Périple sudiste 2017 - Visite à l'Ermitage du Pic Saint Loup

1 58
Des vignes, du ciel bleu et le Mont Baudile à l’horizon…on dirait le Sud


Avec des vacances de printemps placées au milieu du mois d’avril, la 7° édition de ce périple dans les vignobles du sud sera l’un des plus précoces jamais effectués.
L’habituelle étape dans la vallée du Rhône prévue lors mon voyage aller vers Port Camargue se fera à Pont-de-l’Isère au
Clos des Grives.
Le lendemain, je vais migrer vers la vallée de l’Hérault en allant faire une première visite au Domaine d’Aupilhac à Montpeyroux avant de passer la traditionnelle soirée à Arboras en compagnie d’Eric et Marie-Ange Supply-Royer.
L’emploi du temps du dernier jour sera pris en charge par Yves Cortey et Dany Jaffuel avec un circuit autour du Pic Saint Loup agrémenté de quelques belles étapes viniques :
le Château La Roque, L’Ermitage du Pic Saint Loup et le Château de Cazeneuve.
Hoppla, c’est parti !


Une journée au pied du Pic Saint Loup

 
1 65
Vus de Port Camargue, la baie d’Aigues Mortes, la Grande Motte et le Pic Saint Loup à l’horizon…l’objectif de la journée est en vue.

Organisée par Yves Cortey, professeur d’E.P.S. et caviste on-line à ses heures perdues, cette journée va nous permettre de visiter quelques domaines emblématiques de cette appellation.
Le programme s’annonce chargé mais passionnant : Château La Roque le matin, l’Ermitage du Pic Saint Loup et le Château Cazeneuve l’après-midi.

2 63
Le Pic Saint Loup et la falaise de l’Hortus au printemps 2017

 

Visite à l'Ermitage du Pic Saint Loup à Saint Mathieu de Tréviers


Venu au château La Roque pour partager avec nous le déjeuner organisé par Yves Cortey, Pierre Ravaille nous propose de poursuivre notre tournée œnophile en le rejoignant à Saint Mathieu de Tréviers pour faire un rapide tour de cave à l’Ermitage du Pic Saint Loup.
J’ai pu faire une longue visite de ce beau domaine languedocien en
2015 et la qualité des vins qui y étaient produits m’avait littéralement subjugué…autant dire que je suis ravi d’effectuer la seconde étape de ma journée autour du Pic dans ce domaine !

10 ermitage 1
L’entrée du caveau de l’Ermitage du Pic

Comme nos agapes de midi ont duré plus longtemps que prévu et que les agendas de Pierre et de Dany prévoient une échéance à 16 heures, c’est au pas de charge que nous allons suivre Pierre Ravaille pour découvrir quelques cuvées de l’Ermitage du Pic.

Première étape : le chai à vins blancs où nous dégustons 4 cuvées en cours d’élevage.

10 ermitage 3
Les foudres contenant les cuvées de blancs de l’Ermitage du Pic

10 ermitage 2
Pierre Ravaille qui joue de la pipette sur un fût de marsanne.

Marsanne 2016 : aromatique expressive, notes de fruits blancs et d’épices, puissance et sapidité en bouche.
Grenache gris 2016 : olfaction discrète, matière riche, structure élancée, belle vivacité en finale.
Clairette 2016 : réduction très marquée au nez (pétard, allumette craquée), matière svelte, équilibre frais, finale vive et saline.
Roussanne 2016 : expression intense et complexe au nez, notes de fruits jaunes et de miel de fleurs, matière charnue, structure ample, finale très riche.
Ces jus généreux avec des signatures aromatiques bien lisibles révèlent des équilibres en bouche très digestes grâce à des lignes acides bien en place et des présences salines impressives...voilà des vins de base très prometteurs pour les futures cuvées de blanc de l’Ermitage !


Deuxième étape : le chai à vins rouges où nous dégustons 5 cuvées en cours d’élevage.

10 ermitage 5
Un beau foudre dans le chai d’élevage des rouges.

Grenache-Cinsault 2016 : aromatique discrète, jus dense avec une trame tannique mûre et bien serrée.
(assemblage issu de vignes en bas de coteau destiné à la cuvée Tour de Pierres)
Grenache 2016 : nez fermé, ample et charnu en bouche, équilibre bien frais.
(vin issu de vignes situées un terroir calcaire en altitude destiné à la cuvée Sainte Agnès)
Syrah 2016 : expression fruitée très timide au nez mais belle intensité aromatique en bouche, matière dense avec une trame tannique assez ferme, finale bien fraîche.
(vin destiné à la cuvée Tour de Pierres)
Syrah 2016 : nez plus ouvert, notes de pêche de vigne et de noyau, jus concentré et mâche gourmande.
(vin destiné à la cuvée Sainte Agnès)
Avec mon habitude (surement contestable) de chercher des repères olfactifs sur des vins, j’ai toujours quelques difficultés à déguster des rouges en cours d’élevage mais avec ces 4 vins de l’Ermitage je peux affirmer sans hésiter que la « pouponnière » des frères Ravaille abrite quelques vins talentueux et prometteurs.

Guilhem Gaucelm 2015 : encore mutique au nez mais superbe présence en bouche, jus fruité remarquable de pureté, structure élégante et équilibre très tonique.
La grande cuvée de l’Ermitage du Pic est réalisée à partir d’un assemblage de grenache (1 hectare) et de syrah (1 hectare de vignes de plus de 80 ans) élevé en foudres durant 2 ans.
L’édition 2015 est très réservée sur le plan aromatique mais montre sa grande classe en bouche avec une matière longiligne, équilibrée et digeste. MIAM !


La dernière étape nous fait revenir dans le caveau de dégustation où Pierre Ravaille nous invite à goûter les 3 vins rouges de la gamme actuelle et une petite surprise finale.

10 ermitage 10
Retour au caveau pour une dégustation expresse.

AOC Pic Saint Loup Tour de Pierres 2015 : fruité expressif au nez, notes de fruits rouges bien mûrs, matière charnue et juteuse, finale fraîche et minérale, sillage sur la réglisse et les épices.
(40% syrah + 40% grenache noir + 10% mourvèdre + 10% carignan).

10 ermitage 9

La cuvée qui ouvre la série de rouges du domaine joue remarquablement sa partition dans une tonalité marquée par la gourmandise et l’accessibilité.
C’est un vin qui sous une apparence de séducteur cache un caractère mature et complexe.


AOC Pic Saint Loup Cuvée Sainte Agnès 2015 : nez complexe, fruits noirs (cassis, mûre) et touches végétales très fraîches (feuille de cassis) sur un fond pierreux, chair généreuse, trame tannique serré mais soyeuse, finale longue et sapide, sillage raffiné, notes fruitées et de cacao.
(40% syrah + 40% grenache noir + 10% mourvèdre + 10% carignan).

10 ermitage 8

Malgré son nom cette cuvée me semble toujours la plus masculine de la gamme : c’est un vin sombre et épais qui aura surement besoin d’un peu de temps pour donner la pleine mesure de son potentiel…feu d’artifice sensoriel garanti après 2 ou 3 années de cave.


AOC Pic Saint Loup Guilhem Gaucelm 2014 : nez mûr et envoûtant, palette très complexe, fruits rouges et noirs, herbes de garrigue, notes crayeuses en fond, matière concentrée, expression fruitée qui s’affirme progressivement, finale intense et très tonique, persistance aromatique d’une longueur incroyable.
(50% grenache noir + 50% syrah)

10 ermitage 7

AOC Pic Saint Loup Guilhem Gaucelm 2012 : nez fringant et très gourmand, palette épanouie et complexe, fruits rouges, orange sanguine, épices douces…, matière dense mais silhouette élancée très élégante, finale fraîche avec une présence saline marquée et un long sillage sur les fruits mûrs et les épices.
(50% grenache noir + 50% syrah)
Découverte il y a deux ans à peine – avec un 2011 dégusté chez l’ami Cyril – cette cuvée au charme magnétique est pour moi l’un des plus beaux vins rouges du Languedoc et ce ne sont pas les deux bouteilles que Pierre Ravaille nous a proposé aujourd’hui qui vont me faire changer d’avis !
Goûté au domaine en 2015, le 2012 a encore gagné en classe et en complexité et le 2014 est déjà en train de marcher dans les traces de son aîné même si sa matière semble plus riche et plus concentrée. Double MIAM pour deux vins magnifiques !


Face à de sérieuses contraintes temporelles, Pierre Ravaille a mené cette visite tambour battant pour nous permettre de déguster quelques très belles cuvées en cours d’élevage ainsi que toute la série de rouges disponibles à la vente à l’heure actuelle…Bravo et merci !

10 ermitage 6
Pierre Ravaille, un guide rapide, efficace mais toujours passionnant.

Une fois encore, j’ai été étonné et séduit par l’équilibre très dynamique des différentes cuvées de blancs dégustées sur fûts…j’ai comme l’impression que le Sainte Agnès 2016 va encore s’imposer comme l’un des grands vins blancs du sud.

En ce qui concerne les rouges, toutes les cuvées dégustées en cours d’élevage ont révélé des jus denses, des structures profondes et des finales prometteuses où on sent déjà poindre de belles présences minérales.

Quant aux vins en bouteilles, ils ont répondu sans difficulté à mes attentes en révélant un caractère languedocien épanoui et séduisant tout en gardant une structure élégante en bouche avec des lignes acides/salines bien en place et des maillages tanniques serrés mais d’une grande douceur.
J’aime la sensation d’harmonie laissée par ces cuvées qui associent pourtant des éléments au caractère bien affirmé : il y a de la force et de la sensualité, de l’épaisseur et de la finesse, de la richesse et de la fraîcheur…des vins composés avec une maîtrise de l’art du contrepoint que le grand Jean-Sébastien n’aurait pas renié !

Coup de cœur enthousiaste pour ce domaine qui prend définitivement sa place parmi mes incontournables du Languedoc.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.