Pèlerinage Jura Bourgogne 2015 - Visite au domaine Chicotot

Après plusieurs années de routine avec un parcours gravé dans le marbre qui enchaînait toute une série d’étapes incontournables, le pèlerinage 2015 sera sensiblement différent puisque j’ai opté pour un circuit plus large qui passera par le vignoble jurassien avant de retrouver les terres bourguignonnes.
Pour préparer ma rentrée de professeur d’E.P.S. autrement qu’en chargeant des cartons de vins dans ma voiture, la mise en condition du premier jour sera assez physique avec une étape sportive dans le Doubs pour découvrir la via ferrata des « Echelles de la Mort »…même pas peur !

 1 27
Le soleil brille, le rocher est très beau…rien de tel qu’une petite via ferrata pour se dégourdir les jambes…et les bras ! 

Pour récupérer de mes émotions rien de tel qu’une petite virée sur les routes magnifiques qui serpentent sur le plateau jurassien en direction d’Arbois puis de Lons le Saunier : au programme une visite au domaine de la Pinte et au domaine Pignier.
Le lendemain, je reviendrai vers des contrées plus familières avec un passage en Bourgogne et des visites au
domaine Buisson-Charles et au domaine Chicotot.
Hoppla c’est parti !

Jour 2. : domaine Chicotot à Nuits Saint Georges
 

A l’instar des deux domaines de la Côte de Beaune visités ce matin, le passage à Nuits Saint Georges dans la cave des Chicotot est également noté comme une halte obligatoire dans mon carnet d’adresses en terre burgonde.
Certes la date des vendanges approche et il y a mille choses à faire – surement plus importantes que de servir quelques canons à un vieil ivrogne alsacien – mais c’est toujours avec beaucoup d’entrain et une joie sincère que Pascale Chicotot nous reçoit dans sa cave pour parler de son travail et de sa conception du vin en partageant quelques moments de plaisirs gustatifs.

bourgogne-2012-0117.jpg

Même si le millésime 2014 n’a pas été plus simple (ni plus généreux) que le précédent, la cave du domaine est un peu plus garnie que l’année dernière à la même époque…mais c’est grâce à l’arrivée de nouvelles cuvées dans la gamme des Chicotot : un Nuits Aux Allots (5 parcelles depuis le millésime 2013) et 2 nouveaux arrivants originaires de Beaune et de Pommard.

28 17
La cave Chicotot en 2015.

En ce qui concerne le millésime 2015, il s’annonce sous les meilleurs auspices mais les volumes seront encore une fois assez réduits : « nos pieds portent entre 6 et 8 grappes, alors que dans une année normale on en compte entre 9 et 10 »…c’est d’autant plus regrettable que les vignes sont dans état sanitaire impeccable et les raisins sont parfaitement mûrs : « Ce matin nous avons rentré des chardonnays à 12° pour le crémant et pour le reste on ne tardera pas trop…les raisins sur notre parcelle de Pommard titrent déjà 12°8 » (on est le 29 août)...voilà des perspectives plutôt encourageantes !

En attendant ces 2015 très prometteurs voyons comment se tiennent les cuvées de 2014 encore en cours d’élevage…et en pleine fermentation malo-lactique pour la plupart d’entre elles.

Beaune En Lulunne : nez peu avenant car marqué par une forte réduction (fin de malo), bouche beaucoup plus convaincante avec une matière charnue, juteuse et finement acidulée, finale puissante et longue persistance.
Située sur la montagne de Pommard, au dessus du « Clos des Mouches », cette parcelle de vieilles vignes (80 ans et plus) où les raisins mûrissent tardivement a permis aux Chicotot de produire un vin qui impressionne par sa force et sa profondeur.
Voilà un Côte de Beaune sûrement un peu atypique…mais quel beau vin !

29 16
Les barriques du Beaune « En Lulunne »

Pommard Les Tavannes : avec des notes de réduction présentes mais moins intenses que sur le vin précédent, ce Pommard commence à révéler les contours d’une palette qu’on devine pleine de fruit et de minéralité, bouche magnifique, matière massive mais équilibre impeccable, trame tannique veloutée, tonicité et et longueur aromatique en finale.
Cette parcelle dont l’âge n’est pas précisément établi mais dont on sait qu’elle est plus ancienne que celle du Beaune « En Lulunne », a été largement grêlée en 2014 et n’a produit qu’une pièce unique (au lieu des 8 attendues en cas de récolte normale).
C’est dommage parce que cette première cuvée de Pommard vinifiée au domaine Chicotot est une réussite magistrale…les chanceux qui pourront acquérir l’une ou l’autre bouteille de ce petit bijou ne le regretteront pas !

30 17
La rareté de la cave Chicotot

Nuits Saint Georges Les Charmottes : nez avenant avec un fruité déjà bien flatteur, matière juteuse et gourmande en bouche, aromatique épanouie sur la cerise noire et la mûre, finale fraîche et sapide.
« L’enfant facile » de la cave Chicotot est fidèle à sa réputation : malgré une malo qui se termine doucement cette cuvée possède un charme irrésistible avec un équilibre déjà très abouti. MIAM !

Nuits Saint Georges Aux Allots : nez bien en place, aromatique fruitée discrète mais très pure, silhouette très élancée en bouche, matière posée et très déliée, trame tannique souple, finale plus tendue avec une minéralité qui commence à se dessiner.
Arrivée dans la cave du domaine en 2013, ce Nuits qui se montre plus ample que « Les Charmottes » demandera un peu plus de temps pour donner toute la mesure de son potentiel. Voilà une cuvée « Villages » de garde qui complète avantageusement la gamme Chicotot !

31 14
Le côté des cuvées de Nuits villages

Nuits Saint Georges 1°Cru Les Rues de Chaux : nez charmeur, belle précision aromatique, notes de fruits rouges frais sur un fond minéral discret (boîte de craie), matière riche solidement tendue par une colonne vertébrale acide très droite mais bien mûre, finale digeste avec une présence minérale qui commence à se manifester.
Placé en début de série par Pascale Chicotot, Rues de Chaux allie puissance et élégance avec une grande aisance et nous emmène dans l’univers raffiné des premiers crus de Nuits.
Déjà bien en place, ce vin me donne une furieuse envie de rencontrer ses pairs…vite la suite !

Nuits Saint Georges 1°Cru Les Vaucrains : nez très difficile d’accès avec une palette dominée par d’intenses notes de réduction, bouche magnifique, équilibre parfait, matière ample, ronde et charnue, finale nette et tonique.
Dégusté en fin de malo (lies repoussées) ce Vaucrains nous a fait immédiatement comprendre qu’il n’a pas apprécié d’être dérangé durant cette phase. Ceci dit, la présence en bouche pleine de belles promesses nous a parfaitement rassurés…ce premier cru tiendra sa place au sommet de la hiérarchie dans la cave des Chicotot !

Nuits Saint Georges 1°Cru Les Saint Georges : nez discret, belle pureté aromatique et très grande profondeur, matière puissante, tension palpable, tannins denses et très soyeux, finale solide et longuement aromatique.
Corsé, juteux, charpenté mais avec une silhouette très élégante le Saint Georges 2014 me fait penser au sublime 2010 dégusté lors de ma première visite au domaine…attention, très grand vin en perspective. MIAM !

32 13
Les barriques des premiers crus de Nuits.

Pour finir, nous passons à quelques cuvées de 2013 bouteilles figurant au tarif actuel du domaine :

Nuits Saint Georges Aux Allots : fruité très pur au nez (fraise, cerise burlat), matière juteuse avec beaucoup de fruit en bouche, mâche gourmande, acidité qui s’étire et apporte belle tension à la finale.
Issu pour moitié d’une vendange entière, ce Nuits se montre particulièrement sociable tout en présentant un corps svelte et fuselé avec une trame minérale qui commence à se dessiner en finale.

Dsc 2734
La belle doublette de cuvées « Villages » du domaine…difficile de choisir !

Nuits Saint Georges 1°Cru Les Rues de Chaux : nez très timide, un peu fermé, bouche concentrée, très profonde, finale tonique et minérale.
Ce premier cru qui semble encore replié sur lui-même affirme son statut en bouche en flattant nos papilles par sa chair bien dense et son empreinte minérale racée.

Nuits Saint Georges 1°Cru Les Vaucrains : nez discret et complexe, notes de fruits rouges frais, fumé léger sur un joli fond minéral, attaque en bouche très souple mais l’ensemble monte en puissance très rapidement et impose une matière carrée et musculeuse qui envahit le palais, finale longue et intense.
Toujours un peu rebelle dans ses jeunes années mais avec un potentiel exceptionnel, Vaucrains est le terroir préféré de Pascale Chicotot qui ne manque jamais une occasion de nous narrer tout le plaisir qu’elle prend à se promener sur cette parcelle…une relation presque fusionnelle qui se concrétise chaque année par la naissance de petits chefs d’œuvre comme cette magnifique cuvée 2013.

Nuits Saint Georges 1°Cru Les Saint Georges : fruité mûr et complexe au nez, touche vanillée très sensuelle, silhouette oblongue avec une matière riche et généreuse tenue par une arête acide solidement tendue, finale longuement aromatique.
Si Vaucrains occupe souvent la place de l’enfant terrible de la lignée, Saint Georges tiendrait plutôt le rôle du « beau gosse » avec son aromatique séduisante et sa tenue en bouche élégante et classieuse tout en gardant un beau fond vineux et minéral.
Le vin préféré du patron est toujours un must !

Dsc 2732
Le carré d’as du domaine Chicotot

Nuits Saint Georges 1°Cru Les Saint Georges 1995 : expression aromatique très sensuelle, palette florale bien complexe, attaque opulente mais petite sensation de creux en milieu de bouche, trame tannique noble, beau retour épicé en finale (cardamome, girofle).
Cette bouteille débouchée par Pascale Chicotot à la demande d’un client qui voulait savoir comment se portait ce premier cru après 20 ans de garde a fait quelques manières avant de se livrer : grande finesse aromatique – l’esthétique bourguignonne dans toute sa splendeur – mais une bouche très capricieuse qui a eu besoin d’une bonne oxygénation pour se mettre en place…en ce qui me concerne j’aurais bien voulu goûter ce vin avec 10 ans de moins.

Comme je l’ai laissé entendre dans mon introduction, le domaine Chicotot fait partie de ces adresses qui s’inscrivent dès la première visite sur la liste des haltes incontournables sur la Côte de Nuits : Pascale Chicotot reçoit les amateurs de vins avec beaucoup d’enthousiasme et ne compte jamais le temps qu’elle leur consacre pour les emmener dans son univers vinique.
En cette fin août, je dois dire que les vins de 2014 ont moyennement apprécié qu’on les dérange pendant leur gestation et la plupart d’entre eux nous ont livré des expressions aromatiques souvent très difficiles à apprécier. En revanche, au niveau de leur présence en bouche, j’ai retrouvé cette sensation de plénitude et d’harmonie qui m’a séduit lors de ma première visite et que je découvre avec bonheur à chaque nouvelle dégustation.

Les 2013 que j’avais goûtés bien ouverts et expressifs lors de mon pèlerinage 2014 se sont un peu repliés sur eux-mêmes mais ont gagné en complexité et en profondeur…Prometteurs !
Les 2014 sont des vins complets et bien structurés qui montrent une grande homogénéité qualitative : les « villages » qui offrent un rapport prix/plaisir très avantageux, sont gourmands et joliment typés alors que les premiers crus brillent par leurs matières concentrées et déjà bien marquées par leurs terroirs.
Invités dans la cave Chicotot pour élargir la gamme du domaine (et apporter un peu de volume à la production) les crus beaunois gagnent peu à peu leur place parmi les grandes cuvées nuitonnes : découverts cette année, le Beaune « En Lulunne » a tous les attributs d’un grand vin et le rarissime Pommard m’a tellement impressionné que j’ai décidé de lui attribuer mon coup de cœur 2015...rien de moins !

Merci à Danièle Chicotot pour son accueil…à l’année prochaine j’espère !

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.