Portes Ouvertes 2017 au domaine Deiss à Bergheim

Comme chaque année lors du Week-end de l’Ascension, le domaine Deiss organise sa journée « Portes Ouvertes » avec un programme toujours très complet qui va permettre aux œnophiles d’entrer dans l’univers vinique de cette grande famille vigneronne alsacienne.

L’Education Nationale ayant décidé cette année de nous octroyer un pont reliant le jeudi chômé au week-end suivant, j’ai pu me rendre à Bergheim dès le samedi matin pour profiter pleinement des différents ateliers gourmands proposés par l’équipe du domaine Deiss.
Hoppla, c’est parti !

Dsc 0890


L’organisation toujours aussi bien rodée cette journée nous invite à découvrir les différentes cuvées en vente actuellement au domaine mais aussi à participer à quelques animations supplémentaires destinées à nous faire comprendre la façon dont les Deiss conçoivent leurs vins.

Dsc 898
La grande salle de dégustation, toujours aussi accueillante…

Dsc 901
…et  un magnifique plateau de fromage pour se refaire la bouche entre deux vins.

Nous commençons par une dégustation complète des vins de cépage et des cuvées parcellaires de la maison Deiss : des jus riches et des trames minérales expressives qui créent des équilibres parfois déstabilisants mais toujours harmonieux.

Ce sont des vins pour la bouche et pour la table et l’atelier gastronomie qui nous propose de tester quelques accords entre des créations culinaires préparées par un chef local et des cuvées sélectionnées dans la gamme du domaine, est là pour nous permettre de vérifier le bien fondé de cette affirmation…allons-y !


Les accords mets-vins

Sébastien Hopgood, le chef du restaurant L’Essentiel à Barr – dont j’ai parlé en février – a imaginé 3 bouchées originales destinées à se marier avec 3 vins du domaine Deiss.
 

Duo 1 : contraste d’écrevisse et œufs de hareng fumé sur un tartare d’ananas au jus de fruits exotiques, poivre de Sechouan avec un Grasberg 2012

Dsc 904

Dégusté seul, le Grasberg 2012 est un vin qui s’exprime avec délicatesse sur les agrumes mûrs et la menthe fraîche tout en révélant une matière pleine d’énergie en bouche.
Face à une première bouchée aux saveurs intenses et typées – un mariage étonnant entre les effluves marins des œufs de hareng et la douceur fruitée de l’accompagnement exotique – le vin tient parfaitement sa place en apportant sa touche d’agrumes pour donner encore plus de complexité à la finale.


Duo 2 : sauté de volaille au saté en cocotte, jus miel-soja et riz thaï aux petits pois avec un Burg 2012

Dsc 907

Comme à son habitude le vin nez sur le terroir du Burg s’exprime avec beaucoup de retenue en révélant un caractère sombre et un peu austère en bouche malgré son équilibre assez riche.
Avec ses arômes complexes et très « terriens » cette préparation originale se situe dans le même univers esthétique que le Burg : le vin et le plat se grandissent mutuellement dans cet accord très dynamique.


Duo 3 : fraises marinées au sucre, crumble aux spéculos, crème à la vanille Bourbon et nuange cacaoté avec un Huebuhl 2009

Dsc 909

Issu d’un millésime solaire, le Huebuhl 2009 est encore bien timide sur le plan aromatique mais développe une matière de la généreuse et profonde en bouche.
La suavité de la fraise et de son lit de vanille correspond bien à la finesse de l’expression aromatique du vin mais face au côté sucré et épicé du crumble au spéculos l’accord devient moins intéressant…le moelleux monopolise le palais et l’accord devient un peu monotone.


Pour enchaîner après cette caresse papillaire je me dirige vers la table des Grands Crus du domaine :

Grand Cru Mambourg 2013 : attaque en douceur puis montée en puissance progressive, dès le milieu de bouche on sent une matière ample et puissante avec un gras raffiné et un équilibre très sec, la finale est longue, citronnée et profondément minérale.
Comme d’habitude, le Mambourg tient parfaitement son rôle de marginal dans la gamme des vins du domaine Deiss.
C’est un grand vin dont l’expression et l’équilibre me font penser à un cru de la Côte de Beaune…j’avoue qu’à l’aveugle je serais bien parti du côté de Meursault.

Dsc 0894

Grand Cru Altenberg de Bergheim 2012 : nez séduisant, palette suave et complexe, notes d’agrumes et de fruits exotiques, ample et puissante en bouche, matière opulente équilibrée par une minéralité intense, finale très sapide, longueur aromatique exceptionnelle, sillage fruité et balsamique.
Malgré son jeune âge ce Grand Cru s’exprime avec une ferveur et une finesse vraiment exceptionnelles…il y a du talent et peut-même du génie dans cette bouteille !
Coup de cœur indiscutable de la journée…MIAM !

Dsc 899

Grand Cru Schoenenbourg 2012 : nez racé et très complexe, notes d’agrumes mûrs, de pierre à feu et fine touche fumée, matière concentrée dégageant une grande énergie en bouche, structure bien verticale, trame minérale présente mais un peu moins sensible que pour l’Altenberg, finale longue et sapide.
Fidèle à sa réputation, le vin du Schoenenbourg se distingue par une présence en bouche pleine de puissance et de fougue.
C’est un vin riche et dense qui s’exprime avec une certaine impétuosité et qui aura besoin de quelques années de garde pour canaliser cette force.
Impressionnant !!!

Dsc 0901


Bon, après ces belles émotions gustatives, il est temps de partir prendre l’air et voir ces lieux magiques où naissent les vins du domaine Deiss.


La promenade dans les vignes

Même si cette sortie était proposée à chaque fois lors des précédentes journées Portes Ouvertes, je n’avais encore jamais pris le temps d’aller visiter le vignoble de Bergheim…il était grand temps de combler cette lacune !
Nous voilà partis sous un ciel bleu et un soleil radieux pour une heure autour du coteau de l’Altenberg à la découverte des différentes parcelles où naissent les crus signés Deiss.

Dsc 922
Première halte sur le coteau de l’Altenberg…

Dsc 924
…avec une vue sur Bergheim et sur la parcelle où nait la cuvée Berkhem.

Au niveau de la viticulture, le domaine Deiss privilégie la plantation en haute densité (8000 pieds/ha), l’enherbement sélectif des rangs (semis) et un travail des sols adapté à chaque parcelle pour permettre à chaque pied de vigne de pousser dans les meilleures conditions possibles.
Sur cette première parcelle visitée nous apercevons également quelques arbres plantés entre les rangs de vignes « pour recréer un biotope en offrant des lieux de vie aux oiseaux et autres insectivores qui vont contribuer à la lutte contre certains ravageurs ».

Dsc 916
Jeunes arbres dans les rangs de la parcelle Berkhem

Dsc 925
Le millésime 2017 au mois de mai.

Dsc 920
Le haut de la parcelle du Schoffweg avec une vue sur la plaine du Rhin, le Kaiserstuhl et la Forêt Noire à l’horizon.

Pour la suite de notre promenade nous passons le sommet du Grasberg en empruntant un chemin qui domine les villages de Rorschwihr et de Saint Hippolyte pour arriver dans le secteur du Burlenberg.

Dsc 926
Les toits de Rorschwihr et au second plan le village de saint Hippolyte au pied du coteau du Langenberg

Dsc 928
Des rangs de vignes sur le Burlenberg

Sur le la partie haute du coteau du Burlenberg le domaine Deiss a planté une parcelle en très haute densité (entre 27 et 28 000 pieds à l’hectare) et en échalas et dans la partie inférieure on trouve une jeune parcelle replantée en en vignes basses.
« Il y a moins de feuilles donc moins de sucre dans les baies mais les raisins profitent d’avantage de la chaleur due à la réverbération pour limiter l’acidité dans les jus ».
Ces choix culturaux originaux sont destinés à permettre à la vigne de produire des raisins équilibrés et fournir au vigneron la matière première avec laquelle il pourra élaborer un grand vin.

Dsc 929
La vigne en échalas du Burlenberg

Dsc 931
La vigne basse du Burlenberg

Nous terminons notre visite du vignoble par une dernière halte sur les parcelles de l’Altenberg du domaine Deiss où nous profitons d’une vue imprenable sur les coteaux viticoles de Bergheim à Ribeauvillé.

Dsc 933
Vu de l’Altenberg, le château qui donne son nom au lieu-dit « Burg »

Dsc 0927
L’église de Hunawihr (à droite) et la crête du coteau du Schoenenbourg (au second plan)

Dsc 934
Une vieille vigne de riesling sur l’Altenberg…

Dsc 935
…et juste à côté une jeune vigne complantée.

 

De retour dans l’espace de dégustation du domaine Deiss nous sommes invités à déguster une série de 5 vins du millésime 2007.
Dans cette sélection de crus qui commencent leur phase de maturité optimale, j’ai été marqué par deux bouteilles exceptionnelles :

- le Grasberg 2007 : une aromatique délicate et très complexe, une matière ample aux formes généreuses, une sapidité parfaite et une finale rehaussée par une trame tannique qui stimule les papilles.
- l’Altenberg de Bergheim 2007 : des notes d’agrumes confits et d’épices douces, une matière sphérique avec un équilibre moelleux et une finale brillante et tonique marquée par une profonde empreinte minérale.

Dsc 936
La sélection de 2007 au complet

Le dernier flacon provient également d’un millésime en 7 mais avec une décennie de plus au compteur…c’est un Altenberg de Bergheim 1997 : un nez raffiné sur le miel et les épices (poivre, cannelle), une bouche riche et opulente avec une présence aromatique très envahissante, notes de raisin sec et d’épices, finale bien tenue et d’une longueur aromatique remarquable.

Dsc 0931
Le bouquet final d’un beau feu d’artifice gustatif…MIAM !

 

Pour conclure :

- Je ne vais pas recycler une fois de plus les conclusions rédigées après mes visites précédentes (ICI ou LA)…mais cette année encore j’ai été très heureux de pouvoir participer à cette manifestation orchestrée avec brio par l’équipe du domaine Deiss.
Mille mercis à tous ceux qui ont œuvré pour que cette journée soit une belle réussite.

- N’ayant pas pris assez de notes détaillées pour décrire avec précision tous les vins dégustés j’ai été contraint de me fier à ma mémoire pour rédiger des commentaires au sujet de quelques bouteilles qui m’avaient particulièrement impressionné lors de cette visite...désolé, je ferai mieux la prochaine fois !

- Par contre, j’ai été ravi de pouvoir tester de nouveaux accords gastronomiques qui nous ont permis de vérifier une fois encore que les vins du domaine Deiss prenaient une dimension supplémentaire à table.
Face à des bouchées créées par un chef dont j’ai eu l’occasion de goûter la cuisine récemment, les 3 bouteilles de 1° Cru ont affirmé leur personnalité pour créer des mariages parfois étonnants mais toujours réussis. MIAM !

- La promenade dans les vignes nous a permis de voir de près les parcelles du domaine Deiss et comprendre in-situ comment ces vignerons mettaient en œuvre les grands principes qui guident leurs pratiques viticoles.
Voilà une sortie très instructive sous un soleil radieux et dans un environnement magnifique qu’il aurait été vraiment dommage de rater aujourd’hui !

Dsc 932
Paysage viticole entre le Grasberg et le Burlenberg

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau