Périple sudiste 2017 - Visite au domaine Combier à Pont de l'Isère

1 58
Des vignes, du ciel bleu et le Mont Baudile à l’horizon…on dirait le Sud


Avec des vacances de printemps placées au milieu du mois d’avril, la 7° édition de ce périple dans les vignobles du sud sera l’un des plus précoces jamais effectués.
L’habituelle étape dans la vallée du Rhône prévue lors mon voyage aller vers Port Camargue se fera à Pont-de-l’Isère au Clos des Grives.
Le lendemain, je vais migrer vers la vallée de l’Hérault en allant faire une première visite au Domaine d’Aupilhac à Montpeyroux avant de passer la traditionnelle soirée à Arboras en compagnie d’Eric et Marie-Ange Supply-Royer.
L’emploi du temps du dernier jour sera pris en charge par Yves Cortey et Dany Jaffuel avec un circuit autour du Pic Saint Loup agrémenté de quelques belles étapes viniques : le Château La Roque, L’Ermitage du Pic Saint Loup et le Château de Cazeneuve.
Hoppla, c’est parti !

 

Domaine Combier à Pont-de-l’Isère

 

3 58
Une entrée difficile à rater lorsqu’on emprunte la nationale 7.

Après 2 visites au domaine Fayolle à Gervans (en 2015 et en 2013), j’avais envie de tester une nouvelle adresse dans ce grand vignoble de la rive droite du Rhône.
J’ai souvent entendu parler du Clos de Grives et j’ai eu l’occasion de déguster quelques très beaux vins du domaine Combier chez l’ami Cyril...il n’en fallait évidemment pas plus pour que je décide de prendre rendez-vous chez ce vigneron afin de tester une adresse supplémentaire sur mon habituel trajet migratoire vers les terres du grand sud.

2 58
Vignes près de Pont de l’Isère sur la rive gauche du Rhône avec la colline de l’Hermitage au loin.


Occupé par le suivi de son grand chantier d’agrandissement de la cave, Laurent Combier vient me saluer rapidement avant de me confier aux bons soins d’un jeune collaborateur qui va me faire visiter les installations du domaine.

4 55
La cave du domaine Combier…

5 53
…et le chantier d’agrandissement.

Le chantier en cours va aboutir à un agrandissement conséquent de la cave : « un tiers de superficie en plus », ce qui va permettre aux vignerons de gagner en confort et en efficacité dans le travail des jus et dans l’élevage des vins.

Les 25 hectares du domaine Combier sont conduits en viticulture biologique depuis les années 70 : « c’étaient vraiment des précurseurs dans cette région ».
Aujourd’hui, ce patrimoine viticole est reconnu par tous pour son niveau qualitatif exceptionnel : les sols sont vivants et le matériel végétal est sélectionné avec beaucoup d’exigence « toutes nos replantations se font en sélection massale ».

Laurent Combier et son équipe mettent tout en œuvre pour arriver à récolter les plus beaux raisins qui soient et les amener dans les meilleures conditions possible à la cave : « les vendanges se font en cagettes pour éviter la trituration excessive des baies ». Malgré toutes ces précautions, les grappes passent quand même sur table de tri avant d’être éraflées à 100%.

6 1 3
Opération de soutirage en cours dans le cuvage du domaine.

La cave est aménagée pour pouvoir effectuer un maximum d’opérations de transport des jus par gravité.
Les vins blancs sont vinifiés et élevés « à la bourguignonne » (tout en barriques Damy), les vins rouges sont vinifiés en cuves et élevés en barriques (Ermitage et Remond) ou en cuves béton.

6 2 2
Des fûts, des cuves béton et même des cuves ovoïdes pour l’élevage des vins rouges…

6 3 2
…mais la pièce bourguignonne domine largement dans le chai d’élevage du domaine.

6 4 1
Le quartier blanc de la cave Combier.

En ce qui concerne le SO2, les vins du domaine Combier bénéficient d’une protection dosée avec un grand sens de la mesure : « en règle générale nous sulfitons à 2 grammes à la vendange, 1 gramme après soutirage (il y en a un seul en général) et 1 gramme à la mise ».

Le domaine Combier commercialise environ 300 000 bouteilles par an et 80% de ce volume est vendu dans le circuit professionnel national (cavistes et restaurateurs).

La vente au caveau ne représente qu’une petite part du chiffre d’affaire…dommage car la conception de l’espace dégustation est vraiment très réussie.

7 1 2
Le coin dégustation du domaine Combier…esthétique et accueillant.

7 2 2
Le présentoir avec les différentes cuvées signées « Combier »


De retour au caveau je termine ma visite par la dégustation de quelques cuvées disponibles actuellement au domaine Combier :

Crozes Hermitage Cuvée Laurent Combier 2016 : nez ouvert, palette expressive sur les fruits blancs et la pêche de vigne, matière souple et assez généreuse, gras sensible, finale relevée par de belles nuances salines.
(100% marsanne – élevage : cuves)

9 2 3

Ce blanc travaillé avec une très grande précision se livre avec une belle spontanéité malgré sa jeunesse mais pour l’heure il révèle un caractère un peu trop sudiste à mon goût.
L’équilibre en bouche me semble encore un peu trop riche mais le petit grip minéral de la finale me fait penser que cette cuvée dispose des éléments qui lui permettront de construire un équilibre un peu plus digeste. Patience…


Crozes Hermitage Domaine Combier 2015 : nez fin et charmeur, notes de prune, de pêche de vigne et de noyau, matière souple, jus très gourmand, équilibre digeste, finale appétante et profondément fruitée.
(100% syrah – élevage : 50% en barriques de 3 à 8 vins et 50% en cuve béton)

8 1 1

Ce Crozes suave et velouté a été réalisé à partir d’un assemblage de parcelles situées au nord et au sud de l’appellation : des terroirs de galets sur argilo-calcaire à Pont de l’Isère et des terroirs plus granitiques à Gervans et Serves sur Rhône.
Conçue pour séduire dès le premier abord, cette cuvée possède néanmoins un caractère de grand vin de terroir. MIAM !


Crozes Hermitage Cap Nord 2015 : nez complexe et racé, fruité mûr encore discret mais très belles nuances minérales, matière juteuse bien dense, texture épaisse, ossature acide bine en place, notes salines sensibles en finale.
(100% syrah – élevage en barrique de 1 à 4 vins)

8 2 3

Situées à l’extrême nord de l’appellation, ces vignes conduites en échalas sur un terroir de sable granitique et de loess, sont travaillées au cheval : « c’est un coteau pentu et venté planté en haute densité, qui ne permet pas la mécanisation ».
Malgré sa jeunesse, ce vin porte déjà la marque d’un très beau terroir et nous comble par son équilibre tonique et sa belle trame saline qui accompagne la finale.


Saint Joseph Cap Nord 2015 : nez profond et complexe, fruits noirs et épices orientales, matière dense et serré en bouche, équilibre droit, belle présence minérale en finale.
(100% syrah – élevage en barrique de 1 à 4 vins)

9 3 2

Voilà un Saint Joseph qui porte l’empreinte de son terroir granitique tout en gardant la suavité et l’élégance caractéristiques des vins du domaine Combier.
Cette cuvée « Cap Nord » plaira dès aujourd’hui aux amateurs de vins à caractère montagnard affirmé mais aura besoin de quelques années de garde pour polir sa structure minérale et séduire des palais plus sensibles.


Je n’ai pas goûté le fameux Clos des Grives« bien trop jeune pour être apprécié à sa juste valeur » – mais j’ai pu terminer cette dégustation par la cuvée haut de gamme du domaine cogéré par Laurent Combier dans le vignoble du Priorat.

DOC Priorat Aguilera 2010 – L’Infernal – Combier, Fischer, Gerin : nez intense et très mûr, notes de cerise à l’eau de vie, de cacao et nuances de pierre à feu, matière puissante mais présence souple et déliée en bouche, finale tendue, sillage aromatique très long sur les épices douces et la cendre.
(100% carignan – élevage : 2 ans en barriques + 3 ans en bouteilles).

9 1 3

« L’Infernal » est un domaine crée en 2002 par trois grands vignerons rhodaniens et le haut de gamme de leur production est représentée par cette cuvée réalisée à partir de carignans plantés en 1903 sur un terroir de schistes.
C’est un vin sombre et puissant qui s’exprime avec une complexité tout à fait remarquable.
Un vin exceptionnel !


Je n’ai pas la réputation d’être un buveur d’étiquette – je ne choisis d’ailleurs que très rarement mes points de chutes viniques en fonction de la célébrité des producteurs – mais quand je sonne à la porte d’un domaine réputé mes attentes sont souvent très élevées et parfois je repars déçu, sans la moindre envie de partager mon expérience avec mes amis lecteurs. Bien évidemment ce ne fut pas le cas aujourd’hui car cette première visite au domaine Combier a vraiment tenu ses promesses.

J’ai pu voir dans quelles conditions étaient produits ces vins qui font référence depuis des années sur l’appellation Crozes-Hermitage.
Des raisins de premier choix obtenus par une viticulture exigeante et vertueuse permettent à ces vignerons de disposer de jus exceptionnels qu’ils vont travailler en cave avec un minimum d’intervention avant de les élever en gérant l’usage du bois avec une grande finesse.
Les vins allient à la perfection une vraie gourmandise qui les rend accessibles dès leur plus jeune âge (les cuvées dégustées ont été mises en bouteilles en novembre 2016) et une profondeur structurelle qui laisse présager un très grand potentiel de garde : on sent le fruit croque sous la dent et qui nous séduit dès la première gorgée mais on perçoit également un jus dense et une finale minérale qui se posent comme des garants d’une réelle aptitude à se bonifier dans le temps.
Bref voilà une visite qu’il fallait faire…et que je referai avec grand plaisir !

4 combier 16
Vignes de syrahs qui jouxtent le domaine Combier

Merci à l’équipe du domaine Combier pour leur accueil.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau