Pèlerinage Bourgogne/Beaujolais 2016 - Visite au domaine Castagnier

Comme je n’ai pas pu effectuer mon traditionnel pèlerinage estival en terre burgonde, j’ai décidé de profiter de mes congés d’automne pour programmer ce séjour prolongé qui va me faire voyager de la Côte de Nuits au Mont Brouilly.
Lors de la première journée de cette longue tournée oenophile j’ai prévu 3 visites : le domaine Castagnier à Morey-Saint Denis, le domaine Gros Frère&Sœur à Vosne Romanée et le domaine Chicotot à Nuits Saint Georges.
Pour les deux jours suivants je serai rejoint par mes vieux compères, Jean-Claude et Jean-Luc – ceux là même qui m’avaient accompagné l’année passée – pour une virée dans les vignobles du Beaujolais, du Mâconnais et de la Côte Châlonnaise avec 5 étapes viniques au programme : le domaine Burgaud à Morgon, le Château Thivin à Odenas, le domaine René Michel à Clessé, La Soufrandière à Vinzelles et le domaine Tatraux à Givry.
Le dernier jour verra mon retour en Bourgogne avec 3 visites en Côte de Beaune : le domaine Carillon à Puligny-Montrachet, le domaine Buisson-Charles à Meursault et le domaine Christophe Vaudoisey à Volnay.

Hoppla, c’est parti !

1 1
La montagne sacrée de la Côte de Beaune parée des couleurs flamboyantes de l'automne

 

Jour 1. : visite au domaine Castagnier à Morey Saint Denis

Programmée depuis toujours en début ou en fin de pèlerinage, cette étape à Morey Saint Denis a obtenu son statut de passage obligé dès ma première visite en 2009.
Cette année encore, je vais ouvrir le programme de mes dégustations bourguignonnes en compagnie de ce vigneron sympathique et passionné, qui a le privilège de travailler quelques uns des plus beaux terroirs de la Côte de Nuits.
Moi j’appelle ça un début en fanfare !

1 49
Morey Saint Denis sous le soleil d’octobre

Comme souvent, l’emploi du temps de Jérôme est « blindé » et lorsque je me présente à la porte du domaine, il est en train de finir de charger la commande d’une cliente helvète et enchaîne son programme de rendez-vous en recevant ma pomme en compagnie d’un couple d’amateurs venus découvrir ses vins.

Les jus de 2016 sont encore en cuve et les vins de 2015 terminent leur phase d’élevage en fûts…allez, on part en direction de la cave pour découvrir quelques crus du millésime 2015 !

3 49
Le cuvage avec les jus de 2016…

4 47
…et la cave avec les vins de 2015.


Caractéristiques des derniers millésimes au domaine Castagnier :

2016
« En un mot : miraculé ! » : après le dramatique épisode de gel en avril 2016, « début mai, il n’y avait aucune végétation dans la plupart des vignes de la Côte de Nuits », il a fallu attendre le 15 mai pour voir une seconde pousse de feuilles « il n’y a pas eu plus de fruits mais au moins nous avons pu constater que les ceps avaient survécu »…maigre consolation !
Au final certains villages on vraiment souffert – « Chambolle et Marsannay sont sinistrés et le Clos de Vougeot a été fortement impacté » – mais les vignes autour de Morey ont été relativement préservées.
Les longs épisodes pluvieux du printemps ont rendu les traitements très difficiles « le combat était rude jusqu’au bout…mais nous avons réussi à sauver l’essentiel ».
Après un dernier traitement début août, les vendanges ont été planifiées pour la semaine 39 : « par la suite tout c’est bien passé, les vins se sont faits presque tous seuls en cave ».
Au final, 2016 verra naître de très belles cuvées : les vins sont riches – « sur les Grands Crus nous avons des degrés naturels entre 13°8 et 14°2 » – et les acidités sont magnifiques…mais il y en aura vraiment pas pour tout le monde !!!

2015
Comme nous l’avons déjà évoqué rapidement l’année passée 2015 sera un grand millésime sur le plan qualitatif mais un très petit millésime en termes de quantité « ce fût un millésime très facile à la vigne mais la sécheresse a fait chuter les rendements ».
Les vendanges qui ont démarré le 9 septembre ont permis de rentrer « une matière première exceptionnelle ». Pour l’occasion Jérôme a décidé de vinifier ses cuvées avec 30% de vendange entière.
En cette fin novembre, la plupart des cuvées sont en train de finir leurs malos : « elles sont plus longues que d’habitude…mais je pense que c’est bon signe ».

Et si nous allions vérifier tout ça !

5 45
Jérôme Castagnier à la pipette nous sert ses précieuses gouttes de 2015.

Chambolle Musigny 2015 : nez avenant sur la cerise bien mûre, nuances florales très délicates, matière souple et élégante en bouche, richesse, acidité et structure tannique s’équilibrent avec beaucoup de classe, finale fraîche et gourmande sur les fruits rouges.
Ce Chambolle est charmeur comme à son habitude avec une expression aromatique bien épanouie, un corps fuselé et une présence capiteuse en bouche. MIAM !

Morey Saint Denis 1°Cru Aux Cheseaux 2015 : nez discret avec un fruité subtil et une présence épicée/minérale en filigrane, matière séveuse, épaisse et concentrée, finale longue, sillage sur le poivre noir et la mine de crayon.
Après la douceur très sensuelle du Chambolle, le 1° Cru de Morey du domaine Castagnier affirme son caractère viril avec force. Cette cuvée que Jérôme propose depuis quelques millésimes révèle très tôt sa nature de vin de terroir même s’il faudra encore patienter quelques années pour profiter pleinement de son potentiel.

Charmes-Chambertin 2015 : nez ouvert et épanoui, notes de baies de cassis bien mûres et de poivre, silhouette svelte mais matière concentrée, texture veloutée, finale fringante avec de belles nuances minérales.
Avec son aromatique très parlante et sa présence riche et avenante en bouche, ce Grand Cru montre une sociabilité particulièrement précoce…même si son statut exige une garde conséquente, ce Charmes Chambertin offre à l’amateur impatient la possibilité de se régaler dès à présent.
« Carpe Diem » les amis !

6 48

Clos Saint Denis 2015 : nez complexe avec de discrètes notes fruitées (cerise rouge) et florales, en bouche la matière est concentrée mais finement ciselée par une présence acide/minérale très structurante, la finale laisse persister un sillage florale et délicatement réglissé (un peu Zan à la violette).
Comme lors de notre visite de l’an dernier ce Grand Cru nous a étonnés par son expression pleine et bien mature. Malgré une malo qui se termine calmement son expression aromatique est déjà bien en place et sa présence en bouche pleine de vitalité nous ouvre de très belles perspectives d’avenir. Très prometteur !

7 47
Les pièces de Clos Saint Denis du domaine Castagnier

Clos de la Roche 2015 : olfaction parfaitement posée et très engageante, palette assez proche de celle du Clos Saint Denis avec une association fruité et florale très charmeuse complétée par notes fumées et pierreuses, matière très concentrée, belles sensations de rondeur et de suavité en milieu de bouche, finale qui s’étire et se tend, sillage fruité et minéral.
Seul vin de la série qui a fini sa malo, le Clos de la Roche confirme une fois encore qu’il reste une valeur sûre du domaine Castagnier : assez proche du Clos Saint Denis dans son expression olfactive, ce Grand Cru marque son identité par cette empreinte minérale unique qu’on remarque dès à présent dans son registre aromatique comme dans sa présence en bouche. Grand vin !

8 46
Vue sur une partie du Clos de La Roche en automne


Après 7 années de fidélité au domaine et un bon nombre d’articles qui relatent mes visites chez Jérôme Castagnier (le premier en 2009 et le dernier en 2015), il ne me reste pas beaucoup de choses nouvelles à dire sur ce vigneron de Morey Saint Denis…mais je vais quand même essayer de conclure en vous livrant quelques impressions personnelles sur les vins dégustés aujourd’hui.

8 2 1
La version 2014 de la série dégustée ce jour au domaine Castagnier

Les 5 cuvées de 2015 présentées aujourd’hui ont montré des jus généreux et lumineux avec des expressions aromatiques très séduisantes et des trames minérales qui commencent déjà à se faire sentir.
Sur ce millésime très solaire, les vins du domaine Castagnier sont riches mais parfaitement équilibrés par des structures acides/salines qui font sentir leur présence de façon très précoce.
En choisissant de travailler avec un tiers de vendange entière, Jérôme a réussi à élaborer une belle série de cuvées où l’expression des terroirs arrive à garder le dernier mot. Chapeau !

Ces bonnes nouvelles sont hélas un peu ternies par l’annonce d’un large déficit en volume qui résulte d’une succession de millésimes à très faible rendement…ce qui aura une double conséquence pour l’amateur : il devra se dépêcher de réserver les flacons qu’il convoite (pour ceux du domaine Castagnier, j’ai peur qu’il soit déjà trop tard…) et il verra s’envoler le prix des crus les plus rares.

2 49
Le Saint Vincent de Morey garde l’entrée de la cave de Jérôme Castagnier

Mille mercis à Jérôme Castagnier pour son accueil.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau