Tournée estivale dans le vignoble français - Visite au domaine Tatin à Brinay

Après une croisière qui m’a fait découvrir les sites majestueux du pays des fjords, j’ai eu envie de retrouver des paysages plus familiers et plus calmes en programmant un périple inédit dans le vignoble français.
Mon voyage va commencer par une journée dans le chablisien avec la découverte du
domaine d’Elise et une nouvelle visite au domaine Besson.
La deuxième journée me conduira dans le vignoble du centre pour apprendre à mieux connaître les appellations Quincy et Reuilly en faisant étape au domaine Tatin à Brinay.
Pour terminer, je mets le cap au sud en direction de Vallon Pont d’Arc pour une soirée chez l’ami Cyra, avant de continuer en direction de la Méditerranée avec une visite surprise au domaine Mirabel avant mes haltes habituelles dans le Languedoc, à Daumas-Gassac et chez les Supply-Royer…mais ça vous l’aviez deviné, non ?
Hoppla c’est parti !


Jour 2. : Quincy - Reuilly


Visite au domaine Tatin à Brinay

Après une ultime soirée en terre chablisienne avec la découverte d’une bonne adresse gourmande à Vincelottes – le restaurant « Les Tilleuls » – je repars en mettant le cap au sud-ouest pour une première visite dans le vignoble de Quincy.
Pour trouver une bonne adresse vigneronne dans une « terre inconnue », j’ai utilisé un procédé qui a fait ses preuves jusqu’ici en croisant des informations prélevées dans des revues et des guides spécialisés ainsi que sur quelques sites viniques.
Dans une sélection resserrée comptant les vignerons les plus souvent cités, j’ai choisi de faire cette première incursion dans les vignobles du centre dans un domaine de Brinay…c’est parti en direction les rives du Cher et le pays du sauvignon pour une visite au domaine Tatin.

30 23

Ce domaine a été crée en 1988 par Jean Tatin et Chantal Wilk, deux ingénieurs agronomes qui ont décidé de quitter Paris pour venir s’installer dans la grande ferme agricole appartenant au père de Jean Tatin : c’est un très grand bâtiment édifié au cours du XVII° siècle au lieu-dit « Le Tremblay » situé près du village de Brinay.

31 20
La grande cour et une partie du corps de ferme du domaine du Tremblay.

Très rapidement ce couple s’est intéressé aux vins de Quincy et a choisi de se lancer dans l’aventure vigneronne : 1990 voit la naissance du Domaine des Ballandors – 10 hectares sur 4 parcelles – et en 1994 c’est le Domaine du Tremblay qui complète le patrimoine viticole avec 11 hectares de vieilles vignes réparties en 7 parcelles.
En 2002 c’est vers le terroir de Reuilly que le domaine s’agrandit en créant Les Demoiselles Tatin, ce qui va apporter un peu de couleur à la production du domaine en ajoutant du rose et du rouge à une gamme dédiée exclusivement au blanc.
Depuis 2010, leur fille Maroussia, titulaire d’un BTS viti-oeno et d’un diplôme de l’école d’ingénieurs de Purpan, est venue travailler avec ses parents sur ce domaine qui totalise aujourd’hui 30 hectares de vignes sur Quincy et Reuilly.

La première étape de ma visite se passe dans le grand caveau de dégustation où Jean Tatin m’invite à une petite leçon de géologie pour me faire comprendre les terroirs de Quincy et de Reuilly.
« Les vignobles de Quincy et Reuilly se situent dans le prolongement de l’arc calcaire qui passe par Chablis et Sancerre ».

L’appellation Quincy est délimitée sur les rives du Cher avec des sols de calcaires lacustres du tertiaire recouverts de sédiments plus récents (dépôts alluviaux du quaternaire). « Ce sont des coteaux peu pentus avec des sols de graves comparables à ceux du vignoble bordelais. C’est un terroir très original dans la région du Centre-Loire ».

Le vignoble de Reuilly se trouve sur des coteaux plus pentus qui bordent l’Arnon.
« Ce sont des terrasses alluviales de sables et de graves sur un socle de calcaire du Kimméridgien ».

32 19
Le caveau et les cartes pour une petite leçon de géologie.

La suite de la visite nous conduit dans la pièce attenante, une grande salle des vendanges aménagée pour accueillir des groupes où une exposition de photographies nous invite à entrer dans la mémoire du domaine du Tremblay.

33 20
La salle des vendanges du domaine.

Le cuvage qui se trouve sur place est réservé aux crus de Reuilly : les blancs et les rosés en cuves de fibre de verre et les rouges de pinot noir dans les cuves tronconiques en chêne.

34 18
Le cuvage réservé aux vins de Reuilly.

La cave creusée sous le cuvage est destinée à l’élaboration des cuvées de prestige du domaine, vinifiées et élevées sur lies fines dans des fûts de chêne de 400 litres qui proviennent de la tonnellerie Gauthier qui travaille les chênes des forêts du Berry.

35 19
La cave où naissent les cuvées de prestige du domaine

Les autres cuvées de Quincy sont vinifiées et élevées dans la Cave Romane à Brinay : une structure moderne, très bien équipée qui permet à 15 vignerons de l’appellation de profiter de moyens mutualisés pour travailler leurs vins dans d’excellentes conditions.

36 19
La Cave Romane de Brinay

Au niveau de la vigne, le domaine Tatin met en œuvre une viticulture raisonnée avec un travail du sol régulier, des rangs enherbés et des traitements réduits au strict minimum mais comme le prouvent ces étranges ventilateurs à air chaud qu’on trouve un peu partout dans le vignoble, le principal ennemi des vignes de Quincy est le gel.

40 14
Un ventilateur dans une parcelle de vigne de la « Vallée Major »

Comme souvent dans cette région, les vendanges se font à la machine sauf pour les pinots noirs de Reuilly qui sont récoltés à la main.
Les trois unités du domaine Tatin produisent 150 à 200 000 bouteilles par an en proposant une gamme qui compte une douzaine de références. Allez, on goûte !

46 6
Jean Tatin au service.

Nous commençons par les Reuilly blancs signés par les Demoiselles Tatin :

Reuilly Les Lignis-Pinot Gris 2015 : fruité discret mais raffiné, structure longiligne, équilibre vif et tonique en bouche, finale légère, très guillerette.
Réalisé à partir de l’assemblage de raisins provenant d’un terroir de graves sableuses sur Reuilly et de raisins provenant d’un terroir de graves argileuses sur Preuilly, ce pinot gris solidement tendu m’a emmené très loin des modèles alsaciens…mais en tous cas c’est une belle entrée en matière !

Reuilly Les Lignis-Sauvignon 2015 : intensément marquée par le sauvignon à l’ouverture (feuille de cassis, groseille à maquereaux), l’aromatique s’affine après oxygénation pour délivrer de subtiles notes florales et végétales, gras et assez large à l’attaque, le vin s’étire progressivement en bouche, finale bien nerveuse avec une belle présence saline.
Résultant de l’assemblage des jus d’e jeunes vignes (10/12 ans)
plantées en haute densité (7000 pieds/hectare) en sélection massale à partir d'un choix de greffons provenant d'une vieille vigne de sauvignons de Quincy des années cinquante, ce vin encore bien marqué par le caractère du cépage révèle une présence minérale pleine de belles promesses.

47 5

La dégustation se poursuit par une longue série de Quincy :

Quincy Domaine des Ballandors 2015 : nez intense, palette exotique marquée avec des notes de citron vert et de carambole, matière fuselée, étirée par une acidité souple, finale digeste avec de beaux amers minéraux.

48 4

Elaboré à partir de sauvignons nés sur des parcelles de jeunes vignes (15 à 25 ans) situées au bord du Cher sur un terroir de graves sableuses, ce premier Quincy est très convaincant : la richesse du millésime marque un peu l’expression aromatique mais l’équilibre en bouche garde cette belle tension qu’on recherche lorsqu’on déguste un vin de cette appellation. MIAM !

37ballandors1   38ballandors2
Les deux parcelles de sauvignons qui entrent dans l’assemblage du Quincy des Ballandors.

Quincy Domaine du Tremblay-Vin Noble 2015 : nez frais et très agréable avec une palette rappelant la cuvée des Ballandors, attaque franche mais assez gourmande, structure acide/minérale qui se déploie progressivement, finale sapide, salinité intense.
Cette cuvée est issue d’un assemblage de 75% de jeunes vignes et de 25% de vignes plus âgées (20 à 40 ans) situées sur des terrasses de graves argileuses.
On y sent une chair assez généreuse et une belle structure minérale…deux valeurs cardinales qui marquent l’entrée dans le monde des vins de terroir du domaine.

Quincy Domaine du Tremblay-Vieilles Vignes 2014 : nez très fin, belle complexité, notes de groseille blanche et de poudre de craie sur un fond floral très élégant, équilibre impeccable en bouche, suavité très charmeuse, finale longue et minérale.
Réalisé par un assemblage issu de 4 parcelles de vieilles vignes du domaine (40 à 50 ans), ce Quincy séduit par la complexité de son expression aromatique et la classe qui émane de sa tenue en bouche. MIAM !

49 4

Quincy Domaine du Tremblay-Vieilles Vignes 2015 : nez avec un fruité bien mûr (fruits blancs) sur un fond de citron vert, matière ample et très sphérique en bouche, structure acide bien en place, finale salivante avec de beaux amers minéraux
Cette cuvée mise en bouteille il y a quelques semaines (fin juin) n’est pas encore au tarif mais elle montre d’ores et déjà son grand potentiel…un peu plus riche mais dans le même esprit classieux que le 2014 !

Passionné par les terroirs de Quincy et convaincu de leur influence marquante sur le caractère des vins, Jean Tatin met en œuvre une vinification parcellaire en fûts de 400 litres (sur 4 lieux-dits à forte identité.
Les vins issus de ces 4 lieux-dits sont assemblés pour créer la cuvée haut de gamme du domaine (la Cuvée Sucellus) mais à partir du millésime 2013 ce vigneron a décidé d’isoler un tonneau de chaque terroir pour faire une mise séparée et créer la collection « Terroirs » que je vais avoir le privilège de déguster aujourd’hui :

Quincy Domaine Tatin-Nouzats 2013 : nez flatteur, notes de fruits blancs bien mûrs et de miel d’acacia, chair très gourmande en bouche, finale délicatement acidulée qui laisse une belle impression de fraîcheur.
(Vigne de plus de 50 ans – terroir de graves sableuses rouges très profondes)
Quincy Domaine Tatin-Victoires 2013 : nez plus austère, palette minérale bien marquée, notes de terre glaise et de craie humide, matière longiligne très élégante en bouche, retour minéral intense en finale.
(Vigne de plus de 40 ans – terroir de graves argileuses)
Quincy Domaine Tatin-Gatebourse 2013 : palette subtile et complexe, notes florales et minérales, silhouette élancée, beaucoup de classe, nuances terpéniques et amers salivants en finale.
(Vigne de 45 ans – terroir de graves sableuses fauves très profondes)
Quincy Domaine Tatin-Chaumoux 2013 : notes d’élevage sensibles à l’ouverture, palette très suave par la suite, beaux arômes de miel de fleurs, matière assez dense en bouche avec un joli gras, acidité fine mais persistante qui apporte une belle tension à la finale.
(Vigne de plus de 40 ans – terroir de graves argileuses grises et orangées)
Ces quatre cuvées qui revendiquent leur identité avec beaucoup de conviction apportent la preuve que Jean Tatin ne s’est pas trompé en décidant de créer cette gamme « Terroirs ».
Les expressions aromatiques sont typées et les structures acides/minérales bien marquées et très différentes d’un vin à l’autre : Chaumoux est un peu marqué par le bois (c’est la seule cuvée élevée dans un fût d’un vin, les autres fûts sont plus vieux) mais comme Nouzats, cette cuvée joue ouvertement la carte de la séduction. Gatebourse semble moins expansif mais s’exprime avec beaucoup de délicatesse alors que le vin du Clos de la Victoire se révèle le plus minéral des quatre.

Quelle belle série !

50 5

Quincy Domaine Tatin-Cuvée Sucellus 2013 : nez subtil et très complexe, notes de groseille blanche, nuances florales délicates et fine touche minérale, très belle présence en bouche, structure acide mature mais d’une grande profondeur, salinité intense qui donne un « grip » très stimulant à la texture, finale longue et sapide.
Réalisé à partir d’un assemblage de vins issus des 4 terroirs précédents, cette cuvée occupe le sommet de la gamme du domaine Tatin. Avec son habillage luxueux (bouteille lourde, son bouchon de haute qualité), son élevage parfaitement intégré, sa matière concentrée, son expression aromatique raffinée et sa minéralité très impressive, Sucellus 2013 assume pleinement ses ambitions. MIAM !

51 4

Pour finir cette belle série, Jean Tatin me propose de découvrir les cuvées de Reuilly rouge du domaine :

Reuilly La Commanderie 2014 : nez de fruits rouges frais, bouche légère et bien souple, structure tannique fine et soyeuse, belle buvabilité.
Née sur un terroir de graves argileuses, ce Reuilly rouge m’a étonné par sa gourmandise et sa pureté aromatique…issu d’un millésime très difficile ce beau vin rouge est le résultat d’un travail de tri drastique à la vendange et d’une vinification extrêmement précise. Chapeau !

Reuilly Cuvée du Pé Miniau 2014 : nez fin mais plus discret, chair généreuse en bouche, tanins serrés et assez fermes, finale longue, minérale et discrètement épicée.
Avec une part dédiée au vin de presse augmentée et un élevage de 9 mois dans des cuves tronconiques, la cuvée du Pé’Miniau, plus dense et plus austère, possède toutes les qualités d’un vin de garde.

Reuilly 2015 : nez encore un peu fermé, palette fruitée pure et délicate, matière mûre et bien charnue en bouche, expression fruitée qui s’affirme progressivement, finale nette et intense.
Dégusté en primeur pour se faire une idée de la nature des vins rouges de 2015, ce pinot noir concentré et plein de fruit est vraiment prometteur. MIAM !

52 3


Après cette longue séquence de dégustation et malgré l’heure déjà bien avancée – il est près de 13 heures – Jean Tatin me propose de l’accompagner pour une petite tournée d’inspection dans ses vignes…voilà une invitation que je ne refuse jamais !

Nous partons en direction des parcelles de Chaumoux, de la Vallée Major et de Gatebourse pour constater à quel point les gelées et les attaques de mildiou ont affecté les vignes : de nombreux pieds ne portent que 1 à 2 grappes…« encore un millésime difficile car les rendements vont être vraiment très faible en 2016 ».

42chamoux1
La vigne de Chaumoux durement touchée par le gel et le mildiou…

43chamoux2
…et des pieds de vigne où il y a beaucoup de feuilles mais peu de fruits.

39buisson pouilleux
La parcelle sur le lieu-dit « Buisson Pouilleux » dans la Vallée Major »…

41vallee major2
…et un pied de vigne dont les raisins vont entrer dans l’assemblage du « Vin Noble »

44gatebourse1
La vigne de « Gatebourse »…

45gatebourse2
…et un vieux cep sur ce terroir plus sableux.


46 1
Pour vous repérer, rien de tel qu’un petit parcellaire bien coloré.

Pour finir notre petite promenade nous nous arrêtons au « Jardin labyrinthe des vignes », un espace ludique avec huit petits jardins aménagés pour nous faire comprendre l’histoire de l’évolution de la viticulture.

53 2
L’entrée.

54 2
Vignes en pergolas

55 2
Vignes en échalas.

56 2
Vigne palissée.

 

Hormis un passage rapide du côté de Pouilly sur Loire au début des années 2000, je n’avais encore jamais fait étape dans le vignoble du centre. Aussi lorsque je me suis rendu compte qu’il manquait quelques bouteilles de sauvignons dans la série de vin prévue pour notre séance de rentrée du club AOC, j’ai pris la décision de prolonger mon escapade estivale vers les rives du Cher.
Jean Tatin a été un guide remarquable pour m’expliquer l’histoire de cette appellation – « la première du Val de Loire à obtenir la reconnaissance en A.O.C., en août 1936 » – et me faire comprendre la particularité de ces terroirs de graves sableuses ou argileuses où le sauvignon règne en maître absolu.

Connaissant parfaitement la géologie complexe de ce vignoble, Jean Tatin met en œuvre des vinifications parcellaires qui lui permettent d’élaborer une large gamme de cuvées exprimant avec force et authenticité la diversité des terroirs de Quincy.
J’ai beaucoup aimé ces vins francs et pleins d’énergie qui se laissent approcher sans faire de manières mais qui révèlent des caractères bien trempés…coup de cœur inconditionnel pour ce domaine et pour ses vins.

Après avoir connu des jours difficiles suite à un exode rural massif d’une jeunesse attirée par les centres industriels alentours, Quincy connaît une période de renouveau depuis les années 80, grâce à des vignerons passionnés qui ont décidé d’unir leurs efforts pour relancer cette appellation. Dans le sillage de Jean Tatin et de ses pairs, on trouve aujourd’hui une jeune génération passionnée qui est prête à poursuivre l’œuvre des anciens…voilà un joli cadeau d’anniversaire pour le 80° anniversaire de l’appellation Quincy !

Mille mercis à Jean Tatin pour ces beaux moments de partage et de culture vinique.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.