Dégustation club AOC - Quelques vins de Roumanie

 

La réunion AOC du mois de mars nous emmène une nouvelle fois loin de notre vignoble alsacien puisque nous allons tout d’abord nous promener sur le pourtour méditerranéen entre Marseille et Nice avant de partir à l’aventure au pays de Dracula…

Voici donc les thèmes du jour :

- les blancs provençaux de Cassis, Palette et Bellet
- les vins de Roumanie

La série de vins roumains a été préparée par Stefan et les vins du sud de la France ont été collectés par François et par moi-même.

Les blancs ont été débouchés avant la réunion et servis à l’aveugle par doublette de même appellation, les rouges ont été ouverts et/ou carafés 2 heures avant leur dégustation.

Verres Spiegelau Authentis 01


Soirée Club AOC du 11 mars 2016 à La Wantzenau


En guise de mise en bouche :

Crémant Extra Brut Nature 2007 – Domaine Bohn à Reichsfeld

1 32

Déjà goûté et commenté plusieurs fois, ce crémant, toujours aussi baroque dans son expression, n’a pas réussi à convaincre les membres de notre assemblée.
En ce qui me concerne, j’aime toujours autant ce grain de folie pétillant mais je me suis senti un peu seul ce soir !

 



Thème 2
Le sang de la vigne coule aussi au pays de Dracula.


Davino Sauvignon blanc 2011 – DOC-DMC Dealu-Mare : nez assez expressif, notes de résine, citronnelle et petites touches végétales, bouche longiligne, équilibre sec, finale nette et fraîche.
(100% sauvignon)
Corcova Chardonnay 2011 – DOC Mehedinti-Corcova : notes de fruits jaunes mûrs et boisé prononcé au nez, onctueux, gras et très flatteur en bouche, finale courte et un peu chargée.
(100% chardonnay)

9 28    10 26

Nous passons la frontière roumaine avec deux vins blancs plutôt sympathiques : le sauvignon du domaine Ceptura est assez simple dans sa structure mais reste vraiment plaisant, la cuvée de chardonnay qui s’exprime de façon presque caricaturale manque quand même un peu de fond.


Blanc de Transylvanie-Byzantium 2014 – DOC-CMD Sebes-Alba : notes de groseille blanche et touche végétale au nez, bouche simple, équilibre sec, finale fraîche mais très courte.
(gewurztraminer + pinot gris + chardonnay)
Davino Rosé 2013 – DOC-DMC Dealu-Mare : nez désagréable, notes de croûte de fromage, bouche plus nette et bien fraîche, arômes très intenses de groseille, amers astringents en finale.
(merlot + cabernet sauvignon)

12 27   11 28

Cette doublette bicolore est un peu plus folklorique mais nettement moins qualitative que la précédente : le blanc montre un profil un peu basique mais se laisse déguster sans déplaisir, le rosé n’est franchement pas bon.
On oublie et on passe à la suite !


Corcova Feteasca Neagra 2013 – DOC Mehedinti-Corcova : notes animales peu avenantes à l’ouverture puis développement aromatique sur les fruits noirs (prune, myrtille), matière bien équilibrée en bouche, tanins fins, arômes de prunelle et de noyau de cerise, finale tendue avec une fine amertume.
(100% feteasca neagra)
Hyperion Feteasca Neagra 2012 – DOC-DMC Dealu-Mare : nez mûr et assez charmeur, notes de baies de cassis, touche lactée délicate, matière svelte, tanins un peu secs et acidité vive, belle salinité en finale.
(100% feteasca neagra)

13 27   14 24

Réalisés à partir d’un cépage autochtone de Roumanie (le feteasca neagra), les deux premiers vins rouges de cette série sont honnêtes mais ni l’un ni l’autre n’est arrivé à me convaincre totalement : Corcova 2013 très agréable en bouche semble déjà bien évolué sur le plan aromatique, Hyperion 2012 pourtant très flatteur au nez se montre vraiment trop rustique en bouche.
Avis mitigé pour ces deux flacons !


Cuvée Überland 2007 – DOC-CMD Recas : nez très évolué, miel et confiture de fruits rouges avec une pointe de volatile, après une attaque ne douceur la matière se tend et se resserre en bouche, finale durcie par des tanins astringents soutenus par une acidité très vive.
(cabernet-sauvignon + merlot))
Cuvée Überland 2011 – DOC-CMD Recas : nez complexe qui s’ouvre sur quelques nuances lactées avant de révéler des notes fruitées bien mûres et une fine touche mentholée, attaque vive en bouche, matière concentrée, finale anguleuse avec une acidité pointue et des tanins virulents.
(cabernet-sauvignon + merlot))

16 24   15 23

Cette seconde paire de cuvées rouges nous permet de déguster le même vin à des âges différents : le « jeunot » de 2011 montre sa musculature athlétique mais manque cruellement de souplesse en bouche alors que son aîné de 4 ans donne déjà d’inquiétants signes de fatigue…
Doublette Intéressante mais pas convaincante !


Davino Flamboyant 2009 – DOC-DMC Dealu-Mare : nez raffiné et très engaggeant, notes de fruits noirs avec une touche de café, matière concentrée et puissante en bouche, finale intense avec une acidité très tendue et des tanins serrés.
(cabernet-sauvignon + merlot + feteasca neagra)

17 25

Malgré sa finale très austère, voire un poil agressive, la cuvée Flamboyant 2009 de Davino me semble pourtant la plus aboutie et la plus prometteuses de cette série.
A revoir dans une paire d’années…Why not !


Dacia – DOC-CMD Sebes-Alba : nez intense et original, palette épicée où dominent des notes de noix de muscade, bouche qui surprend et déçoit par sa platitude.
(100% tamaiosca romaneascu)
Busuioaca de Bohotin 2011 – DOC-DMC Dealu-Mare : nez riche et mûr, raisin confit et marmelade d’oranges avec une pointe de volatile, équilibre moelleux mais matière fluide et fuyante en bouche.

18 25   19 25

Voilà deux moelleux bien étranges qui s’expriment sans complexe en nous innondant de fragrances puissantes et originales…hélas leur présence en bouche n’est vraiment pas à la hauteur des attentes suscitées par leurs expressions olfactives.
Des vins qui friment un peu mais qui n’assurent pas vraiment !


Pour conclure :

En premier lieu, j’aimerai saluer la patience de l’ami Stefan qui s’obstine à faire découvrir des vins étrangers – et parfois même étranges – à une assemblée de dégustateurs souvent dissipée et toujours très critique…un grand merci à lui pour son travail et sa persévérance qui nous permettent, petit à petit, d’ouvrir nos horizons viniques.

Hélas, une fois de plus, je n’ai pas été réceptif à l’esthétique particulière de ces vins : ces blancs de Roumanie manquaient vraiment de corps et de structure alors que la dureté des rouges m’a très souvent rappelé les vins du Priorat ou de l’Etna dont je n’avais que très peu apprécié la dégustation.

Bien évidemment, je ne peux pas vous citer un vrai « coup de cœur » sur cette série – le terme n’étant pas tout à fait approprié – mais s’il fallait mettre en avant un vin ce serait le Flamboyant 2009 dont je mettrai bien quelques quilles en cave pour les regoûter dans quelques années.

Vignobles de la roumanie
Une petite carte des principales régions viticoles roumaines pour se repérer

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau