Pèlerinage en Bourgogne-Beaujolais 2013 - Domaine Richard Rottiers

Depuis l’année 2010, cette seconde incursion de l’année en terre bourguignonne me donne l’occasion de retrouver des vignerons qui n’étaient pas disponibles lors de ma visite estivale mais aussi de partir un peu plus au sud pour tester quelques adresses dans le Beaujolais.
Le programme 2013, me fera commettre de coupables infidélités – à Jean-Marc Burgaud notamment – mais ma pile de gamays commençait à devenir monotone : le changement c’est maintenant !...hein, quoi, je l’ai dit ? Mais alors je ne l’ai pas dit fort…

La première journée sera beaujolaise et mâconnaise avec des visites au Domaine des Marrans à Fleurie, au domaine Richard Rottiers à Romanèche pour terminer par un nouveau rendez-vous à la Soufrandière à Vinzelles.
La seconde journée nous fera remonter vers le nord avec trois étapes bourguignonnes : Buisson-Charles à Meursault, Murat à Concoeur et Castagnier à Morey…routine quand tu nous tiens !!!
Hoppla, c’est parti !

Dsc 0924
Vue sur le vrai moulin à vent de Romanèche avec de belles couleurs automnales.




Jour 1. : visite au domaine Richard Rottiers Romanèche

La seconde halte conseillée par François nous emmène à quelques kilomètres de Fleurie, chez Richard Rottiers à Romanèche-Thorins…notre cure matinale de gamay continue !

Dsc 0922
Romanèche au milieu des vignes

Après avoir tourné pendant une vingtaine de minutes dans le quartier de la Sambinerie à Romanèche pour tenter de trouver notre second point de chute de la matinée…nous appelons Richard Rottiers pour lui demander de nous guider jusqu’à son domaine : je sais, c’est un peu « la honte » mais il faut dire que du fait d’un déménagement en cours vers une nouvelle cave, il n’y plus aucun panneau qui signale la présence du vigneron à la Sambinerie !

Suivant les indications de Richard Rottiers, nous ne tardons pas à nous retrouver à la bonne adresse et, comme le millésime 2013 est en train d’être vinifié dans les nouveaux locaux, c’est dans une cave presque vide que nous sommes invités à déguster les 3 cuvées de Moulin à Vent produites au domaine.

Moulin à Vent 2012 : nez délicat et pur avec des notes de fleurs (violette) et de vanille, bouche très agréable avec une matière juteuse et une trame tannique veloutée.

Dsc 0984

Elaboré à partir de gamays récoltés sur 9 parcelles situées autour de Romanèche, ce premier Moulin à Vent a été élevé durant 6 mois en foudres (70%) et en barriques (30%). Malgré sa jeunesse, ce vin est déjà particulièrement ouvert et avenant : bien évidemment on y décèle un très beau potentiel d’évolution mais pour l’heure on subit avec volupté son charme ravageur.

Moulin à Vent Dernier Souffle 2012 : nez encore très marqué par l’élevage avec des notes boisées et épicées, bouche généreuse avec des tanins soyeux et racés, belle tenue en finale.
Issue d’une vieille vigne (60 ans) située près du cimetière de Romanèche cette cuvée élevée durant 8 mois en barriques n’a pas encore intégré son élevage mais stimule l’imagination par la qualité de sa matière…il reste un peu de bois à digérer mais je suis persuadé que ce vin sera très beau dans quelques temps.

Moulin à Vent Climat Champ de Cour 2011 : nez raffiné et déjà complexe avec des notes de torréfaction, de poudre à canon et un fruité sous-jacent de très belle qualité, superbe matière en bouche, richesse, concentration, complexité et minéralité naissante.

Dsc 0983

Cette cuvée est issue d’une parcelle de vieilles vignes située sur un lieu-dit situé près du moulin de Romanèche. Elevé durant 10 mois (foudres et barriques) et non filtré, ce Moulin à Vent se goûte avec facilité et plaisir aujourd’hui tout en promettant des lendemains qui chantent à qui saura patienter quelques années.

Depuis 2007 Richard Rottiers s’est installé à Romanèche pour exploiter 3,5 hectares de vieilles vignes (40 à 80 ans) et produire une série de 5 vins : 3 cuvées de Moulin à Vent que nous avons dégusté ce jour et 2 cuvées de rosé baptisées, l’une pétillante et l’autre tranquille.

Dans des conditions un peu particulières nous n’avons pas pu nous entretenir vraiment avec le maître des lieux qui a eu juste le temps de passer en coup de vent pour nous saluer et nous apporter de quoi nous sustenter (pain de campagne et jambon de pays…MIAM !), mais le premier contact avec ce vigneron et ses vins m’a donné une furieuse envie de revenir pour une visite plus complète…l’année prochaine dans les nouveaux locaux.

Les cuvées de Moulin à Vent de Richard Rottiers ont des personnalités bien marquées mais la qualité de leurs matières et le raffinement de leurs structures tanniques témoignent d’un travail hautement qualitatif à la vigne comme à la cave.
Le coup de cœur de cette fin de matinée fut sans conteste le Moulin à Vent Champ de Cour 2011 qui a illuminé la cave par sa classe et son énergie.
Grand Vin !

Dsc 0923
Le moulin de Romanèche

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.