Pèlerinage Jura Bourgogne 2015 - Visite au domaine de la Pinte

Après plusieurs années de routine avec un parcours gravé dans le marbre qui enchaînait toute une série d’étapes incontournables, le pèlerinage 2015 sera sensiblement différent puisque j’ai opté pour un circuit plus large qui passera par le vignoble jurassien avant de retrouver les terres bourguignonnes.
Pour préparer ma rentrée de professeur d’E.P.S. autrement qu’en chargeant des cartons de vins dans ma voiture, la mise en condition du premier jour sera assez physique avec une étape sportive dans le Doubs pour découvrir la via ferrata des « Echelles de la Mort »…même pas peur !

 1 27
Le soleil brille, le rocher est très beau…rien de tel qu’une petite via ferrata pour se dégourdir les jambes…et les bras ! 

Pour récupérer de mes émotions rien de tel qu’une petite virée sur les routes magnifiques qui serpentent sur le plateau jurassien en direction d’Arbois puis de Lons le Saunier : au programme une visite au domaine de la Pinte et au domaine Pignier.
Le lendemain, je reviendrai vers des contrées plus familières avec un passage en Bourgogne et des visites au
domaine Buisson-Charles et au domaine Chicotot.
Hoppla c’est parti !

Jour 1. : domaine de la Pinte à Arbois

En consultant la presse spécialisée et les différents guides viniques on se rend compte que le vignoble jurassien regorge de beaux terroirs et de vignerons talentueux, offrant ainsi à l’amateur de vin un choix très large de domaines qui méritent une visite.
Ceci dit en cette fin d’été caniculaire de nombreux vignerons sont en pleine préparation des vendanges et annoncent avec beaucoup d’honnêteté qu’ils ne seront pas en mesure de me recevoir dans de bonnes conditions. Si on ajoute à ceci la faiblesse de la production en 2014 – satanée suzukii – qui limite considérablement l’offre vinique disponible dans les « petites » exploitations, mon choix n’a finalement pas été si difficile à opérer…direction Arbois et le domaine de la Pinte, qu’un caviste strasbourgeois m’avait chaudement recommandé il y a quelques jours, pour la première étape de ce pèlerinage inédit.

3 28
La cabotte de la Pinte au milieu d’une parcelle de savagnins du domaine.

Le domaine de la Pinte est établi dans une très grande bâtisse entourée de vignes et située sur un coteau à la sortie d’Arbois.
Crée par Roger Martin en 1953, ce beau domaine viticole exploite actuellement 34 hectares de vignes entre Arbois et Pupillin.

2 28
La façade avant de la grande maison vigneronne du domaine de la Pinte.

Après une conversion en viticulture biologique en 1999, les vignerons du domaine de la Pinte on décidé de mettre en œuvre des pratiques biodynamiques depuis l’année 2009.
Disposant de 3 caves voûtées d’une taille impressionnante, la famille Martin élève longuement des vins d’exception en cherchant à « mettre en bouteille » la subtile identité des terroirs jurassiens.

4 27
La cave réservée aux vins ouillés avec des foudres…

5 25
…des muids, demi-muids et barriques. Magnifique !

Le domaine de la Pinte met sur le marché une douzaine de références d’appellation « Arbois » et « Arbois Pupillin » ainsi que quelques spécialités jurassiennes comme le crémant du Jura ou le macvin.
Ouvert 6 jours par semaine (sauf le samedi après-midi et le dimanche), un caveau de dégustation très accueillant offre à l’œnophile de passage la possibilité de goûter ces vins in situ…allons-y !

6 28
Le caveau de dégustation du domaine de la Pinte


Comme mon programme de l’après-midi est relativement dense, je décide de limiter mon choix de vins à déguster aux seules cuvées de blancs :

Arbois Pupillin Chardonnay Fonteneille 2012 : nez très discret et raffiné, bouche superbe avec une matière ample, suave et bien mûre, impression de sucrosité (trompeuse car il n’y a pas de SR sur cette cuvée, expression aromatique qui s’épanouit avec des notes très agréables d’ananas frais, finale nette et digeste, sillage sur les agrumes frais.

6b

Cette cuvée est née sur une parcelle argilo-calcaire située sur un plateau très venté du côté de Pupillin. Les petits rendements expliquent la concentration un peu inhabituelle que l’on ressent sur ce vin surprenant mais tout à fait délicieux…et un gros MIAM pour commencer !

Arbois Pupillin Melon à queue rouge 2013 : nez riche et mûr sur les fruits jaunes (pêche) et blancs (poire) avec une fine touche vanillée, matière dense et charnue en bouche, équilibre impeccable, acidité mûre et fine tannicité, frais et salivant en finale, rémanence aromatique assez longue, nuances minérales présentes (poudre de craie).

6c

Né sur une parcelle de vieilles vignes (80 ans) d’une variante rare de chardonnay (le melon à queue rouge) située en bas de coteau sur un terroir argilo-calcaire près de de Pupillin, ce vin ne se distingue pas seulement par son originalité mais aussi et surtout par la qualité de son équilibre et la noblesse de son expression aromatique. RE-MIAM !

Arbois Savagnin 2008 : nez très fin mais encore un peu retenu, fruits blancs mûrs (poire, coing), nuances de sous-bois et de truffe blanche, matière généreuse, toucher de bouche lisse et caressant, finale épicée qui nous ramène immanquablement dans l’esthétique classique des vins de la région.

6d

Arbois Savagnin 2007 : nez discret et un peu austère, fines notes de fruits secs et épices, présence en bouche très classique, droit, tendu avec une finale déjà bien minérale.

Les parcelles de savagnins qui ont donné naissance à cette cuvée sont situées sur le coteau de marnes bleues autour des bâtiments du domaine de la Pinte. Les vins qui ont été élevés durant 5 ans en foudres et en demi-muids avec des ouillages réguliers montrent des personnalités jurassiennes assez affirmées tout en gardant un côté un peu plus « lisse » qui leur donne un supplément de gourmandise : si 2007 est vraiment proche du standard des vins d’Arbois, le 2008 possède un style particulier qui s’en éloigne un peu en gagnant en originalité et en distinction…en ce qui me concerne je préfère le dernier.

7 28
Le savagnin 2010 encore en cours d’élevage dans la cave du domaine de la Pinte

Arbois Cuvée d’Automne : nez ouvert et complexe sur la croûte de pain, les fruits jaunes bien mûrs et les épices douces, bouche ample structurée par une acidité très large, toucher de bouche un peu granuleux, finale tonique et saline, sillage sur les épices et les fruits secs.

7a

Issu d’un assemblage de 45% de savagnin ouillé, 15% de savagnin de voile et 40% de chardonnay cette cuvée nous régale par la profonde beauté de son expression aromatique et le subtil équilibre de sa présence en bouche. MIAM !

Arbois Vin Jaune 2005 : nez archétypique, noix fraîche, écorce de chêne, sous-bois et épices, attaque assez fine mais belle montée en puissance en bouche, acidité très solide, finale qui prolonge une palette complexe sur la noix, le curry, le safran…

7b

Issu de vieux savagnins élevés durant 6 ans et 3 mois sous voile, cet Arbois jaune s’exprime avec beaucoup de retenue mais on y sent poindre cette force peu commune qu’on trouve dans ces vins éternels dont le sillage aromatique monopolise le palais durant de longues minutes.

Cette première visite expresse au domaine de la Pinte m’a permis de découvrir une très belle exploitation vigneronne qui travaille depuis de longues années en conjuguant respect de la nature et respect de la tradition jurassienne.
Même si je me suis pointé au domaine sans prise de rendez-vous – ce que je ne fais vraiment que très rarement – l’accueil fut cordial avec dégustation des vins dans un cadre bien convivial et visite des caves voûtées, vraiment impressionnantes par leur taille !

7c
La série de blancs du domaine de la Pinte

Les vignerons du domaine de la Pinte sont convaincus qu’un grand vin de terroir se conçoit à partir d’une synergie parfaite entre une terre, une vigne et l’homme qui les travaille.
Les cuvées dégustées aujourd’hui nous donnent un aperçu très probant de la mise en œuvre de ce principe : ces vins affirment leur typicité jurassienne avec une grande distinction mais brillent surtout par leur pureté et leur finesse.

Le coup de cœur du jour reviendra au chardonnay ouillé 2012, pour sa belle tenue tant au nez qu’en bouche et son excellent rapport Q/P : à l’heure où les chardonnays bourguignons sont de moins en moins accessibles, le Jura propose des alternatives vraiment intéressantes sur ce cépage…qu’on se le dise !
J’ai aussi beaucoup aimé la cuvée issue de melon à peau rouge…une vraie découverte et surtout une belle surprise gustative pour moi !

Bref, le domaine de la Pinte est une bien belle adresse dans le vignoble jurassien…ceci dit, avec une devise qui dit « Plante beau, cueille bon, pinte bien » comment pourrait-il en être autrement !

NB : pour mes amis alsaciens, le domaine est présent depuis de longues années au Salon des Vignerons Indépendants de Strasbourg.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.