Articles de pierre_radmacher

  • Les vins du mois de décembre 2021

    Riesling Grand Cru Muenchberg 2017
    Domaine Bohn à Reichsfeld

    Img 5126

    Robe : jaune profond, dense avec une légère turbidité.
    Nez : intense et complexe, notes d’orange amère et d’épices douces sur un fond légèrement balsamique
    Bouche : attaque vive et franche, jus bien consistant mais équilibre très droit, finale longue et salivante relevée par de beaux amers minéraux.
    Déjà remarquée lors de notre dernière visite à Reichsfeld, cette réinterprétation du Muenchberg par Arthur est une vraie réussite : un riesling qui propose un équilibre parfait entre fruité et minéralité. MIAM !


    Bourgogne 2013
    Domaine F. Carillon à Puligny Montrachet

    Img 5124

    Robe : jaune clair avec des reflets argentés.
    Nez : frais et d’une grande pureté, palette complexe sur le citron, les zestes d’agrumes et la menthe verte sur un fond finement balsamique.
    Bouche : attaque franche, matière longiligne tenue par une acidité vive et large, équilibre très droit, finale bien sapide avec des amers minéraux et un long sillage aromatique sur le pamplemousse.
    Après une jeunesse marquée par une acidité assez mordante, cette cuvée de chardonnay a profité de quelques années en cave pour tempérer sa fougue initiale et nous régaler par sa belle expression aromatique et sa  présence en bouche pleine d’harmonie.


    Pouilly Fuissé Quintessence 2013
    Manoir du Capucin à Fuissé

    Img 5122

    Robe : jaune profond avec une belle brillance.
    Nez : intense et racé, notes d’agrumes mûrs et d’herbes aromatiques sur un fond balsamique assez marqué.
    Bouche : attaque vive avec une acidité percutante qui s pose en largeur pour structurer un jus bien consistant, finale pleine d’énergie avec des amers minéraux et une longue persistance sur els agrumes et les épices douces.
    La dernière « survivante » de mon lot de bouteilles achetées à l’occasion de ma visite chez Chloé Bayon en 2014, a remarquablement bien évolué dans le temps pour nous offrir un joli récital gustatif aujourd’hui : c’est un vin riche, complexe et solidement structuré par une trame acide/minérale bien tissée.


    Savigny-les-Beaune 1°Cru Les Feuillets 2015
    Domaine Parigot à Meloisey

    Img 5128

    Robe : rubis profond avec une fine frange orangée
    Nez : ouvert et charmeur, palette fruitée bien mûre complétée par de fines notes de rose fanée et quelques nuances balsamiques.
    Bouche : attaque douce et gourmande, jus voluptueux, à la fois ample et puissant, équilibre très digeste, finale longue et sapide.
    Avec son jus dense et profondément fruité et son toucher de bouche très sensuel, ce 1° Cru de Savigny confirme les belles impressions ressenties lors de ma visite à au domaine Parigot en 2017 : c’est un vin d’une élégance folle qui se livre sans faire de manières…et qui me rappelle qu’il est temps de programmer une nouvelle étape du côté de Meloisey. MIAM !

    Img 5123En Alsace, en décembre on fait des « bredele ».

     

  • Soirée dégustation de fin d'année chez Guy

    Pour ne pas perdre le rythme entre les fêtes de fin d’année, l’ami Guy nous a conviés pour partager quelques jolies bouteilles…histoire de préparer nos organismes à supporter les inévitables excès du réveillon de la Saint Sylvestre.

     
    Img 5133Une jolie table de Noël

    Au programme : des bières du nord pour l’apéritif, une série de pinots noirs pour le repas et deux blancs d’Alsace originaux pour le fromage et le dessert.
    Pas de notes – c’est la fête !!! – mais quelques photos et impressions écrites de mémoire. Es gilt !!!

    Img 5134Une triplette de bières de luxe brassées par la Maison DB à Lille : une montée progressive en degré et un coup de cœur pour la « Récidive » qui porte bien son nom

    Img 5140Une sélection de 6 pinots noirs alsaciens avec notamment une cuvée « F » 2013 de Florian Beck-Hartweg qui m’a étonné par sa suavité et son onctuosité, un « Cœur de Bollenberg » 2013 de Fred Schmitt au sommet de sa forme et une magnifique cuvée « Les Névés » 2009 du domaine Hugel

    Img 5141Deux « fonds de bouteille » d’après les fêtes de Noël qui se dégustent encore remarquablement bien : un riesling 2012 du Clos Saint Landelin d’une pureté incomparable et un pinot Gris « Le Maréchal » 2010 qui s’exprime avec volupté et finesse.


    Img 5142Une « Lumière de Feu » 2004 du domaine Bohn qui a perdu un peu son style oxydatif pour gagner en complexité a accompagné un Mont d’Or à la braise et un sublime muscat VT 2009 du domaine Zusslin…un dessert à lui tout seul.

    Grâce à la visite de l’ami « OMICRON » dans ma famille le jour de la Saint Sylvestre, cette très belle soirée a donc été mon réveillon par anticipation pour terminer cette année 2021…mille mercis à Guy et Christine d’en avoir été les initiateurs et les maîtres d’œuvre.

  • Petits repas entre bons vivants - Décembre 2021

    Ce petit compte-rendu est destiné à partager avec vous un instant de convivialité où quelques bouteilles ont été débouchées et dégustées sans prises de notes : les commentaires sont rédigés à postériori en se basant que sur des sensations en mémoire.et (si possible) sur une nouvelle dégustation des fonds de bouteilles…à table !


    Un déjeuner en compagnie de 3 fins becs avec au menu :
    - salade de mâche à la feta et aux foies de volaille confits
    - mignon de porc au curry et purée de patates douces et carottes
    - bredele de Noël

    Img 5121

    Et quelques bouteilles pour accompagner tout ça :

    Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2012 – Domaine Mochel : robe jaune profond, nez ouvert et séduisant sur l’orange mûre et les épice de Noël, bouche volumineuse avec un jus consistant et un joli gras structuré par une acidité large et mûre, finale très sapide avec de beaux amers minéraux et une longue persistance sur les agrumes (pamplemousse, orange).
    Un Altenberg de Bergbieten entré dans la force de l’âge mûr ne déçoit jamais…surtout s’il est vinifié par un vigneron comme Guillaume Mochel. MIAM !

    Riesling Clos Windsbuhl 2008 – Domaine Zind-Humbrecht : robe vieil or avec une belle brillance, nez assez évolué sur le foin, la noisette et les épices, bouche généreuse avec une chair dodue et une salinité bien marquée, finale qui manque un peu de tonus mais d’une longueur appréciable.
    Même si les notes légèrement oxydatives se sont atténuées après aération (c’est curieux…), ce riesling né sur l’un des très grands terroirs alsaciens nous a un peu étonnés – voire déçus – par son côté un peu fatigué.
    Bien évidemment, ça reste un bon vin mais il n’est pas au niveau attendu.


    D.O.C. Monferrato Rosso Pin 2016 – Domaine La Spinetta (Piémont) : robe sombre, olfaction discrète sur les petits fruits rouges frais et les épices, bouche ample et charnue, tannins serrés mais d’une grande finesse, finale droite et assez austère avec de belles rémanences épicées.
    J’ai toujours du mal à apprécier les rouges italiens mais parfois je rencontre un vin qui me parle comme cet assemblage de barbera et de nebiollo très bien balancé et qui a parfaitement accompagné le plat principal.

    Gewurztraminer Fronholz-S.G.N. 2005 – Domaine Ostertag : robe jaune franc, très lumineuse, nez complexe et envoûtant avec des notes de miel, d’abricot confit et de rose fraîche sur un fond très légèrement épicé, bouche liquoreuse avec un jus épais et concentré, un développement aromatique d’une grande complexité, une finale étirée et parfaitement digeste.
    Avec sa complexité aromatique exceptionnelle, sa liqueur bien concentrée et sa finale pleine d’énergie et de fraîcheur, cette S.G.N. d’une jeunesse tout à fait étonnante nous a offert un magnifique récital gustatif.

    P.S. : si vous voulez lire d'autres cpommentaires sur ces bouteilles allez voir sur la page FB de l'Oenothèque Alsace.

  • Les vins du mois de novembre 2021

    Gewurztraminer Rittersberg 2018
    Domaine J.P. Schmitt à Scherrwiller

    Img 5089

    Robe : jaune moyen, avec des reflets ambre clair.
    Nez : fin et expressif avec une palette florale complexe soutenue par de fines nuances épicées
    Bouche : volumineuse et puissante avec une belle mâche et une salinité sensible, finale très sapide avec une longue persistance sur les épices douces.
    Ce gewurztraminer qui révèle une aromatique superbe sur un registre assez classique, nous étonne par sa présence en bouche pleine d’énergie.
    Jean Paul Schmitt a choisi de vinifier cette cuvée après une légère phase macération…une option très intéressante qui lui a donné du relief sans brouiller la signature du cépage. Joli travail !


    Gewurztraminer Grand Cru Steingrubler 2009
    Domaine Barmès-Buecher à Wettolsheim

    Img 5106

    Robe : jaune doré, très lumineux.
    Nez : très expressif et très complexe, notes d’orange confite, d’abricot, de gingembre et de cannelle sur un fond légèrement poivré.
    Bouche : attaque souple et suave, centre riche et juteux, texture bien onctueuse, finale très sapide avec des amers nobles et une longue persistance acidulée et épicée.
    Ce beau terroir qui vit un peu dans l’ombre de son voisin plus médiatisé – le Hengst – génère toujours des vins d’une grande finesse comme ce gewurztraminer vinifié par Maxime Barmès : c’est un gewurztraminer tout en élégance et en délicatesse qui peut se déguster juste pour le plaisir mais qui pourra aussi bien se tenir à table notamment face à un foie gras poêlé ou face à un mignon de porc au caramel.


    Viré-Clessé Les Raspillères 2018
    Domaine Chagnoleau à Pierreclos

    Img 5088

    Robe : jaune clair, belle brillance avec des reflets or pâle
    Nez : discret et racé, notes de poudre de craie et de menthe fraîche sur un fond délicatement fumé
    Bouche : attaque franche et vive, jus consistant avec un joli gras structuré par une acidité très large et une salinité puissante, finale tonique et minérale avec de belles nuances pierreuses et crayeuses.
    Cette bouteille confirme totalement les belles sensations ressenties lors d’une première dégustation à Hurigny en 2019 : c’est une très grande cuvée de chardonnay qui exprime ce beau terroir du mâconnais avec plénitude et authenticité.


    Pouilly-Fuissé La Roche 2012
    Bret Brothers à Vinzelles

    Img 5107

    Robe : jaune clair avec des éclats dorés
    Nez : intense et complexe, notes de fruits blancs, de gingembre, de curcuma et de silex sur un fond légèrement torréfié
    Bouche : attaque assez douce suivie par une longue montée en puissance pour développer un jus consistant avec un très beau gras et structuré par une charpente acide minérale très solide, finale très tonique relevée par des amers nobles avec une longue persistance sur le pamplemousse, les épices et le sésame grillé.
    Quand on a la chance de déguster un très grand Pouilly-Fuissé dans la force de l’âge, on se sent d’abord chanceux puis reconnaissant envers ceux qui ont œuvré pour que ce moment puisse se produire…merci les Brothers !


    Pinot Noir Rubis 2018
    Domaine P.H. Ginglinger à Eguisheim

    Img 5030

    Robe : rubis très brillant, densité moyenne
    Nez : élégant et charmeur, palette florale très complexe soutenue par un support boisé très classieux.
    Bouche : attaque douce et gourmande, jus fruité assez consistant avec une texture bien veloutée, finale longue, fraîche et bien glissante.
    Avec cette cuvée « Rubis », Mathieu Ginglinger nous prouve, millésime après millésime, que les grand terroirs d’Eguisheim sont capables de donner naissance à des pinots noirs de haute tenue : c’est un vin ouvert, charmeur et généreux qui se déguste avec grand plaisir dès maintenant mais qui pourra encore évoluer favorablement durant quelques années en cave.


    Nuits Saint Georges 1°Cru Les Pruliers 2012
    Domaine Chicotot à Nuits Saint Georges

    Img 5029

    Robe : rubis sombre avec des bords tirant sur le roux.
    Nez : complexe et profond avec des notes de fruits noirs frais (cassis et mûre), d’aubépine et de craie humide sur un fond légèrement fumé.
    Bouche : très puissante avec un jus dense, tendu par une acidité bien marquée et une salinité sensible, finale fraîche et bien sapide avec des tanins encore assez fermes.
    9 années après sa conception ce premier cru de Nuits commence à se dévoiler en libérant une palette aromatique racée et complexe tout en développant une matière pleine d’énergie en bouche.
    Voilà un vin qui a commencé à parler mais qui est loin de nous avoir tout dit…rendez-vous dans quelques années.


    VDP de l’Hérault Mas de Daumas Gassac 2007
    Famille Guibert à Aniane

    Img 5112

    Robe : rubis très sombre avec des bords roux.
    Nez : élégant et complexe, notes de poivron mûr, de fruits noirs frais, d’amande et d’herbes de garrigue
    Bouche : matière concentrée, structurée par une maille acide/tannique bien tonique mais la texture reste caressante avec des tanins très fins, finale acidulée et bien sapide.
    Cette cuvée de Daumas Gassac qui s’approche vaillamment de ses 15 ans, s’est laissé déguster avec grand plaisir tout en nous donnant l’impression qu’elle n’avait pas encore atteint son apogée.
    Quoiqu’on en dise, je pense que ce domaine languedocien produit des vins vraiment hors norme. MIAM !

     

     

  • Petite dégustation de champagnes à "La Vinoterie" de La Wantzenau

    Pour préparer les fêtes de fin d’année, « La Vinoterie » de La Wantzenau vous propose des animations gourmandes organisées durant les week-ends du mois de décembre avec notamment des dégustations de vins et de spiritueux.

    C’est à cette occasion que j’ai pu découvrir cette très belle sélection de champagnes proposés à des prix très sages…allez on goûte !


    Champagne Brut Tradition – Domaine Rémy Massin &Fils à Ville sur Arce : nez ouvert et charmeur, bouche très gourmande avec un jus fruité bien mûr, bulle très fine, finale fraîche et sapide.
    (100% pinot noir – millésimes principaux : 2015+2016+2017)

    265653331 600505977942500 4091223114622912926 n

    Ce blanc de noirs de la Côte des Bar se livre à la dégustation avec une très belle spontanéité…c’est un champagne séducteur et festif qui fera merveille à l’apéritif.


    Champagne Brut Coteaux Sézannais L’Assemblage – Domaine Pertois-Moriset à Le Mesnil-sur-Oger : nez frais et engageant avec une palette fruitée d’une très belle pureté, bouche ample avec un très beau gras; mousse fine et crémeuse, finale fringante avec de beaux amers salivants.
    (50% pinot noir+50% chardonnay – millésimes : 2019 + 25% de vin de réserve – dosage : 2,5 g/l – dégorgement : juillet 2021)
    Champagne Grand Cru Brut Les Quatre Terroirs – Domaine Pertois-Moriset à Le Mesnil-sur-Oger : nez très élégant avec de belles notes de beurre frais de brioche au citron et de noisette, jus généreux et gourmand équilibré par une acidité large et une bulle fine mais très vive, finale tonique et désaltérante.
    (100% chardonnay – millésimes : 2015 + 30% de vin de réserve – dosage : 2,5 g/l – dégorgement : septembre 2021)

    266366476 649338852769132 8457581168909730242 n

    Produites par un domaine familial de la Côte des Blancs ces deux champagnes m’ont fait une très belle impression : des bouteilles stylées, des caractères bien définis et des équilibres remarquablement balancés.
    La cuvée d’assemblage gorgée de fruit et dotée d’une fraîcheur réjouissante pourra être servie à l’apéritif ou sur des plats de fruits de mer.
    La cuvée de blanc de blancs issue de quatre terroirs classés Grand Cru (Le Mesnil sur Oger, Oger, Cramant et Chouilly), est un champagne plein de classe mais d’une parfaite buvabilité…je crois que je tiens là mon petit coup de cœur personnel !


    Champagne Brut La Sereine-900 Jours – Domaine J.M. Goulard à Prouilly : nez ouvert et très pur avec une palette fruitée bien fraîche, bouche longiligne et tonique, mousse crémeuse, finale longue et bien sapide relevée par une délicate amertume.
    (40% pinot noir+30% chardonnay+30% pinot meunier – millésimes : 2015+2016+2017 – dosage : 7 g/l – dégorgement : janvier 2021)
    Champagne Extra-Brut 2500 – Domaine J.M. Goulard à Prouilly : aromatique complexe et raffinée, notes de fleurs blanches et de noisette fraîche sur un fond délicatement épicé, bouche charnue avec une bulle stimulante mais d’une très grande finesse, finale racée avec une présence saline marquée et de beaux amers minéraux.
    (40% pinot noir+30% chardonnay+30% pinot meunier – millésimes : 2010+2012 – dosage : 5 g/l – dégorgement : avril 2020)

    265380095 764596248272605 4371801397759777328 n

    Avec des durées d’élevage sur lattes très longues (3 ans pour « La Sereine » et plus de 7 ans pour la « 2500) ces deux cuvées élaborées par un domaine implanté sur le  massif de Saint Thierry, nous ont offert un récital gustatif plein d’élégance et d’harmonie.
    Ce sont deux champagnes de haute gastronomie qui pourront accompagner parfaitement un bob nombre de plats de fête : je pense que « La Sereine » se plaira bien en compagnie de préparations à base de fruits de mer et de crustacés et la « 2500 » fera merveille face à un chapon farci ou une viande blanche à la crème. MIAM !!!


    A l’approche des fêtes de fin d’année, cette sélection de champagnes présentée à la « La Vinoterie » constitue une vraie aubaine pour tous ceux qui veulent mettre un peu d’effervescence dans leurs futures agapes.
    A noter aussi que ces bouteilles vendues entre 26 et 41 euros offrent un rapport Q/P exceptionnel…à bon entendeur !

    Lire la suite

  • Restaurant Ma Table en Ville à Mâcon

    1 1 59

    Depuis deux ans, l’ami Cyril et moi avions pris l’habitude de terminer notre journée dans le vignoble du Mâconnais par un dîner au Château des Poccards (CLIC) mais hélas ce restaurant a fermé ses portes en 2021.
    Nous allons donc tester une nouvelle adresse gourmande : « Ma Table en Ville », un restaurant qui propose une cuisine actuelle avec des produits frais fournis en grande partie par des producteurs locaux.

    La salle du restaurant est assez petite mais son agencement et son décor contemporain créent une ambiance très agréable.
    La carte des mets est très courte – 2 entrées, 2 plats et 2 desserts – mais tous les plats proposés ce soir me faisaient vraiment envie.

    Mon choix de menu pour ce soir :

    2 157Œuf poché et poêlée de girolles

    4 1 67Agneau confit, lingots et légumes de saison.

    4 2 63Moelleux au chocolat et glace vanille

    La carte des vins n’est pas trop longue mais fait une très large place aux vignerons locaux avec des noms qui sonnent bien à nos oreilles d’amateurs : Cornin, Saumaize, Maillet, La Soufrandière, Chagnoleau…que du bon !

    Pour l’apéritif nous optons pour une valeur sûre avec un verre de Saint Véran Vieilles Vignes des Crèches 2019 du domaine Jacques Saumaize : un fruité frais soutenu par de fines notes boisées/torréfiées au nez, un jus pur et minéral en bouche, une finale tonique, crayeuse et légèrement tannique.

    1 2 57

    Notre choix « sans risque » nous a permis de déguster un saint véran tout en élégance et en pureté, qui a rempli parfaitement son rôle de réveil papillaire…et comme j’avais gardé un fond de verre pour l’entrée, j’ai pu profiter d’un accord tout en douceur et en suavité avec les saveurs de cette belle assiette automnale.

    Pour le repas ce sera une bouteille de Givry 1°Cru Petit Marole 2019 du domaine François Lumpp : un nez ouvert et charmeur avec des notes de fruits rouges bien mûrs sur un fond floral raffiné, une bouche pleine et profondément fruitée avec une texture onctueuse et une finale longue et sapide.

    3 159

    Que ce soit avec l’entrée ou avec le plat principal, cette très belle cuvée de Givry a réussi un accord tout en douceur et en délicatesse : le velouté et la finesse aromatique du vin ont joué presque ton sur ton avec la préparation aux girolles comme avec cet agneau fondant et son jus aux saveurs subtiles et raffinées.

    C’est toujours avec grand plaisir que je termine une journée de bourlingage dans les vignes avec l’ami Cyril, par un petit dîner dans un restaurant local comme cette « Table en Ville » où on vous sert de jolies assiettes qu’on peut accompagner avec de très belles bouteilles proposées par une carte des vins qui fait une très large place à la production locale.
    Pour finir, il faut également relever la qualité du service, rapide et souriant ainsi que des prix très raisonnables pour le menu comme pour les vins…que demander de plus !

  • Les vins du mois de septembre 2021

    Riesling Fronholz 2017
    Domaine Ostertag à Epfig

    600 topcenter 635b5187 copy 5743

    Robe : jaune franc et très lumineux.
    Nez : complexe et évolutif, notes d’ananas frais et d’agrumes mûrs sur un fond zesté, épicé et légèrement grillé.
    Bouche : attaque franche, jus ample structuré par une acidité large et un léger grain tannique, finale sapide avec des amers nobles et un long sillage sur le pamplemousse et la craie.
    André Ostertag a parfaitement saisi l’identité de ce terroir d’Epfig qu’il met en valeur comme nul autre en nous proposant des vins exceptionnels comme ce riesling à la fois complexe mais très facile à approcher, très puissant mais d’une grande élégance…un grand vin tout simplement !


    Riesling Kaploen 2015
    Domaine Mochel à Traenheim

    Img 4947

    Robe : jaune moyen des éclats dorés.
    Nez : riche et très expressif, notes d’agrumes mûrs et d’ananas frais sur un fond herbes à tisane (verveine, mélisse).
    Bouche : attaque assez vive, jus ample et généreux (33g de SR) structuré par une acidité large et intense, finale digeste et très appétante un sillage épicé et de beaux amers salivants.
    Ce riesling né sur l’Altenberg de Bergbieten mais « déclassé » par Guillaume Mochel à cause d’une richesse un peu trop importante pour le cahier de charges du Grand Cru, reste néanmoins un très beau vin qui se déguste avec grand plaisir dès aujourd’hui mais qui a les épaules pour tenir de longues années en cave. MIAM !


    Riesling Grand Cru Sommerberg-Arnaud 2014
    Domaine de l’Oriel à Niedermorschwihr

    Img 4907

    Robe : jaune clair, très lumineux avec des éclats argentés
    Nez : intense et complexe, notes de pamplemousse, de zestes d’agrumes et de romarin sur un fond finement terpénique
    Bouche : attaque nette et directe, jus bien gourmand avec un centre légèrement moelleux, finale puissante avec une minéralité intense et une longue persistance fruitée et épicée.
    Millésime après millésime, cette vieille vigne sur les pentes abruptes du Sommerberg offre à Claude Weinzorn une matière première de qualité exceptionnelle qui lui permet de nous proposer ce riesling plein d’énergie et de gourmandise. MIAM !


    Arbois Naturé 2018
    Domaine Ratte à Arbois

    Img 4905

    Robe : jaune clair avec une légère turbidité et des reflets argentés
    Nez : complexe et racé, arômes de fruits blancs frais et de vanille suivis par des notes d’épices et de pierre à fusil.
    Bouche : léger perlant à l’ouverture, acidité large et percutante équilibrée par une matière très pulpeuse, finale tendue avec un petit grip tannique et une belle persistance sur les épices et la minéralité.
    Après un temps d’affinage en cave, cette cuvée de savagnin ouillé produite par un domaine que j’ai visité à deux reprises, commence à révéler l’empreinte de ces beaux terroirs de marnes bleues et grises du vignoble arboisiens.


    Côtes du Jura Savagnin 2011
    Domaine Pignier à Montaigu

    Img 4910

    Robe : jaune paille avec des éclats dorés.
    Nez : complexe et raffiné, notes d’agrumes confits et d’épices (curry, gingembre) sur un fond de fruits secs et de sous-bois.
    Bouche : attaque vive et franche, acidité virulent et très large qui structure un jus très consistant, présence saline très intense, finale tonique et salivante avec un léger grain tannique et un long sillage sur les épices et les fruits secs.
    Cette cuvée de savagnin plus classique (travaillée sans ouillage) qui a bénéficié d’un vieillissement conséquent, montre aujourd’hui un profil tout en finesse et en délicatesse un peu loin des standards de la région mais d’une classe absolue.


    Beaune 1° Cru Grèves 2017
    Domaine Germain à Nantoux

    Img 4949

    Robe : grenat assez dense avec une fine frange orangée.
    Nez : très discret avec une palette complexe sur la mûre et l’orange sanguine sur un fond fumé/pierreux un peu austère.
    Bouche : attaque très franche, jus plein et bien structuré, tanins fondus, finale minérale et saline avec un long sillage poivré et fumé.
    Avec son expression très racée mais son profil encore un peu austère, ce premier cru de Beaune affirme un caractère de grand vin de garde et de gastronomie.
    Voilà une belle bouteille produite par une famille vigneronne établie sur les hauteurs de Pommard et qui nous propose une gamme de vins offrant un rapport Q/P très intéressant…à bon entendeur !


    VDP de Vaucluse Domaine des Tours 2017
    EARL des Tours à Sarrians

    Img 4906

    Robe : rouge profond avec beaucoup d’éclat
    Nez : ouvert et engageant avec une palette sur les fruits rouges bien mûrs (fraise, framboise, groseille) et les épices douces.
    Bouche : attaque très gourmande, jus opulent et très onctueux, développement aromatique suave et complexe, finale intense mais d’une belle buvabilité.
    Quand on oublie la détestable bulle spéculative qui règne autour des bouteilles produites par ce domaine et qu’on se limite aux qualités intrinsèque de cette cuvée, on ne peut être que subjugué par ce vin remarquable de finesse et de gourmandise. MIAM !

    Img 4923Panorama automnal sur la plaine du Rhin à partir du Scharrachberg avec la flèche de la cathédrale de Strasbourg au loin

     

  • "L'Alsace à boire" c'est à Strasbourg

    1 177

    Cette enseigne qui a fait son apparition au 14 rue du 22 novembre à Strasbourg au cours de l’été 2021, fait à la fois caviste et bar à vin tout en restant très majoritairement dédiée aux vins et d’Alsace…mais on y trouve aussi quelques bières produites par des brasseries locales.
    On peut s’installer au bar ou à une table à l’intérieur ou en terrasse pour y déguster quelques verres de vin et une planchette garnie de fromages et de charcuteries régionales préparées minute.

    La carte des vins au verre propose une vingtaine de références et les rayonnages du côté caviste sont garnis de 180 références produites par 70 domaines différents.

    2 155« L’Alsace à boire » côté bar…

    3 156…et côté terrasse.

    4 1 66« L’Alsace à boire » côté caviste…

    4 2 62…avec quelques très belles étiquettes.

    Tous les samedis après-midi de 15 heures à 20 heures, l’« Alsace à boire » convie un vigneron pour qu’il puisse présenter son domaine et ses vins aux clients et ce samedi 9 octobre c’était au tour du domaine Emile Beyer avec Valérie Beyer venue d’Eguisheim pour faire déguster quelques références du domaine en vente chez ce caviste.

    5 141Valérie Beyer qui présente les vins du domaine Emile Beyer

    Pinot Gris Eguisheim 2019 – Domaine Emile Beyer à Eguisheim : nez très charmeur, notes de coing frais sur un fond floral très élégant, bouche suave et très aérienne, équilibre sec, finale sapide avec une longue persistance fruitée et légèrement fumée.

    6 2 65

    Ce pinot gris tout en finesse nous rappelle que ce cépage peut générer de très beaux vins en Alsace.
    Avec sa belle gourmandise et son profil gastronomique très large, cette cuvée « Eguisheim » 2019 est une petite friandise qui se laisse déguster avec une grande facilité dès maintenant. MIAM !

    Riesling Grand Cru Pfersigberg 2019 – Domaine Emile Beyer à Eguisheim : nez discret mais très racé, notes d’agrumes frais et de zestes sur un fond poudre de craie assez marqué, bouche longiligne mais d’une belle densité, équilibre tonique et salinité intense, finale vive, citronnée et salivante.

    6 3 30

    Voilà une grosse cartouche qui n’a pas eu besoin d’attendre pour se faire remarquer (une grosse note dans le dernier B&D)…un riesling, plein, complexe, imprégné d’une profonde minéralité et déjà très accessible aujourd’hui. J’adore !!!


    Pinot Noir Hüt 2017 – Domaine Mélanie Pfister à Dahlenheim : nez ouvert et raffiné, fruité profond soutenu par de belles notes boisées/torréfiées, attaque en bouche vive et franche avec un jus concentré et bien gourmand, trame tannique veloutée, finale fraîche avec de fines touches épicées et minérales.

    6 1 67

    Ce pinot noir dégusté au bar de « L’Alsace à boire » allie puissance, élégance et complexité dans un ensemble parfaitement équilibré tout en gardant une belle gourmandise et une parfaite buvabilité. La classe !

    Avec sa sélection de vins de haute tenue et son bar à vin très accueillant « L’Alsace à boire » ne tardera pas à s’imposer comme un lieu de rendez-vous incontournable pour tout amateur de grands vins d’Alsace.

    L’idée de programmer régulièrement des rencontres avec les vignerons au sein de la capitale alsacienne me semble également très intéressante.
    J’ai été ravi d’échanger quelques mots avec Valérie Beyer et de déguster ces deux très belles cuvées en sa compagnie : un pinot gris très séduisant et un riesling exceptionnel, deux vins qui annoncent une gamme 2019 particulièrement réussie au domaine Beyer…à bon entendeur !

    J’émettrai cependant une petite réserve en ce qui concerne la politique tarifaire appliquée au niveau du bar à vin : près de 9 euros pour un verre de pinot noir – même très bon et servi généreusement (10 ou 12 cl) – c’est franchement exagéré car quand on connait un peu les tarifs pro pratiqués par les domaines, on se rend compte que ça culbute un peu fort dans cet établissement. Dommage !

    Ceci dit, l’endroit vaut quand même largement le déplacement et je ne peux que vous inciter à y faire une petite halte, notamment les samedis après-midi.
    Aujourd’hui (samedi 10 octobre), « L’Alsace à boire » accueille le domaine Deiss et par la suite il y a plein de très beaux domaines alsaciens qui vont s’y succéder…comme Meyer-Fonné, Josmeyer, Zusslin, Engel, Frick, Fuchs…

    Vous trouverez des informations plus précises sur la page Facebook de « L’Alsace à boire ».