Visite automnale au domaine François Schmitt à Orschwihr - 17 octobre 2013

Allison est une jeune texane qui travaille comme sommelière dans un « Wine-bar » new-yorkais et qui a décidé de prendre une année sabbatique pour visiter les vignobles de France et d’ailleurs. Après un séjour dans le Jura où elle a participé aux vendanges, Allison a contacté notre ami François pour qu’il l’initie aux mystères des terroirs alsaciens.
Comme mon emploi du temps me permet quelques escapades viniques en milieu de semaine et comme il fait très beau en cette fin d’octobre en Alsace, je n’ai pas hésité une seconde pour me joindre à eux…direction plein sud pour des visites à Orschwihr, Soutzmatt et Niedermorschwihr.
Hoppla, c’est parti !

Etape 1 : domaine François Schmitt à Orschwihr.

f-schmitt-a-orschwihr-19.jpgOrschwihr…première étape de cette tournée.

Comme pour de nombreux domaines alsaciens, les vendanges ne sont pas encore terminées chez les Schmitt mais Frédéric a la gentillesse de nous recevoir et de nous consacrer une bonne partie de la matinée pour nous faire découvrir ses vins et ses vignes.

f-schmitt-a-orschwihr-3.jpgLes deux pressoirs du domaine sont prêts pour recevoir les rieslings du Bollenberg

La première étape de notre visite se déroule dans le cuvier pour la dégustation des premiers jus 2013.

f-schmitt-a-orschwihr-4.jpgLe cuvier où ça glougloutte sec…

Les pinots noirs Cœur de Bollenberg exhalent de puissantes effluves de cerise noire, les jus des pinots et des rieslings sont légers, équilibrés avec un fruit pur et une acidité mure, bien large mais très agréable au goût. Les gewurztraminers sont plus riches mais toujours soutenus par une belle acidité.

A côté du cuvier se trouvent les barriques contenant les cuvées spéciales de pinots qui sont vinifiées et élevées à la bourguignonne : le pinot blanc Croix du Sud est fin et équilibré avec un boisé déjà très harmonieux, le pinot gris Le Maréchal gras et puissant affirme un beau potentiel, les barriques « Cœur de Bollenberg sont encore vides puisque la cuvaison des pinots noirs n’est pas encore terminée.

f-schmitt-a-orschwihr-6.jpgMyriam et Frédéric Schmitt et leurs cuvées « bourguignonnes ».

Avant de déguster quelques vins finis, Frédéric Schmitt nous propose de profiter de cette magnifique météo pour nous promener dans ses vignes.
Nous montons tout d’abord vers le Bollenberg où l’équipe de vendangeurs du domaine récolte des rieslings.

f-schmitt-a-orschwihr-14.jpgLe Bollenberg vu des flancs du Pfingstberg

f-schmitt-a-orschwihr-9.jpgLes vendangeurs au travail dans une parcelle de riesling du Bollenberg

Les fruits sont dans un état sanitaire très correct mais les maturités sont un peu justes : « Avec deux mois sans une goutte d’eau cet été, certaines parcelles du Bollenberg ont subi un blocage de maturité ».

f-schmitt-a-orschwihr-7.jpgRieslings sur le Bollenberg.

L’étape suivante nous emmène sur le Pfingstberg, le Grand Cru d’Orschwihr dont je vous parlerai très prochainement d'ailleurs…

f-schmitt-a-orschwihr-16.jpgSur les pentes du Grand Cru.

f-schmitt-a-orschwihr-15.jpgPetite leçon de terroir au « Paradis » avec Frédéric.

Le domaine Schmitt possède une belle parcelle de rieslings dans le lieu-dit « Paradis » situé au cœur du Grand Cru. Les raisins les plus mûrs y ont déjà été récoltés après un premier passage des vendangeurs, il y a quelques jours, les autres profitent encore du soleil automnal pour continuer de mûrir « Hélas, la météo prévoit un nouvel épisode pluvieux en fin de semaine…on ne pourra plus trop attendre ».

f-schmitt-a-orschwihr-11.jpgIl y a du riesling au Paradis...et il est divin !!

La seconde parcelle de riesling du Pfingstberg se trouve un peu plus à l’est : là aussi les raisins les plus mûrs ont déjà été rentrés.

f-schmitt-a-orschwihr-17.jpgPetite dégustation de baies dans le Pfingstberg.

f-schmitt-a-orschwihr-18.jpgOn n’est plus au Paradis mais les fruits sont tout aussi beaux !

De retour au caveau après cette longue escapade dans les vignes, nous disposons de peu de temps pour goûter quelques vins finis...ceci dit, avec la petite sélection de bouteilles proposée par notre hôte, nous n’hésitons pas une seconde à nous mettre encore un peu plus en retard sur notre timing prévu.

Riesling Bollenberg 2012 : nez vif sur la pierre et le pamplemousse, corsé et profondément minéral en bouche, finale sur le poivre blanc.
Riesling G.C. Pfingstberg 2011 : discret mais élégant au nez, fruité gourmand et structure très aérienne en bouche, finale marquée par de fins amers.
Riesling G.C. Pfingstberg-Paradis 2011 : un peu retenu mais très pur au nez, ample charnu et doté d’une minéralité très pénétrante en bouche.
Riesling G.C. Pfingstberg-Paradis 2012 : encore très juteux et agréablement fruité au nez, belle puissance et salinité intense en bouche.
Cette dégustation rapide mais fort instructive de quelques cuvées de riesling du domaine Schmitt nous donne de précieuses indications sur le style de vins recherché par Myriam et Frédéric : pas de concession à l’esbroufe ou la facilité mais une recherche de pureté et de profondeur. Ces rieslings portent l’empreinte de leur terroir d’origine mais montrent un véritable air de famille dans leur structure et leur équilibre.

Gewurztraminer Cuvée Marie France 2012 : rond, opulent avec une palette très suave et un finale longue et épicée.
Gewurztraminer G.C. Pfingstberg 2012 : nez à l’aromatique plus complexe avec de belles notes d’épices douces, belle matière et charpente solide en bouche, finale puissamment épicée.
Provenant d’une sélection de fruits du Bollenberg pour l’une et de vignes sur le Grand Cru pour l’autre, ces deux cuvées de gewurztraminer se caractérisent par leur expressivité épanouie et leur élégance. Après des rieslings pleins de mystère, ces gewurztraminers lumineux et gourmands sont un pur bonheur

Gewurztraminer SGN 2010 : nez de fruits jaunes mûrs, généreux et onctueux en bouche avec une structure tendue sur une trame acide très large.
Avec 9° et 200g de sucres résiduels, ce riesling très typé « Mosel » (avec une acidité moins incisive…) est un petit miracle « il s’est arrêté de fermenter naturellement, on a goûté et on a trouvé qu’il était très bien comme ça »…Parfois la nature fait très bien les choses !

Comme nous pourrons le constater tout au long de la journée, les vignerons alsaciens savent recevoir…malgré le stress de ces vendanges compliquées. Un grand merci à Frédéric pour le temps qu’il nous a consacré en nous faisant partager sa connaissance des terroirs d’Orschwihr et sa passion pour le vin d’Alsace.

La série de vins – goûtée un peu trop vite cependant – nous a permis de voir l’évolution positive de la production du domaine : recherche de droiture et de précision dans les rieslings, gourmandise et équilibre dans les gewurztraminers…MIAM !

Pour les autres cuvées du domaine, je vous donne rendez-vous dans quelques mois : l’étude du Grand Cru Pfingstberg est programmée pour le début de l’année prochaine…avec Frédéric Schmitt bien évidemment !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.