Articles de pierre_radmacher

Petits repas entre bons vivants - Janvier 2023

Par Le 20/01/2023

Ce petit compte-rendu est destiné à partager avec vous un instant de convivialité où quelques bouteilles ont été débouchées et dégustées sans prises de notes : les commentaires sont rédigés à postériori en se basant que sur des sensations en mémoire.et (si possible) sur une nouvelle dégustation des fonds de bouteilles…à table !


Un déjeuner en compagnie de 3 fins becs avec au menu :
- velouté de pois cassés aux lardons fumés
- palette et saucisse fumées de la boucherie-charcuterie Remy à Girmont-Val-d’Ajol avec des lentilles vertes du Puy
- cheese cake maison

Img 6154
Et quelques bouteilles pour accompagner tout ça !

Les notes des vins ont été rédigées de mémoire où après avoir regoûté certains fonds de bouteilles le soir.

Pinot Gris Zellberg 2016 – Domaine Ostertag : robe jaune franc avec une légère turbidité, nez sur les fruits blancs mûrs et le miel avec un fond légèrement oxydatif, bouche souple et gourmande, finale assez riche mais qui manque un peu de tonus
Ce pinot gris qui semblait assez fatigué à l’ouverture, s’est progressivement réveillé notamment lorsqu’il a été confronté aux arômes végétaux et fumés du velouté.
Ceci dit, comme nous connaissions tous la qualité des pinots gris de ce domaine, nous avons quand même été un peu déçus par cette bouteille.

Pinot Noir Clos Saint Imer 2016 – Domaine Burn : robe rubis avec un dégradé brunisssant sur les bords, nez ouvert  avec des notes de prune et de poivre sur un fond alcool/marc de raisin assez prononcé, bouche ample et riche, finale juteuse mais un poil chaleureuse.
Spätburgunder Kaliber 12 2018 – Domaine Adams (Rheinhessen) : robe rubis foncé, assez dense, nez discret avec des notes de fruits rouges frais sur un fond fumé/gouache un peu étrange, bouche fraîche et droite avec des tanins soyeux, finale un peu sèche avec une présence minérale salivante.
Pinot Noir La Limite 2015 – Domaine Lorentz : robe grenat assez foncé, nez expressif avec des notes de fruits mûrs sur un fond lacté assez présent, bouche opulente avec un jus concentré, une texture onctueuse, une finale suave et digeste.
Face aux arômes puissamment fumés de ce solide plat d’hiver, nous avons sélectionné des vins rouges de caractère…et malgré l’absence de concertation préalable nous nous sommes retrouvés avec 3 bouteilles de pinot noir : une cuvée du Goldert avec un caractère sudiste affirmé (comme toujours…), une cuvée venue de la Hesse-Rhénane solidement bâtie et une cuvée issue d’une parcelle située au pied du Grand Cru Altenberg de Bergheim, très généreuse mais encore trop marquée par son élevage sous bois.
Malgré des profils fort différents, les trois vins ont fort bien accompagné le plat…il faut croire que le pinot noir aime bien les ambiances gustatives fumées.

Sylvaner Récolté en Vin de Glace 1998 – Domaine Landmann : robe topaze, nez complexe sur la figue séchée, la noisette et la paille fraîche, bouche ronde et très déliée, finale qui manque d’énergie mais avec une belle persistance aromatique.
Après près d’un quart de siècle de vieillissement, cette cuvée originale produite par ce vigneron facétieux semble avoir atteint (voire dépassé) sa limite d’âge : c’est un vin plaisant et expressif mais sa structure acide est trop faible pour répondre de façon équilibrée à la richesse de la matière.
Nous avons choisi de le déguster seul…avant le cheese cake qui l’aurait probablement écrasé.

Projection en avant-première du film "Vigneronnes" de Guillaume Bodin au cinéma STAR à Strasbourg

Par Le 13/01/2023

324218932 1273312326730580 616422463115832735 n
Guillaume Bodin qui présente son nouveau film au cinéma STAR (désolé pour la qualité de la photo)

Après « La clé des terroirs » (2011), « Insecticide mon amour » (2015) et « Zéro phyto, 100% bio » (2016), Guillaume Bodin a présenté son nouveau film « Vigneronnes » en avant-première au cinéma STAR de Strasbourg.

Des images magnifiques, des paysages viticoles d’Italie, de Suisse et de France d’une beauté à couper le souffle et des rencontres enthousiasmantes avec des vigneronnes qui pratiquent leur métier en respectant la nature pour produire des vins largement plébiscités par les amateurs du monde entier…bref, on s’est régalés pendant 70 minutes et pour bien finir la soirée nous avons été invités à participer à une petite dégustation de quelques vins apportés par les organisateurs (une cuvée « Dôle de Liaudisaz » de Marie-Thérèse Chappaz et des vins du Mas de Libian) ainsi qu’un muscat « L’oiseau et le Bouquet » servi par Philippe Brand, vigneron à Ergersheim.

Donc, si vous apprenez qu’une séance d’avant première de « Vigneronnes » passe près de chez vous, n’hésitez pas…sinon il va falloir attendre le mois d’octobre et la sortie officielle du film sur les écrans français.

Merci à tous ceux qui ont oeuvré pour la réussite de cette belle soirée

Pour plus de renseignements allez consulter la page FB de Guillaume Bodin.
Vous pouvez également voir son premier film « La clé des terroir » en accès libre sur le net.

 

Les vins du mois de décembre 2022

Par Le 09/01/2023

Riesling Grand Cru Kastelberg 2011
Domaine Kreydenweiss à Andlau

Img 6130

Robe : jaune foncé avec une légère turbidité et des reflets topaze.
Nez : expressif et complexe avec des notes de fruits blancs, de beurre frais et de miel sur un fond balsamique et minéral.
Bouche : attaque très douce, matière concentrée avec des arômes de raisin sec, acidité fondue mais salinité intense qui s’impose progressivement pour étirer une finale bien digeste et profondément minérale.
Après plus d’une décennie en cave, ce riesling marqué par une légère surmaturité nous donne une belle représentation de la force de ce grand terroir alsacien : la présence saline et minérale équilibre parfaitement la richesse de la matière pour nous offrir un jus d’une grande profondeur et d’une exceptionnelle buvabilité.


Riesling Clos Windsbuhl 2009
Domaine Zind-Humbrecht à Turckheim

Img 6102

Robe : jaune profond et dense avec une belle brillance.
Nez : épanoui et intense, notes d’agrumes mûrs et d’épices douces relevées par de fines nuances terpéniques.
Bouche : attaque franche et pure, jus généreux avec un centre très suave, équilibre très digeste assuré par une acidité mure et large et une présence saline marquée, finale puissante avec un léger grip tannique et une très longue persistance fruitée et minérale.
Né sur ce coteau calcaire qui domine le village de Hunawihr, ce riesling allie avec bonheur une richesse naturelle et une puissante structure minérale pour nous régaler avec un jus d’une grande complexité et d’un équilibre proche de la perfection.
C’est un très grand vin de terroir arrivé à pleine maturité, qu’on peut déboucher dès aujourd’hui mais qui tiendra encore durant de longues années en cave.


Saint Véran La Bonnode 2017
Domaine La Soufrandière à Vinzelles

Img 6124

Robe : jaune clair et dense avec des reflets argentés
Nez : frais et racé avec des notes de citron, de résine et de gingembre sur un fond pierreux
Bouche : attaque vive avec une acidité très large qui se pose pour soutenir fermement un jus riche et mâchu, finale très tonique avec de belles rémanences minérales et épicées.
Cette parcelle de vieilles vignes (35 ans) située au pied de la roche de Vergisson est entrée dans le giron des frangins de Vinzelles en 2016 et ce 2017 est donc le second millésime produit sous le label de la Soufrandière.
Après quelques années de garde, cette cuvée de Saint Véran se livre à la dégustation avec une grande spontanéité : il y a une très belle expression ’aromatique et présence en bouche pleine d’énergie…bref, la bouteille se vide toute seule !


Crozes-Hermitage Circé 2020
Domaine C. Betton à La Roche de Glun

Img 6125

Robe : jaune franc, très lumineux
Nez : riche et séduisant avec des notes de fruits blancs mûrs (coing, golden) et de miel de fleurs.
Bouche : attaque douce et suave, jus fruité opulent mais parfaitement digeste, finale dense et tonique avec de belles rémanences fruitées et minérales.
Je ne suis pas un grand fan des blancs de la vallée du Rhône mais cette cuvée élaborée par Christelle Betton sur cette vigne en limite de l’appellation Hermitage me plait toujours autant ; c’est une petite pépite vinique qui s’exprime avec une grande finesse tout en développant un jus riche mais d’une parfaite digestibilité. MIAM !


Savennières-Roche aux Moines 2008
Château Pierre-Bise à Beaulieu-sur-Layon

Img 6128

Robe : jaune d’or avec une très belle brillance
Nez : intense et complexe avec une palette balsamique et épicée relevée par des nuances minérales très racées.
Bouche : attaque ample et opulente, jus très concentré avec une salinité marquée et une acidité puissante qui tend progressivement l’ensemble pour donner un caractère droit et « punchy » à la finale
Ce chenin travaillé par un maître du genre sur ce grand terroir ligérien est un privilège surtout lorsqu’on a la chance de le déguster dans sa phase de plénitude : un équilibre parfait entre organique et minéral et une expression aromatique de grande classe…bref, un plaisir absolu.


Morey-Saint-Denis 1° Cru Les Charrières 2011
H. Murat à Concoeur

Img 6127

Robe : rubis moyen avec une frange orangée
Nez : élégant et bien complexe avec des notes de noyau et d’épices douces sur un fond végétal noble.
Bouche : matière en demi-corps, équilibre frais, trame tannique très soyeuse, finale souple et fringante avec un long sillage boisé/épicé.
Issu d’un millésime très compliqué en Bourgogne, ce premier cru de Morey vinifié par un jeune vigneron que j’ai suivi durant quelques années, se goûte vraiment très bien après plus de 10 années de garde : c’est un vin pur, très élégant et parfaitement digeste…bref voilà  l’une des rares cuvées de 2011 nées sur la Côte de Nuits que j’ai dégusté avec plaisir jusqu’à ce jour.


VDP de l’Hérault La Grange des Pères 2010

L. Vaillé à Aniane

Img 6126

Robe : grenat profond avec un fin liseré brunissant
Nez : racé et très complexe avec une palette évolutive sur la myrtille confite, les épices douces et l’olive noire sur un fond délicatement fumé.
Bouche : attaque franche, matière dense structurée par une trame tannique caressante et une acidité encore bien marquée, finale fraîche et gourmande avec un long sillage sur les épices et la truffe.
Entouré de quelques amis solides buveurs et un peu pousse au crime je me sui laissé convaincre d’aller déboucher cette bouteille pour la partager avec eux…et grand bien m’en a pris car ce fut un pur bonheur.
Arrivée dans sa phase de pleine maturité cette cuvée qui frise la perfection fait partie des plus grands vins que j’ai eu le plaisir de déguster cette année. MIAM !

9 135
Premières neiges dans le massif des Vosges en décembre 2022

Les vins du mois de novembre 2022

Par Le 19/12/2022

Gewurztraminer Vendanges de Glace 2008
Domaine de l’Oriel à Niedermorschwihr

Img 6022

Robe : jaune franc avec des éclats dorés.
Nez : discret et complexe, notes de miel de sapin et de raisin sec relevées par quelques nuances épicées.
Bouche : matière juteuse et souple, équilibre moelleux, finale digeste légèrement acidulée avec une petite présence tannique stimulante.
Débouchée pour faire plaisir à mon ainé qui n’apprécie que les vins moelleux, la dernière bouteille de cette vendange incroyable (réalisée en janvier 2009) a fait son effet…c’est un gewurztraminer riche, complexe et très facile à boire. MIAM !


Pouilly Fuissé Les Plessis 2017
Domaine Cornin à Chaintré

Img 6053Robe : jaune clair avec une belle brillance
Nez : discret et complexe, notes de chèvrefeuille, de citron frais et de poudre de craie sur un fond délicatement anisé
Bouche : attaque souple et suave, jus très gourmand avec un joli gras soutenu par une acidité bien large, finale élancée avec une présence tannique délicate et de belles sensations salines et minérales.
Après quelques années de garde, cette cuvée de Pouilly Fuissé s’exprime avec une très belle plénitude tout en laissant entrevoir un joli potentiel d’évolution.
Aujourd’hui c’est un vin qui se goûte remarquablement  bien mais je sens qu’il lui faut encore un peu de temps pour livrer tous ses secrets.


Meursault Vieilles Vignes 2017
Domaine Buisson-Charles à Meursault

Img 6021

Robe : jaune très clair avec des éclats argentés.
Nez : très discret à l’ouverture, il a fallu attendre quelques heures pour profiter d’une palette fruitée (poire, cédrat) et balsamique (résine, cire) très raffinée.
Bouche : attaque franche et pointue, matière dense et charnue avec un très beau gras équilibrée par une structure acide/saline large et bien en place, finale fraîche et salivante avec une longue persistance fruitée et minérale (silex, craie)
Comme toujours le meursault du domaine Buisson-Charles a besoin d’une aération conséquente pour se livrer pleinement – surtout lorsqu’on le débouche un peu trop jeune – et comme toujours il développe un jus d’une élégance rare en délivrant une aromatique remarquable de complexité. MIAM !


Puligny Montrachet 2014
Domaine F. Carillon à Puligny Montarchet

Img 6020

Robe : jaune franc, très lumineux.
Nez : expressif et raffiné avec une palette complexe, notes de fruits blancs mûrs, d’amande grillée et de beurre sur un fond citronné et légèrement boisé.
Bouche : jus ample et très sapide structuré par une acidité vive et large, texture onctueuse, finale acidulée et salivante avec une longue persistance balsamique (résine, cire d’abeille) et minérale (pierre chaude)
8 années après sa naissance, cette cuvée de Puligny villages commence à faire parler son terroir en développant une matière puissamment structurée tout en nous séduisant par une expression aromatique pure et raffinée.


Savigny-les-Beaune 1° Cru Les Vergelesses 2015
Domaine Parigot à Meloisey

Img 6023

Robe : rubis moyen avec une frange brunissante
Nez : élégant et charmeur, notes de fruits rouges confits et d’épices douces avec quelques nuances évoquant le sous-bois (feuilles mortes, humus).
Bouche : attaque franche et assez vive, jus longiligne, souple et suave, beau développement aromatique sur les fruits mûrs, texture soyeuse, finale sapide avec une belle persistance fruitée/épicée.
Avec ce beau terroir de Savigny et ce millésime chaud qui a favorisé une belle maturité des pinots noirs, Alexandre Parigot a réussi à produire cette superbe cuvée toute en élégance et en gourmandise.
Ce vin semble avoir atteint aujourd’hui sa phase de pleine maturité mais je suis certain qu’il tiendra encore quelques années à ce niveau. MIAM !

Dsc 0769
Paysage du Beaujolais en novembre 2022

Un déjeuner d'anniversaire à La Taverne Alsacienne

Par Le 09/12/2022

11 109

Après de multiples atermoiements suite notamment aux restrictions sanitaires qui ont bouleversés pas mal d’agendas festifs durant ces dernières années, Thierry Meyer a réussi à célébrer son demi-siècle comme il se doit en compagnie de quelques amis œnophiles qu’il a invités à partager un déjeuner à La Taverne Alsacienne d’Ingersheim.

1 232
Le programme des réjouissances

Pour accompagner une série de bouteilles remarquables – voire mythiques – sélectionnées par l’ami Thierry, la famille Guggenbuhl nous a servi un repas de toute beauté avec des assiettes généreuses et d’une parfaite gourmandise.

Notre menu du jour s’est décliné en 5 étapes et l’accompagnement liquide était servi à l’aveugle.
Les discussions autour des vins et des associations gustatives étaient particulièrement intéressantes mais je n’ai pas pris de notes pour pouvoir relater précisément le déroulement de ce festin.
Ceci dit, je vais quand même partager quelques photos et quelques impressions avec vous…et si vous voulez lire quelques commentaires plus complets je vous invite à aller voir sur le blog de Stéphane ou à suivre les publications de Thierry sur son FB Oenothèque Alsace.


Apéritif

3 204
La mise en bouche

Riesling Grand Cru Wineck-Schlossberg 1999 – Domaine Spannagel : un nez mûr et finement épicé, une bouche longiligne et bien fraîche…un riesling assez léger mais qui se tient encore très bien.
Riesling Grand Cru Kastelberg 1999 – Domaine Kreydenweiss : un nez zesté et pierreux, une bouche texturée, droite et saline…un Kastelberg épuré et minéral.
Riesling Grand Cru Muenchberg 1999 – Domaine Ostertag : un nez ouvert et complexe, une bouche pleine et sapide…une expression du Moenchberg pleine de sérénité.

2 1 91   2 2 88   2 3 45


Premier plat

5 189
Le Tataki d’espadon et la salade thaïe

Riesling Grand Cru Rangen de Thann-Clos Saint Urbain 1999 – Domaine Zind-Humbrecht : nez complexe sur un registre assez évolué, jus massif et sapide tenu par une minéralité intense…un Rangen à plaine maturité avec une puissance expressive qui fait oublier le cépage (je pensais boire un pinot gris et mon voisin partait sur un gewurztraminer…mais nous avions identifié le terroir)
Riesling Clos Sainte Hune 1999 – Domaine Trimbach : aromatique très discrète, bouche assez austère avec un équilibre très droit…un Sainte Hune avec un profil très cistercien, complètement écrasé par la personnalité du Rangen mais assez à l’aise sur le plat.
Riesling Cuvée Théo 1999 – Domaine Weinbach : un nez flatteur, assez évolué avec de belles notes épicées, une bouche opulente mais avec une belle fraîcheur finale…un vin très gourmand qui aurait plus facilement trouvé sa place à l’apéritif (encore une victime de la puissance du Rangen).

4 1 82   4 2 78   4 3 35


Deuxième plat

7 166
La pièce de bœuf dans le filet et son accompagnement de légumes et de champignons des bois

Nuits Saint Georges 1° Cru Les Pruliers 1999 – Domaine Boillot : une palette aromatique très sombre, une bouche fraîche et élancée avec des tanins assez saillants, une finale sèche et anguleuse…un vin trop rustique pour mon palais qui a vraiment contrasté avec l’onctuosité de la viande et la suavité du jus
Chambertin Grand Cru 1999 – Domaine Rossignol-Trapet : un nez très complexe avec des arômes d’évolution très classieuses (fleurs séchées, tabac, cuir…), une bouche ample et charnue avec une texture caressante, une finale longue et sapide…un vin exceptionnel plébiscité par les convives. Magique !
Volnay 1° Cru Santenots 2020 – Domaine Buisson-Charles : un nez expressif et charmeur, un jus dense et parfaitement équilibré en bouche, une finale tonique avec une belle persistance fruitée et épicée…un « intrus » proposé par Patrick Essa, un Santenot 2020 construit pour défier le temps mais qui se laisse boire avec grand plaisir dès maintenant.

315480146 10160619845017080 790766181042127431 n   6 1 87   6 2 85


Plateau de fromages de Jacky Quesnot (fromagerie Saint Nicolas à Colmar)

Côte Rôtie La Turque 1999 – Domaine Guigal : un nez d’une extrême complexité, du volume et de la consistance en bouche, une finale longue, tonique et sapide…un équilibre parfait, une texture onctueuse et une jeunesse éclatante pour ce vin hors norme qui a très bien apprécié l’association avec le brillat-savarin et le chaource.
Arbois Pupillin Vin Jaune 1999 – Domaine Overnoy : une aromatique et une présence en bouche d’une finesse inouïe, une maîtrise parfaite de l’oxydation…un vin rarissime élaboré par le maître de Pupillin pour une association classique mais toujours réussie avec un vieux comté et un etivaz.

8 1 63   8 2 65


Dessert

10 117
La torche aux marrons, le dessert incontournable si on partage un repas avec Thierry

Riesling Cuvée Ernest S.G.N. 1999 – Domaine Schlumberger : un nez évolué mais très charmeur avec des notes exotiques et épicées, une bouche gourmande et très digeste…encore un très beau vin qui a souffert de la présence un peu envahissante d’un cru du Rangen.
Pinot Gris Grand Cru Rangen de Thann-Clos Saint Urbain V.T. 1999 – Domaine Zind-Humbrecht : une robe topaze très dense, un nez d’une incroyable complexité, une bouche riche avec un jus ultra concentré mais d’une parfaite buvabilité, une finale intensément minérale…une bouteille vraiment exceptionnelle !

9 1 62   9 2 62


Merci à Thierry de m’avoir invité à partager ces instants magiques à la « Taverne Alsacienne » et de nous avoir servi ces vins que je ne pensais pas pouvoir déguster un jour.

Et bravo à l’équipe du restaurant…au top comme toujours !

 

Conférence-Dégustation avec David Lefebvre aux Halles du Scilt à Schiltigheim : une nouvelle façon de concevoir des accords mets-vins

Par Le 27/11/2022

Les Halles du Scilt de Schiltigheim accueillaient 7 vignerons alsaciensdomaine Luc Faller, domaine Geiger Koenig, domaine Moritz, domaine du Petit Poucet, domaine Michel, domaine Paul Gaschy – qui le temps de week-end allaient tenir compagnie à Nicolas Jaegert de La Cave en Tournée pour porter la bonne parole vinique dans la cité des brasseurs.
En marge de ce mini salon des vins David Lefebvre nous a proposé une petite animation gourmande pour nous exposer sa façon de concevoir des accords mets-vins.

1 229
L’atelier mets et vins est prêt…

2 206
…et les participants commencent à s’installer

Grâce à des bouteilles fournies par les vignerons invités et aux gourmandises fournies par les commerçants du Scilt (Duchemin, Kirn et l’Epicier Grand Cru), David Lefebvre nous a proposé quelques accords mets et vins très intéressants.

3 202
Un peu de théorie…

4 195
…et des travaux pratiques

Armé d’une solide formation en chimie et en œnologie, David s’est intéressé aux processus de minéralisation dans les aliments et notamment dans le vin : pour en savoir plus vous pouvez lire l’article dans la revue « Le Rouge et le Blanc » (ICI et LA) ou écouter le podcast sur « La Terre à Boire »…ou relire l’une de mes anciennes contributions sur une petite conférence de David au domaine Schoenheitz (60 p o schoenheitz 2011 260-p.o.-schoenheitz-2011-2.pdf (120.5 Ko)).

L’idée du jour consistait à nous faire découvrir des accords gustatifs qui n’étaient pas centrés sur les expressions aromatiques des vins et des mets mais sur le rapport éléments organiques et éléments minéraux qu’on trouve dans tous les aliments.
Par exemple un vin jeune se plaira en compagnie d’un chèvre frais riche en éléments organiques alors qu’un vin plus évolué qui aura eu davantage de temps pour minéraliser sera plus à son aise face à un crottin affiné qui aura concentré sa teneur en sels minéraux.

5 194
Crottin de chèvre frais et riesling Schiefferberg 2019 du domaine Geiger-Koenig

6 175
Crottin de chèvre affiné avec un riesling Grand Cru Eichberg 2014 du domaine Gaschy

Les autres accords proposés étaient tous pensés selon la même logique et ma foi, , j’ai pu me rendre compte que cette théorie originale (pour moi du moins…) s’est plutôt bien vérifiée dans la pratique à travers tout une série d’accords très réussis.

Voilà quelques exemples pour que vous pourrez tester pour vérifier…

7 171
Comté 30 mois avec un riesling Grand Cru Eichberg 2001 du domaine Gaschy

312156857 522233812653769 8795780739332899375 n
Munster avec un gewurztraminer Leckerli 2020 du domaine Florence et Sandra

312359660 524267169522768 5716578440687126508 n
Piment d’Espelette avec un pinot gris macération 2020 du domaine du Petit Poucet

312111472 792760625293101 7493714512998380676 n
Chaource et Cuvée TM 2015 (assemblage riesling+pinot gris+ gewurztraminer en V.T.) du domaine Moritz.

12 1 33   12 2 34
Jambon cuit, jambon sec et pâté en croûte avec des pinots noirs 2011 et 2001 du domaine Gaschy.


Je terminerai en vous priant de m’excuser pour l’indigence de mes notes et de mes commentaires.
On était dimanche matin, et je suis sorti sans mon matériel (pas d’appareil photo, pas de carnet de notes)…mais j’ai quand même voulu partager ces quelques impressions avec vous tout en vous encourageant à vous pencher sur les travaux de David Lefebvre pour comprendre un peu mieux ce terme de « minéralité ».
Je vous invite aussi à tester quelques accords gustatifs en vous référant à ce rapport organique/minéral qui nous permet de concevoir des associations mets et vins en oubliant un peu la référence aromatique pour se focaliser sur la cohérence des sensations en bouche.

Merci à David pour cette conférence-dégustation très intéressante et merci aux vignerons et aux artisans des halles du Scilt d’avoir accepté de partager quelques vins et quelques denrées avec nous.

Restaurant L'Autre Rive à Saint Laurent sur Saône - novembre 2022

Par Le 24/11/2022

11 112

Pour terminer notre journée dans le vignoble du Beaujolais et de Mâconnais, l’ami Cyril a eu la bonne idée de réserver une table dans ce restaurant situé sur les bords de la Saône et tenu par un chef qui adore le vin…et qui a semblé très heureux de partager durant quelques instants sa passion œnophile avec nous.

La salle lumineuse et accueillante est prolongée par une véranda d’où on bénéficie d’une vue imprenable sur Mâcon et le pont Saint Laurent.

12 113
Le restaurant côté salle…

13 108
…et la vue depuis la terrasse couverte de « L’Autre Rive »

Le menu du soir est alléchant et la carte des vins est absolument géniale tant par la qualité des références présentées que par la sagesse des tarifs…je pense qu’on va passer une bonne soirée !

Bon, comme je suis en très bonne compagnie – l’ami Cyril et son épouse Géraldine – je ne vais pas sortir mon carnet de notes pour relever en détail mes sensations et mes émotions du soir…mais je vais quand même vous faire partager ce très beau moment avec quelques photos et quelques impressions restées en mémoire.

L’apéritif

14 82
Saumon et bouchée à l’escargot pour réveiller les papilles

15 80
Un joli verre de pet’nat 2021de gamay du domaine Séléné (offert par le patron) pour nous mettre en joie

L’entrée

16 79
Foie gras au naturel avec compotée pomme/coing et pain aux céréales toasté.

17 77
La grande cuvée de gringet du regretté Dominique Belluard au rendez-vous de l’excellence attendue…un vin inclassable mais d’une plénitude absolue pour un accord très équilibré avec le foie gras mais beaucoup plus à l’aise face à l’assiette suivante à bas de ris de veau.

Le plat

18 71
Noisettes de ris de veau croustillantes et duxelles de champignons avec un jus de veau et une émulsion crémeuse aux cèpes

19 75
Je n’aime pas trop les rouges du Jura et le trousseau est un cépage que je connais peu mais cette bouteille choisie par Cyril produite par un vigneron dont j’adore les cuvées de blancs m’a vraiment subjugué.
Je pense que cette cuvée de trousseau 2020 du domaine Labet fera partie de mes très grandes bouteilles dégustées durant cette année.

Le dessert

20 64
Un soufflé au Grand Marnier et sa boule de sorbet à l’orange…une finale toute en douceur. MIAM !

Cette soirée à « L’Autre Rive » fut une expérience vraiment mémorable.

Nous nous sommes régalés en dégustant de très belles préparations culinaires où on sentait le souci de respecter les produits ainsi qu’une belle maîtrise de l’harmonie des saveurs.

Nous avons pu nous offrir deux bouteilles mythiques choisies sur une carte des vins exceptionnelle et présentées par Vincent Rivon, un chef cuisinier vraiment passionné de vin.

Voilà une adresse qui va figurer tout en haut de la liste de mes étapes gourmandes en Bourgogne.

 

Les vins du mois d'octobre 2022

Par Le 20/11/2022

Riesling Grand Cru Pfersigberg 2010
Domaine Emile Beyer à Eguisheim

Img 5777

Robe : jaune profond avec des reflets vieil or.
Nez : noble et racé avec des notes de zestes d’agrumes, d’orange amère et d’épices douces sur un fond de pierre à fusil.
Bouche : ample et concentrée avec un centre très suave et une acidité large et aiguisée qui envahit progressivement la bouche pour étirer une finale longue et profondément saline.
Malgré une robe qui trahit son âge, ce riesling m’a impressionné par son énergie et sa grande complexité aromatique.
C’est un grand Pfersigberg arrivé dans sa phase de pleine maturité mais qui dispose des ressources nécessaires pour bien se tenir durant quelques années encore
.


Puligny Montrachet 1° Cru Les Perrières 2009
Domaine Carillon à Puligny

Img 5779

Robe : jaune franc, limpide et brillante.
Nez : un peu retenu mais bien complexe, notes d’amande fraîche, de chèvrefeuille et d’herbes à tisane.
Bouche : attaque vive et claquante avec une acidité large et puissante qui structure un jus bien concentré, texture soyeuse avec un gras agréable, finale vive et assez austère avec une longue persistance minérale.
Les 13 années en cave n’auront pas pu gommer totalement cette impression de rigueur monastique que laisse toujours la dégustation d’un cru des Perrières de Puligny mais on ne peut pas rester insensible face cette cuvée de chardonnay qui nous emmène vers des sommets d’élégance et de classe.


Saint Chinian Classic 2018
Domaine de La Madura à Saint Chinian

Img 5924

Robe : grenat moyen avec une fine frange rose
Nez : discret et bien complexe, notes de sous-bois, d’épices et d’herbes de garrigue
Bouche : attaque souple et suave, jus assez dense structuré par une acidité rayonnante et une fine trame tannique, finale digeste avec une présence minérale très stimulante
Si vous prenez 4 cépages emblématiques du sud (syrah, grenache, mourvèdre et carignan) nés sur des parcelles plantées sur les 3 types de sols du saint-chignanais (argilo-calcaire, grès et schistes) et vous les confiez à un grand vinificateur qui maîtrise les élevages à la perfection, vous obtenez ce superbe vin rouge équilibré et digeste qui nous propose une interprétation toute en élégance de ces grands terroirs sudistes. MIAM !


VDP du Mont Baudile Le Mourvèdre des Crouzets 2011
Domaine Supply-Royer à Arboras

Img 5778

Robe : très dense, pratiquement noire avec des bords bien compacts
Nez : complexe et racé avec une palette très sombre sur les baies noires (mûre, myrtille), le chocolat noir, la réglisse sur un fond minéral assez marqué (pierre, mine de crayon)
Bouche : matière concentrée et serrée avec une texture très soyeuse, équilibre tonique, finale puissante avec une longue persistance fruitée et minérale.
Après plus d’une décennie en cave, ce grand rouge languedocien vinifié par l’ami Eric Supply s’exprime avec une plénitude absolue : une belle complexité aromatique au nez, de l’énergie et de la buvabilité en bouche…tout ce qu’il faut pour me plaire !
Cette cuvée qui nous offrira son « chant du cygne » avec le millésime 2021 – là c’est définitif, la parcelle des Crouzets a été arrachée après les vendanges 2021 – nous manque déjà !


Dsc 0692
Le Clos de la Coulée de Serrant en octobre 2022.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5