Périple sudiste 2016 - Visite au domaine Richaud à Cairanne

Mon 7° périple printanier dans les vignobles du sud s’annonce plus dense et plus riche que jamais grâce à un parcours qui va nous mener de la Côte Rôtie vers Sant Chinian avec de très belles étapes en Vallée du Rhône et en Languedoc.
Fallait bien ça pour fêter dignement la fin de mon premier septennat au pays de la syrah et du grenache !

1 36
Magnifique panorama sur le paysage saint-chignanais et le village de Roquebrun

Pendant le voyage aller, ma halte habituelle dans les Côtes du Rhône septentrionales se fera à Chavanay pour une deuxième visite au domaine Pichon.
La journée suivante sera consacrée à un « Périple autour des Dentelles » en compagnie de Cyril l’ardèchois avec des visites au domaine Richaud, à La Ferme Saint Martin et au domaine de Fontavin.
La troisième journée me conduira dans le saint chinianais où mon guide local, l’irremplaçable Dany, a imaginé un programme plein de nouveautés : on commence par la découverte du domaine La Grange Léon à Berlou, on continue avec une visite de la nouvelle cave du domaine La Madura et on termine à Saint Chinian par une dégustation des vin du domaine Mas Champart…va falloir s’accrocher !
Le dernier jour en terre languedocienne me conduira sur les hauteurs deSaint Pargoire pour une rencontre inoubliable avec Marlène Soria.

Hoppla, c’est parti !

 

Jour 2 : domaine Marcel Richaud à Cairanne


Après une soirée conviviale à Vallon Pont d’Arc – avec quelques jolis flacons que l’ami Cyril a déjà commentés sur ce site – je pars direction de la vallée du Rhône en compagnie de mon guide ardèchois pour un nouveau « Périple autour des Dentelles » et une première étape à Cairanne au domaine Marcel Richaud.

14 25
Départ de Vallon Pont d’Arc où il fait très beau…

15 24
…pour arriver au domaine Marcel Richaud à Cairanne où le mistral souffle très fort.

La voiture de Starsky et Hutch est sur le parking mais leurs propriétaires ne sont pas au caveau pour boire un coup avec nous…dommage mais nous allons nous consoler avec une belle série de flacons proposés à la dégustation.

16 25
Un joli comité d’accueil dès l’entrée du caveau

17 26
Cyril en grande discussion Claire Richaud.


Nous commençons par goûter deux vins blancs :

VDP du Vaucluse Bourboulenc 2015 : nez épicé et finement boisé, matière allongée en bouche, équilibre frais, sillage aromatique intense, notes d’encens et de romarin.
(100% bourboulenc).
Cairanne 2014 : nez plus discret, notes de chair de poire bien mûre et fine touche florale, matière ample, structurée en largeur, joli gras, finale délicatement épicée qui laisse cependant une petite sensation de lourdeur.
(35% clairette + 30% bourboulenc + roussanne + vermentino + viognier + grenache blanc + marsanne).

18 26

Cette première doublette du domaine Richaud nous propose deux versions très différentes de blancs des Côtes du Rhône méridionales : le Cairanne est très classique avec une présence généreuse et gourmande – mais un poil trop « sudiste » pour moi – alors que la cuvée 100% bourboulenc, élevée en demi-muids, me séduit davantage avec son aromatique recherchée et sa présence pleine d’énergie en bouche. J’y ai trouvé un véritable air de famille avec le Bourboulenc de Nega Saumas des Supply-Royer…et c’est plutôt bon signe !

Après les blancs, place aux rouges…rouge étant presque un abus de language face à ces robes denses et foncées.

Côtes du Rhône Terre de Galets 2014 : nez charmeur qui développe une palette fruitée très épanouie, bouche élégante avec des tannins très fins et une acidité vivifiante, finale digeste, sillage très agréable, notes de violette et d’herbes de garrigue.
(40% carignan + 27% syrah + 15% grenache + 9% counoise + 9% mourvèdre).
Cairanne 2014 : nez discret et très complexe, notes de prune, de pêche de vigne et d’aromates, bouche concentrée mais très longiligne, grande finesse tannique, finale frâiche et salivante.
(38% grenache + 29% mourvèdre + 14% syrah + 14% carignan + 5% counoise)

19 26

Avec son équilibre fin et sa belle complexité aromatique, la cuvée « Terre de Galets » nous donne les clés pour entrer dans l’esthétique des vins rouges vinifiés dans le style Richaud : l’accent méridional est assumé mais l’équilibre reste frais et digeste.
Le Cairanne se situe évidemment dans la même ligne « éditoriale »…avec un petit supplément de concentration et de complexité. MIAM !


Cairanne Sans Soufre 2014 : expression aromatique plus ouverte sur un registre très proche de celui de la version légèrement sulfitée, matière plus déliée en bouche, structure plus ondulante, finale d’une gourmandise pleine de volupté.
(38% grenache + 29% mourvèdre + 14% syrah + 14% carignan + 5% counoise)
Même si les vins de Marcel Richaud ne sont que très faiblement sulfités (15 mg de SO2 total en moyenne), on ressent quand même une vraie différence entre l’expression du Cairanne traditionnel, encore un peu retenue, et celle du Cairanne sans soufre, plus ouvert, plus accessible…mais peut-être un peu plus fragile.


Côtes du Rhône Villages L’Ebrescade 2013 : nez très engageant avec une palette fruitée bien mûre et des arômes de cacao amer et d’épices douces, bouche puissante, matière concentrée cimentée par une trame tannique solide, finale généreuse et longuement aromatique.
(40% mourvèdre + 30% syrah + 30% grenache).
Côtes du Rhône Villages L’Ebrescade 2012 : nez très harmonieux, registre proche de celui du 2013 mais expression plus élégante, chair ample et gourmande, équilibre parfaitement digeste, tannins patinés et texture très soyeuse, finale plus étirée, sillage délicatement épicé et minéralité naissante.
(40% mourvèdre + 30% syrah + 30% grenache).

20 25

Issue d’une vieille vigne en terrasses située sur un lieu-dit près de Rasteau, cette cuvée haut de gamme du domaine Richaud a été élevée durant 2 années en foudres et en demi-muids.
C’est un vin riche, dense et puissant qui demande un peu de patience pour révéler toute sa classe : le 2013 musculeux et un peu fanfaron est très prometteur mais aura besoin d’un peu de temps pour s’assagir alors que le 2012 se montre beaucoup plus apaisé…c’est un vin sûr de sa force impressionne par sa complexité et sa profondeur. MIAM !


- Après ma première visite au domaine Richaud – lors de mon « Périple autour des Dentelles » de 2011…5 ans déjà, pfffff !!! – j’étais reparti avec d’excellentes impressions et la ferme intention d’y retourner dès que possible…mais bon sang que ces années ont passé vite, très vite, trop vite !
Je vous laisse imaginer le plaisir que j’ai eu à retourner dans ce caveau pour y retrouver la très belle série de bouteilles qui compose la gamme actuelle du domaine Richaud.

- Dans son travail à la vigne et au chai, Marcel Richaud a fait le choix de la qualité dans le respect des terroirs et de l’environnement : viticulture bio certifiée Ecocert, vendanges à maturité optimale et vinifications avec peu d’interventions (levures indigènes, pas de collage, pas de filtrations, sulfitage minimaliste…).
Aujourd’hui, Marcel Richaud peut compter sur le soutien de ses enfants, Claire et Thomas, tous deux investis dans la vie du domaine et bien décidés à perpétuer la tradition d’excellence que leur père a instituée.

- J’aime beaucoup le style de ces vins rouges avec leurs jus très concentrés mais toujours remarquablement bien équilibrés et leurs expressions aromatiques qui chantent le sud…lorsque je débouche une bouteille de Richaud j’entends des cigales !
Si le Cairanne blanc a un peu moins emballé mon palais de « rieslingomane », la nouvelle cuvée de bourboulenc m’a vraiment plu…et pourtant je suis plutôt difficile à convaincre face à un blanc du sud !

- Difficile d’isoler un coup de cœur dans une offre vinique qui présente une telle homogénéité qualitative, mais lorsqu’on parle rapport Q/P je crois que les cuvées de Cairanne se détachent légèrement du groupe et s’imposent comme un choix incontournable chez les Richaud

- Merci à Claire Richaud et à sa collaboratrice pour leur accueil.

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau