la presse spécialisée et par les guides, les champagnes de Stéphane Coquillette savent séduire au premier abord tout en révélant une densité et une profondeur structurelle qu’on ne retrouve que dans les grands vins.
Les différentes cuvées proposées par le domaine offrent un choix de « bulles » pour de multiples occasions : les champagnes Coquillette pourront aussi bien être servis pour arroser une réunion festive que pour accompagner un repas gastronomique.
Dans cette gamme d’une grande polyvalence et d’un niveau qualitatif irréprochable tout amateur pourra trouver de quoi se régaler…qu’on se le dise !

Mille mercis à Stéphane Coquillette pour son accueil.


NB : le domaine Coquillette est présent au Salon des Vignerons Indépendants de Strasbourg…c’est l’occasion de vérifier si mon enthousiasme est justifié !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.