Pèlerinage en Bourgogne 2013 - Domaine Marchand Frères

Ah ce pèlerinage bourguignon…indispensable parenthèse qui rend l’imminence de la rentrée des classes beaucoup plus légère !
Année après année je me dis qu’il serait temps de réfréner le rythme de mes achats de vin : ma cave et mes gamma-GT qui débordent de concert devraient pourtant me pousser à davantage de continence mais c’est impossible !
J’aime trop ces moments d’échange et de convivialité dans la pénombre d’une cave avec des vignerons qui jouent de la pipettes et du tire-bouchon pour remplir nos verres et nous présenter le fruit de leur travail de l’année.

Notre duo de 2012 s’est enrichi de deux éléments supplémentaires avec le retour de Stefan (participant en 2011) et l’arrivée de Christine, l’épouse de Martial désireuse de compléter sa formation vinique en bonne compagnie.
Le programme de cette année est dense comme d’habitude : quatre domaines déjà connus – certains depuis peu, d’autres depuis très longtemps – avec Murat, Marchand, Chicotot et Carillon, et deux nouvelles adresses avec Rebourgeon-Mure et Perrault.
Hoppla c’est parti !

Jour 2. : domaine Marchand Frères à Gevrey

L’organisation d’un séjour dans le vignoble bourguignon à la fin du mois d’août est souvent difficile puisqu’elle coïncide avec une période où de nombreux vignerons sont en vacances.
Cette année nous n’avons pas pu faire notre halte habituelle au domaine Castagnier ou au domaine Buisson-Charles – mais nous les rencontrerons à l’occasion de notre pèlerinage automnal – mais nous n’avons pas non plus réussi à nous accorder sur l’heure du rendez-vous au domaine Carillon : de notre côté nous pensions y venir en matinée alors que François Carillon nous attendait l’après-midi…Problème !
Par chance, Denis Marchand a bien voulu adapter son planning du jour pour nous accueillir in-extremis dans sa cave de Gevrey…La classe !dsc-0604.jpgJ’ai eu l’occasion de rendre visite à ce vigneron à deux reprises et j’ai toujours apprécié l’homogénéité qualitative de ses vins et la cordialité de son accueil.
Les belles impressions laissées par de récentes dégustations de bouteilles provenant de ce domaine gibriaçois m’ont conduit à inscrire cette étape dans ce pèlerinage 2013…et la suite nous prouvera que j’ai eu mille fois raison de le faire !

Malgré notre changement de programme de dernière minute (initialement nous étions attendus dans l’après-midi), Denis Marchand nous reçoit avec beaucoup de gentillesse (comme à son habitude) pour nous présenter les vins de son dernier millésime, encore en cours d’élevage.
Nous commençons par visiter la toute nouvelle extension de la cave du domaine (elle date de 2012) pour découvrir les 3 cuvées de blancs 2012 :

dsc-0599.jpgLa nouvelle extension du chai du domaine Marchand Frères.

Coteaux Bourguignons : le nez est fin et agréablement floral, en bouche l’équilibre est sec et la finale fraîche et légère donne un côté très aérien à l’ensemble.
Issu de 3 parcelles différentes sur Morey et Chambolle cette belle cuvée de blanc tombe à pic pour réveiller nos papilles et faire naître l’envie de découvrir la suite. Une entrée de gamme travaillée avec précision et finesse…très bon signe pour la suite !

Morey Saint Denis Le Tres Girard : le nez est discret avec un fruité agréable et une touche boisée très raffinée, la bouche est bien tendue avec une pointe minérale qui commence à se montrer et une finale bien longue et finement vanillée.
Dégustée pour la première fois en 2006, cette cuvée issue d’une vigne plantée en 2003 sur ce lieu-dit tout près du village de Morey, révèle une matière ample et bien riche (13°5 naturels) mais tenue par une structure acide très élégante…MIAM !

Morey Saint Denis 1°Cru Les Genavrières : le nez est plus ouvert et plus complexe avec des notes de fruits mûrs, de vanille et une touche boisée très noble, la bouche est volumineuse et opulente, la finale gagne encore un peu en complexité en prolongeant un sillage sur le pamplemousse, les épices et un léger fumé.
Prélevé sur fût neuf cette cuvée issue d’une parcelle classée située au dessus du Clos de la Roche et à côté des Monts Luisants, se révèle plus dense et plus complexe que Tres Girard…voilà une superbe expression nuitonne du chardonnay !

Pour goûter la série de vins rouges en cours d’élevage, nous nous retrouvons autour d’un tonneau-bar dans l’ancienne cave voûtée où sont alignés les fûts contenant les crus de 2012.

dsc-0603.jpgRetour dans l’ancienne cave pour goûter les rouges.

Morey Saint Denis : le nez s’ouvre sur des notes un peu réduites mais très rapidement on découvre de délicats arômes de groseille bien mûre, en bouche la matière svelte et équilibrée montre déjà une grande classe.
Issu de parcelles de vieilles vignes (45 à 55 ans) ce Morey séduit dès son plus jeune âge par sa présence pleine de distinction et vérifie l’adage qui dit qu’aux âmes bien nées la valeur n’attend pas le nombre des années. A bon entendeur…

Gevrey Chambertin : le fruité discret est encore un peu dominé par des notes de grillé et de fumé mais la bouche révèle une matière ample et soyeuse avec une palette aromatique très gourmande (prune, abricot) et une finale assez tonique et légèrement épicée.
Issu de 3 parcelles sur des lieux-dits du secteur nord de Gevrey, ce vin prélevé sur une pièce de bois neuf est encore un peu marqué par son élevage sur le plan aromatique mais en bouche l’équilibre absolument superbe et la noblesse de la texture ne trompent pas…la « Cuvée Fanny » sera splendide sur 2012 !

Gevrey Chambertin Aux Etelois : Le nez est encore un peu retenu mais montre une vraie complexité (fruité et floral), la bouche est solidement charpentée avec une présence acide fine et tendue et des tannins plus serrés, la finale est longue et développe de belles notes de réglisse et de violette.
La jeune vigne plantée sur ce lieu-dit du secteur sud de Gevrey (sous Griotte-Chambertin) a généré un vin plein de fougue et d’énergie à qui il faudra laisser un peu plus de temps pour se réaliser pleinement…fort heureusement « Fanny » nous permettra de patienter !

Chambolle Musigny : après quelques notes de réduction fugaces, le nez développe une belle palette fruitée (cerise rouge) et délicatement boisée, la bouche très gourmande flatte les papilles avec sa matière dense et mûre et sa trame tannique veloutée, la finale longuement aromatique est marquée par un boisé un peu plus présent.
Prélevé sur fût neuf ce Chambolle qui vient juste de terminer sa malo est encore un peu perturbé sur le plan aromatique mais le jus est superbe : concentré, riche et doté d’une texture caressante…MIAM !

Morey Saint Denis 1°Cru Les Millandes : au nez on sent une petite réduction qui masque légèrement la belle complexité de la palette aromatique, la bouche est ample, puissante et concentrée avec une finale précise, longue et rafraîchie par une pointe acidulée très agréable.
Prélevé sur fût neuf, ce premier cru de Morey qui vient de terminer sa malo, s’exprime encore à demi-mots mais la qualité de cette matière vibrante et racée ne laisse la place à aucun doute…c’est un très grand vin !

Morey Saint Denis 1°Cru Clos des Ormes : le nez toujours bien complexe mais s’exprime avec plus d’intensité, en bouche la matière onctueuse et savoureuse est solidement tendue par une acidité longue et tranchante.
Voilà un Morey complexe et équilibré qui montre dès aujourd’hui son côté charmeur et voluptueux tout en assumant pleinement son statut de vin de garde. Superbe compromis entre force et élégance !

Morey Saint Denis 1°Cru Les Faconnières : le fruité complexe et épanoui est complété par de belles notes florales (violette), ample et sphérique en bouche la matière se tend un peu en finale en laissant persister un sillage aromatique de toute beauté.
Un premier cru charnu et juteux, déjà fort plaisant mais avec un énorme potentiel d’évolution Les futurs possesseurs de ce flacon seront soumis à un très cruel dilemme…profiter de l’instant présent et se régaler tout simplement ou miser sur l’avenir pour espérer l’instant sublime.
Je ne sais pas encore dans quel camp je me situerai mais j’espère bien mettre quelques uns de ces magnifiques flacons en cave…

dsc-0601-1.jpgDenis Marchand nous présente ses cuvées 2012 en cours d’élevage.

Gevrey Chambertin 1°Cru Les Combottes : l’olfaction est ouverte et complexe, la bouche est dense, généreuse avec une structure tannique robuste mais veloutée et une finale longue et sapide.
Sur ce terroir classé premier cru situé dans le secteur sud de Gevrey, entre Latricères et Mazoyères, Denis Marchand produit un Gevrey archétypique, puissant, masculin mais très raffiné…Bravo !

Chambolle Musigny 1°Cru Les Sentiers : le nez est expressif sur un registre plus « noir » (mûre, cassis), en bouche il y a une chair juteuse, une structure tannique dense et gourmande et une finale longue, digeste et finement fumée.
Ce terroir de Chambolle situé sous les Bonnes Mares a permis à Denis Marchand de réaliser ce vin magnifique, si bien en place dans sa jeunesse mais tellement prometteur pour le futur…Enorme !

Clos de la Roche : le nez est assez expressif sur le fruits rouges frais, la bouche est raffinée et élégante avec sa silhouette oblongue et sa finale délicatement acidulée qui prolonge un sillage aromatique complexe.
Encore en pleine gestation ce Grand Cru de Morey joue sur le registre de la finesse et de la classe plutôt que sur celui de la puissance…un Clos de la Roche pour esthètes.

Charmes Chambertin : le nez pur et séduisant développe de belles notes de myrtille et de réglisse, la bouche déploie une matière volumineuse et puissante mais la finale reste cependant très sapide, presque « glissante », avec une longueur aromatique incroyable.
Plus dense et plus concentré que le Clos de la Roche, ce Grand Cru fait assez largement étalage de sa puissance tout en gardant un côté soyeux et suave presque irrésistible…le Chambertin n’est pas loin et ça se sent !

Griotte Chambertin : le nez est fin et très aérien sur les fruits rouges confits et la violette, la bouche où on décèle une légère présence de CO2 se distingue par sa texture veloutée et sa structure svelte et très élégante, le vin monte en puissance progressivement jusqu’à la finale longue et envahissante.
Malgré son jeune âge ce Grand Cru se livre avec beaucoup de spontanéité : la matière généreuse et harmonieuse qui semble déjà très mature dévoile une belle partie du grand potentiel de cette cuvée…MIAM !

Après cet exceptionnel tour d’horizon sur le millésime 2012, Denis Marchand nous invite à goûter une ultime bouteille :

Clos de la Roche 2011 : le nez est peu expressif mais la bouche se présente avec un équilibre parfait et une matière fuselée d’une grande élégance, la finale est tonique et persistante.dsc-0774.jpgAprès des Grands Crus de 2012 qui affichaient leur statut avec un certain aplomb, la classe très discrète de ce Clos de la Roche 2011 fait un peu pâle figure…surement un peu replié sur lui-même en cette fin d’été, ce vin possède un potentiel évident.
D’ailleurs, nous auront le plaisir de le goûter une nouvelle fois dans quelques mois à l’occasion d’une réunion AOC consacrée aux crus de Morey…J’ai hâte d’y être !

 - Malgré notre prise de rendez-vous tardive suite à une modification de dernière minute de notre parcours initial, Denis Marchand a accepté d’adapter son emploi du temps de la matinée pour nous recevoir à son domaine.
Nous avons passé une heure passionnante en compagnie de ce sympathique vigneron qui a réussi à nous faire faire un tour presque complet de sa production sur le millésime 2012…Mille mercis pour cette belle « performance » !

- Denis Marchand exploite des parcelles sur quelques uns des plus beaux terroirs entre Chambolle, Morey et Gevrey et commercialise une belle série d’appellations bourguignonnes : 5 « régionales », 7 « villages », 6 « premiers crus » et 3 « grands crus »…si avec ça on ne trouve pas son bonheur !!!

- Pour pouvoir disposer d’une matière première irréprochable le domaine privilégie la vendange exclusivement manuelle et le tri des raisins sur table avant l’égrappage et la mise en cuve pour la vinification. Par la suite, les différentes cuvées sont élevées de 15 à 18 mois en pièces bourguignonnes.

- Les vins de Denis Marchand se caractérisent par leur finesse aromatique et leur grande précision dans les équilibres : les extractions sont réalisées avec beaucoup de pertinence et l’élevage est toujours savamment dosé pour apporter une touche qualitative supplémentaire sans pour autant dominer la matière fruitée. Les échantillons dégustés en cours d’élevage on presque tous été prélevés sur fûts neufs sans qu’une présence boisée exagérée ne nous frappe sur l’une ou l’autre cuvée.
La gamme de blancs qui s’est enrichie de 2 cuvées supplémentaires depuis ma dernière visite (en 2009 je crois…) prouve à qui l’ignorait encore que la Côte de Nuits possède d’excellents terroirs pour le chardonnay.
Structurés sans être anguleux, puissants sans paraître bodybuildés, privilégiant la qualité des arômes plutôt qu’une expressivité racoleuse, les vins rouges de ce domaine ne sont pas forcément spectaculaires mais possèdent cette beauté profonde et raffinée qui m’émeut dans les grands bourgognes.

- Comme nous avons dégusté des vins en cours d’élaboration (cuvées en fûts et non encore assemblées), je ne pense pas qu’il soit raisonnable de me plier à la tradition du « coup de cœur » mais je relèverai tout simplement l’homogénéité et le haut niveau qualitatif de ces vins de 2012…et un petit « faible » très personnel pour le Chambolle Les Sentiers et le Morey Les Faconnières.

- Merci à Denis Marchand pour son amabilité et sa disponibilité.

dsc-0775.jpgLe trio actuellement en vente au domaine…les autres cuvées sont hélas épuisées

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau