Bien manger dans le vignoble

La Table Kobus à Epernay

Img 0662
Quand vous voyez l’église Notre Dame vous n’êtes plus très loin du but.

Après une première journée de visite en terre champenoise, je me suis mis en quête d’une bonne table pour récupérer de mes efforts et refaire le plein d’énergie, en vue d’une future journée parisienne qui s’annonce assez sportive…
Suite à la lecture de quelques avis enthousiastes sur le net, j’ai choisi de réserver à la « Table Kobus » un restaurant caché dans une petite rue derrière l’église Notre Dame d’Epernay.

Img 0681

Le cadre soigné et accueillant rappelle le style brasserie parisienne chic des années 1900.
Le service est attentionné et très professionnel et les menus proposés ce soir ont tout pour me mettre l’eau à la bouche

Img 0666


Ma formule gourmande du soir :

Mise en bouche
Râble de lapin et quinoa : une association toute en douceur et en suavité

Img 0669

Entrée
Foie gras au ratafian, chutney de royal gala et espuma au champagne rosé : un plat copieux avec une présentation spectaculaire et des goûts très authentiques

Img 0672

Plat
Dos de cabillaud, mousseline de monolisa et pommes fondantes en croûte de pistache : une cuisson parfaite pour cette tranche de cabillaud bien épaisse, une belle harmonie gustative avec l’accompagnement et des pleurotes croquantes et goûteuses.

Img 0677

Dessert
Assiette gourmande : une présentation très colorée avec une crème brulée vraiment exceptionnelle.

Img 0680


Quelques bulles pour accompagner ce repas :

Pour m’ouvrir l’appétit je me suis offert une coupe de Champagne Cuvée Appolonis du domaine Michel Loriot : un 100% pinot meunier, fin, désaltérant et appétant.

Img 0667

Pour la suite, je décide de rester dans l’effervescence avec une bouteille de Champagne Grand Cru Blanc de blancs Brut Esprit du domaine Michel Genet, une maison dont je ne sais rien mais avec un nom qui évoque le souvenir d’un ami trop tôt disparu. Ce blanc de blancs classique fera parfaitement l’affaire sur la suite du repas. Le vin n’entre pas vraiment en relation aromatique avec l’entrée mais offre un rafraîchissement bienvenu en gardant le palais frais et dispos pour la suite.
Avec le plat de poisson, le champagne a été très à l’aise et à réalisé de beaux accords avec les goûts et les textures de cette belle assiette.

Img 0678

Tenue par une famille d’origine colmarienne La Table Kobus est restaurant où on mange beau et bon sans se ruiner (le menu gourmand est actuellement à 39,90 euros) et où on peut arroser son repas en choisissant une jolie bulle sur une carte de vins aux prix très doux (41 euros pour ma bouteille de GC blanc de blancs).
Voilà une première adresse gourmande à retenir pour mes futures escapades en terre champenoises.

Pour en savoir plus : CLIC

L'Essentiel à Barr

Img 0593

Situé dans un quartier calme de ce village pittoresque de la route des vins bas-rhinoise, le restaurant L’Essentiel propose une cuisine inventive et goûteuse qu’on peut savourer dans un cadre sobre et raffiné.

Jnrauubntjy5po4q

Je me suis arrêté dans cet établissement pour y faire ma pause déjeuner lors d’une petite ballade hivernale dans mon vignoble préféré et j’ai choisi de déguster un menu à 28 euros qui proposait 3 plats :
- Crème de butternut, œuf de caille et chantilly aux noisettes grillées
- Joues de porc cuites fondantes, choucroute sautée et pommes de terre en persillade.

Img 0592

- Parfait glacé à la mangue, tartare d’ananas menthe/coriandre.

La carte des vins offre une place de choix aux vignerons locaux (Bachert, Hering, Gilg, Seltz, Rietsch…) et nous invite à découvrir une sélection très intéressante de crus venus d’autres régions viticoles.
La maison propose également une belle série de vins au verre (je n’ai pas compté mais je pense qu’il y a plus de 10 références).

Pour l’apéritif j’ai choisi un Muscat Uva Apiana 2014 du domaine Stoeffler à Barr – nez charmeur, belle suavité en bouche – et pour le repas j’ai décidé de suivre les conseils du jeune sommelier en accompagnant mon premier plat avec un Sylvaner Clos Feyel 2012 du domaine Bachert à Barr – nez délicat, légèreté et finesse en bouche – et les joues de porc avec un verre de Pinot Noir Barriques 2013 du domaine Gilg à Mittelbergheim – un rouge juteux, délicatement fruité et structuré par une acidité qui a parfaitement répondu à la choucroute.

Les seules réserves que je formulerais concernent le service un peu lent – pour un repas de midi, comptez 2 heures bien sonnées – et le dosage un peu léger des verres de vins (vendus autour de 5 euros quand même !)…mais l’impression générale reste quant même largement positive.

Avec son cadre vraiment très agréable, sa cuisine soignée, sa belle offre vinique et son très bon rapport Q/P – il y a une formule 3 plats pour le déjeuner à 17,50 ! – ce restaurant s’impose comme une étape « essentielle » dans le vignoble alsacien.

Pour en savoir plus : CLIC

Pierre et Jean à Chagny

La cuisine d'en face de la Maison Lameloise

Dsc 0122

Comme je n’ai pas pu programmer ma halte traditionnelle à l’hôtel-restaurant l’Ouillette de Santenay – pour cause de fermeture hebdomadaire le mercredi – j’ai donc été contraint d’aller voir ailleurs pour trouver un endroit où passer ma dernière nuit en Bourgogne et préparer le quatrième jour de mon périple 2016.
Après quelques clics sur mon ordinateur, je me suis décidé pour cette étape à Chagny : nuitée à l’Hôtel de la Poste – établissement fort recommandable – et dîner au restaurant Pierre & Jean.

Etabli dans les murs d’un ancien chai du XVIII° siècle, ce restaurant dont le nom fait référence au père et au grand-père de Jacques Lameloise, le chef triplement étoilé de Chagny, permet au gastronome de se régaler avec une cuisine raffinée et abordable dans un espace alliant tradition et modernité avec beaucoup d’élégance.

Img 0247
Le cadre assez spectaculaire du restaurant…

Img 0248
…avec la charpente originelle d’un ancien chai.

Mon menu du soir

Mise en bouche
Petite gougère au fromage et crémeux de langoustines
Entrée
Pâté en croûte traditionnel avec volaille, mignon de porc, foie gras et ris de veau : un festival de saveurs détonant mais harmonieux, une expérience vraiment inoubliable !
Plat
Mignon de porc rôti à l’estragon avec poireaux fanes, potimarron et jus réduit aux amandes : goûteux et original, épicé avec beaucoup de délicatesse.
Dessert
Figues cuites au vin rouge, sablé diamant et glace au fromage blanc : frais, gourmand, sans excès de sucrosité, très digeste.

Sur table ça ressemble à ça :

Img 0244
La mise en bouche

Img 0249
L’entrée

Img 0254
Le plat

Img 0257
Le dessert

Pour accompagner ce petit festin, j’ai suivi les conseils du sommelier :
Santenay La Chainey 2014 du domaine Claude Nouveau : sec, longiligne et finement boisé, il a été parfait à l’apéritif mais a un peu manqué de complexité pour entrer pleinement en résonnance avec l’entrée (je pense qu’un pinot gris alsacien vinifié en sec aurait fait merveille).

Img 0245

Givry Les Dracy 2015 du domaine Michel Sarrazin : souple et gourmand mais avec une belle consistance et une finale délicatement épicée, il était parfaitement à sa place avec ce plat haut en couleurs…joli vin et très bel accord !

Img 0251

 

En résumé, je ne saurai que trop vous conseiller d’aller vous attabler au restaurant Pierre & Jean pour y passer un très beau moment en compagnie de plats raffinés proposés par un chef créatif et servis par un personnel sympathique et très professionnel.

Img 0250
Des couteaux Opinel sur table…j’adore !

Et pour lever vos derniers doutes sachez que ces merveilles culinaires sont proposées pour 31 euros : prix unique d’un menu du soir qui propose un chois de 4 entrées, 4 plats et 4 desserts…incroyable !

Pour en savoir plus : CLIC

L'e VinTage à Vosne Romanée

Phpthumb generated thumbnail

Situé dans ce village emblématique de la Côte de Nuits où on trouve ces climats mythiques qui font rêver tout œnophile, ce restaurant gastronomique rattaché à l’hôtel Le Richebourg, propose une formule déjeuner tout à fait intéressante : c’est le « Menu du Marché » à 19 euros (entrée-plat ou plat-dessert) ou à 25 euros (entrée-plat-dessert).

Je me suis arrêté lors de mon récent périple automnal pour me sustenter entre deux visites de domaines et j’y ai apprécié le calme de la salle de restauration, le service attentionné et la très belle présentation des plats.

J’ai opté pour le menu du jour en 3 plats :
- Raviole de cœur de canard et foie gras dans une nage de petits légumes au poivre de Sechouan
- Gambas rôties au poivre Timut, riz vénéré à l’ananas et au lait de coco
- Agrumes en différentes textures.

Img 0240
Les gambas rôties…

Img 0242
…et le dessert.

La carte des vins qui fait une belle place aux crus bourguignons et à la gamme du domaine Mongeart-Mugneret – propriétaire de l’hôtel-restaurant – est tout à fait cohérente et nous propose quelques belles quilles à des prix abordables.
Comme j’avais encore de la route à faire et 2 domaines à visiter dans l’après-midi je me suis contenté d’une demie de Badoit et d’un verre de Marsannay blanc Clos du Roy 2013 de Mongeart-Mugneret…joli !

Pour cette première visite dans ce restaurant, j’ai été séduit par la belle allure des plats élaborés par le chef Julien Viard même si, à mon goût, il aurait pu se montrer un peu moins timide sur leur assaisonnement.

Ceci dit, je pense qu’avec cette formule déjeuner qui offre un rapport Q/P vraiment excellent, le restaurant VinTage de Vosne mérite amplement qu’on y fasse une petite halte gastronomique.

Pour en savoir plus : CLIC

L'Atelier du Cuisinier à Villié-Morgon

L atelier du cuisinier

Situé dans le centre de Villié-Morgon ce restaurant propose une cuisine simple mais authentique et goûteuse qu’on peut accompagner avec une belle boutanche de Bojo choisie en consultant une carte des vins écrite à la craie sur un grand tableau noir au dessus du bar.

L atelier du cuisinier4
Le bar de l’Atelier du Cuisinier et son impressionnante carte des vins

A chaque passage, nous nous délectons de ces plats copieux qui sentent bon le terroir et nous ne résistons jamais au plaisir de les accompagner d’une bouteille de Morgon, de Fleurie ou de tout autre cru du Beaujolais, choisi dans cette liste vraiment impressionnante où on trouve tous les grands noms de ce vignoble.

Avec un menu du jour comprenant entrée, plat, fromage, dessert, un quart de beaujolais (pas mal du tout d’ailleurs !) et un café…le tout pour une quinzaine d’euros, il était inévitable que cette adresse devienne l’une de mes haltes gustatives obligées entre deux visites chez des vignerons du Beaujolais.

Pour en savoir plus : CLIC

Dîner au restaurant Les Tilleuls à Vincelelottes

Si vous êtes en quête d’une bonne table du côté de Chablis, ne cherchez plus arrêtez vous chez Alain Renaudin et laissez vous gâter par l’équipe du restaurant Les Tilleuls situé sur les bords de l’Yonne.

Dsc 0277
Le restaurant Les Tilleuls à Vincelottes

Lorsque le temps le permet, c’est sur la terrasse au bord de la rivière que vous allez être invités à déguster les plats crées par le chef. L’endroit est très beau, les menus sont alléchants et la carte des vins nous offre une sélection magistrale de bouteilles régionales et quelques pépites dénichées dans les autres vignobles de France.
Je crois que je vais me faire plaisir ce soir !!!

Dsc 0278   Dsc 0280
On est bien là non !!!

J’opte pour un menu entrée-plat-dessert à 45 euros et pour me mettre en condition je commande un verre de Chablis 1° Cru Les Lys 2003 du domaine Defaix : un nez net, complexe et bien mûr avec un fond puissamment iodé, une matière concentrée, un équilibre sec et une finale salivante et délicatement boisée.

Dsc 0279
Quelques petites bouchées pour accompagner un verre de Chablis Les Lys.

Pour accompagner mon dîner je sélectionne une demi-bouteille de Marsannay Les Grands Vignes 2010 du domaine Bart : discret et raffiné au nez, matière longiligne très élégante, aromatique qui s’affirme en bouche avec une palette florale magnifique.

Dsc 0283

Dsc 0281
Premier plat : pressé de canard confit et foie gras, chutney d’ananas aux baies roses

Dsc 0282
Second plat : grenadin aux pêches et romarin, jus au poivre de Sichuan.

Dsc 0284
Quelques douceurs pour attendre le dessert…

Dsc 0285
…et la très belle salade de fruits de saison au ratafia de Chablis.

Ce fut un repas sans fausse note avec de beaux produits très bien travaillés et présentés avec beaucoup de finesse dans des assiettes généreuses…et pour finir la soirée en beauté, un patron qui vient partager quelques mots ainsi qu’un verre de Ratafia avec moi…Belle soirée !

