Bien manger dans le vignoble

  • Le château du Hochberg à Wingen sur Moder


    1 121
    Le château construit au XIX° siècle abrite un hôtel et un restaurant.

    Situé dans un magnifique parc juste en face du Musée Lalique, le restaurant du Château du Hochberg sert une cuisine raffinée mais accessible qu’on déguste dans un cadre chic et accueillant.

    2 1 46
    Notre table du jour

    Pour le déjeuner de cette semaine le chef Arnaud Barberis nous propose un menu du jour en 3 temps :

     
    2 2 44
    Entrée : sur une fine pissaladière, légumes confits, cuits et crus, tataki de thon et anchois, pesto en vinaigrette.

    2 4 13
    Plat : la pièce de veau en cuisson douce, polenta crémeuse regonflée au gran padano, girolles, légumes du moment et jus crémé

    2 5 10
    Dessert : l’entremet caramel et vanille, feuillantine croustillante, sorbet pomelos

    Elaborée grâce aux conseils de Romain Iltis – le sommelier qui officie au restaurant doublement étoilé de La Villa Lalique – la carte des vins comporte une très belle série de références qu’on pourra déguster au verre ou en bouteille (et qu’on peut même acheter à emporter au prix caviste).

    Comme je dois reprendre la route après ce déjeuner, je vais me contenter de choisir un verre de blanc pour l’apéritif et l’entrée et un verre de rouge pour accompagner le plat :

    Riesling Thalberg 2016 – R. Schmitt à Bergbieten : un riesling riche et gourmand à souhait avec un fond salin/minéral qui donne une belle énergie à l’ensemble.
    Parfait à l’apéritif – un véritable stimulateur papillaire – ce vin a bien répondu aux arômes complexes et résolument sudistes du plat mais son expression minérale rendue plus saillante lui a donné un caractère un peu moins séduisant.

    Crozes Hermitage Fées des Champs 2017 – C. Curtat à Tournon : un crozes à la fois opulent et tonique – qui n’est pas sans rappeler le style Combier – qui a réalisé un accord ton sur ton avec une préparation toute en finesse et en douceur...une véritable caresse pour les papilles !

    2 3 28

    Située dans cette cité des Vosges du Nord - comme la table étoilée de la Villa Lalique – le château du Hochberg n’est pas vraiment proche de la route des vins d’Alsace mais l’œnophile pourra toujours se consoler en visitant le superbe musée Lalique où il trouvera une belle collection de verres en cristal, avant de profiter de la qualité remarquable des plats et des vins servis dans ce restaurant.
    Le cadre est superbe, les assiettes sont dressées avec élégance et le service est rapide, efficace et souriant.
    L’entrée m’a séduit par ses saveurs complexes mais parfaitement équilibrées et le plat de viande était sublime avec une viande de veau qui fondait littéralement en bouche.
    Le repas s’est conclu par un dessert très classieux…tout à fait dans la ligne d’excellence des mets qui l’ont précédé.

    Avec des menus à 34 euros (pour 3 plats) ou à 46 euros (pour 4 plats), une formule midi « offerte » à 22 euros et une carte des vins composée par le meilleur sommelier de France, qui nous invite à découvrir de belles références proposées  au verre à partir de 6 euros, le restaurant du château du Hochberg va prendre une place de choix sur mon podium des meilleurs rapports Q/P de notre région. MIAMMMMM !!!

  • Le restaurant de la Gare à Guewenheim

    Avec sa carte des vins qui compte près de 2000 références, ce restaurant situé dans un village du Sundgau bien décroché de la Route du Vin d’Alsace (à 10 km environ au sud de Thann) est une adresse incontournable pour tout amateur de belles bouteilles. D’ailleurs ce sont 2 couples de vignerons bien connus – Valérie et Christian Beyer et Myriam et Frédéric Schmitt – qui nous ont proposé de les accompagner pour un déjeuner dominical savamment arrosé.

    1 116
    Le restaurant et sa véranda

    La carte des mets est assez courte et propose quelques spécialités locales ainsi que 2 menus en 3 temps.
    Pour moi ce sera : carpaccio de saint jacques à l’huile de truffe, côte de veau de lait aux légumes printaniers et tiramisu fraise-rhubarbe.

    2 2 35
    La côte de veau aux légumes.

    La carte des vins est effectivement fidèle à sa réputation avec une offre vinique absolument faramineuse : à titre d’exemple, les pages consacrées aux rieslings alsaciens comportent plus de 100 références…et avec tous les grands noms de la région bien entendu.
    Un peu submergé par ce foisonnement de grandes étiquettes, je me débine en laissant aux vignerons (qui connaissent bien l’endroit, évidemment) et à l’ami Stéphane le soin de choisir de quoi arroser notre repas.
    Comme c’est dimanche…pas envie de trop travailler donc pas de notes mais juste quelques impressions retranscrites de mémoire :

    Muscat Grand Cru Saering 2012 – Dirler-Cadé à Bergholz : un nez agréable, notes de raisin sec sur un fond assez évolué, une bouche élégante et suave, une finale un peu fatiguée…plus méditatif que festif, ce muscat manquait un peu de tonus pour être vraiment « apéritif ».
    Chablis Grand Cru Les Clos 2008 – Dauvissat à Chablis : un nez classique, floral et iodé, une bouche vive et saline et une finale pleine de force minérale…voilà un grand chablis qui n’a pas trop bien supporté l’assaisonnement du carpaccio mais que j’ai beaucoup apprécié.
    Côte Rôtie La Barbarine 2012 – Gangloff à Condrieu : un nez sublime de complexité, un jus concentré et gourmand, une texture caressante et un équilibre juste parfait…ce Côte Rôtie absolument magnifique est surement l’une des plus belles bouteilles de rouge que j’ai rencontré ces dernières années. WAOUHHHH !

    2 1 37

    Sauternes Grand Cru Classé Château Rieussec 1986 – Fargues : un nez intense, mûr et épicé, une liqueur complexe et bien digeste en bouche…voilà une bouteille qui nous rappelle qu’un grand sauternes à son optimum de maturité est un pur régal.

    2 3 21


    « Le Restaurant de la Gare » de Guewenheim est une table que tout œnophile doit connaître : la carte des vins qui est réputée comme étant l’une des plus belles de France, nous propose des bouteilles signées par les plus grands noms de chaque région viticole à des prix vraiment très abordables.

    L’accueil y est chaleureux et la cuisine généreuse et goûteuse…bref toutes les conditions sont réunies pour que les amateurs de bonne chère et de grands vins puissent vivre un moment de pur plaisir.

    Merci à nos amis vignerons de nous avoir suggéré cette adresse…on y retourne quand ?

  • Un déjeuner à la Villa Lalique à Wingen sur Moder


    Pour m’aider à surmonter le traumatisme du passage dans le monde du 3° âge mes amis du club AOC, ont eu la très bonne idée de m’offrir un joli chèque-cadeau à dépenser dans ce restaurant alsacien doublement étoilé situé dans le nord de l’Alsace.
    Hoppla, c’est parti pour une belle escapade gourmande à la Villa Lalique.

    1 107
    La Villa Lalique, dans son cadre bucolique à la sortie du village de Wingen sur Moder

    2 1 33   3 95
    La Villa vue du parking et l’entrée du restaurant

    La grande salle du restaurant est lumineuse et accueillante, le personnel ultra-professionnel est aux petits soins et ma table dressée à la perfection m’attend près d’une grande baie vitrée qui donne sur la forêt...je sens que je vais passer un très bon moment !

    4 1 25
    Mon « terrain de jeu » du jour…

    4 2 25
    …avec la vue sur une salle lumineuse et accueillante.

    Pour l’apéritif, le sommelier Romain Iltis, me propose un verre de Muscat Les Princes Abbés 2017 du domaine Schlumberger : un nez floral très épanoui et séduisant en diable, un jus frais et croquant en bouche avec une petite richesse bien agréable mais vite compensé par une finale tonique et appétente.

    4 3 13
    Quelques petites bouchées apéritives sous forme de clin d’œil à certaines spécialités alsaciennes…

    4 4 7
    …et un œuf parfait « Tozasu » pour accompagner le verre de muscat d’Alsace.

    Avec son expression ouverte et charmeuse et sa petite rondeur confortable en milieu de bouche, le muscat du domaine Schlumberger s’impose avec évidence dans sa fonction d’éveil papillaire tout en ouvrant également des perspectives d’accords gastronomiques plus larges face à cet œuf parfait vraiment parfait et sa mouillette aux saveurs complexes et originales.


    Comme le menu « Signature » de la Villa Lalique compte une dizaine de plats et que je n’ai pas de chauffeur à disposition pour cette journée, je vais laisser le sommelier choisir les 3 verres de vins qui vont s’accorder le mieux avec les différentes créations gustatives du chef.

    Pour accompagner les premiers plats, Romain Iltis me propose un verre de Riesling Grand Cru Rosacker 2016 du domaine Mader : un riesling vif et droit, tendu par une belle acidité citronnée et soutenu par une salinité calcaire bien marquée…et produite par un vigneron dont j’aime beaucoup le travail.

    4 5 6

    4 6 4
    La déclinaison de jeunes betteraves rouges

    4 7 2
    Le caviar Gold, sériole à la crème de céleri, blinis au sarrasin.

    Avec se structure élancée et sa trame acide/minérale de noble facture, le riesling a établi une synergie quasi-spontanée avec les arômes fins et acidulés des différentes déclinaisons gourmandes autour de ce légume racine rustique que le chef a littéralement magnifié.
    Les arômes salins et iodés de la chair de poisson crue et des grains de caviar ont stimulé l’expression olfactive du riesling qui a également bien tenu en bouche grâce à sa profonde minéralité qui lui a permis de répondre aux puissants effluves marins de ce plat tout en laissant persister un sillage iodé délicat.


    Pour la suite du repas ce sera un verre de Meursault Les Narvaux 2012 du domaine Girardin : un nez élégant et raffiné avec un fruit encore un peu dominé par des notes d’élevage (beurre, résine…), une bouche ample avec un gras « bourguignon » très charmeur et une ligne acide mûre qui porte la structure vers une finale longue, sapide et délicatement boisée

    5 1 27

    5 2 26
    La découpe de langoustines autour de fruits rouges

    5 3 12
    Le rouget à la plancha, cuit et cru, vinaigrette ananas verveine

    La douceur de la texture de la chair de langoustine s’est harmonisée parfaitement avec le gras du vin alors que les saveurs acidulées des petits fruits ont résonné avec la minéralité de sa finale mais je crois que c’est avec la tartelette à la fois acidulée, grillée et iodée que le mariage fut le plus abouti : le vin a gagné en expressivité et sa touche boisée s’est faite plus discrète en laissant se développer son caractère fruité et salin.
    Avec l’assiette consacrée au rouget, l’accord fut spontané et évident : le moelleux de la chair du poisson et l’ambiance exotique de son accompagnement ont donné une belle complexité aromatique au vin tout en lui répondant de façon équilibrée et harmonieuse en bouche.


    Pour accompagner les plats de viande, nous allons rester en Bourgogne avec un verre de Nuits Saint Georges 2013 du domaine Gouges : expression aromatique complexe et raffinée, notes de cerise rouge, d’épices douces sur un fond minéral sensible (graphite, terre humide), bouche longiligne, très élégante, jus gourmand, acidité souple et tanins fondus, finale bien sapide.

    6 86

    5 4 10
    La grillade de foie gras de canard au Baerawecka

    7 1 21
    La poitrine de pigeon rôtie de la maison Thierry Laurent, gâteau Forêt Noire « Bollenhut », sauce café

    7 2 21
    Le cappuccino de pommes de terre et truffe noire : le plat « signature » du chef

    J’avais gardé un fond de verre de Meursault pour le tester avec la préparation au foie gras et grand bien m’en a pris car l’accord s’est avéré superbe…même sur les arômes épicés du baerawecka où le vin a pu montrer toute ses ressources.
    Le Nuits Saint Georges n’a pas trop bien réagi face au foie gras seul mais avec le jus de pigeon comme trait d’union et le baerawecka comme exhausteur de saveurs l’accord s’est fait sans problème.
    Face à la chair fondante de la poitrine de pigeon nappée de sa réduction au café, le vin a évolué en terrain conquis : du ton sur ton pour un accord superbe qui s’est encore affiné avec les parfums sucrés et acidulés de la « Forêt Noire ». MIAM !
    Face à l’exceptionnel cappuccino tout en suavité et en finesse, le vin a tenu son rang de grand vin pour réaliser un très beau mariage…mais je pense qu’avec un cru de Nuits un peu plus évolué ou même un blanc de la Côte de Beaune de plus de 10 ans on n’était pas loin du Nirvana gustatif.


    Pour la fin du repas, il n’y a plus eu de vin – 4 jolis verres…ça suffit – mais deux très belles propositions de dessert :

    7 3 11
    L’instant douceur autour du pamplemousse avec un jus au sureau et des perles de basilic : un dessert fin, complexe et d’une fraîcheur réjouissante.

    7 4 6
    La signature sucrée : la crêpe Suzette revisitée avec des arômes de mandarine d’une très belle pureté.

    7 6 1   7 5 4
    Un café signé et une belle série de mignardises pour bien terminer ce magnifique repas.

    Certes ce restaurant est un peu loin de la route des vins – d’ailleurs il est un peu loin de tout – mais le voyage vers Wingen-sur-Moder mérite d’être fait par tout gastronome œnophile : la cuisine du chef Jean-Georges Klein est remarquable de précision et d’originalité, le cadre somptueux, le service impeccable et la carte des vins tout à fait spectaculaire (2500 références) fait une large place aux vignerons alsaciens.

    8 1 22
    La cave du restaurant…

    8 3 10
    …les verres et les carafes signées Lalique…

    8 2 24
    …les vins dans leur espace climatisé…

    8 4 5
    …et le livre de cave.

    Bref, voilà une adresse que j’ai vraiment envie de recommander car même si les prix des menus et des vins sont conséquents – mais on est dans un établissement doublement étoilé – on y passe un moment vraiment inoubliable. MIAM !!!

  • Le Bistrot à Chalon su Saône

    Cette adresse gourmande qui m’a été soufflée par Mme Mouton lors de ma visite au domaine Mouton à Givry, se trouve dans une rue piétonne sur une petite ile entourée par deux bras de Saône, l’ile Saint Laurent.
    Dans ce petit estaminet au décor chaleureux, le chef Patrick Mézière propose une carte resserrée à base de créations culinaires qui font une large place aux produits de saison et aux préparations minute.

    1 1 21
    L’entrée du « Bistrot », rue de Strasbourg à Chalon sur Saône.


    Mon menu du soir

     
    1 2 19
    Une petite assiette d’amuse-bouche pour commencer.

    1 4 6
    Foie gras de canard cuit au torchon dans un bouillon de volaille, chapelure de pain d’épices, poussière de bourgeon de cassis et chips de pomme.

    1 5 4
    Bar et lotte rôtis, confiture d’oignons, jus de racines et extraction de carotte au piment d’Espelette.

    1 7 1
    Une assiette 100% « chocophile » pour terminer.

    La carte des vins est très « solide » et l’offre en demi-bouteilles est très intéressante. La sélection de bouteilles fait une belle place à des vins de la région et les prix sont plus que raisonnables…Bravo !
    Pour accompagner mon menu j’ai choisi une demie de Chablis 1°Cru Montée de Tonnerre 2015 du domaine Droin : certes je suis un peu loin des vignobles locaux mais comme je n’avais pas encore eu l’occasion de goûter un vin de cette maison réputée, je me suis laissé tenter…et j’ai bien fait !

    1 6 4

    Dégusté à l’apéritif, le vin révèle un nez riche avec un fruité mûr et une minéralité bien sensible. En bouche je jus est dense et structuré par une acidité rayonnante et une fine présence tannique. La finale est étirée et bien salivante laisse persister de beaux amers minéraux et un long sillage sur la groseille blanche et la craie.

    Le foie gras bien compact et assaisonné avec une grande précision a exalté l’expression aromatique du vin tout en créant une parfaite harmonie physique autour de la douceur des textures.
    En finale c’est le Chablis qui gardera le dernier mot avec ses amers minéraux stimulés par la douceur du plat.

    Face à ces légumes goûteux et croquants et ces poissons nobles cuits avec une grande maîtrise, le 1°Cru de Chablis s’est montré très à son aise en créant des accords pleins de gourmandise surtout avec la lotte et sa confiture d’oignons !

    Je n’ai pas tenté d’associer le vin avec le dessert chocolaté – MIAM !!! – mais j’ai fini la demi-bouteille après le plat de poisson et j’ai pu constater que ce beau Chablis avait encore gagné en volume et en complexité…un vrai régal !

    1 3 14


    Bref, « Le Bistrot » de Chalon sur Saône est une table hautement recommandable autant pour la cuisine raffinée et inventive du chef que pour la qualité d’un service alerte et précis en salle…sans oublier une carte des vins très intéressante avec une belle sélection de crus bourguignons proposés à des prix vraiment raisonnables.
    Les plats sont présentées avec goût et savoir-faire et les cuissons des aliments sont parfaites…ceci dit, s’il fallait formuler une petite réserve ce serait pour regretter des quantités très « nouvelle cuisine » dans les assiettes.
    Mais il est vrai que quand c’est bon, il n’y en a jamais assez !

  • L'Altévic à Hattstatt - Visite 2018

    Etant « désigné volontaire » pour convoyer mon fiston et ses comparses vers l’aéroport de Bâle-Mulhouse, j’ai choisi de « rentabiliser » ce déplacement par une petite étape dans le vignoble avec une promenade matinale à Eguisheim et un déjeuner à l’Altévic…une de mes adresses fétiches dans la région depuis quelques années.


    La formule déjeuner est toujours à 22 euros et propose un choix de 2 entrées, 2 plats et 2 desserts.

    Aujourd’hui mon choix s’est porté sur :

    Img 2321
    Grecque de légumes rafraîchie aux herbes, mélisse et romarin.

    Img 2324
    Filet de julienne à la plancha et sa grande tomate au crumble

    Img 2327
    Carpaccio d’ananas comme aux Caraïbes, vierge de pastèque, kiwi et pomelo.

    L’entrée qui associe des cubes de légumes croquants et un jus subtil rafraîchi par des herbes aromatiques est un vrai délice.
    Le poisson du jour est cuit à la perfection et son accompagnement tout en finesse et en légèreté est un magnifique plat d’été.
    Le dessert entièrement dédié aux fruits développe des saveurs suaves et complexes en mettant un point final à un repas parfaitement adapté à ces jours de canicule.

    Comme lors d’une de mes précédentes visites mon choix de vins s’est porté sur une demi-bouteille de Riesling Drei Exa 2016 du domaine Paul Ginglinger.
    C’est un riesling sec et bien droit avec une structure finement ciselé et une finale marqué par une belle minéralité et un sillage sur les herbes aromatiques.

    Img 2322

    Avec l’entrée, l’accord a été immédiat, presque naturel, avec une harmonie finale qui a fait ressortir de belles notes de mélisse et de romarin.
    Avec le poisson parfumé au thym frais, le mariage gastronomique fut également très réussi : pas de goût iodé en finale (je n’aime pas ça !) mais une jolie entente autour es herbes aromatiques.
    Avec la tomate, ce fut un peu plus difficile mais l’acidité du vin lui a permis de tenir la distance face à ce légume/fruit toujours très difficile à marier.


    Pour résumer et pour conclure : une fois encore, j’ai passé un très beau moment de gastronomie à l’Altévic…Bravo et merci M. Perrin !

  • Le Carré des Sens à Chambéry

    Après une journée assez harassante – une superbe via ferrata près du col du Cornet de Roselend et une visite au Château de la Violette aux Marches – j’ai eu envie de me faire un petit plaisir en trouvant une bonne table du côté de Chambéry et après quelques recherches sur le net j’ai choisi d’aller me restaurer au Carré des Sens à Chambéry.

    Adepte d’une cuisine moderne et raffinée, le jeune chef Jean-Bernard Verjus propose 3 beaux menus qu’on peut déguster en salle ou sur une jolie terrasse qui donne sur la place Monge.

    La carte des vins n’est pas trop imposante mais relativement complète même si on pourrait lui reprocher de ne pas faire assez de place aux vignerons locaux…et de ne pas proposer de vins d’Alsace !
    Les prix sont cohérents et les quelques bouteilles de vins savoyards proposées à un tarif vraiment abordable (25-3à euros) permettent aux convives d’arroser leurs agapes sans se ruiner.

    Voici mes assiettes du soir :

    Img 2264
    Mise en bouche : saumon gravlax et maki de boeuf

    Img 2265
    En entrée : le thon mi-cuit…

    Img 2266
    Le plat principal : la pêche du jour, un filet de bar.

    Pour accompagner ce dîner en solitaire, j’ai choisi une bouteille de Chignin Bergeron Grande Réserve 2017 de la maison Perret, un vin frais, glissant et accessible avec de beaux arômes de miel de fleurs, de coing frais et de craie, qui a accompagné parfaitement les plats dégustés ce soir.

    Img 2268

     

    Img 2267
    Le dessert incontournable de ce restaurant : un soufflé au Grand Marnier.

    Avec des plats très joliment présentés, des poissons et des petits légumes cuits à la perfection et un service efficace et attentionné le Carré des Sens est une adresse hautement recommandable dans cette belle ville de Chambéry.
    Ceci dit, mon enthousiasme est un peu retombé face à une carte des vins que j’aurais aimée plus riche en références locales, sans parler pas de l’offre de vins aux verre où on ne trouve aucun cru savoyard…dommage !

  • Le Bistro de Lafare à Lafare

    Img 2028

    Cette auberge très sympathique située dans la montée vers le col de Suzette est devenue une halte obligatoire lors de nos périples autour des Dentelles…et ce n’est pas cette année que nous allons changer nos habitudes : le menu du jour est alléchant et la carte des vins toujours aussi bien fournie en crus locaux…allez on se remet une nouvelle fois à table au Bistro de Lafare !

    Img 2024
    La terrasse du Bistro avec une vue imprenable sur le massif des Dentelles de Montmirail.

    Img 2026
    Deux très belles tranches de fromage de tête maison pour l’entrée…

    Img 2027
    …et une copieuse assiette de poulet basquaise comme plat principal.

    Les préparations culinaires sont simples et traditionnelles mais faites maison avec des les produits locaux et proposées à des pris plus que raisonnables.
    La carte des vins propose un grand choix de bouteilles d’appellation Beaumes de Venise à des prix défiant toute concurrence…grâce à une politique tarifaire que j’aimerai retrouver dans d’autres restaurants…allez, un petit effort !

    Img 2025
    C’est clair, efficace et vendeur…non !

  • Restaurant "Ô Petits Bontemps" à Béziers

    Pour bien commencer ma journée languedocienne, j’ai eu envie d’aller me faire caresser les papilles par le chef Olivier Bontemps qui a ouvert une brasserie gastronomique dans le centre de Béziers.
    J’ai découvert ce cuisinier débordant d’énergie et de créativité grâce à l’ami Dany qui m’avait emmené du côté de Magalas pour un repas somptueux en compagnie de son épouse et d’amis vignerons…un grand souvenir !

    Bien évidemment, lorsque j’ai vu que le planning de mon périple sudiste me laissait l’opportunité de prévoir un déjeuner du côté de Béziers, je n’ai pas hésité.


    C’est en 2016 qu’Emmanuelle et Olivier Bontemps décident de changer d’air – et aussi un peu de vie…avec des horaires plus compatibles avec leur vie de famille – et quittent leur restaurant de Magalas (« Ô Bontemps ») pour commencer une nouvelle aventure gourmande au rez-de-chaussée de la grande médiathèque de Béziers.

    Img 2015
    La médiathèque de Béziers et l’entrée du restaurant «Ô petits Bontemps »

    Img 2016
    La terrasse ensoleillée fin avril 2018

    Img 2017
    L’espace intérieur lumineux et accueillant…

    Img 2018
    …avec un décor très chaleureux conçu par Emmanuelle Bontemps.

    Img 2020  
    La cuisine avec Olivier qui met une dernière touche à une assiette prête à être servie.

    Et voici le menu servi, ce jour à la terrasse du restaurant « Ô Petits Bontemps » :

    Img 2021
    Une salade de quinoa aux légumes printanier…une préparation très esthétique avec des textures variées et une parfaite harmonie des saveurs…MIAM !

    Img 2023
    Le pavé de merlu de ligne dans une sauce au goût complexe et raffiné accompagné de sa petite marmite de poireaux confits au saté…RE-MIAM !!

    Img 2022
    Une mousse choco maison vraiment irrésistible RE-RE-MIAM !!!

    C’est avec un plaisir énorme que j’ai retrouvé Emmanuelle et Olivier Bontemps qui illuminent de leur talent ce nouveau « spot » gastronomique de Béziers.
    J’ai passé un moment délicieux face à des assiettes qui « respirent » la passion et la maîtrise…et en plus, j’ai eu la surprise de pouvoir partager ces instants magiques avec Carole et Dany…mille mercis les amis, je n’oublierai pas cette rencontre !

    En tous cas voilà une adresse qui va entrer directement dans la liste de mes étapes obligatoires en Languedoc.

    NB. Si vous voulez en savoir plus allez voir la page FB du restaurant : CLIC.