Dsc 0286

Pour en savoir plus : CLIC

Déjeuner au restaurant l'Altévic à Hattstatt

Découvert l’année passée à l’occasion d’une journée gourmande organisée par le domaine P.H. Ginglinger, le restaurant l’Altévic de Hattstatt est devenu l’une de mes haltes gastronomiques préférées lorsque je suis en vadrouille dans le vignoble alsacien.
Entre la visite du matin à Dambach-La-Ville et le rendez-vous du début d’après-midi au domaine Emile Beyer à Eguisheim, l’occasion était trop belle pour ne pas céder au plaisir de goûter les dernières inventions culinaires de Jean-Christophe Perrin.
Hoppla c’est parti !

Cimg6523
La terrasse de l’Altevic.

La terrasse bien ombragée est installée à l’arrière du restaurant, les tables sont espacées et décorées avec beaucoup de goût.
Là où je suis placé je peux profiter d’une vue sur les coteaux du Goldert et du Hatschbourg baignés de soleil…et avec un petit verre de muscat en guise d’apéritif, je savoure ce petit moment de vie qui frise la perfection. « Carpe diem ».
La formule déjeuner à 21 euros propose un choix de 3 entrées, 3 plats et 3 desserts.
Aujourd’hui mon choix s’est porté sur :

Cimg6518
Wraps de volaille, curry vert, champignons de Paris, courge et hysope.

Cimg6519
Dos de lieu noir à la plancha sur galette de cheveux d’ange.

Cimg6520
Pannacotta au curcuma, fraises au jus et tuile craquante.

La présentation des plats est recherchée, les cuissons sont impeccables – le lieu avec son accompagnement de tomate confite, câpres, dés de légumes et romarin…quel bonheur ! – les portions sont généreuses et tout est fait maison…même le pain, même le petit sablé servi avec le café !

Jean-Christophe Perrin associe des saveurs multiples et parfois inattendues avec cette maîtrise exceptionnelle qui fait que la dégustation de ses plats révèle chaque arôme sans qu’aucun ne prenne le dessus mais qu’à la fin l’ensemble résonne en parfaite harmonie…c’est du grand art Maestro !

La carte des vins est cohérente mais je trouve néanmoins que la sélection de vins d’Alsace est un peu « courte » pour une table de ce niveau située à proximités des plus beaux terroirs alsaciens…mais je vais peut-être trop souvent à « La Taverne Alsacienne » !!!
Ceci dit, mon muscat Wolfberger était parfait à l’apéritif et ma demie d’eau gazeuse « Innovo » (je suis en voiture et je vais encore picoler dans l’après-midi) a bien accompagné mes plats.

Pour résumer et pour conclure : une fois encore, j’ai passé un très beau moment de gastronomie à l’Altévic…MIAM et RE-MIAM !!!

 

Restaurant Jean Victor Kalt à Erstein

La pause méridienne de notre virée oenophile de ce début d'année nous conduit à Erstein où nous avons réservé une table au restaurant du chef Jean-Victor Kalt dont le grand Claude m'a souvent parlé : "Un super gars qui cuisine vraiment bien et qui adore le vin"...ça tombe bien, j'ai faim et j'ai soif !

P2
La salle à manger que j'ai oublié de prendre en photo moi-même...la faim sans doute !

La carte des mets est résolument gastronomique et conformément à nos attentes la carte des vins est vraiment exceptionnelle : rien que pour l'Alsace, 17 pages grand format avec pratiquement tous les Grands Crus servis par des vignerons réputés et proposés sur plusieurs millésimes...le grand Claude ne m'a pas menti c'est la carte d'un oenophile passionné !

Pour le menu nous décidons de suivre la suggestion du chef : une assiette gourmande homard et foie gras en entrée et des filets de soles sur un lit d'endives à la crême en guise de plat principal.

Dsc 0236
L'entrée proposée par le chef : une assiette gourmande et généreuse.

Pour ce qui est du vin nous nous laissons également guider par Jean-Victor Kalt qui nous propose pour l'apéritif, un verre de Muscat Marnes Bleues 2012 d'Etienne Loew - délicatement aromatique, frais et salivant en bouche - et pour accompagner notre repas, une bouteille de Riesling Grand Cru Kirchberg de Barr 2009 du domaine Heywang, un vin frais et élégant qui s'accordera parfaitement les deux plats de notre menu.

Dsc 0237

 

Le restaurant de Jean-Victor Kalt propose une cuisine raffinée avec le sens du goût juste, les assiettes sont copieuses, la carte des vins est époustouflante et les prix sont tout à fait raisonnables...voilà une adresse qui mérite de figurer dans le carnet de tout amateur !